AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 -{ L'Honneur est une chose plus précieuse que le plus beau des diamants. -ENDED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: -{ L'Honneur est une chose plus précieuse que le plus beau des diamants. -ENDED   Sam 9 Mai - 21:23



Lucius Abraxas Malefoy



    Laissez donc tous ces mécréans, ces sangs-de-bourbe, ces gueux sans la moindre notion d'honneur, de valeur, ou de fierté crever la gueule ouverte. Leur tour viendra, croyez moi. Le jour où la pureté sera rétablie est pour bientôt mes amis, il nous suffit de le préparer...








Dernière édition par Lucius A. Malefoy le Dim 31 Mai - 17:11, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: -{ L'Honneur est une chose plus précieuse que le plus beau des diamants. -ENDED   Sam 9 Mai - 21:26


Je suis un sang-pûr. Evidemment que je suis prédéfini. Baisse les yeux, ça t'évitera de poser la question la prochaine fois, gamin stupide.


I. Identité

    Nom, Prénom(s) : Je suis un Malefoy. Tout le monde le sait. Vous ne le saviez pas ? Vous ne méritez donc pas d'être connu. Je ne fréquente que des gens qui le méritent. Et pourtant, il est étonnant que mon nom vous soit inconnu. Mais enfin. Je veux bien m'abaisser à vous donner mon nom dans son intégralité, peut-être serez-vous un peu moins ignare et stupide ce soir, par chance. Je suis Lucius Abraxas Malefoy. Un prénom de la grande noblesse romaine d'antan et le prénom de mon père. Ca y est, votre curiosité pathétique a été comblée ?

    Date de Naissance, Age : Je suis né le 21 Février 1954, au Manoir. Le reste ? Vous n'avez pas à le connaître.

    Lieu de Résidence : Au Manoir Malefoy. La réponse était pourtant pour le moins évidente. Le Manoir familial. J'y ai toujours vécu, quand je n'étais pas forcé de rester à Poudlard, et je compte bien y vivre pour le restant de mes jours. Chaque mur porte la mémoire de mes illustres ancêtres. Y être élevé et y vivre est un privilège pour lequel chaque Malefoy doit se montrer à la hauteur.


II. Informations complémentaires

    Composition de la Baguette : Ma baguette est faite d'Acacia, un bois de 33,7cm pour être précis contenant un ventricule de Norvégien à Pointe. Une baguette puissante et violente que seule la puissance et la volonté peut maîtriser. Une baguette qui, si elle n'est pas possédée par un maître, serait indomptable pour n'importe quel vulgaire sang-mêlé.

    Camps : Je porte la Marque des Ténèbres, cela ne vous dit rien peut-être ? Soit. Officiellement je me suis repenti devant Dumbledore et le Ministère, comme quoi Mon cher Maître m'aurait manipulé à l'aide d'un Impérium. Mais, vraiment, vous pourriez croire que moi, Lucius Malefoy, je puisse me faire manipuler aussi facilement que ça ? La Marque. Un visa pour accéder à mon terrain de jeu favori...

    Profession: Consultant au Ministère. Fudge a bien trop peur de se mettre à dos la noblesse sorcière pour ignorer mon avis. C'est assez amusant de manipuler ce vulgaire imbécile d'ailleurs. Ah, je suis aussi membre du conseil d'administration de Poudlard. Je ne peux pas décemment laisser cette instance prestigieuse de notre société être dirigée par un vieux fou sans le moindre contrôle. Je me dois de permettre à cette école de fonctionner du mieux possible, et de mettre à la porte toutes ces créatures qui peuplent ses murs.

    Don particulier : Le prestige. Il n'y a rien de mieux dans notre société qu'un Malefoy. Mon fils est d'ailleurs le parti le plus en vu du pays. Notre fortune colossale n'y est pas pour rien.



