AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Death is a disease (Sev')

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Violet A. Thompson
{ Fonda - Ex Piaf un peu folle sur les bord

avatar
Féminin
Messages : 1169
Age du joueur : 28
Localisation : En dangereuse compagnie
Age du perso. : 263 ans. Juste histoire d'être comme personne.
Date d'inscription : 11/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Médicomage # Travaille à Sainte-Mangouste # Donne un cours à Poudlard
Aspiration:
MessageSujet: Death is a disease (Sev')   Mer 10 Juin - 23:54

    « Severus ! Severus ! SEVERUS ! »

    Hurler ne servait à rien et elle le savait, mais elle ne pouvait s'en empêcher. Elle ne pouvait pas le laisser partir. Non. Ce n'était pas possible. Il ne pouvait pas faire cela. Regard horrifié qu'elle posait sur l'ombre qui filait vers le Château. Comment avait-il pu faire cela... Severus ! Elle avait tenté de se lever pour le poursuivre mais elle s'était empêtré les pieds dans la cape de celui-ci et était retombée lourdement sur le sol. Elle ressentait avec violence la séparation si soudaine de leurs deux corps. Violence, c'était le mot. Ils étaient là, si proches. Elle s'était perdue à nouveau dans son regard, persuadée qu'il était sur le point de la mordre. Persuadée que, enfin, son calvaire allait cesser. Elle s'en était persuadée oui. Elle avait voulu croire que ses paroles suffiraient à l'apaiser, du moins, à l'apaiser suffisament pour qu'il ne la laisse pas agonisante. Mais il n'en était rien. « La Bête n'est jamais devenue un Prince Violet ». Elle ne pouvait croire cela. Elle savait que c'était faux, au fond d'elle. La preuve même était qu'il avait dominé la Bête ce soir pour ne pas la mordre, pour ne pas leur offrir à tout deux ce qu'ils réclamaient du plus profond de leur être. Il avait su se maîtriser. Il avait sut... Mais elle haïssait cela. Sa maîtrise avait entraîné sa perte. Leur perte à vrai dire. Severus... Elle tremblait, face contre terre. Les sanglots se mêlant à une douleur qui ne se ferait que plus terrible à présent. Elle savait ce qui l'attendait. Elle ne le savait que trop bien. Déjà une fois c'était arrivé. Déjà une fois il l'avait laissée agoniser. Elle avait cru que plus jamais il ne ferait cela. Elle avait voulu croire que jamais plus elle n'aurait à risquer, à penser que ... Mais c'était de nouveau le cas. Et elle se souvenait. Souvenirs divers qui venaient se mélanger à présent. La douleur de l'époque, la morsure de Hank, sa tentative de suicide, déjà. Son regard. Sa haine, déjà aussi. Elle ne voulait pas que tout cela arrive. Elle n'avait jamais voulu en réalité. Severus... Non. Non... Elle ne pouvait pas le croire.

    Elle avait cru que jamais elle ne parviendrait à rentrer au Château, affaiblie comme elle l'était, mais elle y était parvenu. Si elle avait paniqué dans un premier temps, elle avait fini par réussir à remettre la main sur sa baguette, là, tombée sur le sol. Elle s'était jetée un sort pour se sécher mais elle n'avait pu se lancer un sort pour se redonner de la force. On ne pouvait faire cela sur soi-même. Mais avec le froid qu'il faisait, elle ne pouvait se permettre de passer le restant de sa nuit là, sans quoi elle mourrait, pas plus qu'elle ne pouvait espérer que quelqu'un vienne la chercher. Personne ne devait savoir de toute manière. Alors elle avait serré les dents, et, en mettant bien plus de temps qu'à l'accoutumée, elle avait réussit à remonter jusqu'à sa chambre. Il fallait dire qu'à peine un pied mis dans le Château, un elfe de maison était apparu et l'avait raccompagnée jusqu'à sa chambre où elle s'était écroulée sur le lit sans plus de cérémonies. Dumbledore avait surement du deviner ce qu'il se passait, une fois de plus. Elle avait dormi tout le lendemain en vérité, et ce fut la douleur qui la réveilla. Cette impression qu'on lui enfonçait lentement un couteau au plus profond d'elle-même et qu'on s'amusait à le retourner pour détruire encore plus de chair. Une douleur insupportable. Elle avait réussit à sortir de son lit et à mettre la main sur son armoire de potions où elle avait trouvé une potion régénérante et une potion calmante. Puis, sachant pertinnement que cela ne lui ferait gagner que quelques heures au mieux, elle avait effectué une opération à laquelle elle s'était refusée depuis longtemps. Une perfusion. De nouveau elle avait remplit ces terribles poches de sang. Trois au total, elle ne pouvait faire plus dans son état. Severus les trouverait certainement et parviendrait à apaiser son propre manque, la menant à sa perte, mais au moins, cela l'apaisait. Un peu de sang en moins dans son être c'était l'illusion d'une morsure.

    Elle ne réfléchit pas sur ce qu'il lui fallait faire à présent. Elle ne pouvait rester enfermée dans sa chambre de Poudlard, et ne pouvait prendre le risque de s'enfermer chez elle, là où aucune aide ne lui parviendrait. Alors elle avait pris la seule décision censée qui lui était accessible. Elle était partie à Sainte-Mangouste, retrouver Paul. Celui-ci était au courant de sa condition de calice, il pourrait certainement l'aider. Du moins, veiller sur elle. Il ne pouvait probablement pas faire plus que cela. Alors elle avait pris sa valise, et s'était installée dans sa chambre, à leur étage, sous un faux nom. Seul Paul avait accès à cette chambre et elle lui en était reconnaissante. Seulement... Elle ne pouvait plus se faire de transfusion à présent, elle était certaine que Paul refuserait de le lui faire si elle le lui demandait et, bien évidemment, elle ne pouvait le faire elle-même. Condamnée à rester allonger et à attendre. Son corps attendait une morsure mais elle, elle savait très bien ce qui arriverait en lieu et place de cela. La folie. La folie puis la mort. Ce qu'elle redoutait le plus au monde en vérité. Ce qu'elle redoutait tellement d'ailleurs qu'elle avait supplié Paul de lui donner un poison à effet immédiat si jamais il devenait évident que Severus ne viendrait pas. Elle ne savait s'il le ferait, mais elle l'espérait de tout coeur. Elle ne voulait pas mourir en perdant la tête.

