AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre quatre murs... [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Gabrielle Sinclair
4ème année - à vous le bel air frais !

avatar
Féminin
Messages : 168
Age du joueur : 32
Date d'inscription : 22/01/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 6ème année
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Entre quatre murs... [Pv]   Ven 20 Fév - 17:39

    Ce n’était tout simplement pas possible ! Elle n’avait pu l’égarer… et pourtant, lorsqu’elle était retournée à son dortoir après sa journée habituelle de cours, elle n’avait pas pu mettre la main sur la montre à gousset de son défunt père. Elle avait eu beau fouiller ses poches et retourner son sac de cours, elle n’avait pas réussi à mettre la main dessus. Elle devait la retrouver, c’était le seul objet que sa grand-mère lui avait autorisé à garder de son père. Elle l’avait toujours sur elle, comme pour avoir sa présence à lui auprès d’elle, c’était comme un besoin vital et la savoir perdue quelque part dans l’école lui procurait un vide que rien ne pourrait combler. Elle chérissait tellement cette montre qu’elle se maudissait d’avoir pu la perdre.

    Elle était donc partie à sa recherche, espérant toujours pour récupérer cet objet si cher à ses yeux. Mettant sa timidité de côté, elle avait questionné le directeur de sa Maison, était allée à la salle des professeurs et avait même était trouver Rusard. Ce dernier ne s’était pas gêné pour lui aboyer dessus et jubiler sur le fait qu’elle ait perdu quelque chose de précieux, quel horrible bonhomme ! Après toutes ces rencontres infructueuses, elle décida de se rendre dans tous les endroits du château dans lesquels elle avait pu passer dans la journée. Salle communes, salles de cours, bibliothèque, parc, elle passa tout au peigne fin sans résultat… Au détour d’un couloir, alors que le désespoir et la détresse se faisaient ses compagnons, l’angoisse vint assaillir ses entrailles, les lacérant avec entrain. La raison d’un tel sentiment fut la vu de Desmund au loin… elle se cacha quelques instants afin d’éviter toute rencontre entre eux. Ce petit jeu durait déjà depuis plusieurs jours et elle ne savait jusqu’à quand elle pourrait continuer d’éviter une confrontation avec le Serpentard, mais elle espérait sincèrement que cela n’arriverait jamais.

    Elle jeta un coup d’œil aux alentours et lorsqu’elle fut sûre que la voie était de nouveau libre, elle partie s’aventurer dans la seule pièce qu’elle n’avait pas encore visité : la grande salle. Le dîner ayant prit fin depuis plus d’une heure, les lieux étaient complètement vide lui permettant de balayer les environs d’un simple regard. Bien entendu, elle ne trouva rien sur les tables et songea un instant qu’un elfe de maison avait pu trouver sa montre… elle irait se renseigner plus tard en cuisines, après avoir bien fouillé la pièce. Elle se mit à genoux afin de regarder sous les tables et son cœur s’emballa lorsqu’elle aperçu un objet scintiller sous celle des Gryffondor… A quatre pattes, elle se traîna rapidement et soupira de désespoir en constatant qu’il ne s’agissait que d’une boucle d’oreille. Elle allait reprendre ses investigations lorsque le bruit de la porte se refermant lourdement l’interrompit. Elle releva la tête et vit avec horreur que Curtis Cullen venait d’entrer. Non pas qu’elle le déteste ou qu’elle ait quelque chose à lui reprocher, mais il ne lui inspirait pas confiance, pire il l’effrayait en quelque sorte. Il paraissait pourtant aimable, amicale, voir même gentil… elle avait entendu le plus grand bien de lui –surtout par des filles l’idolâtrant un peu trop selon Gabrielle- mais quelque chose en lui lui déplaisait, au fond d’elle, une petite voix lui murmurer de pas lui accorder la moindre confiance et de rester le plus loin possible de lui et jusqu’à maintenant, elle s’y était appliquée…


Dernière édition par Gabrielle Sinclair le Dim 22 Mar - 18:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Dim 22 Fév - 0:55





    Qu’elle magnifique journée !!! Tranquille dans l’absolu, rien pour venir perturbé la petite mascarade du jeune Cullen. Rien pour la perturber mais mieux encore il avait trouvé de quoi l’illuminer sans même avoir à fournir de réels efforts. Au détour de divers couloirs il avait croisé les objets féminins ou masculins de sa convoitise tout au long de la journée, autant dire que habituellement cela constituait presque un défi de parvenir a tous les apercevoir en seulement 24 heures, desquels bien sure on peut retirer les heures de sommeil et celles passées coincé en cours. Être un cœur d’artichaut n’est pas chose aisée tout les jours il faut bien l’avouer !!! Imaginez un instant sentir votre cœur s’emballer au moindre sourire, au moindre effleurement…rechercher tellement le désire et l’amour qu’on le voit dans la moindre attention que l’on vous accorde. Tomber amoureux aussi souvent que Curtis Cullen est dangereux pour la santé mentale et physique !!!

    Soit ! Assoiffé de passion qu’il est, Curtis était bien content d’avoir senti son cœur presque explosé dans sa poitrine autant de fois aujourd’hui. Mais le meilleur était arrivé en milieu d’après midi alors qu’il se laissait gagné par l’ennui d’une heure de cours qui lui semblait bien trop longue. Une rangée devant lui, la jolie blonde, Gabrielle Sinclair ! Il c’était perdu dans la contemplation de ses longs cheveux blonds et lorsque la fin du cours avait été annoncée, coincé dans son observation, Curits était resté sur place le temps de voir la demoiselle s’éloignée et miracle !!! Il avait remarqué cet objet argenté qui avait glissé de ses vêtement…Il n’avait pas vraiment vu d’où il était tombé mais au lieu de se précipité derrière elle pour lui signaler la perte de l’objet il se pencha et le fourra dans une subtile discrétion au fond de sa poche.

    Curtis avait passé les deux dernières heures de cours à caresser l’objet dans sa poche, c’était son nouveau trésor après tout !!! Une montre, rien de bien original mais avec un peu de chance la jeune Serdaigle y tenais beaucoup et Cullen avait toujours considéré la véritable valeur d’un bien par ce qu’il représentait pour son propriétaire plutôt que par sa valeur « monétaire ». Pour l’instant il ne pouvait qu’espérer quand a la valeur accordée a l’objet mais quelques choses lui disait que cette montre n’était pas vraiment l’accessoire typique d’une adolescente, il devait y a voir autre choses. Les minutes paraissaient bien plus courtes alors qu’il fantasmait sur les origines probables de sa nouvelle acquisition.

    Une fois la journée de cours terminée il fit un détour par le dortoir pour y poser ses affaires mais il garda la montre sur lui, les objets qu’il volaient ne pouvaient surtout pas être trouvés dans son dortoir et il prenait grand soin a les garder sur lui ou les rangés dans « sa cachette secrète ». Un large sourire satisfait accroché sur son visage adorablement diabolique et il prit le chemin de la grande salle où il prit son repas avec nombreux de ses amis Serpentards. De son esprit observateur il avait remarqué certaines tentions entre ces camarades mais ayant lui-même pas mal foiré il ne prêtait qu’une demi attention aux nombreuses rumeurs. Et un tel a couché avec un tel, ou on les a vu s’embrassé, ou il parait que…tant de blabla qui avaient le don de l’amuser tout autant que de le fatigué. Son repas enfilé il suivi Lyssina jusqu’au dortoir avant de se rendre compte qu’il avait oublié deux choses importante. Il évoqua la première : Un livre a emprunter à la bibliothèque, pour s’éclipser. Oui il allait bien aller chercher le dis livre mais après il irait rangé sa nouvelle trouvaille !!!

    Remontant les escaliers il s’arrêta dans le grand hall au moment ou il aperçu cette chevelure blonde dorée qui disparu dans la grande salle. C’était elle et c’était surtout….tellement tentant !!
    Raccrochant son sourire si particulier à ses lèvres il accéléra le pas et s’arrêtant devant la porte il ricana et poussa l’épais battant de bois prenant soin de le refermé derrière lui. Il releva un sourcil étonné de ne finalement voir personne dans la vaste pièce, il fit quelques pas en avant et remarqua finalement des pieds qui s’agitaient sous une table. Il était évident qu’elle cherchait quelque chose, probablement la chose même qui reposait dans sa poche. D’une voix douce et aimable comme a son habitude Curtis prit la parole.


    Tu cherches quelque chose ? Je peux peut être t’aider ? Dans ce genre de situation une paire d’yeux supplémentaire n’est jamais de trop non ?

    Il haussa les épaules et s’ accroupis pour se retrouver à la hauteur de Gabrielle. Il lui adressa un sourire à la fois charmeur et maladroit avant d’ajouter.


    Dis moi ce qu’on cherche ce sera plus facile…




Revenir en haut Aller en bas

Gabrielle Sinclair
4ème année - à vous le bel air frais !

avatar
Féminin
Messages : 168
Age du joueur : 32
Date d'inscription : 22/01/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 6ème année
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Lun 23 Fév - 20:33



    Gabrielle secoua imperceptiblement la tête, ce qu’elle ressentait vis à vis de Curtis ne devait pas l’interrompre dans ses recherches. Sa montre était bien plus importante que la présence du Serpentard en ces lieux. Pourtant, elle ne pu s’empêcher d’arquer un sourcil en le voyant s’approcher d’un peu trop près. Elle se demanda alors qu’elles étaient ses intentions. Se moquerait-il d’elle pour l’avoir trouver au sol sous une table ? ou bien lui enverrait-il une remarque désobligeante ? Cela lui importait peu en réalité, elle n’était certainement pas prête à relever ou répondre à une quelconque bassesse d’un adolescent s’ennuyant trop pour n’avoir rien d’autre à faire à cet instant. Cependant, ce ne furent point des paroles déplaisantes qui franchirent la bouche du jeune homme, mais bel et bien une proposition des plus amicales.

    Intriguée, son corps se tendit pourtant vers l’arrière lorsqu’il s’agenouilla, cette proximité n’était pas à son goût, la rendant assez mal à l’aise. Elle répondit néanmoins à son sourire d’une façon assez mal assuré… Le regard qu’elle posait à présent sur lui était tout autre, d’une certaine manière, elle le voyait d’une autre façon. Peut être s’était-elle trompée sur lui, cela ne serait pas la première fois qu’elle se fourvoie en voulant juger avec un peu trop d’empressement quelqu’un. Après tout il ne lui avait jamais rien fait, il ne lui avait même jamais donnée une quelconque raison de le cataloguer comme elle l’avait fait. Elle détourna enfin le regard du visage de Curtis, consciente que son instance à le dévisager pourrait lui faire se poser une ou deux question, voir le mettre mal à l’aise. De plus il attendait une réponse qui commençait à se faire attendre.