III. HJ - Vous

    Age : Bientôt l'âge de raison.
    Niveau en Rp : J'ai cru entendre dire que je me défendais...
    Présence /7 : Quand Violet n'est pas là. Let's say, 3/7
    Personne sur votre avatar : Jason Isaacs
    Code du Règlement : Violet is the best, Severus can do better =P
    Comment nous avez-vous connus ? Si je dis deux mots d'identification : Muarf Piaf Cool



Dernière édition par Lucius A. Malefoy le Sam 9 Mai - 21:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: -{ L'Honneur est une chose plus précieuse que le plus beau des diamants. -ENDED   Sam 9 Mai - 21:26


    J'ai décidé d'écrire des mémoires. Bribes de souvenirs qui feront que le monde se souviendra toujours de moi. Je n'ai rien à me reprocher dans ma vie, j'ai la conscience tranquille. Certains comme ce rêveur de Dumbledore me haïssent pour ce que je fais, ce que j'ai pu faire et surtout, pour ce que je ferai. Mais je n'en ai cure. Ma vie sera bien meilleure que la sienne. Je resterai plus dans les mémoires que lui. Je lui reconnais bien un talent... certain pour la magie, mais des qualités humaines il n'y en a guère. Il aurait pu mettre son intelligence au service d'une noble cause, celle du Seigneur des Ténèbres par exemple, mais au lieu de cela il a préféré s'enfoncer dans ses niaiseries. Ses inepties. Dumbledore pense que le monde est rose et il a des idéaux plein la tête. Il n'a rien compris au monde. Le monde ne fonctionne pas comme ça. Il n'a jamais fonctionné ainsi. Et les rêveurs n'ont pas leur place ici. C'est une chose que j'ai compris il y a bien longtemps déjà. Fils unique d'une des plus grandes familles de ce monde, j'ai pu observer dès le plus jeune âge toutes les villénies qui peuvent empêcher les plus faibles de mener une existence confortable. Mon père n'était pas fidèle à ma mère, et très tôt je compris qu'il n'y avait pas d'importance à cela. Abraxas m'a d'ailleurs dit un jour, quelques années plus tard, alors que nous prenions un verre devant la cheminée, entre hommes, que cela était signe de pouvoir chez un homme. Toutes les posséder et en jouer selon son bon plaisir. J'ai toujours suivi ses conseils sur ce sujet-là, et personne ne se voile les yeux sur le sujet. Narcissa n'est qu'une potiche aujourd'hui. La plus belle femme de sa génération et je me devais de me l'attacher pour éblouir la foule dans toutes les réceptions. Elle m'a donné un héritier à la beauté fascinante également. Drago est un vrai Malefoy, et suivra mes traces, le doute n'est pas permis sur la question.

    Je suis né le 21 Février 1954 au Manoir Malefoy. Pour le peu que je sais sur le sujet, c'était une nuit glaciale et la médicomage que fit venir spécialement mon père n'avait cessé de demander de l'aide à celui-ci. Vainement. Un homme n'avait pas à s'abaisser à ces travaux de bonne femme. Après de nombreuses heures de travail, je vint au monde. Et la médicomage fut tuée "par accident" peu après. Il semblerait qu'elle ai parlé sur un ton peu élogieux envers mon père. Je fut élevé par ma mère, principalement, jusqu'à l'âge de 8 ans. Elle m'appris à me tenir et me fit découvrir de nombreux éléments qui font partie intégrante de ma culture d'aujourd'hui. L'enfance n'a de réelle place chez les Malefoy et dès le plus jeune âge, on vous apprend à évoluer comme un prince dans cette société sorcière qui se fait de plus en plus médiocre. Helena mourrut alors que j'étais à Poudlard, quelques années plus tard, et cela ne me toucha pas plus que cela. Elle avait toujours été plus une nourrice qu'une mère pour moi, et je n'avais autre chose que du respect envers elle. De toute manière, comme j'ai déjà pu le dire, ma véritable éducation commença le jour de mes huit ans, quand mon père décida que j'étais enfin suffisament mûr pour être digne d'avoir son attention pleine et entière. Un fils Malefoy. Son fils. Son sang. Je me devais d'être aussi parfait qu'il pouvait l'être. Je me devais de devenir un grand de ce monde pour ne pas salir notre nom, et c'est ce que j'ai fait. Je fut officiellement introduit dans la communauté mondaine sorcière cette année-là. Quelle fierté de marcher à ses côtés ! Nous resplendissions dans chacune des soirées où nous daignions nous rendre. J'étais comme lui. Blond, si blond même que cela tirait vers le blanc. D'une beauté qui me valait déjà les regards des plus âgées, pressées qu'elles étaient de me voir grandir. Mon visage, comme celui d'Abraxas, reflétait la noblesse et mes traits fins étaient le miroir même de mon éducation. Des traits que je porte encore fièrement aujourd'hui, et qui sont toujours aussi ravageurs auprès de la gente féminine. Le seul trait physique que j'ai hérité de ma mère se trouve en vérité être mes yeux. Gris. Froids. Glacials même. Depuis ils ont appris à refléter l'amusement profond et la haine. Le pouvoir et le plaisir d'être. Le plaisir de contrôler l'autre. Il est toujours aussi amusant par ailleurs de remarquer qu'un regard appuyé peut suffir à s'attirer toutes les faveurs d'une jouvencelle. Tellement simples à manipuler...