    Elle attendait, les yeux rivés sur le plafond. Cela ferait dix jours le lendemain soir. Dix jours sans morsure. Elle ne parvenait même pas à croire qu'un semblant de conscience soit encore présent chez elle à ce stade. Elle observait le plafond dans la noirceur absolue de sa chambre, ne supportant plus la lumière, et ne cessait de ressasser des images qui n'étaient que torture pour elle. Des images d'étreintes. Nombreuses. Avec d'autres au début mais à présent il n'y avait plus que lui dans son esprit. Ses onyx. Ses bras sur les siens. Ses lèvres contre sa gorge. Ses crocs plantés dans sa chair. Son corps aimant le sien. Elle ne voyait plus que cela. Paul l'avait attachée à sa demande quelques heures plus tôt, la douleur de l'abstinence se faisant telle qu'elle ne pouvait s'empêcher se planter les ongles dans la gorge jusqu'à ce que le sang perle. Premiers signes de folie. Elle les ressentait sans pouvoir s'affranchir de la responsabilité pour l'instant. C'était le pire passage. Celui du sombrement dans la folie. Severus.... Elle ne voyait plus que cela. Son corps ne voulait plus que lui et elle s'entendait à l'occasion murmurer son nom, ou même le hurler parfois sans pouvoir s'en empêcher. Il lui avait volé son âme et elle était en train de la perdre. Folie qui s'insinuait en elle, folie douce. Chaque heure passant était une torture mais elle savait que bientôt ce serait fini, presque seul espoir qu'elle avait présent. Celui de perdre la tête finalement pour ne plus rien ressentir. Une douleur que toutes les potions ne parvenaient à chasser. Elle n'avait pas conscience de l'heure qu'il était mais elle supposait qu'il faisait nuit puisque Paul n'était pas à son chevet. Violet se mourrait, et le seul témoin de ceci en cette heure si tardive était son coeur qui, minute après minute, battait de plus en plus lentement, et qui subitement se mettait à battre bien au-delà de son rythme habituel. Elle ne savait pas ce qui la tuerait en premier, une crise cardiaque ou autre, mais il était certain qu'elle n'avait plus que quelques heures à vivre. Elle n'avait même plus les yeux ouverts à présent, combattant ses démons intérieurs, attachée à son lit, son coeur la lachant petit à petit. Oui, n'importe quel médicomage aurait pu constater que l'heure de la mort était proche chez elle.

__________________________________________________________

    © SKY

    Check my vital signs,
    and no I'm still alive


    [ BOULEVARD OF BROKEN DREAMS ]
Revenir en haut Aller en bas
http://eloge-folie.forumactif.ws

Severus T. Rogue
{ Fonda - Une Vipère qui ne mâche pas ses mots !

avatar
Féminin
Messages : 263
Age du joueur : 26
Date d'inscription : 11/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Professeur de Potions ; Directeur de Serpentard
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Death is a disease (Sev')   Jeu 11 Juin - 23:18

    Il était parti sans jeter le moindre regard en arrière, parti en la laissant au bord de ce lac, en lui laissant la possibilité de se suicider pour de bon et elle aurait eu toutes les raisons pour retenter cet acte. Il l’avait abandonné, ne s’était pas arrêté lorsque son prénom avait été hurlé plusieurs fois, il n’avait fais que d’avancer, essayant d’oublier ce qu’il venait de se passer, ce qu’il avait entendu et plus particulièrement la présence de Violet qu’il ressentait comme un déchirement, une sensation douloureuse, telle qu’il aurait pu l’égaler a celle ressentie lorsque Voldemort était encore vivant, que sa marque s’animait tel un fer chauffer a blanc. C’était comme si il avait abandonné une partie de lui-même… Severus ne s’arrêta qu’une fois arrivé devant les portes du château, épuisé, soumis au froid qu’il aurait voulu ignorer et à cette sensation de manque qui ne l’avait plus quitté. Il aurait du la mordre et s’enfuir ensuite. Il n’était plus habitué a cela, cette impression de faiblesse constante a laquelle il était soumis depuis qu’il tentait de résister a ce qu’il était réellement et Severus avait a présent conscience que le mot souffrance allait s’affranchir d’une énième définition… Il ne dormit pas cette lui-là, comme les suivantes. Il n’y avait rien qui puisse l’apaiser, mettre un frein a ce manque, à la bête qui lentement prenait possession de lui. Et si il avait songé pendant quelques instants a retrouver Violet, sa haine avait rattrapé ses gestes, le poussant a ignorer la jeune femme, les appartements de celle-ci où il s’arrêta de nombreuses fois devant, prêt a entrer. Une trop grande fierté et un égoïsme effrayant le poussèrent a continuer de vivre en ignorant celle qui était son calice, celle a cause de qui il était devenu plus irritable que jamais, plus soustrait a sa condition qu’aucune autre fois. Il ne pouvait plus sortir sans craindre de s’attaquer a quiconque. Ce ne fut qu’au bout de trois jours qu’il repoussa toute sa colère, cédant au besoin impérieux de vivre. Il alla voir Violet, ou plutôt cru qu’il pourrait encore la trouver dans le château. Personne ne lui répondit, si bien qu’il prononça le mot de passe qu’il avait retenu, pensant tout de même la trouver là, mais rien, plus rien… elle était partie et seule une odeur de sang était perceptible dans cet endroit… sang qui éveilla ses instincts… Si ce sang parvint a calmer tremblements, faiblesse et douleur, ce ne fut que pendant un court lapse de temps. A peine eut-il le temps de se satisfaire de ceci que l’euphorie retomba, le laissant dans cet état de manque qu’il avait combattu. État qui s’approchait lentement de celui d’un camé, si bien qu’il pensa longuement a s’attaquer aux étudiants qui étaient en retenu, se contenant toujours de justesse. Le Directeur de Serpentard n’assura plus aucun cours dans les jours qui suivirent…

    Les jours défilèrent sans qu’il ne puisse faire quoique ce soit, sans qu’il ne puisse véritablement se nourrir. Car si il était encore capable de tuer des animaux, ceci n’étanchait pas sa soif, et encore moins toutes les émotions auxquelles il était sujet, les siennes plus celle de son calice qu’il avait renoncé a chercher, incapable de quitter Poudlard sans crainte de s’attaquer a n’importe qui croisant son chemin. Et pourtant, arriva le stade où il ne pu plus vivre ainsi. La mort ne viendrait pas une seconde fois, il en avait conscience, seule la souffrance l’habiterait, le garderait en vie et pour cela, ce constat, il s’obligea a sortir du château, à LA chercher. L’appartement qu’elle avait à Londres fut sa cible première, mais Severus n’y trouva personne, en deux jours elle ne rentra pas, ce qui l’obligea a étendre ses recherches : Ste Mangouste. Cet endroit lui était apparu comme une évidence. Violet y travaillait, elle ne pouvait être que là-bas ou… non, il ne voulait pensé a l’autre solution qui était cet animal qu’il avait une fois surpris chez elle, celui qui l’avait sauvé une fois.