    « Une montre à gousset, en argent… » dit-elle en regardant pour la énième fois sous la même table. « Elle appartenait à mon père, elle ne me quitte jamais en temps normal. Je ne sais pas comment j’ai fait pour la perde. »

    Elle se mordit la lèvre afin d’éviter de s’injurier à haute voix. Comment avait-elle pu faire si peu attention à cet objet si cher à son cœur ?! Elle était véritablement une idiote… Dire qu’elle avait eu tant de mal à la récupérer après le décès de son père… ou plutôt, elle avait eu grand mal à la sauver des ordures. Sa grand-mère l’avait tout bonnement jeté comme un vulgaire bibelot passé de mode, mais Gabrielle n’ignorait pas la raison qui avait poussé la femme à agir ainsi. Elle savait d’où provenait l’objet, un cadeau de la mère de Gabrielle à l’homme qu’elle aimait, elle était une preuve concrétisant la liaison qui avait uni les deux jeunes gens à l’époque.

    Soudainement las, elle laissa échapper un soupir. Se relevant elle passa ses mains sur la jupe plissée de son uniforme afin de la rendre plus correcte. Elle n’avait même pas prit le temps de se changer après sa journée de cours, s’étant rendu compte dans l’immédiat de sa perte, elle avait tout laisser tel quel dans son dortoir, n’ayant pour principale intérêt, que sa montre adorée.

    « C’est gentil de vouloir m’aider Curtis, mais si elle était ici, je l’aurai déjà trouvé… A moins qu’elle ne soit dans ta poche. »


    Elle lui tendit une main amicale afin de l’aider à se relever, essayant de blaguer sans grand succès… Elle afficha un sourire un peu plus sincère qu’auparavant, bien qu’une certaine tristesse le ternisse. Ce même sentiment voila son regard alors qu’elle se laissait tomber sur le banc le plus proche, offrant au désespoir une porte grande ouverte sur son âme en peine.

    « Comment ai-je pu la perdre ? Je me sens tellement… seule sans elle. Qu’est-ce que je vais faire ? »

    Elle posa un regard désemparer sur Curtis, comme si lui, avait la réponse à sa question. Il allait peut être la trouver idiote de prêter tant d’importance à un simple objet, ou même ne comprendrait-il pas tout simplement. Les sentiments qu’elle reportait sur cette montre étaient si forts, qu’elle n’arrivait pas à les exprimer correctement. D’ailleurs, était-ce seulement possible ?


Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Mar 24 Fév - 23:59



    Curtis remarqua la légère réticence qu’afficha Gabrielle mais il mit cela sur le compte du blason affiché sur son pull. Bien souvent il subissait les préjugés qu’avaient de nombreux élèves envers les Serpentard, a bien des égards il était différents de la plupart d’entre eux et en même temps il avait parfaitement sa place dans cette maison. Tout cela étira légèrement son sourire alors qu’il était bien loin d’imaginer que la jolie blonde se méfiait de lui en particulier. Même si la réponse se fit légèrement attendre Curtis ne montra aucun signe d’impatience.

    « Une montre à gousset, en argent… »...« Elle appartenait à mon père, elle ne me quitte jamais en temps normal. Je ne sais pas comment j’ai fait pour la perde. »

    Ahahah lui savait bien comment !!! Perdre quelque chose était parfaitement anodin mais bien souvent il avait été responsable de la sois disant perte. Sur ce coup la c’était un principe que nous appellerons le destin qui avait voulu que l’objet se retrouve en sa possession. Son regard glissa sous la table dans une fausse tentative de recherche et il ne remarqua pas que la demoiselle c’était relevée, ce ne fut que lorsqu’il entendis sa voix qu’il reposa les yeux sur elle et du laisser glisser son regard tout le long de sa silhouette jusqu'à atteindre ses yeux.

    « C’est gentil de vouloir m’aider Curtis, mais si elle était ici, je l’aurai déjà trouvé… A moins qu’elle ne soit dans ta poche. »

    Il déglutit difficilement et se saisi rapidement de la main qui lui était tendue comme s’accrochant à une bouée de sauvetage. Curtis se releva d’un bond et lâcha délicatement la main de Gabrielle tout en la fixant d’un air neutre. Comment le hasard avait il voulu qu’elle évoque justement l’endroit exact ou se trouvait l’objet ? Il se sentait maintenant comme devant une impasse : soit il le lui rendait directement soit il se tairait à jamais. Ou encore était il possible qu’il trouve un moyen détourné de le lui rendre ? Trop d’idée se bousculaient dans sa tête et il se mordit la lèvre tout en restant figé dans son silence.

    « Comment ai-je pu la perdre ? Je me sens tellement… seule sans elle. Qu’est-ce que je vais faire ? »

    Oh non pas ce regard, pas cette attitude !!! Curtis sera le poing, c’était a croire que Gabrielle savait d’instinct tout ce qu’il fallait faire pour le faire fondre…Oh il aurait voulu prendre plus sont temps, échafaudé un plan a long terme mais le hasard en avait décidé autrement et c’était maintenant qu’il devait agir. Curtis n’avait jamais réellement supporté de voir une jolie fille souffrir, son instinct surprotecteur le poussait toujours a faire tout ce qui était possible pour faire naître un sourire la ou il avait vu la tristesse. Il savait déjà ou se trouvait son intérêt, cette montre ne lui apporterait rien alors que développer des bonnes relations avec la Serdaigle ne pourrait que lui être bénéfique dans sa quête perpétuelle d’amour et d’attention. Le Serpentard fit quelques pas en avant et vint se poser juste a coté de sa camarade.

    Tu l’as perdu parce que il est tombé de ta poche …Enfin j’imagine que c’est ce qui a du se produire !

    Il afficha un léger sourire et se retint de poser une main réconfortante dans le dos de la jolie blonde, il avait toujours cette tendance a se relever très rapidement trop tactile avec les gens.

    Tu as de la chance que je me suis senti un élan profond de générosité en te voyant galérer ! Autrement je n’aurais jamais su a qui appartenais cet objet et je dois t’avouer que je n’aurais pas vraiment cherché !!!

    Curtis glissa sa main dans sa poche et avec une pointe de regret il en sortit la montre qui brillât dans sa paume. Il la laissa a découvert pendant quelques secondes avant de refermer ces doigts autour de l’objet et de froncer les sourcils. Suivant son impulsivité il haussa les épaules et plongea ses yeux bleus dans ceux de Gabrielle…

    Cette trouvaille à illuminer ma journée…Comme quand tu trouve de l’argent par terre tu vois ?

    Il lui adressa un clin d’œil et continua…

    Je serai ravi de te la rendre et de te voir retrouvé le sourire mais moi je perdrai ce qui a illuminer ma journée…

    Il poussa un léger soupir et saisi la main de Gabrielle pour la glisser dans la sienne, la montre se trouvait ainsi entre leurs deux mains. Comme prête a passée d’un camp à l’autre ! Il hésita à placer une requête plus explicite mais ne connaissant pas bien sa nouvelle camarade de jeu et il ne voulait pas risquer d’aller trop loin, trop vite. En gros il demandait clairement une compensation…Une récompense serait un moyen plus sain de voir les choses !!! A elle de voir comment elle interprétait le tout, cela faisait partie du jeu après tout.

Revenir en haut Aller en bas

Gabrielle Sinclair
4ème année - à vous le bel air frais !

avatar
Féminin
Messages : 168
Age du joueur : 32
Date d'inscription : 22/01/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 6ème année
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Jeu 26 Fév - 0:01



    Affligée par cette situation, Gabrielle cacha son visage entre ses mains tout en secouant la tête. Idiote, tête en l’air, elle l’avait été mais maintenant elle devait se concentrer afin d’essayer de se souvenir de quelque chose, du moindre détail pouvant lui indiquer où elle avait bien pu perdre l’objet. Elle l’avait prit sur sa table de nuit le matin même afin de la porter sur elle, comme chaque jour… et au déjeuner, elle se souvenait qu’elle était encore en sa possession puisqu’elle l’avait senti en mettant sa main dans sa poche. Après cela, elle n’y avait pu touché… ce qui voulait dire qu’il s’était écoulé plusieurs heures pendant lesquelles elle avait pu égarer sa montre et autant de probables, de passages et d’étudiants susceptibles de l’avoir trouvé. Que faire alors ? Interroger toute l’école ? Placarder des avis de recherches ? Autant de perspectives peu réjouissantes que stupides.

    Elle soupira alors que la voix de Curtis s’élevait, brisant sa réflexion du moment. Elle retira ses mains de son visage et coula un regard amer vers le Serpentard. Sa remarque n’était pas vraiment pertinente, elle se doutait bien que se montre avait du glisser de sa poche… D’ailleurs elle n’avait pas vraiment attendu de réponse lorsqu’elle avait demandé comment elle avait fait pour perdre l’objet, mais Curtis avait du se sentir obligé de dire quelque chose… Elle n’avait pas remarqué tout de suite qu’il s’était installé à ses côtés, leur offrant une toute nouvelle proximité. Mais cela ne la dérangea pas comme auparavant, son esprit étant bien trop occupé par ses pensées.

    Malgré le léger sourire du vert, la Serdaigle ne se sentit pas le cœur de lui en offrir en retour. Elle était tellement désemparée que même sourire comme elle avait l’habitude, lui semblait un effort surhumain qu’elle ne pouvait réaliser. Puis ses sourcils se froncèrent légèrement dans une expression d’incompréhension. Elle ne comprit pas tout de suite le sens de ses paroles, aussi son regard glissa jusqu’à sa main qui venait de se mettre en mouvement, cherchant un semblant d’explication.

    Son cœur fit alors un bond dans sa poitrine et son regard s’illumina de joie en reconnaissant l’objet que Curtis tenait entre ses doigts. La chance lui souriait finalement ! Car combien y en avait-il pour que la personne étant venue lui prêter main forte, soit la même ayant retrouvé sa montre ? Une envie irrépressible de se jeter au cou de Curtis afin de lui montrer sa reconnaissance et son bonheur se fit ressentir. Pourtant, ce sentiment fut réprimé par ses explications. Elle se sentit alors totalement perdue, ne comprend pas la relation qu’il pouvait bien faire entre ces deux situations pourtant différentes… Aussi lâcha t-elle avec incompréhension,

    « Mais… ce n’est pas comme si elle avait une quelconque valeur pour toi… »

    Certes, cette montre représentait tout pour Gabrielle, mais absolument rien pour Curtis. Ce n’était pas non plus comme si il pouvait en retirer une compensation financière. La Serdaigle était quasiment sûre qu’elle ne valait rien même chez un brocanteur, possédant une gravure personnalisée à l’intérieur, elle en avait perdue toute sa valeur monétaire. Pleine de bonnes pensées, Gabrielle ne voyait la perversité et les sombres sentiments de l’Homme, que lorsque ces derniers lui sautaient au visage, ce qui n’était pas le cas à cet instant.

