AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Je suis une ombre dans la grande obscurité - 100 % ─ ENDED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: « Je suis une ombre dans la grande obscurité - 100 % ─ ENDED   Sam 9 Mai - 1:47



« Caldwyn O. Carlton »


Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Caldwyn O. Carlton le Jeu 14 Mai - 23:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: « Je suis une ombre dans la grande obscurité - 100 % ─ ENDED   Sam 9 Mai - 1:47

      Thérapie familiale séance un ; Ou le moyen de détester la famille


    Nous sommes chez le psy en ce moment-même. Je me présente, Caldwyn Orlando Carlton. Je suis issu d'une famille assez étrange. Un père moldu, une mère sorcière, trois frère, trois sœurs tous cracmol. J'en ai de la chance, pas vrai ? Un vrai bol. Enfin, si on peux appeler ça de la chance, parce que moi je trouve que c'est plutôt une famille de barges. Si si je vous jure. Pourquoi d'après vous, somme-nous chez le psy ?

    Psy ─ « Bonjour. Je me présente, je suis Jeffrey Callagner et je serais votre psychologue de famille pendant toute la durée de la thérapie pour comprendre ce qui ne va pas. J'opérerais des entretiens individuels en commençant par le plus jeune de vous tous ; Caldwyn. »

    Pendant que les autres s'en allaient, je restais là, assis dans ce fauteuil inconfortable, face à un homme que je ne connaissait pas et qui voulait que je lui déballe mes secrets en un coup de baguette magique. J'aurais préféré m'enfuir mais impossible. Le tortionnaire continua. Pourquoi tortionnaire ? Vous n'avez jamais eu affaire à un psy, ça se voir. Un psy ça vous ramollit le cerveau puis vous demande vos secrets de famille les plus lourds. Nous sommes déjà passés par cinq psychologues différents et tous nous ont révélés que nous étions trop nombreux, mal installés et avaient des opinions si différents au final. Celui-ci est le sixième et je commence à en avoir assez de raconter ma vie tout le temps. Ça en devient presque suicidaire.

    Psy ─ « Alors Caldwyn, racontez-moi un peu ? Qu'est-ce que vous pensez qui ne va pas dans cette famille ? »

    D'une voix insolente comme j'ai l'habitude de l'employé, je répond d'un air agacé :

    Caldwyn ─ « Qu'est-ce qui ne va pas ? Vous voulez vraiment savoir ? Qu'est-ce qui ne va pas ? Vous voyez ces gens dehors, qui attendent bêtement qu'on leur ouvre la porte ? Ils sont inutiles au monde et complètement barges. Ils ne sont pas mes parents, j'en suis sûr. Et ces trois frères et ces trois sœurs, qu'ont-ils à voir avec moi ? Je ne vis pas une vie pleine de bonheur. Eux sont tranquilles, là avec leurs vies de cotillon mais moi j'ai envie d'hurler, de m'en aller, de faire des choses que j'ai envie, et pas rester avec eux à l'une de leurs soirées mondaines où je sers de décor aux murs. Voilà ce qui ne va pas chez nous. On est pas dans le même monde. »

    Exalté, je pense qu'il l'était. Je crois ne jamais avoir parlé aussi vite et aussi fort. Ces gens derrière la porte avaient dû m'entendre et je m'en contre-fichais. Après tout, je les considéraient tous comme des inconnus, nous n'avions aucun point commun. J'étais châtain, eux étaient tous blond platines. J'étais plein d'ambitions, de rêves, eux rêvez à appartenir à la bonne société londonienne, comme des erreurs de la nature. Je voulais être différent et eux n'aspiraient qu'à se fondre dans la masse.

    Psy ─ « Très bien Caldwyn. Parlons un peu de ton existence en tant que Caldwyn. Raconte moi un peu ta vie. »

    Je regardais le psy avec un regard de meurtri. Ces cicatrices sur le coup n'étaient peut-être pas une preuve suffisante après tout ? Chaque psy commençait par cette question à chaque rendez-vous. Tout le temps la même réponse. Je répondais quelque chose du genre « Voyez-vous ces cicatrices ? Ça n'est pas une preuve suffisante ? » Mais à chaque intervention, le psy avait l'air surpris. Pfff. Tous des incultes.