    « Thompson, Violet. »
    « Elle n’est pas revenue travaillé depuis plus d’une semaine. »

    Une semaine, dix jours plus précisément et personne dans cet hôpital ne s’inquiétait pour elle. Pensaient-ils qu’elle était simplement malade ? Étaient-il aveugle a ce point ou Violet avait su se dérober face aux questions des autres ? Il n’avait pas le temps de penser à ceci. Que les autres restent dans ignorance si ceci leur convenait mais le Maître des Potions entendait bien retrouver la jeune femme et cet hôpital était le dernier endroit qu’il n’avait pas visité, endroit où il avait été certain de la trouver mais non, elle n’était pas revenue, alors où ? Pourtant, il était certain qu’elle se trouvait ici.

    Une chambre dans l’hôpital. Il n’aurait jamais pensé à cela, n’aurait pu songé une seule seconde que Violet ferrait partie des patients de cet asile comme il l’appelait. Mais elle était bien là, dans cette chambre et la première chose qui le frappa fut qu’il n’entendait que trop peu les battements du cœur de Violet. Elle vivait, n’est-ce pas ? Il s’était précipité vers le lit, souhaitant vérifier qu’elle était toujours en vie. Et si dans un premier temps il fut rassuré en constatant qu’elle vivait, il fut aussitôt surpris par ce qu’il pouvait voir. Non, c’était impossible, que… des sangles, il y avait des sangles qui retenaient le corps de la Médicomage. Ce n’était pas Violet, c’était impossible. Folle. Seuls les fous étaient ainsi attachés par crainte qu’ils ne se mutilent ou autre et elle, ici… l’homme en noir s’était vivement reculé, fuyant la vision a laquelle il venait d’être confronté, fuyant la réalité, cette horreur dont il était la cause… Assurément que dans d’autres circonstances il aurait apprécié le spectacle, en aurait profité pour prouver a Violet que la folie se transmet et qu’elle avait atteint le but de sa vie. Mais toute la colère, la rancœur qu’il avait pu avoir a son égard semblait avoir disparue alors qu’il réalisait être incapable de devenir autre chose qu’un monstre. La preuve était sous ses yeux. Il avait réussi a la tuer et assistait a cette mort. Ses doigts avaient parcouru le cou de celle-ci, cherchant sa carotide, ou plutôt un semblant de battement de cœur mais il s’arrêta aussitôt sur quelque chose de bien plus inquiétant. Si il était habitué a voir la cicatrice d’une morsure sur son cou, ces traces là : rouges, comme signe que quelqu’un l’avait griffé, interpellèrent le Maître des Potions. Griffée jusqu’au sang. Était-ce elle ? Cette idée l’effraya un peu plus.

    Cependant, si elle était encore vivante, il ne pouvait pas attendre qu’elle se réveille, il n’avait pas ce temps et Severus était incapable de la mordre en la sachant inconsciente, même si, au final, cette solution aurait été la meilleure. Il prononça plusieurs fois le prénom de la jeune femme, mais son état de léthargie était tel qu’elle ne semblait pas l’entendre. Soit, il s’était assis sur le fauteuil en face du lit qu’elle occupait. Attendre.

    « Combien de temps vous reste t-il ? Quelques jours ? Allons Violet, ouvrez les yeux, je détesterai vous voler votre existence tout en sachant que vous dormez. C’est frustrant de tuer les gens sans qu’ils ne le sachent. » L’intonation de sa voix révélait parfaitement ce côté sarcastique qui ne quittait jamais ses mots. Et si parler a une personne qui était a moitié morte était signe de folie, assurément qu’on l’enfermerait lui aussi et avec elle. Ö joie. « Vous vouliez vous faire mordre, je suis là! » Il s’impatientait et pour sur qu’il viendrait a bout de sa soif si la Folle ne se réveillait pas. « Violet… jouer le cadavre n’est pas donner a tout le monde. »


__________________________________________________________

. The second one, an arrogant man driven mad with hopeless longing. ─C'était quelque chose en dehors de lui qu'il ne savait pas nommer. Une énergie silencieuse qui l'aveuglait et régissait ses journées. Une forme de défonce aussi, de destruction - © Doomsday & BloomyIcons


Dernière édition par Severus T. Rogue le Ven 12 Juin - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Violet A. Thompson
{ Fonda - Ex Piaf un peu folle sur les bord

avatar
Féminin
Messages : 1169
Age du joueur : 28
Localisation : En dangereuse compagnie
Age du perso. : 263 ans. Juste histoire d'être comme personne.
Date d'inscription : 11/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Médicomage # Travaille à Sainte-Mangouste # Donne un cours à Poudlard
Aspiration:
MessageSujet: Re: Death is a disease (Sev')   Ven 12 Juin - 16:02

    [Beuh. C'est tout minuscule TT.]

    Les yeux clos, prisonnière de ses pensées et du manque, elle avait fini par sombrer dans le sommeil. Inconscience qui était salvatrice pour elle. Quelques minutes, quelques heures de repos pour celle qui souffrait tellement dès que sa conscience refaisait surface. Elle n'avait d'ailleurs pas eu conscience qu'elle était seule dans la pièce. Pas de suite du moins. Pourtant, le lien aurait du l'avertir, lui faire sentir qu'elle était là, à côté d'elle, sa possible salvation. Lui faire comprendre qu'en ouvrant les yeux elle retrouverait potentiellement la vie. Mais elle ne l'avait pas vu, pas entendu entrer. Elle n'avait pas vu ses réactions. Rien. Rien ce qu'il pouvait faire ne pouvait la réveiller, en théorie. Très probablement en vérité. Elle avait même certainement déjà entamé le chemin du non-retour. Sommeil d'où elle ne se réveillerait jamais. Le contraire n'était pas possible, pas envisageable. Très certainement. Et pourtant... Pourtant quand la main de Severus était venue se porter sur le cou de son calice, ce fut comme si un gong avait été sonné en elle. Comme un électrochoc. Le lien était toujours là, et c'était la seule chose qui la maintenait en vie à présent. Choc qui avait seulement réussit à la ramener lentement vers la conscience. Choc qui de nouveau lui faisait voir ces deux onyx plongés dans les siens. Cette vision qui la hantait depuis des jours à présent. Ses yeux, là, si proche. Comme une torture permanente alors qu'il n'était plus là, ne le serait jamais plus. Elle avait secoué la tête, comme cherchant à faire disparaître cette vision, grimaçant. Elle avait agité les bras, tentant une fois encore de porter les mains à son cou mais sans succès. Non. Rien, rien ne viendrait la soulager. Pas lui, pas ses morsures, et même elle ne pouvait rien faire pour se sauver. Condamnée. Elle était totalement condamnée. Et voilà qu'à présent les onyx lui parlaient.