    Elle sentit Curtis qui faisait glisser l’objet dans sa main, sans pour autant le relâcher de son côté. Son regard reflétant son absolue incompréhension ne se détourna pas des yeux du serpentard. Elle cherchait à comprendre où il venait en venir sans grand succès, jusqu’à ce que l’évidence la frappe de plein fouet. Il souhaitait une compensation pour son geste ! Cela n’était pas très chevaleresque de sa part, mais totalement justifié et approprié au vu de la situation. Sa bonne humeur retrouvée, elle lui sourit alors tout en lui disant,

    « Franchement Curtis, après ça tu peux me demander ce que tu veux ! »

    Persuadée qu’il avait simplement besoin d’aide pour un devoir, ou même qu’il souhaitait un objet vu au village et qu’il ne pouvait se le procurer lui-même, Gabrielle se promit de faire tout son possible afin de le satisfaire à son tour. Après tout, rien de ce qu’il pourrait lui demander n’arriverait à la hauteur de ce qu’il venait de faire pour elle. Aussi insista t-elle sans perdre son sourire, qu'elle ne pensait ne plus pouvoir quitter…

    « Alors, qu’est-ce que tu veux ? »


Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Dim 1 Mar - 20:16



    Curtis fut des plus ravis de voir la joie envahir les traits de la jolie blonde et il ne masqua aucunement sa satisfaction, affichant un large sourire. Savoir qu'il venait de déclenché ce magnifique sourire lui fit presque oublier la perte de sa trouvaille du jour. Cependant il compris rapidement que ses paroles avaient semer le trouble, il était rare que les gens comprennent du premier coup ou il venait en venir et cela l’énervait tout autant que cela l’amusait.

    « Mais… ce n’est pas comme si elle avait une quelconque valeur pour toi… »

    Le brun fit claquer sa langue contre ses dents et secoua la tête dans un signe de désapprobation. Selon lui elle réfléchissait à l’envers sur ce point, comme la plupart des gens d’ailleurs et il n’avait jamais compris comment l’évidence ne leur sautait pas aux yeux. On tient les gens par ce qu’ils aiment pas par ce que l’on aime !!! Il tourna la tête vers la Serdaigle et lui répondit d’un ton neutre…

    Ce qui est important ce n’est pas la valeur que cet objet à pour moi mais pour toi.

    Le plaisir de posséder quelque chose qui manquera à quelqu’un, une part de cette personne mais surtout tout le pouvoir qui pouvait découlé de cette possession. Curtis ne se montrait pas réellement sous son meilleur jour en dévoilant cela, ces propos pouvaient être très mal interprétés et il se mordit la lèvre. S’apprêtant à parfaire son explication il fut interrompu dans son élan.

    « Franchement Curtis, après ça tu peux me demander ce que tu veux ! »

    Parfait !!! Gabrielle n’avait peut être pas besoin de plus d’explications, du moins pour le moment. Elle semblait si heureuse d’avoir retrouvé son bien que toute attitude défensive avait complètement disparue. Sautant sur l’occasion de passer au vif du sujet il sourit à nouveau.

    « Alors, qu’est-ce que tu veux ? »

    Curtis savait déjà ce qu’il voulait mais il fit semblant d’y réfléchir pendant quelques instants. Silencieux, il passait en réalité dans sa tête les divers moyens qu’il avait de s’exprimer pour faire passer la chose le mieux possible. Il se redressa brusquement et fit face à la demoiselle, l’air décidé et convaincu, il déclara.

    Je veux…que tu passe du temps avec moi…Passons la soirée ensemble, fait moi oublier la morosité de ce château !

    Il tendit la main à Gabrielle l’invitant a se levée de son banc mais ne lui laissant pas pour autant beaucoup de place pour se redressée. Proches, trop peut être pour elle…Il planta son regard dans le sien et afficha un air a la fois charmeur et innocent qui sonnait faux tout en lui allant si bien à la fois. Curtis ne se contenterait pas de si peu et une pointe de défis dans la voix, il ajouta…

    A la fin de la soirée tu m’embrasses !

    Un frisson lui parcouru aussitôt le dos, il avait été trop empressé dans son énoncée, il le savait ! Sa tête se pencha sur le coté et il déclara rapidement mais d’un ton amusé.

    Enfin tu me laisse t’embrassé plutôt ! Tu n’aura aucune responsabilités la dedans …

    Il lui adressa un clin d’œil, il savait a quel point les gens aimaient a se défaire des responsabilités de leur actes et il espérait qu’il en serait de même pour la Serdaigle. En plus, il fallait l’avouer, il ne demandait rien de bien méchant. Le baiser de la princesse au preux chevalier qui venait de lui restituer l’objet de ses convoitises !!! Il se mordit a nouveau la lèvre tout en attendant le verdict.
Revenir en haut Aller en bas

Gabrielle Sinclair
4ème année - à vous le bel air frais !

avatar
Féminin
Messages : 168
Age du joueur : 32
Date d'inscription : 22/01/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 6ème année
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Mar 3 Mar - 16:49



    Curtis semblait réfléchir intensivement à la faveur qu’il allait lui demander. Apparemment, il n’avait aucune idée précise en tête, et Gabrielle attendit sagement qu’il trouve ce dont il aurait envie. La patience était une vertu que la serdaigle possédait depuis son plus jeune âge, et elle savait en faire usage. Elle eu un léger sursaut lorsque le jeune homme se remit brusquement debout, son petit affolement cardiaque passa bien vite, surtout en voyant l’air déterminé de Curtis. Elle lui accorda alors toute son attention, certaine qu’il allait lui faire part de sa requête.

    Je veux…que tu passe du temps avec moi…Passons la soirée ensemble, fait moi oublier la morosité de ce château !

    Dire qu’elle fut surprise serait un euphémisme… Sa demande était assez étrange, autant que l’intérêt soudain qu’il lui portait par la même occasion. N’avait-il aucun ami pour l’aider à se distraire ? Elle n’était sûrement la personne la plus appropriée pour cette tâche… mais soit ! Après tout, qu’étaient quelques heures en comparaison de son bien le plus précieux. De plus, même si elle s’était toujours méfiée de Curtis jusqu’à présent, l’air innocent qui flottait sur son visage lui fait pensait qu’elle pouvait lui accorder cette petite faveur sans qu’elle ne risque le moindre problème.

    Elle prit cette main aimable tendue vers elle et se releva avec l’aide de Curtis. Leur nouvelle proximité ne la dérangeant en rien… pourquoi en aurait-il été autrement d’ailleurs ? Elle ne se sentait point en danger, donc aucun mal aise ne vint l’assaillir… Du moins, jusqu’à ce que la voix du serpentard ne s’élève à nouveau, ajoutant une petite close dans leur contrat verbal.

    A la fin de la soirée tu m’embrasses !

    Surprise et déroutée, elle voulu faire un pas en arrière, mais sa jambe rencontra aussitôt le banc derrière elle, la stoppant net dans son geste. Déstabilisée, elle retomba assise sur le dit banc. Les lèvres légèrement entrouvertes, les yeux reflétant un brin d’incompréhension, elle finit par se ressaisir alors que Curtis modifiait légèrement sa requête.

    Elle se releva, les sourcils froncés, elle se mit à réfléchir à sa proposition. Un baiser… ce n’était qu’un simple baiser après tout. Mais pourquoi cela alors qu’il aurait pu lui demander n’importe quoi d’autre ? Peut importe… c’était ça qu’il lui demandait.

    « D’accord… »

    Ce fut sa seule réponse… Un baiser, cela restait correct et puis, si elle voulait récupérer sa montre, elle n’avait pas vraiment le choix. Elle lui offrit alors un sourire timide, quelque peu perturbée par son étrange requête. Son regard se porta soudainement sur l’une des fenêtres de la pièce et elle remarqua enfin à quel point il faisait sombre. Le couvre feu n’allait pas tardé à être dépassé et cela pouvait poser quelques problèmes. Ses yeux se reposèrent sur Curtis et elle demanda,

    « Tu veux qu’on fasse quoi ? Vu l’heure, on va être assez limité si on ne veut pas se faire prendre. »

    Et se faire attraper, sûrement pas ! Sa grand-mère la tuerait si elle savait que Gabrielle traînait en dehors de sa chambre la nuit, et avec un garçon en plus !


Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Ven 20 Mar - 20:03



    Curtis remarqua avec amusement la façon dont Gabrielle sembla déstabilisée par la requête brutale qu’il venait d’exposer. Lorsqu’elle bascule vers l’arrière il eut un geste vers l’avant pour la rattrapée mais elle atterrit sans encombres sur le banc. Se précipitant d’alléger les choses il modifia la forme mais pas le contenu et fut ravi de voir que la demoiselle prenait au moins le temps de réfléchir et ne lui imposait pas un non direct et catégorique. Patient et amusé il attendit une réponse sans rien ajouter.

    « D’accord… »

    Ces mots sonnèrent presque comme un verdict inespéré et Curtis ne put réprimé un large sourire. Son plan tournait exactement comme il le voulait et il y prenait un plaisir jubilatoire. Le jeune Cullen avait toujours eu cette tendance a planifié ces relations selon des plans bien particulier et si il le fallait il travaillait pendant des années pour obtenir ce qu’il voulait. Voir les choses se déroulée selon ses désirs lui apportait le plus grand des plaisir : la satisfaction. La façon dont sa requête semblait perturbé Gabrielle ne faisait que sublimer le tout.

    « Tu veux qu’on fasse quoi ? Vu l’heure, on va être assez limité si on ne veut pas se faire prendre. »

    Un petit rire quitta les lèvres de Cullen. Une fois encore il était mi surpris mi blasé de voir a quel point les gens pensaient rarement comme lui. Cela avait un coté amusant aussi bien que fatiguant ! Il pencha la tête sur le coté et d'un air de défis il déclara…

    Les seules limites de l’être humain sont celles qu’il se fixe lui-même. Sans danger et adrénaline la vie n’est pas bien intéressante selon moi.

    Il haussa les épaules comme conclusion à ces propres paroles avant d’ajouter…

    Je te propose qu’on fasse les choses à ma manière ce soir mais je te promets que je ferai de mon mieux pour ne pas nous attirés d’ennuis.