    Caldwyn ─ « Très bien. Vous voulez tout savoir ? Bien, je ne me plaît pas du tout où je vis. Ce sont des gens infectes de la bonne société anglaise. Vous voyez ces cicatrices en forme de trous sur mon cou ? C'est cet ignoble Orchesius qui me l'a infligée. Un coup de cigare pour avoir cassé une assiette datant d'avant ce siècle. Bon d'accord c'est de la porcelaine rare mais tout de même. Même si je ne me considère pas comme son fils, je le suis. C'est un ignoble traître. Une vipère. Je ne vous parle même pas de ma mère et ses ignobles filles et fils. »

    Pas un mot de la part du psy. Je comprends qu'il me croit cinglé, comme tout les psy. Enfin, je les comprend moi aussi. Dans une famille, le cinglé, c'est celui qui est pas comme tout le monde. Mon histoire est assez banale me direz-vous ? Un garçon effronté qui veux partir de cet enfer pour devenir quelqu'un d'autre. Tout moi. Je suis né dans une famille de dingue. Je suis une ombre dans la grande obscurité.

    Un peu d'histoire ? Bon, d'accord. Pour me cerner, il vous faut peut-être un peu de mon vécu. Bon alors. Par où commencer ?Hum. Je suis le premier enfant d'une famille de 7 enfants. Pas une partie de plaisir. Mais je ne plaindrais pas ma mère. Je ne suis que le fruit d'un union désapprouvé. Oui car mon père et ma mère n'avaient pas pensés à se couvrir ce soir-là. Maintenant quand j'y repense, je me dis qu'il ont bien fait, sinon je en serais pas de ce monde. Je suis né un deux novembre de la sainte année deux mille soixante quatorze. St-mangouste fut mon lieu de naissance. Dès le début, je sentis ne pas être aimé. Dès cinq ans je savais lacer mes chaussures et manger tout seul. J'étais déjà un brave petit gars qui se débrouillait tout seul. En l'espace de 5 ans il y avait eu du changement. J'avais déjà deux frère et une soeur. Tous aussi con les uns que les autres. Je les détestais. Étant le plus grand, je n'avais rien droit qu'aux dernières choses, toujours le dernier servit. Mes frères et sœurs eux avaient tout ce qu'ils voulaient. J'en était presque jaloux. Puis arriva le jour où j'eus sept ans. Mon père m'appris qu'il fallait lui obéir en me plaquant son cigare dans le coup, cigare brûlant. La douleur fût atroce et pendant des années durant je n'osa plus le regarder en face. Je m'occupais de la maison comme une vraie femme de chambre doit le faire. Le mot magie, que mon père m'avais appris, était prohibé. Quiconque parlait de ça avait droit à une peine capitale ; pas de souper le soir et pas droit à la parole pendant deux jours. Un sacrilège. Enfin pas pour moi. Le temps que j'atteigne 10 ans et j'avais déjà 6 frère et sœurs à côté de moi. Tous exaspérant. Ils formaient tous la famille modèle. Mais moi je ne les aimais pas. Je les haïssais. Mon père plus que les autres. Chaque bal, chaque soirée, je restais là, les bras ballant, à les regarder faire la fête. J'avais droit à boire de l'eau minérale alors qu'eux rentraient à la maison ivres mort.


Dernière édition par Caldwyn O. Carlton le Jeu 14 Mai - 23:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: « Je suis une ombre dans la grande obscurité - 100 % ─ ENDED   Sam 9 Mai - 1:47

      De retour à la maison ; relecture d'une lettre du passé


    Quand nous sommes rentrés de la thérapie familiale, je suis monté dans ma chambre sans aucune parole, refermant la porte derrière moi. J'aimais beaucoup cette endroit. C'était ma petite tanière. Un endroit où j'aimais rester seul pendant de longs moments. J'aimais y rester pour le ressourcer. Pour réfléchir. Aujourd'hui, j'allais me remémorer le moment où j'avais reçu ma lettre. Quoi ? Vous n'êtes pas au courant ? Réfléchissez. Ça n'est pas parce que mon père et toute ma famille ont banni le mot magie que je n'ai pas eu le droit à ma lettre d'admission à l'école de sorcellerie poudlard.

    Citation :
    Cher monsieur Carlton,

    Nous avons le plaisir de vous informer que vous bénéficiez d'ores et déjà d'une inscription au collège poudlard, école de sorcellerie. Vous trouverez ci-joint la liste du matériel nécessaire à votre apprentissage de jeune sorcier. La rentrée étant fixée au premier septembre, j'attends votre courrier le 31 juillet au plus tard.

    Toutes mes salutations,
    Minerva McGonagall

    Je me remémorais ce jour avec certitude. Quand j'avais lu la lettre j'avais été enchanté. Ça avait été juste le mien de cas. En effet, mon père n'étais pas content, d'une part parce que magie était prohibée et parce que j'étais le seul à recevoir la lettre. Il m'avait hurlé « Tu n'iras pas là-bas tu m'entends ? Tu es un ignoble traître à mon sang ! ». La discussion avait été close. Pourtant le 1er Septembre j'étais en route pour Poudlard. Il devait se dire qu'il serait débarrassé. Le début d'un rêve. Quand j'arrivais à Poudlard, les gens furent sympathiques. Je fut réparti et la première année arriva si vite à son terme que je n'en vu pas la couleur. C'était affligeant. Les années passaient à une vitesse affligeante. Chaque nouvelle année de nouveaux cours, de nouveaux sorts et toujours plus d'amis. Je n'étais pourtant pas un élève gâté par la vie et j'étais souvent seul. Chaque été je revenais à la maison, redevenant un zombie comme j'avais été par le passé, aidant dans toutes les tâches. Je me sentais coupable en un sens quand je retournais à Poudlard. Moi qui était habitué à aider, je ne faisais rien d'autre qu'exister là-bas. J'aimais beaucoup les elfes de maisons. Cela est instinctif. Les années défilaient si vite. La cinquième année je remporta haut la main mes BUSE. 5 optimal. Je n'arrivais pas à y croire. C'était inespéré. J'étais sincèrement un bon élève. Puis la sixième année s'enchaîna encore et encore. Je rencontrais de plus en plus d'amis et me faisais une place dans ce cercle fermé de Poudlard.

    La sixième année étant passée, je suis désormais en septième année, prêt pour mes ASPIC, prêt pour entamer une formation d'oubliator.
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: « Je suis une ombre dans la grande obscurité - 100 % ─ ENDED   Jeu 14 Mai - 23:48

    Bonsoir,

    J'ai fini ma fiche. Si jamais il manque quelque chose à celle-ci je la complèterais =P.
Revenir en haut Aller en bas

Minerva McGonagall
Prof - Vieille Animagus pincé - Directrice des lions

avatar
Masculin
Messages : 1163
Age du joueur : 23
Date d'inscription : 24/11/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Enseigne à Poudlard
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: « Je suis une ombre dans la grande obscurité - 100 % ─ ENDED   Ven 15 Mai - 18:25

Re-bienvenue ^^
Ta fiche est parfaite, je n'ai rien à redire Basketball
Serdaigle te conviendrait-il? Si tu as une idée de rang par la meme occasion, n'hesites pas ^^
:)
Revenir en haut Aller en bas

Eileen R. Scott
6ème année - La Vodka est mon amie !

avatar
Féminin
Messages : 245
Age du joueur : 27
Localisation : Au bar !
Age du perso. : 21 ans
Date d'inscription : 24/01/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 6ème année
Aspiration: Popularité (priorité aux soirées)
MessageSujet: Re: « Je suis une ombre dans la grande obscurité - 100 % ─ ENDED   Ven 15 Mai - 18:31

Emmett !!!! Cuddle Max
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: « Je suis une ombre dans la grande obscurité - 100 % ─ ENDED   Ven 15 Mai - 21:07

    Ham. merci ^^

    Serdaigle sera parfait. Un rang ? « Je suis une ombre dans l'obscurité » Serait parfait.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « Je suis une ombre dans la grande obscurité - 100 % ─ ENDED   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Je suis une ombre dans la grande obscurité - 100 % ─ ENDED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Eloge de la folie :: WIT-SHARPENING POTION :: Registres :: Fiches validées :: Saison 1-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Harry Potter - Poudlard