    « Vous vouliez vous faire mordre, je suis là! » Elle n'avait pas entendu ses phrases précédentes mais celle-ci si. Elle avait gardé les yeux fermé, faisant de nouveau un geste pour se diriger vers ce qu'elle pensait être lui dans son esprit. Vers lui. Cette projection de son imagination. Elle se parlait à elle-même à présent. Folie qui s'était emparée d'elle.

    « Non. NON ! Vous n'êtes pas là, je le sais ! Arrêtez de dire ça. Arrêtez de me faire croire. » Elle aurait voulu le frapper et une grimace déformait son visage. Les membres totalement entravés, elle ne pouvait rien faire. Pas qu'elle aurait cherché à frapper celui qu'elle ne voyait pas. Il n'était... qu'un produit de son imagination. Il fallait seulement qu'elle le repousse. Peut-être qu'en y parvenant la douleur serait moins forte. Peut-être qu'en pensant qu'il n'existait plus, la douleur disparaitrait. Mais non. Elle n'avait pas suffisament de volonté de toute évidence, puisque cette même voix retentit dans la presse. Une voix qu'elle avait longtemps apprécié, trouvé de velours, qu'elle avait appris à admirer. Mais à présent, à présent elle ferait tout pour le faire taire.

    « Violet… jouer le cadavre n’est pas donner a tout le monde. » Elle avait brusquement tourné la tête vers lui, vers cette voix et ouvert les yeux. Le regard fixe. Elle pensait que sa présence n'était qu'une hallucination.
    « Jouer avec la vie des autres non plus. »

    Paroles froides, presques désincarnées en vérité. Elle ne croyait absolument pas que c'était lui qui lui faisait face. Elle ne voyait pas plus loin que l'hallucination. Celle qu'elle devait détruire afin de ne plus souffrir, la seule chose qu'elle avait en tête. Alors peut-être qu'en parvenant à le convaincre de la haïr et de ne plus tenter de rester là, l'hallucination partirait et qu'elle pourrait dormir tranquille ?

__________________________________________________________

    © SKY

    Check my vital signs,
    and no I'm still alive


    [ BOULEVARD OF BROKEN DREAMS ]
Revenir en haut Aller en bas
http://eloge-folie.forumactif.ws

Severus T. Rogue
{ Fonda - Une Vipère qui ne mâche pas ses mots !

avatar
Féminin
Messages : 263
Age du joueur : 26
Date d'inscription : 11/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Professeur de Potions ; Directeur de Serpentard
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Death is a disease (Sev')   Dim 21 Juin - 19:09


    « Non. NON ! Vous n'êtes pas là, je le sais ! Arrêtez de dire ça. Arrêtez de me faire croire. »

    Qu’est-ce que ? Il comprenait que Violet puisse prononcer des mots dépourvus de sens, des phrases non corrects vu son état de faiblesse mais de là a ce qu’elle le prenne pour une simple hallucination, une apparition du a son esprit chaotique, il en fut pratiquement choqué. Avait-il réussi a la rendre folle par l’éloignement et le manque que ceci avait engendré ? Tout portait a croire que oui, qu’il n’avait suffit que de cela pour que toute la raison de son calice s’envole a jamais. Là était la raison de ses paroles de l’autre soir, lorsqu’elle lui avait dit vouloir être tuer plutôt que de connaître la folie. Certainement qu’elle ne se rendait pas compte aujourd’hui, mais lui pouvait parfaitement voir ceci. Sentiment d’une rare culpabilité qu’il réussi a éprouver l’espace de quelques instants alors que son regard était revenu se poser sur les liens qui entravaient le corps de Violet, lui empêchant le moindre mouvement de révolte, le moindre mouvement tout court a vrai dire. Il se demanda depuis combien de temps elle était ainsi, pratiquement morte, a voir des gens qui peut-etre n’avaient jamais existé. Était-il dans la section psychiatrique de Ste Mangouste ? Severus n’avait pas prit le temps de regarder lorsqu’il avait parcouru les couloirs a la recherche de son calice. On ne pouvait pas l’avoir placé chez les fous, ce n’était pas sa place… il fallait qu’il la sorte d’ici, mais de là a lui faire accepter qu’il était bien présent dans la pièce… Severus n’avait aucune idée de comment s’y prendre, ou si, une, mais celle-ci n’aurait jamais du être pensée. Le Maître des Potions s’était relevé du fauteuil où il s’était installé quelques minutes auparavant. Il revint vers Violet.

    « Jouer avec la vie des autres non plus. »

    « J’excelle dans ce domaine… a ce que je vois. »

    Ses paroles auraient pu être empli de ce venin qu’il crache son cesse, mais il semblait s’en être abstenu pour aujourd’hui, préférant laissé sa voix trahir ses émotions, si bien que la lassitude avait transpercé dans son intonation. Severus était un parfait marionnettiste et pour preuve, l’un des jouets venait de retrouver son point d’origine apparemment, ficelles qui étaient remplacées par des liens beaucoup plus solides, des liens qui jamais ne se briseraient. Sangles. Et tout ceci semblait le fasciné autant qu’il en était dégoûté. Comment pouvait-on arriver a attacher une personne ? Croire que ceci serait pour son bien. Il serait plus judicieux de la tuer que de la maintenir ainsi. Et même si Violet était une idiote incapable de cacher ce qu’elle était au fond d’elle, il ne pouvait la laisser ici, attendant qu’elle rende son dernier souffle, que la folie s’empare d’elle ou bien pire encore. Sa main était venue se poser sur la sangle qui retenait le poignet droit de la jeune femme, il pouvait la défaire d’un seule geste, ayant compris depuis bien longtemps qu’elles ne marchaient pas avec un sortilège, n’importe quel sorcier maîtrisant les sorts informulés aurait eu vite fait de s’en débarrasser.