    Le pouvoir. J'ai toujours aimé cela, et déjà à l'époque j'avais compris que mon nom pouvait m'ouvrir toutes les portes. Absolument toutes en vérité. Mes désirs étaient des ordres, et si mon père refusait, je trouvais toujours un moyen de contourner son refus. Rien n'avait à me résister. Absolument rien. Il m'avait présenté aux plus grands de ce monde, et j'ai appris de cette époque à toujours cultiver mes réseaux, mes contacts. L'art de la tromperie et de la flatterie également. Signifier à un vulgaire sang-mêlé que son verbe assure sa noblesse, par exemple, n'était que trop aisé. Et une fois cela fait, la moindre demande se voyait remplie avec zèle. Oui, j'avais déjà compris ce qu'était la vie à l'époque. Je n'avais ni frère, ni soeur, mais plusieurs cousins éloignés que je cotoyais parfois dans l'année. Les plus âgés s'amusaient à parler de leurs dernières conquêtes, et les plus jeunes les écoutaient avidement, attendant de faire de même. Ces quelques années de pûre mondanité n'étaient que plaisirs et déléctation. Initiation à la débauche également. L'alcool, certes... Mais il était trop simple de changer de vulgaires bièreaubeurre en quelque chose de bien plus fort. Voire même, encore plus amusant. D'aller voler ces idiots de sang-de-bourbes pour récupérer leurs stocks d'alcool. Véritablement simple, de trop. Quant à l'autre sujet... Il me semble avoir goûté pour la première fois aux femmes juste avant ma rentrée à Poudlard. Un des mes cousins ayant décidé qu'il était tant de m'initier. Ce doit être cela, j'avoue ne plus être tout à fait certain de ce moment. Peu important en vérité. Mon premier acte magique ? Il y a de quoi en rire. C'était une soirée chez Fitzwilliam D. Lamblood. Un elfe de maison refusait de me servir un fond de champagne, comme mon père m'avait donné l'habitude, prétextant que j'étais trop jeune pour cela. Mais à huit ans, cet alcool n'avait que le goût d'une sucrerie pour moi. Enervé que cette créature ose me résister et refuse de se plier devant mes demandes incessantes sur le sujet, j'ai fini par la projeter contre le mur d'en face. Classique, et toujours aussi efficace comme manifestation de colère..

    Enfin. Lorsque vint le jour de mes onze ans, je reçus ma lettre pour Poudlard. A l'époque, le directeur n'était pas cet incapable de Dumbledore mais Dippet. Et son écriture était bien moins farfelue que celle de l'actuel locataire du bureau directorial de l'école. Je n'ai pas sauté de joie comme tant d'autres imbéciles ont pu le faire. Un simple sourire de satisfaction était apparu sur mon visage, et quelques heures plus tard, notre elfe de maison m'avait ramené mes livres. Il était évident que j'avais ma place à Poudlard et il n'y avait eu aucune surprise à cela. Pas plus qu'à se réveiller le 31 Décembre pour se rendre compte qu'il ne faisait pas 31°C dehors. J'ai passé les quelques mois suivants à feuilleter de temps à autres mes livres, et surtout, à commencer à m'entraîner sur notre elfe pour les sorts de Défense contre les forces du Mal. Je savais déjà que ce serait ma matière favorite avant même d'avoir mis un pied au Château.