    Curtis se voulait rassurant, et du peu qu’il semblait cerner de la Serdaigle il jugeait préférable de ne pas sortir le grand jeu façon Curtis en l’emmenant directement dans un trip nocturne dans la forêt interdite. Non ! Avec elle, il le sentait, il se devait de la joué plus subtile que réel danger. Sans avoir besoin d’y réfléchir bien longtemps il avait trouvé la solution parfaite, un fouineur comme lui se devait d’en savoir un maximum sur Poudlard. Dans un geste spontané il saisi Gabrielle par la main et l’attira a sa suite mais il la lâcha brusquement affichant un air embarrassé. Pure technique Curtisienne ! Et il passa son bras autour du sien dans une attitude de pure camaraderie. La mettre à l’aise était primordiale pour lui ! Se retenant de courir il marchait tout de même assez vite lorsqu’ils s’engagèrent des les escaliers. Après avoir gravit plusieurs étages Curtis s’arrêta devant un mur de pierre et ricana avant de faire trois allers retour tout en se concentrant. Une porte se dessina alors dans la pierre et il se tourna vers Gabrielle lui adressant un sourire satisfait.

    La salle sur demande ! Tu connaissais ? J’en ai entendu parlé lorsque j’ était en troisième année. C’est mon oncle qui a lâché l’info…

    Oui c’était bien Jasper qui le lui avait dit mais Curtis ne s’attardait jamais trop a parler de sa famille et de son enfance. Il ne rappelait jamais a personne a quel point il était transparent pendant ces trois premières années à Poudlard et personne ne semblait réellement s’en souvenir. Les mensonges qu’il avait créer depuis ne correspondaient en rien avec la fade réalité. Soit ! Après s’être perdu dans ces pensées quelques secondes il posa une main sur la poignée et ouvrit la porte invitant Gabrielle a entré. Elle pu alors découvrir une petite salle aux hauts murs couverts de livres en tout genre aussi bien moldu que sorciers. Au centre trônait une petite table sur laquelle étaient posée différente boisson alcoolisée ou non ainsi que toute sortes de sucreries. Des poufs étaient posés un peu partout et seul la lumière dansante d’une dizaine de bougies baignait la pièce d’une lumière chaude. Il referma la porte et posa les yeux sur Gabrielle.

    Ça devrait faire l’affaire et je ne pense pas qu’on vienne nous chercher ici…

    Il sourit a nouveau et alla se jeter dans un pouf attendant de voir si le compromis semblait correcte pour la demoiselle.

Revenir en haut Aller en bas

Gabrielle Sinclair
4ème année - à vous le bel air frais !

avatar
Féminin
Messages : 168
Age du joueur : 32
Date d'inscription : 22/01/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 6ème année
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Lun 23 Mar - 0:32




    Le léger rire moqueur de Curtis fit naître une moue à la fois boudeuse et perplexe sur le visage de la Serdaigle. Il n’y avait absolument rien d’amusant dans ce qu’elle venait de dire. Malgré tout, face à ce rire pourtant charmant, elle avait l’impression que quelque chose lui échappait et de ce fait, de paraître ridicule. Il ne la laissa pas bien longtemps dans le flou, lui exposant rapidement son point de vu. Elle fronça alors les sourcils, penchant légèrement la tête sur le côté, elle analysa les propos de Curtis… Ce qu’il avançait n’était pas dénué de sens, bien au contraire, c’était même un brin philosophique. C’était surtout véridique lorsqu’on y réfléchissait bien, sa vie à elle était totalement inintéressant si on y regardait bien. C’était peut être ce que Desmund avait à lui reprocher… Elle se prit alors à envier Curtis… lui, il semblait vivre pas mal d’aventures, sans se soucier de ce que penseraient les autres, sans chercher à se comporter comme on l’attendait de lui, sans être comme on voulait qu’il soit. Curtis vivait tout simplement, elle, elle se contentait d’exister.

    Aussi lorsque la voix du Serpentard s’éleva de nouveau, elle décida d’accepter simplement de le laisser mener le jeu. Bien qu’il se veuille rassurant, ce ne fut pas pour cette raison qu’elle choisi de le suivre docilement, mais bel et bien parce qu’elle avait envie d’essayer, de voir ce que cela faisait de prendre le même chemin sinueux que le jeune homme. Et si il avait des problèmes… et bien tant pis finalement ! Elle voulait goûter au danger et à l’adrénaline dont il lui avait parlé, même si elle ne sentait pas forcement prête pour ça, elle savait qu’elle ne le serait jamais avant de se jeter à l’eau.

    Ses pas précipités l’obligèrent à courir à petites foulées afin de pouvoir rester à son niveau, et surtout, à ne pas le ralentir. Les bruits habituels du vieux bâtiment la faisaient sursauter, et elle guettait, ne cessait de regarder autour d’elle que personne ne puisse les surprendre. Son cœur ne cessait de s’affoler et elle aurait dû rentrer dans sa salle commune, c’est du moins ce que lui ordonnait la voix de la raison, mais elle avait choisi de ne plus l’écouter, pas ce soir en tout cas. Cette sensation dans sa poitrine et cette peur pourtant agréable… elle ne l’aurait jamais cru mais elle aimait ça !

    Lorsqu’il s’arrêta de se mit à faire ce qui semblait être les cens pas, Gabrielle s’interrogea quelques secondes… s’étaient-ils égarés ? Mais alors que cette question traversait à peine son esprit, elle vit une porte se dessiner sur le mur pourtant encore vierge quelques instants plus tôt. Les yeux arrondis par la surprise, elle accueillit les explications de Curtis avec un certain étonnement. Elle en avait entendu parlé… ou plutôt, elle avait lu quelque chose au sujet de cette salle, mais elle était persuadée jusque là qu’il ne s’agissait que d’un mythe, d’une chimère que les élèves s’évertuaient à chercher tout au long de leur scolarité et ce sans succès. Elle pensa alors combien l’oncle de Curtis avait été sympathique de lui offrir une telle information ! Son père ne lui en avait jamais parlé, peut être ne l’avait-il jamais trouvé… et puis de son vivant, elle étudiait à Beauxbâton…

    Emplie d’une curiosité qui la rendait pour le moins impatiente, Gabrielle ne cessa de s’agiter sur place avant que Curtis ouvre la porte, lui dévoilant enfin la pièce. Elle eu alors le souffle coupé par la vision qui s’imposa à elle, et elle ne tarda pas à entrer et parcourir la pièce. La collection de livres aux murs était tellement impressionnante qu’elle ne pu en décrocher son regard pendant un long moment. Elle ne s’en désintéressa que lorsque la voix de Curtis lui parvint de nouveau.

    « C’est parfait ! »

    Un souffle, une constatation qu’elle trouvait pourtant inutile… La perfection n’avait pas besoin d‘être identifiée. Son sourire s’élargit en voyant le Serpentard se jeter avec entrain sur l’un des poufs de la pièce, et elle le suivit avec beaucoup plus de calme et de réserve. S’installant sur le pouf aux côtés de Curtis, elle dû lutter un moment afin de trouver une position à la fois confortable et appropriée lorsque l’on portait une jupe. Ce fut plus rude que prévu, elle dû se contorsionner, tirer sur le bout de tissu et essayer divers position avec ses jambes avant de finalement y arriver. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas évident de s’asseoir sur ce genre de siège avec l’uniforme de l’école ! Lorsqu’elle fut enfin installée correctement, elle lança un faible sourire à Curtis qui avait dû trouver la scène assez amusante de son côté. Regardant de nouveau la pièce, scrutant sa beauté tout en simplicité, elle demanda alors,

    « Tu viens souvent ici ? On ne sait jamais, si un jour je te cherche… »

    Elle lui sourit à nouveau, se prouvant à elle-même qu’elle n’avait plus aucune trace de crainte envers Curtis en elle. Elle se trouvait d’ailleurs assez stupide de l’avoir ainsi étiqueté sans même le connaître, jamais il ne lui avait donné de raison de penser ainsi de lui… Avisant enfin les boissons et verres sur la petite table face à eux, Gabrielle se pencha et versa le liquide de la première bouteille à sa porté dans deux gobelets. Elle en tendit un à Curtis et porta le sien à ses lèvres. A la première gorgée, ses traits se déformèrent quelque peu dans une grimace. De l’alcool, elle n’avait eu aucun mal à reconnaître le goût si particulier du whisky pour en avoir déjà bu en compagnie de Kane et de Desmund. A la pensée de ce dernier, Gabrielle oublia rapidement son dégoût et avala le reste de son verre d’une traite. Sa gorge la brûla un instant, puis plus rien…

    Elle ne désirait pas penser au préfet qui lui avait littéralement brisé le cœur, pourtant il ne cessait de venir hanter son esprit. Mais son image n’était pas la seule responsable de ses tourments… depuis qu’elle l’avait surpris avec Lyssina, elle ne cessait de se poser plusieurs questions qui jusque là ne lui avaient jamais effleuré l’esprit… comme le fait d’avoir une vie inintéressante, ce à quoi elle essayait de remédier avec Curtis, mais aussi elle se demandait si elle était désirable ou simplement attirante. Après tout, jamais il n’avait posé les mains sur elle comme elle l’avait vu faire avec sa camarade de maison, et lorsqu’elle avait essayé de prendre l’initiative, il l’avait toujours arrêté.

    Son regard se posa alors sur Curtis… L’intérêt soudain qu’il lui avait porté quelques minutes plutôt avec sa requête l’avait bien évidemment surprise, mais elle lui avait aussi fait plaisir. Elle se demanda alors pourquoi elle ne chercherait pas des réponses à ses questions avec le serpentard ? Mû d’un courage et d’une nouvelle volonté que l’alcool devait avoir attisé, Gabrielle se pencha vers Curtis en cherchant son regard. Contorsionnée dans une position fort peu agréable pour sa colonne vertébrale, la serdaigle cessa sa progression alors qu’elle n’était plus qu’à quelques millimètres du jeune homme. Son cœur s’affola alors qu’elle sentait le souffle de Curtis effleurer sa peau. Ses yeux rivés aux siens, elle avisa pourtant à quel point l’éclairage des bougies pouvait être favorable aux traits déjà quasi parfaits de Curtis. Se mordant d’abord la lèvre inférieure comme pour éviter de se précipiter, elle lâcha dans un souffle, cherchant sûrement à se justifier…

    « J’ai pas envie d’attendre jusqu’à la fin de la soirée… »

    Elle combla finalement la minuscule distance les séparant, ses lèvres allant avec douceur à la rencontre des siennes. Ce fut tendre, chaste mais très vite elle en voulut plus, goûter davantage à Curtis… Elle posa sa main sur le cou du jeune homme, la faisant glisser jusqu’à sa nuque, ses doigts se perdant dans sa chevelure alors que sa langue caressait les lèvres du serpentard, quémandant, suppliant un approfondissement. Plusieurs émotions s’entrechoquèrent en elle lorsque sa langue eue rencontré la sienne. Elle frissonna et se fit plus impatiente en pressant d’autant plus sa main sur la nuque de Curtis. Elle s’éloigna finalement, à bout de souffle et se cala de son siège, les mains serrées sur ses genoux, le rouge aux joues. Elle se demandait si elle ne s’était pas comportée de manière déplacée et surtout, si Curtis allait lui en vouloir ou non…



Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Ven 27 Mar - 1:10



    Curtis fut plus que largement ravi de voir que l’effet de surprise était parfait ! Il jubilait littéralement devant le sourire et le regard curieux de la jolie blonde. Rien que pour cela il était certain à cet instant de ne pas avoir fait une erreur en lui rendant ce qui lui appartenait. Il était persuadé d’avoir a présent bien plus à gagné ! Un frisson lui parcouru le dos alors que de nombreux plans prenaient naissance dans son esprit tordu, pourtant il s’empressa de secouer la tête comme pour les chassés. Avec Gabrielle il avait l’étrange sentiment qu’il ferait mieux de rester lui-même, peut être était ce la simplicité et la sensibilité dont elle semblait faire preuve. Ces yeux bleus se perdirent dans la chevelure blonde de la Serdaigle et il ne reprit sa respiration que lorsqu’elle s’adressa a lui.

    « C’est parfait ! »

    Son sourire s’ élargi alors qu’il atterrit dans un pouf ou la demoiselle ne mit pas longtemps à le rejoindre. Il ricana sans aucune moquerie tout en la voyant galérer pour s’asseoir et malgré qu’il n’avait aucune envie de laisser de l’espace entre eux il recula de quelques centimètres pour la laissée trouver sa place avant de se repositionné de la même manière nonchalante que précédemment.

    « Tu viens souvent ici ? On ne sait jamais, si un jour je te cherche… »

    Curtis releva un sourcil, il ne c’était pas attendu a ce que celle qui s’était montrée méfiante baisse la garde aussi vite. Il n’allait pas s’en plaindre mais de la envisager qu’elle pourrait le chercher ! Il avait voulu trouvé un moyen de lui plaire mais la belle semblait sans le vouloir jeter un ensorcellement sur Curtis. Elle agissait a la perfection de tout ce qu’il aimait chez une fille. Il avala lentement sa salive, perturbé par la forte vague de désir qui venait de monter en lui. Un léger soupir a peine audible quitta es lèvres et regardant Gabrielle servir a boire il se décida enfin a lui répondre.

    Non je ne viens pas souvent…Je n’aime pas me cacher !

    Oh il aimait cacher des choses mais quand a se cacher lui-même ! Il n’y avait que lorsqu’il côtoyait des garçons qu’il cherchait réellement a resté discret. D’un ton rempli de sous entendu il se laissa aller à ajouter.

    Si tu me cherches tu finira bien par me trouver…

    Bateau a souhait mais tellement explicite ! Il réprima pour une fois son sourire satisfait sachant bien à quel point il pourrait faire sonner ces paroles comme légèrement tintée de perversité. C’était bien plus drôle de laisser la neutralité faire son effet et permettre donc à Gabrielle d’interpréter ces mots comme elle le voudrait. Curtis saisi le verre qui lui était tendu et il avala lentement une gorgée de son contenu. Une toute petit chose le perturbait, n’était elle pas censée être avec Desmund ? Il aurait pensé que toute tentative d’approche se serait révélée des plus infructueuse et voila que sans avoir à faire trop d’effort il se retrouvait seul avec elle dans un coin reculé du château. Cela le perturbait mais n’avait rien pour lui déplaire, la était toute la nuance. Oh il n’utilisait aucunement Gabrielle, elle lui plaisait pour ce qu’elle était mais rajouter un peut de piment a tout cela rendait la chose encore plus délicieusement tentante.


    « J’ai pas envie d’attendre jusqu’à la fin de la soirée… »

    Alors n’attends pas…Les mots arrivèrent a son cerveau mais il n’ eu ni le temps ni l’envie de les prononcer de peur de briser cet instant. Il accueilli les lèvres douces de Gabrielle, les caressant délicatement des siennes et il sentit un frisson lui remonté la colonne vertébrale. Signe indéniable que a partir de maintenant elle pourrait faire de lui a peu prêt ce qu’elle voudrait. Il senti une main se glissée dans sa nuque et répondant a l’approche il glissa une main sur la taille de la demoiselle tout en exerçant une légère pression l’invitant à venir se blottir plus prêt de lui. Curtis n’avait aucune occupation qu’il pourrait préféré a celle-ci et il lia sa langue a celle de Gabrielle dans une danse sensuelle. Lorsqu’elle s’éloigna de lui il eut le réflexe de la suivre en se penchant vers l’avant mais voyant le rouge a ses joues il se laissa retomber en arrière tout en affichant un sourire sincère. Elle le faisait craquer ! Il glissa sa main autour de son bras et l’invita lentement à se blottir a nouveau contre lui. Il murmura un…

    Viens la…

    Et l’attira vers lui. Sa main se glissa lentement dans les cheveux blonds avant d’effleurer les joues rosies dans un geste remplis de tendresse et d’attention. D’une voix calme et posée il reprit la parole.

    Ainsi donc tu es du genre à tirer le feu d’artifice avant la fin des festivités.

    Un petit rire quitta sa gorge et il resserra délicatement son étreinte tout en ajoutant d’un air ravis.

    Tu es surprenante Gabrielle !

    Il lui avait demandé de briser sa morosité et elle avait accomplis cela mieux qu’il n’aurait pu l’espérer. Oh oui il était étonné, chamboulé et tout ce vous voudrez mais cela ne lui donnait que plus encore de raisons de ne pas se laisser aller a toutes ces pulsions. Curtis but une nouvelle gorgée d’alcool et reposa son verre sur la table. Il glissa légèrement sur le coté et tournant le haut du corps et il posa une main de chaque coté du visage de Gabrielle. Plongeant son regard dans le sien il vint effleurer son nez du bout du sien et dans un souffle il murmura autant comme une conclusion que comme une invitation.

    Le seul problème…C’est que tu me donnes envie d’en recevoir encore plus…

    Il enfoui son visage dans la nuque de Gabrielle, laissant glisser sa langue et posant de temps a autre un baiser. Le rejetterait elle ? Il espérait que non mais se montrait tout de même prudent.


Revenir en haut Aller en bas

Gabrielle Sinclair
4ème année - à vous le bel air frais !

avatar
Féminin
Messages : 168
Age du joueur : 32
Date d'inscription : 22/01/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 6ème année
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Ven 27 Mar - 20:04




    Ses doigts serraient nerveusement le tissu de sa jupe et elle était incapable de tourner son regard en direction de Curtis. Elle était nerveuse mais aussi inquiète à l’idée s’être montré trop empressée, mais surtout elle appréhendait la réaction de Curtis. Certes il semblait avoir plutôt bien réagit, il avait répondu à son baiser tout en douceur et ne l’avait pas repoussé. Mais maintenant qu’ils avaient cessé, est ce que Curtis s’interrogeait ? et est ce qu’il arriverait à une conclusion négative sur elle ? Perdue dans ses nombreuses réflexions, elle ne sentit pas aussitôt la main de Curtis sur son bras, ce fut sa voix qui l’arracha pour de bon à ses pensées. Elle se laissa alors bercer par sa tendresse, profitant de ses caresses douces et agréables qui firent s’envoler complètement son inquiétude et ses interrogations.

    Ainsi donc tu es du genre à tirer le feu d’artifice avant la fin des festivités.

    Elle redressa brusquement la tête et planta enfin son regard dans le sien. Etait-ce un reproche qu’il lui faisait finalement ? Elle se sentit alors grandement gênée mais ce sentiment s’envola bien vite, faisant place à un profond soulagement lorsqu’elle entendit son rire et qu’il resserra son étreinte sur elle.

    Tu es surprenante Gabrielle !

    Surprenant était le mot ! Elle se surprenait elle-même d’avoir fait preuve de tant d’audace ! Mais en y réfléchissant bien, tout ce qui se passait était surprenant… le fait qu’elle ait baissé si vite sa garde concernant Curtis, qu’ils en viennent à passer la soirée ensemble, et surtout, qu’elle finisse par se retrouver dans ses bras. Une heure plus tôt tout cela aurait été inconcevable, relevant de l’imagination, mais elle ne regrettait rien, bien au contraire.

    Les mains chaudes de Curtis sur ses joues lui arrachèrent un sourire tendre. Elle cru alors qu’il allait l’embrasser et s’y prépara tout en essayant de calmer son cœur qui s’affolait de nouveau.

    Le seul problème…C’est que tu me donnes envie d’en recevoir encore plus…

    Perdue, chamboulée par ses propos soudain qu’elle ne comprit pas tout de suite, elle demanda…

    « Et… c’est mal ? »

    Sa question pouvait paraître stupide, mais n’avait-il pas qualifier le sujet de problème ? Un problème n’était jamais quelque chose d’agréable en soi, voilà le pourquoi de son interrogation. Mais la réponse ne lui vint pas, le visage de Curtis ayant dévié du sien, elle ne cessa de se questionner jusqu’à ce qu’elle ne sente quelque chose d’humide et de chaud sur son cou. Curtis lui prodiguait des caresses qu’elle n’avait jamais connu jusque là, c’était inédit et tellement délicieux. Inconsciemment, elle pencha la tête en arrière, lui offrant sa gorge autant qu’il puisse le désirer. Ses paupières se clorent d’elles-mêmes, ses lèvres s’ouvrirent, ses doigts se fermèrent sur le tissu du pouf, ses ongles le griffant au passage et un gémissement timide lui échappa.

    A son tour elle posa ses mains sur les joues du jeune homme, relevant son visage à hauteur du sien. Puis elle cueillit ses lèvres, doucement, sensuellement, elle se contrôlait afin de ne pas laisser ce qu’elle ressentait prendre le dessus et la faire devenir plus empressée et fiévreuse qu’elle ne devait l’être. Elle luttait, essayant de contenir cette flamme que Curtis avait fait naître en elle. Doucement, ses mains glissèrent de ses joues, passant le long de son cou jusqu’au col de sa chemise, et là elle défit lentement chacun des boutons du vêtement. Elle s’éloigna de nouveau et son regard quitta le visage de Curtis pour aller sur poser sur son torse. Elle avança alors une main mal assurée. C’était le moment de vérité… c’était toujours à ce moment que Desmund la stoppait, il s’agissait de la limite à ne pas dépasser. Quand serait-il avec Curtis ? Elle posa ses doigts sur sa peau et retint son souffle dans l’attente d’une quelconque réaction, d’un rejet…

    « Curtis… »

    Elle se mordit la lèvre inférieure en se rendant compte que son prénom était sortit dans un gémissement à la limite de la supplique. Elle n’alla pas plus loin, pensant qu’il était inutile de s’exprimer davantage, elle voulait savoir si elle avait son autorisation pour continuer et chercha la réponse dans les traits de son visage. Elle n’y trouva rien de négatif, aussi prit-elle finalement l’initiative de reprendre là où elle s’était arrêtée. Elle pencha le visage sur le côté, ses yeux suivaient les mouvements de ses doigts qui exploraient doucement et à leur gré le torse du jeune homme. Concentrée, elle découvrait, apprenait Curtis avec lenteur et application.

    Finalement, elle se rapprocha, toujours quelque peu intimidée mais envieuse, elle posa ses lèvres sur la peau douce du serpentard. Elle remarqua alors la subtile différence qui existait entre les deux garçons… l’odeur qu’il dégageait était fruitée… Curtis était un fruit, un fruit que l’on mord doucement afin de se délecter de toute sa saveur. Ses mais passèrent dans son dos, le caressant alors que ses lèvres remontaient le long de sa clavicule, de son cou, de sa mâchoire, avant de venir de nouveau se poser sur les lèvres sucrées de Curtis.


Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Mer 1 Avr - 1:15




    Âmes sensibles s'abstenir !



    « Et… c’est mal ? »

    Curtis sourit à l'entente de ces mots, tant d’innocence mêlée à ces gestes contradictoires ne pouvait que le faire fondre. Parler lui semblait inutiles a présent mais il ne voulait pas paraître rude et entre deux baiser posés sensuellement sur la peau de Gabrielle il murmura.

    A toi d’en juger!

    Si elle se contentait de l’allumer pour le laisser en plan après oui se serait mal. On avait assez joué avec les désires de Curtis ces derniers temps et il n’avait aucune envie de ressentir cette frustration une fois encore, pas en si peu de temps ! Tout son être bouillonnait d’ailleurs d’autant plus en raison de tout ce qu’il avait été obligé de réprimé. Les deux D lui laissaient un goût amer dans la bouche et le seul goût qu’il voulait garder de Gabrielle était celui du plaisir. Le gémissement qui quitta les lèvres de la belle eut le don de lui faire perdre pied quelques instants et son cœur sauta quelques battements lorsqu’elle posa à nouveau ses lèvres contre les siennes. Il senti les doigts glisser le long des boutons de sa chemise jusqu'à a enfin atteindre la délivrance du contact des deux peau. Un frisson glissa le long de son dos jusque dans ses reins et il se mordit la lèvre répriment l’envie de lui arracher brutalement ces vêtements.

    « Curtis… »

    Son propre nom avait résonné à ses oreilles comme une douce musique envoûtante. Il était pris au piège de la jolie blonde alors qu’un instant il avait pensé que c’était lui qui pourrait mener la danse. Gabrielle semblait avoir hésité un instant mais déjà elle se faisait plus pressante couvrant son torse et sa nuque de baiser le guidant ainsi vers des idées plus perverses encore contre lesquels il luttait avec force. Elle avait beau se montrée décidée il ne pouvait pas perdre contrôle ! Un souffle chaud quitta ses lèvres alors que sa tête tournait légèrement. Résisté plus longtemps relevait de la torture aussi bien physique que mentale. Curtis remonta avec empressement une main jusqu'à a la nuque de Gabrielle et il ouvrit quelques boutons du chemisier avant d’ écarté le tissus dévoilant l’une de ses épaules et les courbes harmonieuses de sa poitrine sur laquelle il se jeta avec une avidité peu dissimulée. Parcourant la peau de baiser fiévreux il glissa entre les jambes de Gabrielle lui laissant toute la place et laissant leur deux corps entré en plein contact. Il était évident que maintenant elle pouvait sentir son érection se serré contre son entre jambe. Curtis remonta sa main libre sous la jupe plissée de la Serdaigle et il saisi sa cuisse entre ses doigts remontant légèrement sa jambe et glissant ensuite sa main plus loin pour atteindre les fesses de la demoiselle. A cette instant elle lui semblait être la créature la plus parfaite qu’il lui avait été donnée de voir et comme pour assouvir un besoin vital il remonta ses lèvres liant leurs deux langues dans un baiser salvateur. Dans cette soudaine dévotion passionnelle proche de l’éclat de l’amour il sentit une petite pointe naitre au fond de son estomac. Comme toujours il était obligé de se dire qu’elle devait mériter mieux que lui et de par la profonde affection qui la liait maintenant à lui il se voulait de montrer le plus grand respect. Haletant et tremblotant il serra Gabrielle contre lui dans un geste de pure tendresse. Était ce sa première fois ? Il n’avait aucun moyen de le savoir mais il savait ce que cela pouvait représenté et tout ce qui pouvait parfois se passer dans la tête d’une fille sans parlé d'une certain Desmund qui devait trotter dans un coin de sa tête. Il remonta jusqu'à l’oreille de Gabrielle et murmura d’une voix rassurante et suave.

    Je ne sais pas si c’est ta première fois ou non mais dans tout les cas je ne voudrais surtout pas que tu regrettes ce moment.

    Il glissa un doigt le long de la joue de Gabrielle et s’arrêta sur ses lèvres qu’il effleura délicatement. Curtis avait tellement l’habitude des plaisirs de la chair qu’il avait parfois peur d’aller trop loin ou trop vite. Il n’avait aucune envie d’être coupé dans son élan mais l’envie de laisser à Gabrielle un bon souvenir coupais partiellement son empressement et même si il avait beaucoup de mal à se concentré il ajouta quelques mots.

    Si à un quelconque moment tu veux m’arrêter n’hésites pas !

    Il plongea son regard dans celui de la Serdaigle et il lui adressa un léger clin d’oeil pour détendre l’atmosphère. Au moins elle savait qu’elle avait le choix et il n’aurait plus à se préoccuper de tout ça. Curtis posa quelques baisers empressés sur la nuque dénudée de la belle et il serra son corps plus près du sien. Son sexe dur et gorgé de sang se pressa plus encore contre l’intimité de Gabrielle, comme un appel à l’aide, à la délivrance. Ses mains se refirent plus avides et il glissa dans le dos de Gabrielle détachant habillement son soutien gorge. Du bout de sa langue il parcouru la peau et les tétons qui s’offraient maintenant à lui. Son autre main agrippa la petite culotte de Gabrielle qu’il fit glisser le long de ses jambes avant d’aller du bout des doigts titillé son intimité. Il découvrirait bien vite quel point elle avait ou non réellement envie de lui.

Revenir en haut Aller en bas

Gabrielle Sinclair
4ème année - à vous le bel air frais !

avatar
Féminin
Messages : 168
Age du joueur : 32
Date d'inscription : 22/01/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 6ème année
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Jeu 2 Avr - 0:24




    C’était déroutant, enivrant… son parfum, ses lèvres, ses mains, tout chez Curtis lui tournait la tête. Il pouvait bien faire ce qu’il désirait d’elle, cela lui était complètement égale tant qu’il ne cesser ses caresses ni ses baisers. Haletante, ses mains se perdaient dans la chevelure du serpentard alors qu’il couvrait sa peau de baisers enfiévrés. Elle se délectait de ses caresses, de lui tout simplement, jusqu’à ce qu’elle ne sursaute légèrement. Elle fut troublée en sentant l’entre jambe gonflée de Curtis contre son intimité et se sentit rougir à l’idée d’en être la cause. Elle frissonna finalement de plaisir sous les doigts du jeune homme sur sa cuisse. Si elle avait déjà eu une relation charnelle auparavant, les caresses et autres préliminaires avaient été bien vite bâclés. Aussi toutes les attentions de Curtis étaient accueillies avec délectation et enchantement.

    Soupirant d’aise, elle dévora ses lèvres qu’il lui offrait, ses mains remontant le long de son torse pour aller caresser ses épaules et le débarrasser une bonne fois pour toute de sa chemise devenue réellement encombrante. Ses mains assoiffées de son être ne cessaient de caresser sa peau qu’elle n’aurait pu imaginer plus douce. La flamme qu’avait fait naître Curtis en elle était devenu un brasier qui la consumait douloureusement et qu’il ne cessait d’attiser. Puis soudain, plus rien… Une simple étreinte tendre, si anodine et tellement étrange à cet instant. Elle le sentit trembler contre elle et ne comprit pas les raisons de ce soudain élan. Désirait-il tout arrêter ? Elle en trembla à son tour, incertaine de pouvoir se retenir de son côté. A ses paroles, elle ne su quoi répondre car elle restait dans le flou le plus total. Avait-il peut d’aller plus loin avec elle ? Par la suite, sa douceur exacerbée lui fit prendre peur… il agissait de la même façon que Desmund et comme lui, il allait la rejeter à présent. Elle se demandait, cherchait ce qui clochait chez elle, jusqu’à ce que sa voix ne s’élève de nouveau, la libérant de ses tourments. Elle se remise à soupirer sous les lèvres de Curtis, profitant plus que jamais après cette petite frayeur qu’il venait de lui faire. Elle gémit cette fois en sentant son entre jambes contre son intimité. Elle le voulait, elle voulait Curtis pour elle et tout entier.

    « Je ne compte pas t’arrêter… »


    Elle n’en avait aucunement l’envie et elle voulait qu’il le sache, qu’il n’ait pas cette désagréable appréhension au fond de lui. Elle se mordit l’indexe avec force afin de s’empêcher de gémir bruyamment sous cette langue qui explorait sa peau à présent découverte et cette main qui allait tout simplement la rendre folle. Elle se blottissait contre Curtis, se cambrait, ne tenant pas en place une seule seconde, il la torturait et c’était tout simplement délicieux. Elle lui mordait le creux de son cou, étouffant ses râles de plaisir contre sa nuque. Elle aurait voulu parler, dire n’importe quoi mais il n’y avait que son prénom qui sortait inlassablement sa bouche. Le souffle court, elle alla chercher les lèvres de Curtis pour un baiser plein de passion et de dévotion. Une de ses mains se perdit dans ses cheveux alors que l’autre entama une lente descente le long de son torse. Elle partit à l’assaut de sa gorge alors qu’elle défaisait avec maladresse, le bouton de son pantalon. Elle passa sous le vêtement et le dessous après une légère hésitation, et posa sa main autour du membre tendu sans serrer. Elle le caressa du bout des doigts dans ce qui ressemblait plus à un effleurement qu’une réelle caresse, et finalement elle lâcha difficilement,

    « Je sais pas si… »

    Si elle s’y prenait correctement ou non. Le dire à voix haute était tout aussi embarrassant que de le laisser constater par lui-même de son inexpérience. Elle avait peur de faire quelque chose de travers, mais en même temps, elle voulait lui retourner le plaisir qu’il lui procurait. Honteuse et gênée, elle retourna capturer ses lèvres pour mêler sa langue à la sienne, afin d’éviter de voir une leur moqueuse dans son regard ou tout autre chose du même genre.



Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Dim 5 Avr - 20:43




    « Je ne compte pas t’arrêter… »

    Curtis était rassuré aussi bien pour lui que pour elle. Il avait peu de chances de se voir refuser l’objet de ses désirs et il avait été suffisamment prévoyant pour qu’il n’ait aucunement l’impression d’abuser d’elle ou de son innocence. D’ailleurs finalement la demoiselle ne lui semblait pas si innocente que quelques heures plutôt alors qu’il sentait ses caresses et ses baisers fiévreux. La joie et l’adrénaline montèrent d’un coup dans ses entrailles et il ne put se retenir d’afficher un large sourire semblable à celui d’un gamin a qui l’on venait de céder un caprice. Tout son corps c’était détendu (enfin presque^^) et tous ses doutes étaient relégués au rang de souvenirs. D’ailleurs comme pour confirmer ses paroles, Gabrielle déboutonna le pantalon de Curtis qui frissonna déjà rien qu’à l’idée du contact de sa peau contre son sexe. Il sentit les doigts de Gabrielle effleurer son membre qui se gonfla plus encore sous le contact salvateur. Il se mordit la lèvre et dévora la jeune femme du regard mais alors qu’il allait se décidé a l’ embrassée a nouveau elle reprit la parole.

    « Je sais pas si… »

    Ahahaha elle était décidément plus que parfaite ! Curtis n’avait jamais eu de règles concernant le sexe, il n’était pas du genre à se contenter d’une façon de faire, pas du genre a avoir peur de la nouveauté et l’idée d’enseigner cet art à quelqu’un avait le don de le ravir. Et pourtant il estimait qu’il ne s’agissait pas réellement d’enseignement mais plutôt de la guidée en douceur si le besoin s’en faisait sentir. Affichant un sourire réconfortant il murmura…

    Ne t’inquiète pas…Le sexe c’est une question d’instinct et non de codes. Contente toi de te laisser allée…

    Et tout en finissant sa phrase il glissa deux doigts a l’intérieur de Gabrielle et entama un lent mouvement de va et viens tout en la provoquant légèrement du regard. Dans un souffle rauque il ajouta…

    Concentre toi seulement sur nous deux, sur tes désirs…Tout ira bien.

    Il avait l’intention de la rendre dingue et de ses doigts humides il alla titiller son clitoris. Donné du plaisir lui plaisait tout autant que d’en recevoir et il lâcha un gémissement remplis de désir pour le moment contrôlé. Curtis alla à nouveau cueillir ses lèvres dans un baiser passionné alors qu’il profitait des caresses et du contact de leurs peaux. Ses baisers descendirent ensuite le long du corps de Gabrielle et il relava sa jupe un peu plus haut pour aller poser quelques baisers encore un peu plus bas. Une part de lui hésitait a partir dans de ce genre de pratique, après tout elle n’était pas habituée de se retrouvé dans ce genre de situation. Risquait elle de se sentir gênée ? Oh tant pis ! Il l’avait dit lui-même, l’instinct devait primer ! Sa langue glissa alors sur le sexe de Gabrielle, il se faisait extrêmement doux et sensuelle alors que l’une de ses mains poussait délicatement l’une de ses cuisses pour qu’elle écarte plus les jambes. L’autre main monta sur la nuque et la poitrine de Gabrielle.

    Curtis ne tenait plus en place mais il s’appliquait tout de même de toute son expérience alliant les coups de langues plus vif et plus langoureux. Au bout de quelques minutes et trop excité par les gémissements de la demoiselle il se redressa lentement et lui adressa un regard complice. Du bout de son gland il titilla le sexe de Gabrielle comme pour faire durer le supplice quelques secondes encore et finalement tout en douceur il la pénétra enfin et se jeta a nouveau sur ses lèvres. Ses mouvements de bassins se voulaient lents dans un premier temps, il ne voulait pas qu’elle ait mal et aussi difficile que ce fut pour lui il attendait de voir si tout se passait bien pour elle.


Revenir en haut Aller en bas

Gabrielle Sinclair
4ème année - à vous le bel air frais !

avatar
Féminin
Messages : 168
Age du joueur : 32
Date d'inscription : 22/01/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 6ème année
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Lun 6 Avr - 19:43




    Elle était terriblement embarrassée et lorsqu’elle du rompre leur baiser, elle n’osa pas le regarder de peur d’être jugée. Mais ses craintes s’envolèrent face aux paroles quelques peu réconfortantes de Curtis. Il essayait de la détendre, de la faire se sentir à l’aise et rien que pour cela, elle l’en remerciait. Cependant, elle n’était pas totalement rassurée quant à devoir à elle. Suivre son instinct, c’était bien beau, mais si son instinct la fourvoyait et qu’elle faisait quelque chose de travers, comment le saurait-elle ? Non, en fait elle ne voulait pas commettre d’erreur du tout ! Quant au fait de se laisser aller, elle le faisait déjà pas mal là, du moins le pensait-elle. Un gémissement entre surprise et plaisir lui échappa alors que les doigts du serpentard pénétraient son intimité. Elle se sentit alors plus fiévreuse et ce fut malgré elle qu’elle ondula sous eux. Haletante, son regard voilé se posa dans celui de Curtis. Perdue dans les méandres du plaisir, elle n’entendit que trois petits mots et elle le cru.

    Accueillant ses lèvres avec délectation, sa main ne cessait de caresser le membre, sa prise s’étant resserrée et ayant adopté un mouvement régulier. Il avait eu raison, c’était venu tout seul, elle avait voulu répondre à ses cajoleries, et c’était venu ainsi… et si elle devait se référer aux soupires de Curtis, c’était ce qu’il fallait faire. Alors que sa tête commençait à lui tourner sous tout ce désire, elle se sentit plus confiante. Pourtant, lorsqu’elle sentit Curtis lui échapper et sa jupe se relever, le rouge lui monta aussitôt aux joues. Une furieuse envie d’attraper le bout de tissu et de le redescendre sur ses jambes ce fit ressentir. Malgré tout, elle prit sur elle… elle lui avait promis de ne pas l’arrêter, elle ne reviendrait pas sur ce qu’elle avait dit. Elle cacha son visage entre ses mains pour dissimuler son embarra mais aussi pour se cacher elle-même. Elle poussa un léger cri aigu en sentant cette langue audacieuse entre ses jambes. Elle se cambra et ses mains allèrent se poser sur sa bouche afin de faire taire ses gémissements indécents, mais en vain.

    Il allait la rendre folle ou pire, la tuer s’il continuait ainsi. Curtis était une source inépuisable de nouvelles sensations et elle n’était pas au bout de ses surprises. Lorsqu’elle sentit son sexe contre le sien, elle serra de ses mains les épaules de Curtis. Les souvenirs de sa première fois lui étaient revenus en pleine figure et autant dire que maintenant, elle se sentait angoissée… Elle ne se rappelait pas grand-chose de cette soirée, mais une chose était sûre : elle avait eu mal ! Terriblement mal… ce fut tellement atroce qu’elle avait du supplier son amant d’arrêter cette torture. Pourtant, quelque chose en elle lui disait que cela ne se passerait pas de la même façon. Déjà, elle n’était pas dans cet état de désire la dernière fois. Sûrement parce que Drake s’était contenté d’un petit effleurement avant qu’elle ne lui donne sa virginité. Alors qu’avec Curtis c’était différent, ses attentions avaient été si délicieuses… Il était indéniable qu’il savait ce qu’il faisait.

    Finalement, il glissa en elle et ce fut tout sauf ce à quoi elle avait pu s’attendre. Son gémissement de pure extase se perdit contre les lèvres sucrées de Curtis et elle alla coller son corps au plus près du sien. C’était tout simplement divin ! Elle n’aurait pu décrire ce qu’elle ressentait tant c’était… indéfinissable ! Se montrant impatiente pour l’une des premières fois de sa vie, elle se déhancha sous son amant. Elle ne s’appartenait plus, elle n’était plus que plaisir à cet instant et seul Curtis pouvait apaiser le feu qui la consumait de tout son être. Ses mains caressaient son dos, ses épaules, ses bras, il lui était tout simplement impossible de les garder en place. Ses lèvres embrassaient tout ce qu’elles trouvaient… sa bouche, ses joues, sa mâchoire, sa gorge… Sa conscience revenait de temps à autre la troubler, la rendant honteuse de se laisser ainsi aller, surtout dans les bras d’un autre que celui qu’elle aimait. Mais ces quelques sursauts de conscience étaient très vite occultés par le plaisir qu’elle prenait. Puis elle sentit quelque chose de nouveau, quelque chose de plus fort, lui faisant faire un pas de plus vers la jouissance. Elle rejeta la tête en arrière, gémissant le prénom de Curtis comme dans une supplique. Vint ensuite la délivrance, la culminance du plaisir… Son corps tout entier se contracta sous la puissance de ce qu’elle ressentit et elle cria presque sans aucune retenue.

    Ses muscles se détendirent d’eux même juste après et ce fut essoufflée et à grande peine qu’elle se glissa plus près de Curtis pour venir se blottir contre lui. Après ce qu’il venait de se passer, elle aurait du se rhabiller en vitesse et prendre ses jambes à son cou d’embarra. Oui mais voilà, là c’était différent. Malgré ce qu’elle pouvait penser de lui encore quelques heures plus tôt, elle avait maintenant totale confiance en Curtis et elle était loin de se sentir mal à l’aise avec lui, bien au contraire. Dans cette relation qu’elle pensait complice, elle se confia sans timidité mais d’une petite voix,

    « Je sens plus mes jambes… »

    Enfin si… mais elle était toute engourdie et elle avait l’impression qu’elle ne pouvait plus bouger, que son corps était à présent bien trop lourd. Elle se sentait aussi extrêmement fatiguée comme si elle avait couru des heures durant. C’était étrange et fascinant à la fois.

    Faisant glisser ses doigts sur la peau de Curtis, elle arbora un petit air absent quelques instants. Puis finalement, elle se redressa quelque peu et posa ses lèvres sur celles les siennes avant de souffler dans un murmure,

    « Merci. »

    Elle lui offrit un sourire et se serra davantage contre lui. Cela pouvait paraître étrange et même stupide mais il l’avait en quelque sorte rassurée, réconfortée. Il lui avait montré ce qu’elle voulait savoir, voir si elle pouvait être désirée de cette manière. Certes cela ne lui ramènera pas Desmund, mais grâce à lui, l’espace d’un moment, elle avait oublié tout ça et ça lui avait fait le plus grand bien. Il avait été si tendre et si compréhensif également qu’elle ne pouvait que le remercier. Resserrant son étreinte, elle emmêla l’une de ses jambes à celles de Curtis, sans se défaire de son petit sourire satisfait.



Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Mar 28 Avr - 0:41





    L'alchimie semblait opéré parfaitement et malgré certaines craintes tout se révélait...Oserais-je le mot : parfait ? Oh que oui ! Curtis le savait a présent, il avait eu largement raison de lui rendre la montre, il avait eu raison encore de lui faire confiance et plus que tout il était tellement loin d'être déçu. Les caresses de Gabrielle, certes un peu hésitantes au départ se répandaient sur sa peau lui procurant autant de plaisir qu'il aurait pu l'espérer et lorsqu'il la pénétra enfin il profita du gémissement qui atteignit ses oreilles tel le chant des sirènes. Curtis avait un besoin maladif de ce genre de moments et il était certain qu'il ne serait pas prêt d'oublier la jolie blonde qui frémissait entre ses mains. Sentant le corps de Gabrielle se collé au sien il glissa une main dans ses cheveux descendant jusque dans sa nuque a fin de la maintenant contre lui.

    Sentant Gabrielle ondulée sous lui il accéléra légèrement la cadence, enfouissant son visage dans la nuque fragile qu'il tenait entre ses doigts. Son souffle s'accélérant furieusement se mêlant au gémissement de la belle, les caresses et les baiser comme une délivrance, la fusion allait atteindre son paroxysme. Son coup de reins se fit un peu plus décidé encore, alors qu'un long frisson lui parcourut le dos. Le jeune Cullen perdait a présent tout sens de la réalité dans les bras de sa nouvelle muse et ce ne fut que lorsqu'il entendit son prénom entre les lèvres de Gabrielle qu'il se souvint un bref instant de comment il s'appelait. Qu'avait elle de plus ? Elle le rendait simplement dingue. Il sentit le corps sous lui se contracté et il sut alors qu'il pourrait se laisser aller. Il avait toujours prit comme point primordial de laisser ses compagne(on)s atteindre les sommets avant lui. Probablement cette éternelle envie de bien faire les choses. Le cri de Gabrielle qui se répandit dans la pièce tel l'échos de la délivrance l'appelant à sombrer un plus encore dans le désir et dans un ultime coup de reins il atteint lui aussi la jouissance laissant échapper un soupir rauque. Un spasme traversa son corps alors qu'il s'accrocha à Gabrielle comme si elle risquait de lui échapper. Curtis resta quelques secondes encore en elle, avant de la laisser enfin se dégagée. Un soupir de satisfaction quitta ses lèvres et il entoura Gabrielle de son bras, la collant contre son torse couvert d'une légère couche de sueur.

    « Je sens plus mes jambes… »

    Devant tant de spontanéité Curtis ne put retenir un petit rire rempli d'affection et il plongea un regard malicieux dans les yeux de Miss Sinclair. Pour lui, à cet instant présent, plus rien d'autre qu'elle n'existait sur cette terre et il aurait pu rester la des jours durant a serré ce corps contre le sien. Déjà au fond de son ventre une légère sensation de vide se créa et il resserra légèrement son étreinte. Comme pour venir à son secours ce fut cet instant que Gabrielle choisit pour venir cueillir à nouveau ses lèvres...

    « Merci. »

    Souriant à nouveau il posa un baiser sur le front de Gabrielle et murmura en retour...

    Merci à toi…d’avoir accepté de passé ce moment avec moi.

    Son sourire s’élargit et il laissa son index glisser sur le nez de la belle.

    Je t’avais demandé un baiser …Tu as de loin dépassé mes espérances !!!

    Il lui adressa un petit regard à la fois pervers et amusé avant de se laisser allé à rire pour détendre l'atmosphère. Que se passerait il ensuite ? Aurait il le droit de l'approchée à nouveau ? De l'embrassée ? De la touchée ? Et Desmund ? Un frisson lui parcourut la colonne vertébrale et il secoua légèrement la tête afin de le chasser. Comme pour y trouver refuge il reposa son regard dans celui de Gabrielle. Il lui avait dit un peu plus tôt qu'elle était surprenante, mais a présent il la qualifierait sans aucun doute d'unique.

Revenir en haut Aller en bas

Gabrielle Sinclair
4ème année - à vous le bel air frais !

avatar
Féminin
Messages : 168
Age du joueur : 32
Date d'inscription : 22/01/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 6ème année
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   Jeu 14 Mai - 0:03


    Désolée pour le retard


    Comment avait-elle pu ainsi le juger ? Comment avait-elle pu le relayer à la catégorie des infréquentables et le considérer même comme dangereux, sans même le connaître, sans même lui avoir adressé la parole une seule fois ? Cette erreur de jugement la faisait à présent culpabiliser et elle se sentait stupide maintenant qu’elle pouvait se rendre compte que Curtis était en réalité la tendresse et la gentillesse incarnées. Il était pleins de délicates attentions, comme ce doux baiser sur son front… Elle se sentait comme… en sécurité avec lui. C’était étrange mais tellement agréable qu’elle ne pouvait s’en plaindre. Elle se blottit davantage contre lui alors qu’il faisait glisser son doigt sur son nez, elle retroussa ce dernier, un sourire amusé aux lèvres…

    Je t’avais demandé un baiser …Tu as de loin dépassé mes espérances !!!

    Malgré le rire de Curtis, Gabrielle se redressa assez brusquement, échappant aux bras du jeune homme. Il n’y avait pourtant aucun reproche dans sa voix, mais elle ne pu s’empêcher de se sentir gênée. Elle ne regrettait pas, non vraiment pas ! mais elle ne pu réprimer ce sentiment. Elle n’avait rien prémédité, loin de là. Les choses avaient prit des proportions qu’elle n’avait pas pensé possible et elle ne l’avait nullement calculée. Les joues empourprées à l’idée qu’il puisse penser le contraire, elle referma deux boutons de son chemisier à la va vite et réajusta rapidement sa jupe, dissimulant ainsi ce qui devait l’être. Cependant, son air débraillé ne laisser pas grande place à l’imagination et il n’était pas difficile de savoir à quelle genre d’activité elle venait de se livrer en la voyant. Elle cru sentir Curtis frissonner à côté d’elle, aussi se tourna-t-elle vers lui. Ce qu’elle vit dans son regard, elle ne pu le décrire mais cela lui étreignit le cœur. Elle cru y déceler quelque chose de douloureux, quelque chose la poussant à nouveau vers lui. Elle voulut alors se montrer tendre et réconfortante, comme lui l’avait été avec elle un peu plus tôt. Elle passa ses jambes de part et d’autres de celles de Curtis. Assise dans une position qu’il lui aurait été tout simplement inenvisageable encore quelques heures plus tôt, elle posa une main sur la joue de Curtis et la caressa doucement, un tendre sourire aux lèvres, avant de se pencher et d’aller prendre ses lèvres entre les siennes pour les embrasser délicatement. Elle se serra au plus près de lui, regrettant déjà d’avoir boutonné, même en parti, son chemisier, la privant du contact de leur peau l’une contre l’une. Elle finit par se redresser, toujours avec le même sourire aux lèvres. Elle laissa ses doigts errer sur le torse de Curtis alors qu’une foule de questions se posaient à elle, une en particulier…

    « Est-ce que c’était… bien ? Je veux dire… nous deux, enfin… pour toi ? »

    Jamais de sa vie elle n’avait du être aussi rouge, ni n’avait autant balbutier. Pourtant, elle voulait savoir. Elle n’ignorait plus que Curtis avait quelques points de comparaisons avec elle et bizarrement cela la dérangeait d’une certaine façon. Elle avait peur d’avoir mal fait les choses et bien qu’elle, elle ait aimé ce moment entre ses bras, qu’il n’en soit pas de même pour lui. En songeant à tout cela, une autre interrogation vint l’assaillir et elle demanda d’une voix tout à fait innocente,

    « Tu fais ça souvent ? Enfin… de cette façon ? »

    Avec n’importe qui ? aurait-elle voulu ajouter, mais elle ne voulait pas qu’il puisse penser qu’elle le jugeait, car ce n’était vraiment pas le cas. Après tout, elle était elle-même ce ‘n’importe qui’ à cet instant. Il s’agissait simplement de curiosité peut être malsaine qui sait… mais la facilité et l’aisance avec laquelle il avait prit les choses laissait à penser que ce n’était pas la première fois qu’il se retrouvait dans une telle situation.
    Elle alla poser quelques baiser dans le creux de son cou avant de s’allonger sur lui, son oreille collée contre sa poitrine, elle se laissa quelque peu bercer par les battements de son cœur. Elle prit l’une de ses mains dans la sienne et y entremêla ses doigts et en embrassa doucement le dos, tout en reprenant une nouvelle fois la parole, d’une voix semblable à un murmure.

    « Dis… tu veux bien me rendre un service ? J’aimerais que tu ne parle pas de ça à… à personne… »

    Elle s’était ravisée au dernier moment, comme si prononcer le nom de Desmund était une erreur, sans pour autant savoir pourquoi. Si, en réalité, elle ne voulait pas que Curtis puisse deviner qu’elle l’aimait toujours malgré ce qu’il avait fait. Cependant, elle ne voulait pas que Desmund soit au courant, comme si elle l’avait trahi… ce qui n’était pas le cas, mais elle le ressentait ainsi. Elle se demandait ce qu’il ressentirait s’il l’apprenait… Serait-il en colère ? déçu ? triste ? ou s’en moquerait-il simplement ? Après tout, qui lui disait qu’il n’avait pas de son côté tourné la page ? Peut être même avait-il retrouvé une petite amie, ou même plusieurs… a cette pensée elle serra inconsciemment la main de Curtis un peu plus fortement dans la sienne. Décidément, il n’y avait rien de bon pour elle à penser à lui…



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Entre quatre murs... [Pv]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre quatre murs... [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Eloge de la folie :: SWELLING SOLUTION :: Saison 1-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit