AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Céleste Corona {fini}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Céleste Corona {fini}   Lun 16 Mar - 21:47

/// Mon personnage est : [Inventé] ///


I. Identité

    Nom, Prénom(s) : Corona, Céleste, Arthur
    Date de Naissance, Age (et Age en apparence pour les Vampires): Né le 29 février 1473 = 518 ans / apparence 18 ans
    Lieu de Résidence : Voyage beaucoup, en ce moment, Pré-Au-Lard



II. Informations complémentaires

    Composition de la Baguette : Bois de Saule et venin de Manticore, 25 centimètres
    Camps : Totalement neutre
    Métier : Historien
    Type de créature : Vampire
    Don particulier : Voir le passé par le touché



III. HJ - Vous

    Age : 17 ans et demi
    Niveau en Rp : Selon moi cela dépend du sujet.
    Présence /7 : 5/7
    Personne sur votre avatar: Jonathan Rhys-Meyer
    Code du Règlement : Twisted Evil
    Comment nous avez-vous connus ? Via un top site


Dernière édition par Céleste Corona le Mar 17 Mar - 2:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Céleste Corona {fini}   Lun 16 Mar - 21:58

IV. - RP De présentation


Prologue – Amour de la nuit



La terre s'effritait doucement entre ses doigts, les images défilaient dans sa tête tandis que son regard perdait la dernière étincelle de vie qui lui restait. Il fixait le bloc de marbre sans le voir, une larme roulait délicatement sur sa joue droite rasée de près. Le jeune homme agenouillé dans la terre encore humide de la pluie de la nuit précédente laissait voir un visage décomposé. La face totalement recouverte de larme on ne percevait pratiquement plus ses yeux verts de gris sous les torrents de tristesse. Il avait des cheveux châtains coupés courts et une peau incroyablement pâle. Une fine cicatrice pouvait être aperçue malgré le col de son manteau, comme s'il avait subi une opération des thyroïdes, mais en dehors de cela il n'y avait que les larges cernes violettes qui s'étalaient sous ses yeux qui laissaient deviner une vie difficile. Fébrilement il attrapa une autre poignée de terre et ferma les yeux, inspirant à fond, les images lui parvenaient à toute vitesse. Il savait exactement ce qui s'était passé à cet endroit depuis sa dernière visite l'année précédente. Combien de fourmis avaient traversé la tombe, combien de passants en deuil avaient frôlé la tombe en marbre de sa bien-aimée sans la voir.

Il sentait déjà les sortilèges qu'il avait placés à cet emplacement il y a maintenant quatre-cent ans s'affaiblir. Alors il se releva, il n'y avait pas une seule tâche de terre sur son long manteau de grande marque d'un noir corbeau qui laissait apercevoir de longues jambes vêtues d'un jean. Il était impossible de savoir ce qu'il portait de plus, son manteau l'enveloppait comme la nuit. Le jeune homme était assez grand, d'une corpulence fine il paraissait musclé sans présenter aucun muscle, c'était comme si on pouvait sentir sa force irradier de sa personne. C'était peut-être son port droit et altier ou peut-être encore son apparente richesse, mais il attirait le regard comme un aimant en attire un autre. Mais cet homme devait sans nul doute être l'homme le plus triste du monde. Il y avait dans son regard un tel manque que quiconque le croisait était pris d'une envie de pleurer. Pourtant, il ne faisait rien pour cela. Il ne laissait paraître ses émotions qu'à cette date fatidique. Durant cette même nuit d'octobre où tout avait basculé il y a de cela quatre-cent quatre vingt-cinq ans. Il sortit de sa poche une longue baguette de bois de saule et sans un son il commença à renouveler les sortilèges qu'il avait déjà appliqués à cet endroit. Il était le seul au monde à pouvoir approcher et même voir cette tombe. Retombant à genoux dans l'herbe verte sa voix s'éleva dans cette partie historique et normalement fermée au public du cimetière de Londres.


“Well it’s a marvelous night for a moondance
With the stars up above in your eyes
A fantabulous night to make romance
‘Neath the cover of October’s skies

And all the nights magic seems to whisper and hush
And all the soft moonlight seems to shine in your blush
Can I just have one more moondance with you my love?
Can I just make some more romance with you my love?”


Sa voix s'érailla sur la fin et il se tût. Il inspira plusieurs fois, se gorgeant de l'odeur délicate de la nature et finit par mettre sa main dans sa poche, s'arrêter et après ce qui sembla être un long moment de réflexion il en ressortit un petit paquet enveloppé de velours tâché de sang. Il l'ouvrit délicatement et en ressortit une longue chaîne de femme en or qui supportait un médaillon ancien. Prenant une dernière bouffée d'air inutile, il crispa le médaillon dans sa main et tendit l'autre main vers la tombe de marbre.



Céleste et Catherine Corona

Couple enchanteur



Dernière édition par Céleste Corona le Jeu 19 Mar - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Céleste Corona {fini}   Lun 16 Mar - 22:08

Chapitre 1 : Le mariage de la décennie

Spoiler:
 


La capitale était sans dessus dessous, les femmes courraient dans tous les sens, les bras chargés de lourds paniers remplis de victuailles, les servantes piaillaient et les hommes secouaient la tête en riant... tout en cherchant leurs plus beaux costumes.

Dans un coin du manoir, deux cuisinières affairées trouvaient tout de même le temps de discuter entre deux poulets rôtis.

« Il était temps qu'ils se mariassent ! Ils se tournent autour depuis qu'ils ont cinq ans ! » dit la plus grosse des deux, ajoutant du thym dans la farce.

« Je ne comprends pas non plus ce qui les a décidés... tu ne crois tout de même pas que... » la petite cuisinière rachitique ne termina pas sa phrase, il n'y en avait pas besoin, elle savait parfaitement que sa collègue avait compris le sous-entendu.

L'autre femme pris un air indigné.

« Ce serait le comble ! Néanmoins... cela ne m'étonnerait pas qu'ils soient tout deux dans le péché... ils ont passé bien trop de temps ensemble sans chaperon pour que cela soit chrétien. Mais sa femme de chambre me l'aurait dit sans aucun doute... c'est une bonne amie. »

L'autre hocha la tête et sans un mot elles se remirent au travail sans avoir aperçu les yeux sombres qui veillaient dans l'ombre.

___________



« Je suis tellement émue, madame » pleurnicha la minuscule servante tout en resserrant le corsage de sa maîtresse qui grimaçait de douleur.

« Pourquoi donc es-tu émue Lucie ? Est-ce ton mariage ? » Demanda la magnifique jeune femme en souriant.

La servante eut la bonté de rougir devant l'allusion de sa maîtresse et s'empressa de s'expliquer.

« Mais c'est si romantique madame ! Il vous aime depuis toujours ! » avant que la jeune fiancée n'eut pas le temps de dire quelque chose, la servante resserra le lacet brusquement, coupant la respiration de la brune avant de soupirer et de déclarer d'un ton final : « Ce n'est surement pas mon cas... »

Catherine De Werber réussit posa sa main frêle sur son ventre, les yeux exorbités, luttant pour retrouver son souffle. Lorsqu'elle y arriva enfin, elle ne pût s'empêcher d'envoyer un regard noir vers sa servante qui étrangement ne semblait pas ressentir les mauvaises ondes qui se dirigeaient vers elle et continuait de papillonner çà et là dans la chambre temporaire de la jeune femme. Bientôt pensa-t-elle... bientôt elle serait dans sa chambre à lui.

« Dépêche-toi de m'habiller » ria-t-elle.

Aussitôt la petite Lucie alla chercher la robe de soie d'un blanc immaculé qu'ils avaient fait venir spécialement de Venise.

________


Il ne restait plus quelques minutes avant le moment fatidique, il n'y avait plus qu'une fine porte de bois entre eux. Enfin leur amour qui durait déjà depuis plus de dix ans pourrait être admis au grand jour. Il y avait eu tellement de difficultés à cause de son héritage, de sa lignée. Etant une De Werber, elle était l'une des plus proches cousine du roi, elle avait dû tout tenter afin d'obtenir l'autorisation du roi de se marier. C'était dans ces moments qu'elle détestait le fait d'être noble. Mais c'était bien les seuls moments. Elle était bien différente de son fiancé. Comment étaient-ils tombés amoureux ? Elle l'ignorait encore aujourd'hui, mais elle n'avait jamais pensé à un autre homme que lui. Ils étaient différents : il n'était pas d'un niveau social aussi élevé qu'elle-même mais possédait sans nul doute plus de richesses, pourtant, il haïssait son rang avec passion. Elle se rappelait encore en souriant les journées entières qu'il passait autrefois à vagabonder dans les rues, déguisé en petit vagabond. Lorsqu'elle lui demandait pourquoi, il lui répondait toujours qu'il fallait être proche du peuple. C'était sans nul doute la raison pour laquelle il y avait autant de serfs invités à leur mariage ce jour . Mais cela ne la dérangeait pas. Tout pourvu de l'épouser lui. Il était l'homme le plus tendre mais aussi le plus intelligent qu'elle connaissait. Il parlait de nombreuses langues et lisait des livres dont les plus grands scientifiques étaient férus. Mais surtout, il était un grand historien.

Il connaissait les arbres généalogiques de toutes les plus grandes familles sur le bout des doigts et les traditions étaient dans son sang. Elle devait reconnaître qu'il était parfois lunatique lorsqu'il était sérieusement impliqué mais il n'avait jamais essayé de placer son autorité sur elle , chose qu'elle savait très rare chez un homme de cette époque. Il n'avait jamais considéré son statut de femme comme étant inférieur au sien. Il était tout simplement ... là. Elle n'avait aucun doute.

Elle prit le bouquet de tulipes blanches que lui tendait Lucie, caressa son précieux médaillon et inspira fermement avant de faire signe aux gardes. Ils ouvrèrent la grande porte synchroniquement et elle s'avança d'un pas décidé, le sourire scotché aux lèvres vers l'homme de sa vie .

______


Il défait soigneusement les noeuds de son corset, délicatement, ses doigts la frôlent et elle trésaille. Il la caresse du bout des doigts et sa bouche trouve sa nuque. Elle frisonne. Il a peur de la briser, elle le sait. Elle tend la main vers son visage, lui relève le menton et dessine le contour de ses lèvres en tremblant. Le moment est littéralement chargé de magie. Cela crépite autour d'eux. Elle fixe ses yeux dans son regard. L'acajou rencontre le vert de gris. Une larme roule sur sa joue. Elle l'embrasse.

Ils ont dix-huit ans, tout est parfait.

______

Il lâche le médaillon dans l'herbe. Il devrait tout voir, tout regarder, mais cela fait trop mal, alors il pleure encore et encore, comme le lâche au coeur brisé qu'il est depuis plus de quatre-cent ans.


Dernière édition par Céleste Corona le Jeu 19 Mar - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Céleste Corona {fini}   Lun 16 Mar - 22:15

Chapitre Deux : Un autre côté

Spoiler:
 

Le mariage s'était déroulé dans une perfection des plus complète, il était sur un nuage permanent, un sourire éclatant semblait s'être installé définitivement sur son visage. Parfois même, au grand dam de son père, il lui arrivait d'attraper sa mère et de la faire danser. Sa nouvelle femme le regardait avec des yeux doux, comme lorsque l'on surveille un enfant. Il tourna la tête vers elle et la dévisagea. Elle était plus resplendissante que jamais, ses longs cheveux bruns descendaient en une cascade luisante sur ses épaules nues. Elle avait posé ses mains sur son ventre, peu de personnes savait déjà ce que cela signifiait. Elle le lui avait annoncé la semaine précédente, il n'y arrivait pas encore à y croire. Ils se trouvaient dans le grand hall, les invités étaient arrivés un peu plus tôt dans la journée et il était à présent l'heure du diner. Ils allaient annoncer que le futur de la maison des Corona était assuré.

Les Corona étaient une lignée qui descendait directement d'un fils illégitime d'un roi ancien, aussi même s'ils n'étaient pas d'un rang très élevé, on les respectait sincèrement et le futur nouveau né se retrouverai troisième dans l'ordre de succession au trône.

Il y avait des rires, des chants et des vivres à en mourir. Et lorsque son père se leva en le regardant, il ne pût s'empêcher de rayonné d'anticipation.

« Mes chers amis » commença le Comte.

C'est alors que cela se produisit, les portes s'ouvrirent brutalement, faisant sursauter tout le monde. Un homme entra, trébuchant, à moitié rampant sur le sol, il se vidait de son sang. Certains se mirent à hurler, d'autre restèrent muets sous le choc et les derniers comme Céleste se précipitèrent vers le malheureux. Il fût à ces côtés en un rien de temps. L'homme était un simple paysan, mais cela n'avait jamais dérangé le futur Comte, il l'aida à se redresser et lui demanda aussitôt des explications.

Celles-ci étaient hachées par le manque de force provoqué par la perte de sang mais Céleste réussit à comprendre qu'une sorte de monstre les avait attaqués lui et sa femme, l'avait blessé puis s'était enfui dans les bois en emportant sa femme. Il mourut sans que l'on puisse en demander plus. Il ne fallut pas plus d'une minute au jeune marié pour qu'il décide d'un plan d'action.

« Que les hommes se préparent ! » Hurla-il dans la grande salle. Un vacarme effroyable s'en suivit. Sa femme se leva brusquement, le regard inquiet. Il se dirigea promptement vers elle et l'enlaça amoureusement avant de poser ses lèvres sur les siennes et de lui dire, comme s'il savait ce qu'elle pensait : « Je te reviendrai »

Elle lui sourit. Il attrapa son épée et le groupe d’une vingtaines d’homme sortit du manoir. Sans un mot il leur fit signe de se séparer par petit groupe et d’être prudent. C’est seulement après cela qu’il s’enfonça lui-même dans les ténèbres de la forêt.
Il sembla se passer des heures sans qu’il ne découvre rien. Il commençait à perdre espoir lorsqu’il entendit des bruits de succion proche de lui.

Tirant délicatement son épée de son fourreau il faillit gémir lorsqu’un rayon de pleine lune se refléta sur la lame et que les bruits de succion s’arrêtèrent. Il s’avança néanmoins et faillit lâcher son épée sous le choc de ce qu’il apercevait.
Dans cette clairière éclairée par le clair de lune se tenait la scène la plus fascinante qu’il n’ai jamais vu. Le corps brisé de la jeune femme du paysan gisait sur le sol mais il ne s’en intéressa qu’à peine. En face de lui, le regardant fixement se tenait la créature la plus étrange qu’il n’ait jamais vue. Un homme avec de longs cheveux noirs d’ébène, une peau immaculé et un mince filet de sang coulant sur son menton. Sans quitter Céleste des yeux, il lécha le sang d'un coup de langue précis qui exposa des canines acérées.

Céleste en eut la respiration coupée. Il n’eut même pas le temps de réfléchir que déjà la créature était sur lui.
Par pur réflexe il leva son épée, celle ci s’enfonça profondément dans l’épaule de son agresseur. Celui-ci hurla de douleur, un cri mélange d’homme et de bête qui glaça le cœur du jeune noble. Aussitôt son épée lui fut arrachée et il écarquilla les yeux en se rendant compte qu’il venait d’être égorgé. Et tandis qu’il se vidait de son sang, l’inconnu le regardait avec des yeux remplis de désir, les canines découvertes. L’homme-bête s’accroupit à ses côtés et il eut réellement l’impression que sa vie se déroulait devant ses yeux. Il ne pouvait pas mourir. Il lui avait promis de revenir. Il était un homme d’honneur.

« Si j’avais su que je trouverai quelqu’un tel que toi dans ces parages je serai venu beaucoup plus tôt… » L’homme se passa la langue sur les lèvres, provoquant un frisson de peur chez le jeune noble, mais ses yeux se fermaient tout seul à présent, son sang nourrissait la terre, imprégnant sa tunique et il ne pouvait plus penser.
C’est alors qu’il se sentit surélevé, il écarquilla les yeux d’horreur en sentant des lèvres glacées se posées sur les siennes, fermant désespérément la bouche, il n’eut pourtant pas le choix lorsque le vampire força l’entrée de ses lèvres. Il faillit alors hurler lorsqu’il sentit un liquide glacé se déversé dans sa bouche, mais cela eu pour conséquence de l’étouffer alors il ne bougea plus, tétanisé. Après ce qui lui parut une éternité, il sentit enfin que la créature l’avait lâché, il reposa un long moment sur le sol détrempé, sous le regard carnassier de l’immortel. Sa blessure à la gorge se mit alors tout doucement à se refermer et il crut que sa tête avait explosé sous le poids de toutes les nouvelles sensations.

« Alors comment tu te sens p’tit noble ? » susurra la bête.

Il fut si rapide que l’homme n’eut pas le temps de réagir. D’un bon il attrapa son épée abandonnée sur le sol, sa baguette dans le pommeau et taillada à l’aide des deux le visage parfait du vampire qui se mit à hurler. De rage ou de douleur, il ne se posa pas la question et s’enfuit.


*****

Lorsque le manoir apparut dans son champ de vision, il faillit se mettre à pleurer de soulagement. Des cris de bonheur se firent rapidement entendre et son cœur fit un bond dans sa poitrine en apercevant la fine silhouette de sa femme et il accéléra le pas.

« Oh mon dieu ! Tu es couvert de sang ! » il l’entendit s’exclamer. Il la prit alors fermement dans ses bras.

« Ne t’inquiète pas mon amour. Je t’avais dit que je te reviendrai » Et il inspira un bon coup, pour aussitôt se retrouver avec un mal de tête incroyable, il s’éloigna aussitôt. Catherine lui sourit tendrement avant de le prendre par la main et le guider tranquillement à l’intérieur. Il la suivit comme un enfant en faute et bientôt ils furent seuls dans leur appartement.

« Allez dépêche-toi de retirer cette chemise atroce… il faudrait même la brûler je pense. » Ajouta-t-elle pensivement.

Il la retira mécaniquement et la jeta en direction du feu sans regarder.

Revêtant une nouvelle chemise noire qui était posée sur le lit il regarda sa femme s’avancer vers lui, un vers de vin à la main. Soudain, elle s’écria : « Mais qu’est ce qui est arrivé à ton cou ! Tu as une cicatrice énorme ! »

Il soupira et se détourna : « Je n’ai vraiment pas envie d’en parler… »

Elle allait répliquer lorsqu’il l’embrassa fougueusement. Elle laissa échappé un hoquet de surprise ainsi que la coupe de vin qui se répandit sur le tapis. Et c’est alors que son odeur le frappa, brûlante et épicée il ne se souviendra plus que de sa vue se troublant.

Plus tard, il revint à lui et ce fut l’horreur. Ses mains étaient couvertes de sang, tout comme les murs de la pièce, et les flammes qui s'étaient échappées de la cheminée grâce à la chemise léchaient déjà les rideaux. Il se mit à hurler, hurler son nom, hurler son désespoir. Et il finit par la trouver. Elle était tout simplement là. Étendue sur le sol comme une poupée brisée, les yeux écarquillés par la surprise, les mains crispées et sa robe entièrement rouge. Il a cru perdre la raison à cet instant. Peut-être que c’est exactement ce qu'il se passa lorsqu’il laissa les flammes l’engouffrer et qu’il s'enfuit par la fenêtre dans un état second.

Ce n’est que quelques heures plus tard qu’il comprit ce qu’il venait de se passer. Il venait tout simplement de tuer sa femme. Il était un monstre.
Il a regardé lorsque le reste de sa famille les a pleuré, lorsque le roi en personne est venu s’informer. Il resta figé lorsqu’ils mirent deux cercueils en terre… même s’ils n’avaient pas trouvé son corps. Cette nuit il pour la première fois il vint pleurer sur sa tombe.


Dernière édition par Céleste Corona le Jeu 19 Mar - 18:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Céleste Corona {fini}   Lun 16 Mar - 22:17

Épilogue



Il s’arracha au passé. Sans relever la tête il commença à renvelopper le médaillon dans son étui de velours tâché, puis il sortit autre chose de sa poche : une paire de gant de cuir très épais. Il les enfila délicatement et finit par se relever, l’aube approchait, il devait partir d’ici le plus rapidement. Il caressa la tombe de sa femme et s’en alla, le pas léger, le cerveau empli de pensées. Il regarda ses mains et frissonna en pensant au pouvoir qu’elles possédaient à présent. Il était historien, il avait toujours été doué pour décrypter les choses anciennes mais depuis qu’il était devenu cette créature… depuis qu’il était devenu ce vampire, dès qu’il touchait un objet il voyait l’histoire de celui ci. La durée de ces visions était variable, cela dépendant du taux d’émotions que contenait l’objet… C’est pour cela que chaque année il se forçait à tenir le médaillon de sa femme. Elle ne l’avait jamais retiré sauf lorsqu’il l’avait arraché de son coup après sa mort. Et aujourd’hui il se servait de ce don pour écrire ses ouvrages d’histoire… mais cela valait-il la douleur de la privation ? Il ne pouvait toucher personne sans connaître toute leur vie. Voilà peut-être pourquoi il ne se nourrissait pas plus que nécessaire et laissait parfois des semaines entre chaque « repas » au risque de mourir de faim… mais il avait trop peur que ses gants ne lui servent plus à rien et que pour la deuxième fois il tue quelqu’un qu’il connaît.

Il avait tellement froid. Il se retourna encore une fois vers la tombe à présent invisible et disparut dans un « pop » sonore.




[HJ: Ps: le double poste de la présentation n'est absoluement pas volontaire]


Dernière édition par Céleste Corona le Jeu 19 Mar - 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Regulus A. Black
Vampire - blood rules.

avatar
Féminin
Messages : 751
Age du joueur : 26
Localisation : En bord de mer.
Age du perso. : 32 ans.
Date d'inscription : 02/11/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année:
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Céleste Corona {fini}   Mar 17 Mar - 20:16

    Bonsoir && Bienvenue sur Éloge ! c8

    Alors, déjà un petit détail, dans le chapitre 2 il y a le même passage deux fois (une erreur de copier/coller je présume :)), donc il faudrait juste effacer ce qui est en double.
    Sinon, avant de pouvoir être validé, il faudrait que tu te relises pour corriger un peu les fautes d'accords des verbes. Notamment, les verbes qui passent subitement au présent quand ça n'a pas lieu d'être. ^^'

    Après ça, tu seras validé ! Bon courage =)
Revenir en haut Aller en bas
http://unfairy-tales.deviantart.com

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Céleste Corona {fini}   Mar 17 Mar - 20:44

Effectivement... je n'avais pas du tout remarqué. Même si je change souvent de temps dans mes présentations je vais essayer de modifier ainsi que corriger mes fautes... mais cela devra attendre demain... là je compte bien dormir. :zzzz:
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Céleste Corona {fini}   Jeu 19 Mar - 18:23

Désolé du double poste. Je voulais juste annoncer que normalement il n'y avait plus de fautes. ( pas que je ne crois pas Jin mais bon) :)
Revenir en haut Aller en bas

Jin Kurosaki
Newcomer [*] -> Pense à ta fiche =)

avatar
Féminin
Messages : 215
Age du joueur : 36
Date d'inscription : 18/01/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Vampiro-Yakuza / 6eme année
Aspiration:
MessageSujet: Re: Céleste Corona {fini}   Jeu 19 Mar - 19:44

Laughing tu doutes de moi ? sors

*ok ok je sors :white: *
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jamlegend.com/refer/rf/389758

Regulus A. Black
Vampire - blood rules.

avatar
Féminin
Messages : 751
Age du joueur : 26
Localisation : En bord de mer.
Age du perso. : 32 ans.
Date d'inscription : 02/11/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année:
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Céleste Corona {fini}   Ven 20 Mar - 19:17

    Parfait ! :)

    Validé monsieur le vampire, bon jeu sur Éloge ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://unfairy-tales.deviantart.com

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Céleste Corona {fini}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Céleste Corona {fini}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Eloge de la folie :: WIT-SHARPENING POTION :: Registres :: Fiches validées :: Saison 1-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Harry Potter - Poudlard