Dernière édition par Lucius A. Malefoy le Dim 31 Mai - 14:04, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: -{ L'Honneur est une chose plus précieuse que le plus beau des diamants. -ENDED   Sam 9 Mai - 21:26

    « Je vois de l'arrogance, et une ambition sans commune mesure. Une âme dangereuse tu as... Noire même. Une seule maison te permettras de parvenir à tes fins... SERPENTARD ! »

    J'étais arrivé à Poudlard un peu plus tôt. Mon uniforme flambant neuf, j'avais passé le trajet jusqu'au Château en compagnie d'une brochette d'imbécile tout à fait manipulables. Crabbe et Goyle. Leurs fils sont aujourd'hui aussi idiots qu'ils pouvaient l'être à l'époque. Durant ce même trajet, j'ai aussi croisé la route d'autres éminents futurs Verts et Argents qui n'ont pas hésité à suivre mes pas et à rejoindre les rangs du Seigneur des Ténèbres quand cela est devenu possible. Les autres ? Je les ignorais totalement. Quand le Choixpeau appela mon nom, des murmures s'élevèrent dans la salle. Oui, j'étais bel et bien le nouveau Malefoy. L'Héritier. Celui qui allait faire des ravages dans les générations précédentes et futures. Le Choixpeau ne s'était pas trompé, et un sourire de mauvaise augure était plaqué sur mon visage pendant que le bout de tissu réfléchissait à un choix existenciel dont je connaissais la réponse depuis longtemps. Tous les membres de ma famille avaient été des serpentards, je ne dérogerais pas à la règle. Et c'est avec un petit sourire satisfait que j'étais allé m'installer à ma table, alors que les autres se battaient pour me serrer la main. A l'époque, ils avaient déjà tous conscience de l'importance de mon amitié, ou ce qui s'en rapprochait. Le dortoir des Verts et Argents a toujours été particulièrement confortable. Peut-être parce que les autres me laissaient le plus souvent la meilleure place où que j'aille. Nous étions dans nos cachots et nous y régnions en maîtres absolus. Certes, de temps à autre quelques poufsouffles venaient s'égarer dans notre domaine mais bien rapidement, ils apprenaient à ne pas y remettre les pieds. Depuis ma première année, j'ai appris à forcer les autres à se plier devant moi. Qu'importe qu'ils aient quelques années de plus ou pas. Entouré de ma cour, personne n'osait jamais m'attaquer, sans compter que des rumeurs douteuses commençaient à courrir dans le Château à mon sujet. On disait qu'apparement, j'avais utilisé un jeune blaireau pour tester mes sortilèges de Défense contre les Forces du Mal, une nuit complète, et qu'au matin même, le jeune puceau s'était enfermé dans son dortoir n'osant plus faire le moindre geste, sanglotant. Bien sûr, personne n'a jamais sut si cela était vrai ou pas, le gamin n'ayant jamais parlé. La seule personne au monde capable de jouer l'innocence parfaite sur cette question tout en sachant que tout était vrai était ma personne. Effectivement. A la fin de ma première année... j'avais eu envie de m'amuser et devant les deux gorilles qui me tenaient habituellement compagnie, je m'étais amusé à passer la nuit à leur montrer l'efficacité de ces sorts quand c'était moi qui les lançait. Une sorte de cours magistral... Seulement, Dippet ne put jamais prouver que j'étais l'auteur de cette torture et je ne reçut donc pas de condamnation. Ce qu'il valait mieux, Abraxas ne l'aurait certainement pas apprécié et je préfère ne pas penser au genre de punitions auxquelles il était capable de me soumettre.

    Il faut que je mette ici quelques notes concernant ma seconde année, et le premier jour de celle-ci plus particulièrement. J'étais assis, attendant avec impatience que le début du festin commence, les nouveaux arrivants n'ayant pas d'importance pour moi, trop jeunes pour pouvoir m'apporter quelque chose. Aussi, j'étais en grande conversation avec Goyle, du moins, en plein monologue, lui expliquant la manière dont j'avais passé l'été et le fait que j'avais mis la main sur un livre de magie noire dans la bibliothèque familiale qui s'annonçait particulièrement intéressant, ouvrage que j'avais ramené à Poudlard et qui siégeait fièrement dans ma valise quand soudain, des ricanements se mirent à éclater à ma droite. Les quatrièmes et cinquièmes années s'étaient même mis à siffler d'admiration devant, je ne pouvais guère me tromper, une fille. C'est seulement à ce moment là que j'ai daigné tourner la tête vers le choixpeau pour voir une toute nouvelle tête des plus intéressantes. Plutôt grande pour son âge, très fine, d'une blondeur resplendissante.... Je connaissais déjà de vue cette gamine. Narcissa Black. Fille d'une autre grande famille de sangs-pûrs et à ne pas me tromper, elle viendrait rapidement s'asseoir à notre table. Le nom de notre maison fut d'ailleurs bien vite crié par le Choixpeau et alors que mes camarades applaudissaient j'avais simplement dit à Goyle de dégager de manière à laisser une place à la belle à mes côtés. Une lueur de profonde satisfaction s'était affichée dans ces deux perles glaciales quand Narcissa accepta de s'asseoir à côté de moi. Depuis, je n'ai eu de cesse de la courtiser. Du moins, tant qu'elle ne fut pas définitivement à moi. Elle était bien trop belle pour être mise dans les bras d'un autre. Il lui manque l'intelligence mais je n'en ai cure. Elle est belle, et me permet de rendre malade de jalousie les autres hommes encore aujourd'hui quand elle déambule à mon bras dans les soirées mondaines. Alors, qu'importe si quelques leçons de culture générale seraient nécessaires.

    J'étais plutôt bon à Poudlard. Du moins, dans les matières qui m'intéressaient. Défense contre les Forces du Mal, Potions, Métamorphose et Sortilège. Le reste n'a jamais vraiment sut trouver grâce à mes yeux. Mais il n'y avait vraiment qu'une seule matière dans laquelle j'excellais : la Défense contre les Forces du Mal. J'avais hérité de mon père une grande force, une grande puissance et déjà, quand nous étions allé acheter ma première baguette, Ollivander m'avait jeté un regard intrigué, presque effrayé devant la rigueur de ma baguette. Une baguette ne va qu'à un sorcier. La mienne me réfletait déjà parfaitement à l'époque. Domptable que si je faisais exercice de ma puissance sur elle. Tout imbécile qui aurait tenté de la maîtriser dès notre première année aurait échoué. Trop sauvage, trop farouche pour eux. Le cours de Défense était le seul cours qui paraissait un tant soit peu intéressant. On pouvait lancer des sorts qui auraient une utilité réelle dans notre vie. En parallèle, j'étudiais avec grand intérêt les livres de Magie Noire que je parvenais à dénicher au Manoir et de temps à autre, je m'introduisais dans la Réserve de nuit pour avoir accès à ces ouvrages interdits. La magie noire me permettait de décupler ma puissance et la force que mes sorts avaient par la suite était particulièrement jouissive. Plus d'une fois un élève s'est retrouvé blessé par ma faute, mais jamais ils n'osèrent aller rapporter cela au directeur, de peur que je ne recommence. La terreur, il n'y a que cela qui permet de contrôler les faibles. Au fur et à mesure des années, mes sorts se faisaient plus compliqués, plus vicieux aussi. J'aimais apprendre des rites anciens et fantasmer à l'idée de les appliquer un jour. Mais il n'y avait pas que dans la Magie que je me pervertissais avec les années. Mon corps avait aussi d'autres demandes pour lesquelles je me suis toujours appliqué à leur donner réponse. Les femmes. Gamines. A treize ans déjà, je ne passais pas une semaine sans avoir une pepée à mon bras, me pavanant. Et si les premiers mois j'hésitais encore à les faire systématiquement miennes, cette hésitation disparue bien rapidement. Tableau de chasse que j'avais mis en place. Il me les fallait toutes, toutes les plus belles. Pouvoir jouer avec elles, il n'y avait que cela qui m'intéressait en-dehors de la magie. Souvent je les prenais avec violence, étouffant leurs cris à l'aide d'un simple sort. Cela était trop simple, et plus mon tableau de chasse se remplissait, plus j'avais soif de nouvelles conquêtes. Je courtisais toujours Narcissa mais j'attendis qu'elle soit bien formée avant de la posséder. De me l'attacher à jamais. Je l'ai toujours trompée, même au début de notre relation durant ma cinquième année. Tous les lieux de Poudlard étaient prétexte à la débauche pour moi. Parc, salles vides, dortoir et autres salles de bain. Elles ne me résistaient pas et les autres venaient à m'admirer pour mon aisance et.... ma cruauté en la matière. Qu'importe qu'elles ai des sentiments je n'ai jamais eu la moindre pitié pour elle. Seul mon plaisir comptait et cela est encore le cas aujourd'hui.


Dernière édition par Lucius A. Malefoy le Dim 31 Mai - 15:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: -{ L'Honneur est une chose plus précieuse que le plus beau des diamants. -ENDED   Sam 9 Mai - 21:26


    Des murmures se faisaient de plus en plus pressants et tous les matins, dans la Gazette à laquelle j'étais abonné, on pouvait lire des faits inquiétants. Un homme apparement s'amusait à enlever leur vie à des moldus, sans raison apparente. Je ne sais pourquoi, mais mes sentiments étaient partagés vis-à-vis de cela. Entre crainte et admiration à vrai dire. Crainte car ses actes, ses meurtres se faisaient de plus en plus violents, cullotés et même sadiques. Crainte car on ne pouvait jamais deviner ce qu'il préparait pour la suite ni jusqu'où il pourrait aller. Mais fascination également. Fascination de voir avec quelle aisance il parvenait à échapper au Ministère. Fascination de voir de quelle manière il parvenait à regrouper des hommes et des femmes de tout âge autour de lui, près à le soutenir jusqu'à la mort. Fascination également de voir jusqu'où il pouvait aller pour servir une cause qui était déjà la mienne. Les moldus, les cracmol, sang-de-bourbe et autres sang-mêlés n'avaient pas leur place dans le monde magique. Seule l'élite devrait exister. Des êtres d'exception, comme moi. Chaque jour, nous en parlions entre nous. Autour d'une bouteille de whisky-pur-feu dérobée lors de la dernière sortie à Pré-au-Lard, quand on s'entraînait à pratiquer la Magie Noire, la nuit, dans nos dortoirs. De jour, en plein pendant les cours. Plus les semaines, les mois passaient et plus ce mage noir prenait de la place dans ma vie. Attirant, fascinant. Mais je n'osais pas me présenter devant lui tant que mes pouvoirs ne seraient pas suffisament bon. Je savais qu'il pouvait tuer sans raison, mieux valait ne pas lui en donner. J'ai attendu le milieu de ma sixième année pour cela. On était quelques uns, une poignée. J'avais entendu parler d'un homme qui faisait partie de ceux qui s'appelaient les "mangemorts". Je n'ai pas hésité et après l'avoir contacté, un rendez-vous nous avait été donné durant les vacances de Noël dans un champ d' Exeter.

    Capuchons rabattus sur la tête, nous avançâmes. Quatre hommes et une femme. On nous hurla de nous agenouiller tout en nous demandant de ne pas relever la tête. Je tremblais de tout mon corps, je m'en souviens comme si c'était hier. La puissance qui se dégageait de Lui était telle que je la sentais frémir tout contre moi, comme s'il me testait. Un à un, nos capuchons furent enlevés alors que de Sa voix il nous demandait de le regarder dans les yeux. Je savais qu'il ne me fallait rien craindre et pourtant, j'avais toutes les peines du monde à ne pas claquer des dents ni à faire le moindre geste indiquant mon intention de fuir. Je ne savais pas ce qu'il faisait, mais soudainement deux mots me glacèrent le sang.

    « AVADA KEDAVRA ! » Je ne pût que dégluttir avec difficulté, fermant un instant les yeux alors que l'homme qui se trouvait à ma gauche venait de s'effondrer au sol. Ca allait être mon tour, et je ne savais pas ce qui avait causé la mort de l'autre. Un jeu de hasard peut-être ? J'espérais du plus profond de mon être de ne pas m'être trompé en venant à lui. Je ne le décevrais pas. Jamais. Ma décision était prise. De toute manière, la moindre déception me coûterait la vie.

    « Voyons à présent si... ton coeur est pûr ou si comme ton... cher camarade tu souhaites, tenter, de me nuire... »

    Mon capuchon avait été rabattu avec force par un homme masqué et c'est là que je croisa le regard de celui qui nous avait demandé de le saluer au nom de Lord Voldemort un peu plus tôt. Nom de mégalomane mais j'avais bien vite éloigné cette pensée au vu du danger présent. A peine son regard s'était plongé dans le mien qu'un tourbillon de souvenirs passa devant mes yeux. Mon enfance, les réceptions, mon arrivée à Poudlard, la Magie Noire, la dépravation, l'arrogance, la haine. Tout cela était ma vie et je n'en avais nulle honte et, de toute évidence, cela ne lui déplut pas car un rictus était venu se dessiner sur Ses lèvres une fois le tout arrêté. J'avais compris, il venait d'exercer la légilimencie sur moi. Capacité qui venait un peu plus ajouter à la crainte qu'il m'insipirait.

    « Vous désirez me servir. C'est noble de votre part... mais. L'envie ne fait pas tout. Pour avoir le droit de faire partie de mes... chers mangemorts, il vous faudra tuer. Qu'importe le nombre, qu'importe la manière. De cet acte relèvera votre rang. Et si vous vous déglonfez... un de mes mangemorts vous accompagnant se fera un plaisir de vous tuer pour votre lâcheté. »

    Tuer. Ainsi, l'épreuve était celle-là. Tuer, sans pitié. Et, à ce que je pouvais comprendre, avec la plus grande sadicité possible de préférence. C'était dans mes cordes. Je m'étais déjà adonné à la torture et au viol, le meurtre n'était qu'une étape de plus. Excitation profonde que je ressenti à l'idée d'ôter la vie à un être humain. Pûre jouissance qui s'annonçait. Contrôler la vie jusque là, rien ne pouvait être plus beau. Chacun d'entre nous se vit attribuer deux mangemorts qui nous firent transplaner dans un lieu différent. Pour moi, c'est Londres qui avait été choisi. Londres, une ville où tout pouvait se passer. A ce que je pouvais voir, nous étions du côté moldu. Ce serait une partie de plaisir, ma victime ne se défendrait pas. Nous avons marché côte à côte pendant quelques minutes jusqu'à ce qu'une jeune femme croise notre route. A vue de nez, je lui donnais mon âge et sa longue chevelure brune avait attiré mon regard. Je n'ai pas hésité. Je savais ce que celui qui allait devenir mon Maître attendait de moi, et elle me plaisait. Comme toujours, j'ai donc lié l'utile à l'agréable.-

    [nb. passage NC-18. Lemon hard. Vous aurez été prévenus...]
    Spoiler:
     

    Quand nous retournâmes auprès de Lui, ses hommes lui racontèrent ce qu'il s'était passé et mon Maître vint de nouveau lire dans mon esprit pour vérifier leur dire. Cette fois-ci je n'avais plus peur, seul un sourire de béatitude totale était imprimé sur mon visage. Je l'avais fait, j'avais réussi. Il serait fier de moi. Et il l'était en vérité. L'ombre d'un sourire était venue se loger sur son visage alors qu'il me regardait. Il sortit alors sa baguette et demanda à l'un des deux qui m'avaient accompagné de soulever une de mes manches. Il apposa sa baguette et, après une atroce douleur, je put voir avec joie cette cicatrice, ce tatouage prenant tout mon avant-bras gauche. La Marque des Ténèbres. Oui, j'étais fier de la porter et quand il me demanda de baiser le bas de sa robe, je ne me fit pas prier, un profond sentiment d'allégresse étant ancré en moi.

Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: -{ L'Honneur est une chose plus précieuse que le plus beau des diamants. -ENDED   Dim 31 Mai - 17:06


    Depuis ce jour je n'ai cessé de porter fièrement la Marque, même si lors de sa chute j'ai du faire croire le contraire pour ne pas finir à Azkaban. Mon regard brille toujours quand je la regarde et je n'ai jamais été déçu. Dès mon retour à Poudlard, je m'étais mis en tête de recruter d'autres jeunes mangemorts. J'avais confiance en notre mission et mon Maître était heureux de ma décision. J'ai donc passé les deux années suivantes à recruter toutes les potentialités au sein des Serpentards. J'avais d'ailleurs bien rapidement mis la main sur un gamin de six ans mon cadet, Severus T. Rogue. Très intelligent, à l'esprit très vif et profondément solitaire. Sa personnalité m'intriguait toujours, et j'ai passé des heures entières à le jauger de loin avant de finir par l'approcher et engager la conversation avec lui. Il n'était pas bavard et son humour était des plus cassant. Une personnalité réellement intéressante. La seule chose que je ne comprenais pas chez lui, c'était sa relation avec une sang-de-bourbe de Gryffondor. Plus d'une fois je lui en ai parlé et j'ai toujours espéré qu'il finisse par voir que la seule utilité qu'elle pourrait avoir pour lui serait de venir l'occuper dans son lit quand il s'ennuyait, un point de vue qu'il ne partageait pas à l'époque. Je lui ai prêté quelques ouvrages de magie noire, l'encourageant à me dire ce qu'il en pensait et, même après mon départ de Poudlard, je mis un point d'honneur à rester en contact avec lui. Son intelligence me serait toujours utile, et il ferait un allié de choix au sein des mangemorts. D'ailleurs, quelques années plus tard, il avait finit par nous rejoindre, à ma plus grande satisfaction et depuis ce jour là, je le considère comme un ami. Son ton sarcastique et son humour caustique m'amusent toujours et il est toujours amusant de le taquiner sur ses peines de coeur, depuis qu'il a perdu sa chère Lily. Je n'ai jamais compris ce qu'il lui trouvait à part une réelle beauté en fait. De toute manière, sa mort est une bonne chose. Elle n'aurait pas fait une bonne femme pour lui. Severus avec une sang-de-bourbe, ce n'est pas pensable.

    C'est durant la fin de ma 7ème année que j'ai demandé à Narcissa de m'épouser, ce qu'elle accepta immédiatement. Le mariage a été célébré dès notre sortie de Poudlard et quelques années plus tard, lors de mes 26 ans en réalité, Drago naquit. Certes, j'aurais pu avoir un héritier bien plus tôt, d'ailleurs, je dois surement avoir quelques bâtards qui traînent dans le pays mais je ne les reconnaîtrais pas. Drago est mon fils unique et seul héritier, et je l'ai eu avec Narcissa. Ce gamin est parfait, il a hérité de notre beauté à tous deux et de mon caractère. Il fera un bon mangemort également quand le temps sera venu. A l'époque, j'ai demandé à Severus d'être son parrain. Mangemort, Maître en potions, il avait tout pour être le parrain idéal, étant donné que je ne lui demandais pas sa présence. A présent, Drago est en troisième année, Severus enseigne à Poudlard et moi, je traîne encore dans les couloirs du Ministère comme à mon habitude. Le Lord est tombé quand mon fils n'avait qu'un an, à cause du gosse à Lily Potter justement, mais je sais au fond de moi qu'il n'est pas mort. Il reviendra, j'en suis certain. Et quand le moment sera venu, je me tiendrais près. Je fais profil bas depuis quelques années, mais dès que cela sera possible, je serais à nouveau le premier de ses serviteurs, comme autrefois. Et notre vie sera à nouveau faite de jouissance, de débauche et de pouvoir. Enfin.



- THE END -




    Allez. Qui veut bien passer me valider ? xD
Revenir en haut Aller en bas

Paul Higgins
Newcomer [*] -> Pense à ta fiche =)

avatar
Masculin
Messages : 129
Age du joueur : 55
Localisation : Les fesses sur la chaise de mon bureau. Les pieds sur le bureau ; et moi dans mon bureau. Logique ?
Age du perso. : 16 ans
Date d'inscription : 16/02/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Directeur de Recherches à l'Hopi' Ste Mangouste
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: -{ L'Honneur est une chose plus précieuse que le plus beau des diamants. -ENDED   Dim 31 Mai - 20:00

    M'en charge !



    BIENVENUE m5

    Je n'ai jamais aimé Lucius Malefoy ; un crétin parmis tant d'autres, qui ne sert à rien et qui passe son temps à lécher les bottes à tout le monde pour accroître son image et son égo. D'autant plus qu'il est pitoyable comme personne, insupportable et pitoyable. Une bouse de dragon pourrie jusqu'à la moelle ! Mais là...là...Je dois dire que tu m'as charmé. Ton histoire sous forme de rp écrit à la première personne m'a beaucoup plu et je ne me lasse apparemment jamais de ton style d'écriture. Un vrai délice pour mes mirettes et j'ai également apprécié la façon dont tu joues et incarne ce cher Malefoy. T'aurais dût venir plus tôt en Malefoy sur les forums où j'étais avant ! Ca m'aurait évité de supporter les autres versions de Malefoy que j'ai connues...

    Bref. Inutile de te redire que tout est parfait, sinon tes chevilles vont gonfler. Tu es bien sûr validé !
    Tu pourras te mettre toi-même ton rang et tes couleurs je pense xD Et je te passe les choses administratives à faire étant donné que tu en es l'inventrice !

    Bien, il ne me reste plus qu'à te souhaiter un très bon jeu avec ce nouveau perso alien
    Eclate toi bien & au plaisir dans un Rp =p
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: -{ L'Honneur est une chose plus précieuse que le plus beau des diamants. -ENDED   

Revenir en haut Aller en bas
 

-{ L'Honneur est une chose plus précieuse que le plus beau des diamants. -ENDED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Eloge de la folie :: WIT-SHARPENING POTION :: Registres :: Fiches validées :: Saison 1-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com