    « Comment est-ce d'avoir a se mutiler ? Vous en avez tirer du plaisir ? » La question n’avait strictement rien de banale et pourtant, il avait prononcé ses mots avec une nonchalance pour le moins déconcertante. « Je ne suis pas l’une de vos hallucinations Violet, d’ailleurs, je serais presque touché que vous ayez pensé a moi pendant tout ce temps… »

    Voila, les remarques acides revenaient, ces sarcasmes. Il savait ce qu’elle avait ressenti et pourtant, il l’interrogeait encore là-dessus. Son calice. Cette personne dont la vie lui appartenait.
    Un léger déclic fut audible. La première sangle venait d’être enlevée et il fit de même avec les autres, ne prenant pas le temps de savoir si oui ou non ceci était ce que souhaitait Violet. La voir ainsi était une vision des plus déroutantes et il ne voulait supporter cette image plus longtemps. Toutefois, le fait qu’il l’ait détaché ne signifiait en rien qu’il accèderait a ce qu’elle souhaitait si ardemment, et lui aussi (bien qu’il tentait de se maîtriser depuis son entrée dans la chambre…)

    « Vous êtes libre… inutile de rester allongée sur ce lit en attendant votre amie la Mort qui manifestement vous a oublier. » Agacement soudain qu’il ressentie en ne la voyant pas bouger. Elle était libre par Merlin, qu’elle se lève et arrête de jouer le cadavre, rôle qu‘elle ne savait pas jouer d‘ailleurs. Comédienne amatrice. « Je crois que si je venais a vous mordre maintenant vous y perdriez la vie… les animaux sont si infects mais j’ai du m’en contenter. Je peux encore jouer ce petit jeu, je pourrais même aller leur dire que votre cas s’est aggravé… c’est-ce que vous voulez ? Terminer votre vie dans un hôpital de cinglés. »

__________________________________________________________

. The second one, an arrogant man driven mad with hopeless longing. ─C'était quelque chose en dehors de lui qu'il ne savait pas nommer. Une énergie silencieuse qui l'aveuglait et régissait ses journées. Une forme de défonce aussi, de destruction - © Doomsday & BloomyIcons
Revenir en haut Aller en bas

Violet A. Thompson
{ Fonda - Ex Piaf un peu folle sur les bord

avatar
Féminin
Messages : 1169
Age du joueur : 28
Localisation : En dangereuse compagnie
Age du perso. : 263 ans. Juste histoire d'être comme personne.
Date d'inscription : 11/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Médicomage # Travaille à Sainte-Mangouste # Donne un cours à Poudlard
Aspiration:
MessageSujet: Re: Death is a disease (Sev')   Mar 23 Juin - 15:48

    Voilà que l'hallucination s'était rapprochée. Voilà que Severus arrivait auprès d'elle à présent. Là, si proche. Si le vrai aurait été là il n'aurait pu résister à la mordre certainement. Si Severus avait été là pour de vrai, elle ne souffrirait plus. Stupidités auxquelles elle se raccrochait. Elle en avait besoin. Seule idée à laquelle elle pouvait se raccrocher un minimum. Celle que Severus pourrait la sauver s'il venait. Celle que peut-être il viendrait la sauver un jour, rapidement. Peut-être qu'il pourrait encore être là pour elle comme il l'avait déjà tant fait. Une simple fois de plus. Juste une fois. Une dernière fois. Mais le personnage qui se tenait devant elle... Ce n'était pas lui. Il lui ressemblait mais il ne sentait pas le lien. Il ne sentait pas sa souffrance à elle. Ce n'était pas possible. Severus n'était pas là. Ce n'était qu'une projection de son esprit. Un simili de l'homme qu'elle avait aimé. Ce n'était pas lui. Preuve en était dans la violence des questions qu'il lui posa.

    « Comment est-ce d'avoir a se mutiler ? Vous en avez tirer du plaisir ? »
    « Taisez-vous ! TAISEZ-VOUS PAR MERLIN ! »

    Paroles hurlées au visage de son hallucination. Ainsi, elle se parlait à elle-même pour de bon. C'était la fin, assurément. Plaisir de se mutiler. Non. Non ça n'avait jamais été le cas. Jamais. Lueur d'horreur qui luisait à présent dans le regard de la jeune médicomage. Flashs de ce qu'elle avait pu faire qui lui revenaient en mémoire. Ces fois où elle avait porté les mains à sa gorge, grattant, presque avec désespoir pour faire jaillir le sang, pour avoir l'impression qu'Il était venu la mordre. Juste pour aller mieux. Soin inutile. Paul et ses collègues avaient eu tôt fait de l'attacher en voyant cela. Violet haïssait sa condition. Elle détestait cette impression qu'elle avait de n'être qu'une bête en manque en cet instant. Et son hallucination qui ne faisait que de lui rappeler ça... La situation devenait de plus en plus insupportable, minute après minute.

    « Je ne suis pas l’une de vos hallucinations Violet, d’ailleurs, je serais presque touché que vous ayez pensé a moi pendant tout ce temps… »
    « Bien sur que si ! Il. Il ne ferait pas ça. Je... non... »

    Paroles qui ne pouvaient être censées bien longtemps, elle avait détourné le visage, les yeux toujours grand ouvert, sa douleur lisible dans ses pupilles. Il ne pouvait être là. Ce n'était pas lui. De toute manière, assurément que si elle avait l'occasion de le toucher ses mains ne rencontreraient que le vide, elle était persuadée de cela. Severus... Si seulement, si seulement il aurait pu être réellement présent... Déclic, elle n'osa tourner la tête. Ne comprenant pas dans un premier temps l'origine de ce bruit. Elle n'avait pas bougée quand ce déclic se répéta, son coeur battant seulement un peu plus vite. Espoir d'un instant que ces sangles aient été enlevées, peur de découvrir que ce n'était pas le cas. Elle avait fermé les yeux. Elle ne voulait pas savoir, pas voir qu'elle était encore certainement attachée. Elle refusait cela. Elle, attachée... Elle ne supportait pas. Jamais.

    « Vous êtes libre… inutile de rester allongée sur ce lit en attendant votre amie la Mort qui manifestement vous a oublier. » Ca... ça le vrai Severus aurait pu le dire. Hallucination qui n'était que trop réelle maintenant. Elle ne voulit pas bouger, ne pouvait pas. Si elle tournait la tête, il ne serait plus là. Si elle tentait de lever la main, elle découvrirait que celle-ci était toujours emprisonnée, c'était certain. « Je crois que si je venais a vous mordre maintenant vous y perdriez la vie… les animaux sont si infects mais j’ai du m’en contenter. Je peux encore jouer ce petit jeu, je pourrais même aller leur dire que votre cas s’est aggravé… c’est-ce que vous voulez ? Terminer votre vie dans un hôpital de cinglés. »

    Elle avait fini par tourner la tête vers lui. Ce ne pouvait être lui ... même si. Même si ses paroles semblaient si vraies. Même si on aurait réellement dit que c'était lui. Son regard avait cherché à s'accrocher au sien. Lui.. S'il était là... Elle avait peur de découvrir que ce n'était réellement qu'une hallucination. Mais qu'il aille leur parler. Qu'il aille chercher Paul et les autres..; Qu'il aille leur dire de l'achever ou de l'enfermer avec son père. Non ! Jamais ! Elle ne pouvait pas. Elle ne supporterait pas celle-là. Elle préférait mourir de suite que de vivre ça. Main qu'elle avait avancé vers lui pour l'en empêcher. Main qui s'était posée sur son avant-bras. Son regard disait plus clairement que n'importe quelle parole qu'elle ne voulait pas qu'il aille les voir. Mais. Sa main était sur son bras. Elle pouvait sentir l'etoffe du tissu qui entourait celui-ci, elle pouvait le sentir, Lui, sous ce tissu.

    « Severus... » Enfin. Enfin elle se rendait compte que ce n'était pas une hallucination, il était bel et bien là. Lui. Son vampire. Celui qui pouvait mettre fin à toutes ses souffrances. Sa main était descendue pour attraper la sienne. Cette main froide dans la sienne. C'était lui, il n'y avait pas le moindre doute. Lui. Enfin... Son Vampire. Elle avait du mal à y croire et pourtant le doute n'était pas permis. Seul le véritable Severus pouvait être matérialisé ainsi. Lui. Elle avait porté sa main à son visage. C'était véritablement lui. Le doute n'était plus possible à présent. Severus...

    « Si vous ne le faites pas, je perdrais la vie aussi... . » Elle avait posé la main du vampire sur sa gorge, là, tout contre sa carotide. Elle avait tellement besoin de sa morsure, tellement. Et c'était certainement sa simple présence qui l'empêchait de se mutiler à nouveau. Elle était mourrante, par sa faute, car il ne voulait pas la mordre. Il lui suffisait de faire cela, d'accepter de planter ses crocs dans sa chair pour soulager leur douleur à tous les deux. « [color=deeppinkJe sais que vous m'en voulez et... Me mordre ne mettra pas fin à cela. Je sais qu'on est loin de la réconciliation je... J'ai besoin de cette morsure. De vous... même si je ne le mérites surement plus...[/color] »

    Voix qui s'était éteinte. De nouveau, elle sentait le sang battre avec force dans ses veines et elle avait du fermer les yeux pour tenter de se calmer momentanément. Geste qui échoua.

__________________________________________________________

    © SKY

    Check my vital signs,
    and no I'm still alive


    [ BOULEVARD OF BROKEN DREAMS ]
Revenir en haut Aller en bas
http://eloge-folie.forumactif.ws

Severus T. Rogue
{ Fonda - Une Vipère qui ne mâche pas ses mots !

avatar
Féminin
Messages : 263
Age du joueur : 26
Date d'inscription : 11/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Professeur de Potions ; Directeur de Serpentard
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Death is a disease (Sev')   Dim 28 Juin - 0:49


this night is too long.
Have no strength to go on.
No more pain, I'm floating away.
Through the mist see the face
Of an angel, who calls my name.
I remember you're the reason I have to stay.
[Pale - WITHIN TEMPTATION]




    Il n'avait pas l'intention d'aller prévenir les Médicomages, à vrai dire, jamais il n'aurait pu penser une seule seconde a faire quelque chose de pareil et pour cause, en appelant ces personnes, il les avertirait de l'état déplorable de Violet mais plus que cela, ils comprendraient que lui n'était pas humain. C'était si visible à présent, le fait qu'il soit mort, qu'il ait perdu tout humanité sans avoir chercher a combattre ceci. Et celle qui pouvait lui redonner ce semblant de vie était là, elle qui venait de prononcer son prénom. Avait-elle enfin compris qu'il était bel et bien là, a l'attendre ? Il ne s'était pas reculé en sentant sa main sur son bras, ce n'était plus le moment de jouer, de s'amuser a n'être qu'un fantôme. Severus avait besoin de lui montrer qu'il était présent, qu'elle ne voyait pas une image formatée par son esprit dans lequel il ne se serait jamais risqué de pénétré, incertain de ce qu'il aurait pu y trouver. Mais si le simple contact sur son bras ne l'avait pas dérangé outre mesure, il fut plus réticent lorsqu'elle toucha sa main et pour cause, il se raidit, prêt à fuir, incapable de supporter ce contact plus longtemps en sachant pertinemment qu'il perdrait ce control qu'il avait encore sur lui. Cependant, le Maître des Potions ne pouvait plus reculer, il l'avait libéré et pour cela, elle devait avant tout accepté sa présence, alors si ceci passait par quelques contacts, il devait s'y soustraire. « Si vous ne le faites pas, je perdrais la vie aussi... . » Son regard, flamboyant était venu a la rencontre de celui chocolat, accusateur. Il savait cela, et si il était présent ce soir ce n'était pas pour discuter de tous les problèmes engendrés par la folie et encore moins pour savoir si Violet se plaisait dans cet endroit. Finalement, il les lui avait arraché ses plumes. Volatile cloué au sol. Et bien que cette image fut agréable, il ne pu réfléchir plus longtemps là dessus, trop surprit par le geste de la Folle. L'invitation était bien trop grande pour qu'il se dérobe mais il devait se contrôler, il s'était juré de ne pas la mordre, pas ici tout du moins. C'est vivement qu'il avait retiré sa main de son cou.

    « Imbécile. »

    Le mot avait été prononcé avec ce ton doucereux mais emprunt d'une colère sourde qui lui était si commun. Il ne pouvait pas la mordre ici, incertain de ce qui pourrait se passer. Y survivrait-elle ? Et si un Médicomage venait a entrer et voyait ça, eux, lui ? Severus ne pouvait pas se permettre une erreur pareille. Voila pourquoi il se devait de l'emmener loin d'ici, de quitter cette chambre dont l'aspect semblait le hanter minute après minute. Il avait forcé la mourante a se relevé, passant outre ses protestations et le fait qu'elle soit plus faible que jamais. Il la tint par le bras, soucieux du fait qu'elle pourrait tombé au sol et se brisé en un milliers de petits morceaux.

    « Ste Mangouste va probablement vous manquer, mais pardonnez-moi de juger votre état de santé bien trop... grave pour ces incompétents. »

    Il trouvait encore un moyen de faire de l'ironie, de ne pas voir toute la gravité de la situation. Là était un moyen comme un autre pour ne pas montrer son inquiétude vis a vis de l'état de Violet. Déjà qu'il avait du mal a ne pas lui arracher son sang, il n'avait pas besoin de se montrer plus faible en dévoilant ses émotions. Mais le plus dur restait à faire... traverser l'hôpital sans que personne ne les voit pour trouver l'endroit où le transplanage était autorisé. * Foutu règlement * Il ne pourrait pas tous les évité ou même les stupéfixer. Devait-il dire la vérité aux médicomages ? L'idée était assez plaisante, juste pour voir comment leurs visages se décomposeraient a l'entente des mots vampire et calice. Mais ce n'était pas le moment de s'amuser, surtout que Violet ne tarderait pas a lâcher totalement prise si il continuait a évaluer toutes les possibilités qui au final ne trouvaient de solution. Toutefois, plus il résistait contre sa nature, plus ceci lui demandait d'effort et Severus devait admettre qu'il était incapable de penser correctement avec Violet a ses côtés. Ne voir qu'elle, n'aspirer qu'a combler le manque, la faiblesse et les souffrances de son calice. Il ne pouvait pas refuser tout ça, il n'y parviendrait plus longtemps. Et pourtant, il n'avait aucun choix possible. Severus se devait de traverser l'hôpital, Violet avec lui et manifestement, elle ne serait pas capable de marcher, ce qu'il avait remarqué en la voyant si fébrile. Ils les nourrissaient dans cet endroit ? L'image d'une bestiole a plume tombée de son nid s'imposa dans son esprit. Il l'a haïssait en cet instant, mais plus pour les mêmes raisons, simplement pour sa faiblesse, un état dont il était responsable. Il avait prit quelque secondes supplémentaires pour réfléchir mais la solution s'imposa d'elle même et il du prendre la Cinglée dans ses bras, retenant l'envie de simplement la traîner au sol...

    Quelques personnes croisèrent leur chemin, mais jamais bien longtemps puisqu'il parcouru l'hôpital en un temps record, remerciant l'existence de ses pouvoirs, qui pour une fois, s'étaient révélés être parfaitement utiles. Mais si Severus avait imaginé tous les scénarios possibles pour sortir Violet de cet endroit, il en avait manifestement oublié la suite. Il se retrouvait avec une personne quasi-morte dans les bras et ceci en pleine nuit, dans les rues de Londres. Situation qui se voulait être plus qu'embarrassante. « La prochaine fois je vous laisse avec vos amis les cinglés. » Regard assassin qu‘il lui avait adressé alors qu’il avait du retenir un soupir de résignation. Jugeant a présent qu'il ne lui restait plus beaucoup d'options. Severus transplana... Spinner's End. Folie que d'avoir choisi ce lieu. Et pourtant, c'était bien le seul où il pourrait emmener Violet sans craindre quoique ce soit. Cadavre. Plus il y songeait et plus l'image lui paraissait réaliste. Il l'avait déposé sur le sofa qui trônait contre un mur de la pièce, désordonnée, ça n'avait pas d'importance... Plus rien ne semblait avoir d’importance si ce n’était l’état de la jeune femme. L’avait-il réellement condamner a mort ? Avait-il accélérer ce processus en lui faisant quitter l’hôpital ? Il ne parvenait plus a s’éloigner d’elle…

    « Vous mourrez si je cède maintenant… » plus il parlait de ceci, plus il se sentait incapable de se maîtriser et pour cause, le sang précédemment bu -il y avait quelques heures seulement- ne lui suffisait plus alors que celui de son calice était a portée. Un geste. Elle-même lui demandait ceci… « ne vous laissez pas entraîner. »

    Tout sembla disparaître autour de lui lorsque ses crocs transpercèrent la chair de l’humaine, lorsque le sang jaillit…


__________________________________________________________

. The second one, an arrogant man driven mad with hopeless longing. ─C'était quelque chose en dehors de lui qu'il ne savait pas nommer. Une énergie silencieuse qui l'aveuglait et régissait ses journées. Une forme de défonce aussi, de destruction - © Doomsday & BloomyIcons
Revenir en haut Aller en bas

Violet A. Thompson
{ Fonda - Ex Piaf un peu folle sur les bord

avatar
Féminin
Messages : 1169
Age du joueur : 28
Localisation : En dangereuse compagnie
Age du perso. : 263 ans. Juste histoire d'être comme personne.
Date d'inscription : 11/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Médicomage # Travaille à Sainte-Mangouste # Donne un cours à Poudlard
Aspiration:
MessageSujet: Re: Death is a disease (Sev')   Dim 28 Juin - 22:20


    « Imbécile. »

    Elle savait que son geste n'avait été que folie, elle en avait pleinement conscience. Il n'avait pas retiré sa main de la sienne dans un premier temps mais quand elle avait voulu lui faire ressentir ce besoin de morsure qu'elle avait, sa main lui avait échappée. Il lui avait échappé, une fois de plus. Une fois encore. Elle n'avait pas réagit face au mot employé, il ne l'utilisait que trop souvent à son encontre. Le regard baissé à nouveau, elle ne savait plus quoi faire, quoi dire. Il était là, il était venu pour elle mais ne voulait pas la mordre pour autant. Elle ne comprenait plus. Il se refuser de l'achever, refusait de la voir agoniser de toute évidence pour l'avoir libérée et refusait de la sauver. Comprendre l'attitude de son vampire était tout simplement impossible pour Violet. Elle n'avait tourné la tête vers lui à nouveau qu'en sentant son bras tirer le sien. Que voulait-il faire ? Elle allait tomber s'il faisait ça..

    « Arrêtez ! Arrêtez ! Je vais... Je vais tomber, arrêtez ! »

    Elle était à moitié hors du lit déjà, ses jambes glissant lentement vers le sol. Mourrante, agonisante, elle n'avait pas la force de se tenir sur ses jambes, ni d'empêcher le vampire de la mettre de bout, fait qu'elle n'aurait pu empêcher en temps normal d'ailleurs. Elle était debout. Elle ne savait comment elle parvenait à tenir son équilibre alors que Severus lui tenait simplement le bras comme ça, fermement. A croire qu'il la portait presque ainsi. Elle ne comprenait pas ce qu'il attendait d'elle, ce qu'il voulait faire. Si elle était venue à Sainte Mangouste, c'était pour qu'on s'occupe d'elle, qu'on tente de la soigner. Mais s'il la ramenait chez elle, s'il l'abandonnait chez elle... Elle ne vivrait pas cinq minutes. Peur qui venait de lui prendre les tripes. Peur qu'il ne l'emmène ailleurs que pour mieux l'abandonner, à nouveau.
    « Ste Mangouste va probablement vous manquer, mais pardonnez-moi de juger votre état de santé bien trop... grave pour ces incompétents. »
    « Je peux pas partir... »

    Phrase qu'elle avait prononcé comme une évidence. Elle ne pouvait pas quitter Sainte-Mangouste, elle n'en avait pas la force. Impression que partir serait signer définitivement son arrêt de mort. Ce n'était pas qu'elle apprécie particulièrement d'être ici, attachée à son lit non. Très loin de là en vérité. Mais elle avait peur, peur de ce qu'il comptait faire, de ce qu'il voulait faire d'elle à présent, elle qui avait déjà tant souffert par sa faute. Et puis, elle sentait ses forces la quitter seconde après seconde, s'accrochant un peu plus à son bras pour ne pas tomber sur un sol qu'elle trouvait déjà bien trop glissant. Chaque pas tenté, esquissé était une souffrance et tenter de faire passer son poids d'un pied à l'autre était chose compliquée pour le jeune calice. Elle aurait voulu pouvoir courrir, avoir la force de ne plus se tenir à lui, avoir la force de tenir par elle-même, d'exister par elle-même. Mais elle n'y parvenait pas. Elle avait l'impression que le sol ne faisait que se rapprocher un peu plus de son visage alors qu'elle s'affaissait un peu plus sur elle-même. Ses jambes tremblaient, son corps tout entier en vérité. S'il ne la soutenait pas, s'il faisait un faux mouvement, assurément que Violet s'écroulerait au sol, incapable de se relever.

    Surprise qui s'était affichée dans son regard en sentant soudainement les bras de Severus la soulever puissament du sol alors qu'il avait fini par décider de la porter. Peur qui guidait encore ses gestes quand elle passa ses mains autour de son cou, s'accrochant un peu plus à lui, cachant son visage dans ses robes. Elle n'avait pas dit un mot, se contentant de le laisser faire. La présence si proche de son vampire était le seul fait qui calmait, un peu, le calice et l'empêchait de se mutiler comme elle avait pu le faire auparavant. Elle était faible, elle tremblait et en cet instant, non loin des portes de la mort, la jeune médicomage recherchait la protection de la seule personne capable de mettre fin à son mal. La seule personne à l'origine de son état si dramatique. Severus... Elle avait senti l'air froid de la nuit londonienne s'engouffrer sous ses vêtements, la faisant un peu plus frissonner. Ils étaient à l'extérieur de Sainte-Mangouste, il ne pouvait y avoir le moindre doute là-dessus. Elle n'avait pas répondu quand il prit à nouveau la parole, se contentant de refermer légèrement plus son étreinte. Qu'il ne la laisse pas là, au milieu de la rue. Qu'il ne l'abandonne pas ici. Qu'il ne se débarasse pas d'elle comme ça... Elle ne demandait que cela.

    Elle sentit cette sensation si désagréable mais si familière qui indiquait qu'il venait de les faire transplaner tous les deux. Elle sentait la peur s'emparer un peu plus d'elle alors que l'inconnu sur leur situation exacte gagnait du terrain mais elle eut l'audace, la force d'oser regarder où ils étaient. Dans un lieu qui lui était inconnu. La maison qu'elle pouvait voir devant eux lui paraissait être passablement délabrée et la pensée qu'il puisse l'abandonner à l'intérieur se fit un peu plus insistante. Non, qu'il ne se débarasse pas d'elle si facilement. Elle était de nouveau allongée sur ce qui semblait être un sofa, l'observant, craintivement. Et quoi maintenant ? Elle était totalement passive de ses actions depuis son entrée à Sainte-Mangouste jusqu'à présent. Il pouvait bien faire ce qu'il voulait d'elle, elle serait bien incapable de résister. Et le seul fait de ne plus être collée à lui mais d'en être légèrement séparé avait suffit à réveiller cette violente douleur. Elle ne pouvait plus tenir, elle le savait... C'était trop tard à présent...

    « Vous mourrez si je cède maintenant… » Elle n'avait même plus la force de lui répondre, le transplanage l'ayant épuisée encore un peu plus. Mais ce qu'il ne semblait pas voir, c'était qu'elle mourrait déjà, sans sa morsure. Elle ne pensait même plus à le supplier de la mordre, elle l'avait trop fait. Seul le sentiment de ne pas vouloir être abandonné semblait maintenir en vie Violet. « ne vous laissez pas entraîner. »

    Lueur d'espoir soudaine qui semblait avoir luit dans le regard de la jeune médicomage. Et. Enfin. Délivrance en le voyant s'approcher ainsi et quand elle sentit avec un délice d'anticipation ses crocs sur sa peau. Son dernier conseil avait été oublié pour cette délivrance qu'elle attendait depuis si longtemps. Morsure. A peine sa peau transpercée, la douleur semblait déjà s'envoler. L'ayant perdu trop longtemps, ses bras s'étaient immédiatement posé autour de ses épaules, de son cou, l'encourageant à poursuivre cette morsure salvatrice. Elle sentait, seconde après seconde sa souffrance disparaître alors qu'il lui volait son sang. Sa vie. Mais il ne lui volait pas sa vie en la mordant, plus aujourd'hui, plus maintenant qu'elle était calice. Depuis son nouveau statut, chaque morsure lui insufflait un peu plus de vie, même si physiquement elle en sortait toujours plus affaiblie. Le manque était présent trop souvent quand il ne la mordait pas et c'était toujours difficile pour elle. Et là... Elle l'encourageait oui. Et s'il n'aurait pas été en train de la mordre dans le cou, ce serait son prénom qu'elle murmurerait. Chaque morsure était plus intense, d'autant plus après que celles-ci aient tant manquées. Vagues de plaisir qui montaient en elle au fur et à mesure que la morsure se poursuivait. Quand il la mordait, Violet était totalement abandonnée à lui et il le savait. Il savait que s'il ne décidait pas de son plein chef d'arrêter, jamais elle ne l'empêcherait de la mordre jusqu'à ce que la dernière goutte de son sang ai quitté son corps. Son coeur battait trop vite contre sa poitrine, ses crocs bien trop exigeants, et l'esprit de Violet bien trop abandonné pour qu'elle puisse reprendre une quelconque forme de contrôle. Elle sentait sa conscience l'abandonner également, de plus en plus. Elle était trop faible et il lui prenait trop de sang. Ses mains qui le serraient contre elle avaient eu une emprise de moins en moins présente au cours des derniers instants qui s'étaient écoulés, et comme pour le prévenir que celle-ci s'était envolé et que Violet sombrait dans l'inconscience, toute étreinte avait été relâchée, alors que le visage de la jeune femme était venu se poser, sans force, sur son épaule. Elle s'était laissée entraînée. A lui de veiller sur elle à présent, elle ne répondait plus de rien.

    [Et là, c'est soit on continue ici, soit tu ouvres à Spin' End ^^]
    -> i'd give my heart i'd give my soul


__________________________________________________________

    © SKY

    Check my vital signs,
    and no I'm still alive


    [ BOULEVARD OF BROKEN DREAMS ]
Revenir en haut Aller en bas
http://eloge-folie.forumactif.ws

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Death is a disease (Sev')   

Revenir en haut Aller en bas
 

Death is a disease (Sev')

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Eloge de la folie :: SWELLING SOLUTION :: Saison 1-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit