AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 helena llewelyn rozslange ; 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: helena llewelyn rozslange ; 100%   Sam 30 Mai - 22:58


    © misery angel
    Elle marche lentement. Elle vacille sur le gravier tout simplement. Elle a l'impression d'être libre. On a l'impression qu'elle est droguée. Elle respire lentement, unissant son souffle au vent. Elle sourit, seule. Elle marche doucement sur la verdure grasse. Une sensation de fraîcheur la parcoure ; bonheur simple. Elle se complète à l'herbe froide près d'elle. Elle ferme les yeux. Elle ne pense plus. Elle oublie tout... ses problèmes, ses dilemmes, ses songes, ses choix... absolument tout. Comme un voile noir sur son esprit. Chaque mot qu'elle entend n'a plus de sens. Elle ne comprend plus.

personnage strictement inventé, la populace.


Dernière édition par Helena L. Rozslange le Lun 1 Juin - 16:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: helena llewelyn rozslange ; 100%   Sam 30 Mai - 23:23



I. Identité

    Nom, Prénoms : « Rozslange. La prononciation du nom est assez simple : ce nom se lit comme il s'écrit. Certains individus trouveront ce nom particulièrement compliqué, et frissonneront rien qu'à le formuler. Il faudra bien l'avouer un jour ou l'autre, les Rozslange inspirent la peur, le respect et l'admiration à la fois. Ils se distinguent par leur féroce détermination, leur influence et également leur... beauté. Parce que vous ne verrez jamais un membre de cette prestigieuse et sombre famille dans un état lamentable. Peu importe, inutile d'en faire un discours, mais un conseil ultime : ne pas les sous-estimer. Concernant ses prénoms, le paternel des enfants Rozslange n'a jamais été douer pour trouver de jolis prénoms... ce fut sa mère qui prit le soin de les choisir. Ainsi, l'aînée de la famille est la quatrième Helena des Rozslange, et Llewelyn : son second prénom, aussi original et étrange soit-il. »
    Date de Naissance, Âge : « Helena est née un 27 mars 1977, et a fort heureusement donc 17 ans. »
    Lieu de Résidence : « Les Rozslange vivent dans Le Verlon, une importante propriété construite il y a des siècles mais sans cesse rénovée à leur guise. Les Rozslange y vivent depuis sa construction et n'ont jamais quitté le manoir, si ce n'est que pour quelques voyages sans importances. Personne n'ose encore s'y aventurer sans autorisation, principalement par peur et par respect, encore et encore. De quoi ont-ils peur, ironise généralement Helena ? De la somptueuse décoration ? Libre à vos imaginations incessantes. »


IV. Informations complémentaires

    Composition de la Baguette : « La baguette d'Helena est construite en bois d'if, mesurant trente-deux centimètres et contenant un crin de Sombral. Elle est unique, ne quitte pas son propriétaire et est efficace pour les sorts et enchantements, ainsi que la Défense Contre les Forces du Mal. »
    Camps : « Ses parents ont toujours été de fidèles Mangemorts, et personne ne le sait, bien entendu, sauf ceux faisant partis du cercle privé du Seigneur des Ténèbres... et quoiqu'elle pense, Helena est vouée au même destin, c'est ainsi. »
    Maison désirée : « Aucune proposition. »
    Don particulier : « Ce n'est pas forcément un don, mais Helena semble extrêmement intuitive, et donc, devine facilement les mensonges et autres bavures de ce type. »



V. HJ - Vous

    Âge : 15 ans
    Niveau en Rp : Je sais pas vraiment mais en tout cas, il est acceptable et surtout excellent quand j'ai de l'inspiration. XD
    Présence /7 : 5/7 ? Dans le genre.
    Personne sur votre avatar : Taylor Warren. <3
    Code du Règlement :
    Spoiler:
     
    Comment nous avez-vous connus ? Partenariat.


Dernière édition par Helena L. Rozslange le Lun 1 Juin - 16:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: helena llewelyn rozslange ; 100%   Sam 30 Mai - 23:48



    © misery angel

    on dit que l'enfance est innocente, méfiez-vous.

      « Darling, laisse-moi te rappeler que tu es une Rozslange, bon sang ! Sers-toi de ton haute échelle sociale, Helena. »

    Ce jour-là, le regard d'Anteia Rozslange s'était fait insistant. Le 27 mars 1977, la belle épouse d'Eleazar Rozslange avait accueilli avec une grande joie une ravissante petite fille, au plus grand damne de son époux, qui désirait plus que tout avoir un héritier et pas une héritière, il fallait faire la nuance, car pour un homme de cette prestigieuse famille, ce n'était pas qu'une légère banalité de ne pas avoir un seul garçon à éduquer. Malheureusement pour lui, ce n'était pas qu'une fille qui l'attendait, mais trois. Et au bout d'un certain temps, Eleazar avait rapidement compris qu'il n'allait pas avoir d'héritier mâle. Ainsi était construite la vie, et il avait choisi de vivre avec. Pour son épouse, Helena était la fillette parfaite, une petite princesse qu'elle allait pouvoir choyer et éduquer à sa guise et à ses goûts. Il était agréablement bon pour cette belle femme d'avoir des filles, et elle ne s'en plaignait pas vraiment. Elle rappelait sans cesse à ses « princesses » qu'elles étaient avant tout des Rozslange, des membres de la haute société magique et qu'elles avaient le pouvoir à chaque endroit où elles posaient les pieds. Eleazar et Anteia ne négligeait également pas le fait de prôner la valeur d'être de sang pur, et à leur plus grande fierté, ils l'étaient, et ce, sans faute et sans aucune exception. Quiconque épousait un Moldu, un sang-mêlé ou un sorcier/sorcière d'ascendance Moldue se faisait immédiatement renié et au pire, assassiner. Et le dernier cas était parfois envisageable.

      « Et qu'est-ce qu'on doit faire à la vue d'un Moldu, quand tu entreras à Poudlard ou que tu te promèneras dans la rue ? »

    Eleazar interrogea sa fille aînée d'une voix sèche, alors qu'elle était âgée de huit ans environ. Celle-ci eu un sourire léger, répondant d'une voix neutre : « Je me réserverais l'exquis plaisir de l'ignorer. » Voilà la phrase importante et réglementaire qu'Eleazar apprenait à ses filles, sous le regard glacial mais qui laissait entendre la même chose de son épouse. Un soir, Helena avait rapporté un livre de contes de fées moldus, et les deux cadettes, Isabella et Liliane, s'étaient empressées de sauter sur leur grande-soeur afin que cette dernière leur raconte quelques histoires. Et à l'heure du dîné, la naïve Liliane avait informé joyeusement aux deux géniteurs qu'Helena avait découvert un livre de conte, et qu'elle avait même adoré l'histoire sur une certaine Cendrillon. Bien entendu, qu'Helena se souvenait de ce jour décisif. Son père et sa mère avaient sévèrement puni la fillette, jetant le livre aux ordures et lui interdisant de ramener quelconque objet provenant de sang impur au manoir. Depuis, le sujet était tabou en ces lieux, et clos.

    Eleazar et Anteia prenaient un grand soin à l'éducation d'Helena, Isabella et Liliane, surveillant chacun de leurs gestes et désormais, ils ne permettaient aucunes erreurs et exigeaient d'elles la perfection, sous peine d'une sévère punition. Anteia inculquait à ses filles la grâce, l'assurance, la beauté et le fait de savoir se faire respecter, alors qu'Eleazar les éduquait culturellement, leur apprenant à lire, écrire, compter... les choses essentielles, et surtout en tête de la liste : Les Moldus n'étaient que des vermines qu'il fallait absolument exterminer, au risque de finir comme l'oncle Edward : se faire renier éternellement. A force, Helena y prenait goût et en devenait la copie conforme de ses chers parents, d'une façon ou d'une autre. Peut-être d'une façon moins extrémiste, ce qui était à espérer pour certains. A l'âge de neuf ans, son père avait décidé de l'emmener bien plus souvent à certaines cérémonies importantes, à des banquets... exhibant son aîné avec fierté et vantant son intelligence, racontant à quiconque que la Helena Llewelyn Rozslange honorait parfaitement leur famille et qu'elle était destinée à aller loin, et ça, les gens n'en doutaient pas.

      « Père, emmène-moi avec toi s'il te plaît. »

    Une des demandes fréquentés d'Helena quand elle était plus jeune, qui s'interrogeait bien souvent sur les activités de son père. Cependant, il ne la laissait pas bien souvent le suivre et ne l'emmenait pas avec lui quand il se rendait chez ses proches, ça, aucunement. Il en était de même pour sa mère. Si elle était proche de ses parents ? Oh, c'était une histoire compliqué. Tandis Eleazar et Anteia appréciaient le fait de savourer de beaux instants avec leurs enfants, ou bien encore, ils restaient distants par moment. Même s'ils pouvaient par certains jours passés des journées entières avec leurs filles, néanmoins, quelque chose n'échappait pas aux plus intuitifs : Lord et Lady Rozslange ne connaissaient pas leurs trois princesses, pas si bien que ça, oh que non... Mais par contre, ces personnes étaient parfaitement conscientes que le dire au féroce Eleazar et le dire à la glaciale Anteia était fortement déconseillé et dangereux. Parce que ceux qui les connaissaient les craignaient. Les Rozslange était une de ces familles de sorciers qu'il se fallait automatiquement de respecter et de craindre. Parce qu'ils n'étaient pas « n'importe qui », comme le disait Eleazar toute les semaines pendant certains de ses discours.

      « Je sais que tu n'es pas une trouillarde, Helena ! Tu peux le faire. Vas-y, enfourche le balai et ne pense à rien d'autre qu'à ce que tu vas faire. »

    Anteia, ancienne joueuse de Quidditch chez les Harpies de Holyhead, se tenait fièrement sur la pelouse verdoyante, décidée à apprendre à sa fille aînée le sport fétiche des sorciers. Helena se devait d'être une future sorcière accomplie, talentueuse et sachant être sportive quand il le fallait, ce pourquoi elle devait apprendre à jouer le Quidditch, pour davantage rajouter une autre touche de perfection en elle. Helena n'était jamais montée sur un balai au cour de son existence, bien qu'elle appréciait ce sport, surtout quand sa mère les emmenait tous à des matchs d'extrême qualités et au premier rang pour assister au spectacle. Mais l'idée de ne pas être à la hauteur cette fois-ci lui donnait des frissons. Pourquoi en rajouter ? Elle avait déjà le talent de pouvoir danser telle une fée, d'être une pianiste hors-paire, et de retenir facilement tout ce qu'elle voyait et entendait, alors pourquoi rajouter le Quidditch ? A ses yeux, bonne question. Ce fut en respirant un grand coup qu'Helena s'envola bien plus haut qu'un cinq mètres, un sourire en coin, ravie d'avoir réussie et ravie de ravir sa mère. Cette dernière l'avait applaudi, riant de contentement.

    Parce que, croyez-moi, Helena Llewelyn Rozslange n'était pas vouée à la banalité. Il en était hors de question.
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: helena llewelyn rozslange ; 100%   Dim 31 Mai - 20:14



    © misery angel

    soumettez-vous à mes lois, bandes d'ignorants

    Helena ouvrit les yeux brusquement. Le dortoir des filles était plongé dans la pénombre, ne laissant aucune lumière filtrée. Ce qui était parfaitement normal : lorsque le visage de la jeune femme bascula vers l'horloge, il était une heure du matin précise. Retirant les épaisses couvertures qui couvraient son corps mince mais agréable, elle se retira de son lit silencieusement, vérifiant au passage que ses charmantes camarades dormaient bel et bien. Helena détestait le fait d'être suivie, et détestait encore plus les séances d'interrogatoires incessantes. Ces deux faits étaient exaspérants, et elle ne le cachait pas. Parce qu'elle ne disait jamais rien au hasard, comme elle disait ses pensées à haute voix. L'hypocrisie, elle savait le manier, mais elle ne l'utilisait pas et ne désirait pas le faire. La franchise était le meilleur atout pour se faire craindre, être franche et garder la tête haute et fière. Malgré le fait qu'elle se retrouvait vêtue d'une élégante robe de nuit blanche, elle n'hésita pas une seule seconde : Helena quitta la salle commune, traversant divers couloir pour se retrouver au final au sommet de la tour d'astronomie. S'installant au bord de la tour, elle inspira lentement, levant ses yeux vers le ciel d'un noir d'encre mais exhibant ses étoiles brillants de milles feux. Sa main droite était refermée sur une lettre, le parchemin brièvement jauni froissé. Elle l'ouvrit lentement, relisant chaque ligne du texte écrit d'une écriture rapide mais soigneuse.

    Ma fille,
    ta mère est revenue hier au manoir, de sa si longue absence. Si nous avions tous au début conclus qu'elle ne désirait plus vivre avec nous, cette théorie est fausse. La vérité est bien plus horrible que tu ne pourrais le croire. J'ai cru qu'un ange était venu frappé à notre porte tellement son absence avait pesé : un an que je ne l'avais plus revu, et voilà pourquoi je ne les pas immédiatement reconnue. Elle n'était pas dans un état lamentable, bien au contraire. J'avais la sourde impression qu'elle n'avait pas bien vieillie, et elle ressemblait plus à un ange qu'auparavant. Et son apparence était mieux soignée, elle avait cet air étrange qui aurait pu effrayer n'importe quelle personne la connaissant. Passons. Bien entendu, nous avons discuté, nous nous sommes même disputés. Parce que je pensais qu'elle avait fugué, quelque chose dans ce type là. En fait, elle m'a déclaré s'être fait mordre. Ta mère est devenue vampire. Nous réglerons cela quand tu reviendras au manoir. Je n'ai pas le temps de t'en dire plus, je vais au travail. Je t'interdis formellement de communiquer cette lettre à quiconque te le demandera... et garde-là sur toi si tu le peux. Ne montre pas ça à tes soeurs, elles ne m'inspirent pas bien confiance pour l'instant.

    E. Rozslange.


    Les lèvres d'Helena tremblèrent sous le chagrin, mais ces lèvres en question finirent par s'étirer en un sourire mélancolique, triste, bouillonnant de rage. Ses yeux d'un bleu glacial exprimaient un écrasement de tristesse inépuisable. Cette lettre avait été envoyé il y avait de cela une semaine, et elle y pensait chaque soir, et à force, ses insomnies restaient de plus en plus fréquentes. Des images défilèrent dans son esprit, noyant ses pensées macabres. Elle revoyait le visage de sa mère, sa longue chevelure dorée, son doux visage aux nuances moins aristocratiques que sa fille aînée et son époux, ainsi que sa deuxième fille également. Helena ne ressemblait en rien à sa génitrice. L'aînée des Rozslange avait uniquement hérité du regard froid et polaire d'Anteia et de son teint d'un pâle extrême, ainsi que ses lèvres rosées et douces. Mais le reste de son physique appartenait à son père, ainsi qu'une touche de sa tante préférée du côté paternel, Irina. Elle possédait une carrure aristocratique, voire impériale dans sa façon de se tenir, de tenir sa baguette magique et dans ses mouvements, gracieux mais vifs. Une longue chevelure brune - presque d'un noir de jais - , épaisse et soyeuse entourait son visage et une pointe d'arrogance enfantine dansait dans son regard.

      « Tiens, voilà tes principales occupations : une tentative de suicide du haut de la tour d'astronomie, au lieu d'être dans les bras de Morphée. »

    Elle reconnaissait cette voix comme elle connaissait par coeur la recette du Polynectar. Celle de sa soeur, Isabella. Ne prenant pas la peine de se retourner, elle entendit les pas de Bella approchés, cette dernière s'asseyant à sa gauche. Elles restèrent silencieuses pendant un long moment. Entre les deux jeunes femmes, il n'existait qu'un lien familial, elles s'entendaient plus ou moins, Helena protégeant sa cadette de temps à autre, mais sans plus. Elles n'étaient pas réellement proches, et ne se ressemblaient pas sur le plan psychologique, la plus chipie des deux était sans aucun doute Bella, mais la plus douée et rusée des deux étaient incontestablement Helena, ça, personne ne pouvait le contredire : c'était la stricte vérité.

      « Je ne suis pas suicidaire, à ma connaissance, petite peste. Et je te retournerais le même compliment, tu es en plus la plus jeune, et tu devrais rêver de ton prince charmant au lieu d'errer. » lança t-elle froidement au bout de trois minutes.

    Pourquoi cette garce venait-elle la déranger ? Bon sang, à son plus grand damne, elles partageait le même endroit fétiche : la tour d'astronomie. Elle rêvait plus que tout de sortir sa baguette magique et de réduire sa soeur au silence par un sortilège de stupéfixion, malheureusement, elle était en instance de pitié, ces temps derniers. La plupart du temps, Helena restait impitoyable envers les personnes qui ne méritaient pas son côté... sympathique sur les bords. Helena avait la particularité d'être insouciante, arrogante, rusée, maligne et encore bien d'autres défauts et qualités, mais malgré ça, elle n'était pas une jeune femme vraiment mauvaise. Le problème qui se posait principalement était qu'à force de jouer le jeu, qui était de revendiquer une énorme répugnance envers les Moldus, eh bien, elle s'y mettait également. Est-ce que quelqu'un pouvait changer cela ? Bien sûr, si ce n'était qu'attendre plusieurs décennies... oui, elle était fidèle à ses idées, et ne se trompait quasiment jamais. Les erreurs, elle ne les collectionnait pas particulièrement.
    La voix de Bella, devenue soudainement aiguë et perçante, tira Helena de ses pensées.

      « Je suis angoissée ! Tu crois que je peux dormir avec ça ? Mais tu t'en fiches, tu ne penses qu'à toi. »

    Tu ne penses qu'à toi. Ces cinq mots transpercèrent le coeur de la jeune femme, âgée de dix-sept ans. Elle, capable d'égocentrisme ? Ou encore d'égoïsme ? Par la barbe de Merlin, mais qu'est-ce qu'elle en savait ? Voilà que mademoiselle Isabella Rozslange se ramenait à elle pour se plaindre de ses angoisses, alors qu'elle ne mentionnait même pas ce qui l'angoissait à ce point... quel illogisme. Helena s'avouait qu'elle avait cette carapace de jeune fille égoïste, qu'elle n'avait aucune scrupule en elle, mais non. Elle ne pensait pas qu'à elle. Sinon, elle aurait jeté cette fichue lettre dans la cheminée de sa salle commune depuis bien des lustres ! Pourtant, elle feignit l'indifférence, haussa les épaules.

      « Bah. Visiblement, devant toi en cette seconde précise ne se tient pas ta confidente, ta meilleure amie ou ton amie. Je ne suis pas née pour te réconforter, et il faut rester fière, si tu veux avancer, Bella. »

    Non, elle ne se fichait pas de ce que sa soeur disait. Mais elle avait ce type de réaction instinctive : elle se sentait incapable de montrer ses sentiments, involontairement. Helena aurait voulu lui dire qu'il ne fallait pas angoisser, que tout allait s'arranger... mais non. Impossible. Elle n'allait pas y parvenir, et elle s'était forgée cette carapace de pierre depuis bien des années, si bien que personne ne la cernait complètement, mis à part ses amis et autres. Petite, Eleazar (elle le nommait ainsi quand elle n'était pas en présence de sa famille) ne l'avait autorisé à montrer ses marques d'affections qu'à peu d'occasions, voilà pourquoi elle ne parvenait pas à exprimer ses émotions telle une adolescente... normale. Frissonnant, elle se retira le mot « normale » de son esprit. Elle détestait la banalité. Simplement parce qu'à son goût, la banalité n'était pas suffisamment intéressante. Rien de plus horrible que d'être plongée dans un climat trop ordinaire, et son entourage se plaisait à dire qu'elle n'était pas normale.

      « Les gens ne sont pas aussi impassibles que toi, Lena. Mais tu... tu devrais être là pour moi et essayer de faire ça. »
      « Et toi, Bella ? Qu'est-ce que tu ferais pour moi ? Jusqu'où serais-tu capable pour m'aider quand je suis en mauvaise position ? Tu es lâche, inintéressante et chipie... alors ne me demande rien. »

    Le ton qu'elle venait d'employer pour ses derniers mots avait été glacial et sans regret, si bien que Bella fut incapable de rétorquer quelque chose. Helena n'avait jamais apprécié la lâcheté, et elle-même n'en était pas une. Elle ne lâchait jamais quelqu'un, et n'abandonnait jamais ses projets non plus. Vive l'ambition. Mais sans ambition, il était impossible d'aller bien loin dans l'avenir. Helena voyait les choses ainsi, point barre, et elle réussissait dans tous ses projets, tandis qu'Isabella était d'un naturel ambitieux, si ce n'était qu'elle foirait tout ce qu'elle projetait. Bella ne tirait pas autant de fierté que son aînée auprès des professeurs et de leurs parents à elles. Et apparemment, cette excuse était la seule à utiliser pour la cadette, étant donné qu'elle n'avait toujours pas trouver une réplique suffisante.

      « Oh, tais-toi donc, Mademoiselle-Qui-Se-Croit-Parfaite ! Tu ne cherches même pas à comprendre mes problèmes, tellement tu es obsédée par les tiens. » lâcha t-elle, colérique. Elle s'interrompit pendant une durée de deux secondes, avant de reprendre, narquoise : « Et de toute façon, tu ne devineras jamais la nouvelle que j'ai apprise. »

    Fermant les yeux, elle eut un bref moment de réflexion. Hochant le visage négativement, elle eut un éclat de rire, cruel, sadique et à la fois amusé. Pourquoi se prenait-elle la peine de jouer à ce jeu ? Ignorait-elle que sa grande-soeur était particulièrement intuitive et douée pour détecter les mensonges ? Se relevant de toute sa hauteur, et Bella l'imita. Elles étaient grandes de tailles toute les deux, bien qu'Helena la dépassait de quelques centimètres.

      « Pour qui me prends-tu donc, Isabella ? Tu ne crois pas que tes petites mascarades inutiles sont vaines ? Tu mens, uniquement pour que je m'intéresse à ce que tu dis. »

    La colère avait disparu du visage d'Helena. Elle avait désormais une expression arrogante, aussi bien sur son visage que sur son regard pétillant.
    Bella s'était tue, fixant sa soeur avec dégoût et serrant les poings.

      « Maintenant, tu peux dégager, Bella. Immédiatement, c'est un ordre, et je ne veux plus te revoir de toute la semaine. »

    En cas général, quand Helena donnait un ordre, il était fortement déconseillé de désobéir. Elle détestait ça. Une fois Bella partie (frustrée), elle se réinstalla au bord de la tour, pensive. Voilà. Encore une fois de plus, elle se retrouvait seule, face à son destin. Seule et encore seule, parce qu'en ce moment précis, elle ne désirait que ça. Elle soupira, sortant une cigarette et l'alluma d'un coup de baguette magique. La fumée s'étendit un peu plus loin que son visage. Elle inhala. Rien de plus beau qu'être plongée dans sa solitude, histoire d'une nuit. La demoiselle savait parfaitement que les autres élèves appréciaient ça compagnie, parce qu'elle en valait bien le détour, malgré ses défauts, son arrogance certaine et son exigence. Elle en valait la peine... elle le savait. Elle était Helena Rozslange, après tout.
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: helena llewelyn rozslange ; 100%   Lun 1 Juin - 16:55

    Fiche terminée. ^^

    La fin est un peu misérable mais je trouvais pas de grandes idées... =/
    Désolée de ça, mais je me rattraperais en RP & le reste. =)
Revenir en haut Aller en bas

Minerva McGonagall
Prof - Vieille Animagus pincé - Directrice des lions

avatar
Masculin
Messages : 1163
Age du joueur : 23
Date d'inscription : 24/11/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Enseigne à Poudlard
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: helena llewelyn rozslange ; 100%   Lun 1 Juin - 17:19

Bonjour et bienvenue,
Et bien je trouve ta fiche agréable et sympa à lire.
J'ai un peu hésité mais tu es donc validée et envoyée chez les Serpys,
Amuses toi bien Wink

Ndlr: Aurais-tu une idée de rang?
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: helena llewelyn rozslange ; 100%   Lun 1 Juin - 19:06

    Merci pour la fiche, et Serpentard convient très bien. =)

    Pour le rang, je verrais bien ça :

    Code:
    [b]slytherin[/b] - [i]& l'art de vaincre avec honneur[/i]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: helena llewelyn rozslange ; 100%   

Revenir en haut Aller en bas
 

helena llewelyn rozslange ; 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Eloge de la folie :: WIT-SHARPENING POTION :: Registres :: Fiches validées :: Saison 1-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit