AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Caden R. Mallory » FINISHED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 7:26






»». Mon personnage est [Inventé]


I. Identité

    Nom, Prénom(s) : Caden. Ce prénom est d'origine Galloise. Il signifie " L'esprit de la guerre ". R. Pour robert. Le nom de son père. Mallory , le nom de sa mère. Pour abréger . Il n'utilise que Caden Mallory.
    Surnoms : Dew. Ou bien Cadie. Peu de personnes arrivent à se lier avec Caden , il est donc rare que l'on utilise des surnoms à son égard. Dans la vague , le demeuré ou bien « L'effacé » figure en tête de la liste !
    Date de Naissance, Age : « Écossaise. Il est né là-bas. Mais il a grandi en Angleterre. Son père est d'origine Américaine. Mais il nous a quitté en lâche. » - Rachelle , mère de Caden.

    « 17 ans , il a déjà l'air d'un jeune adulte prêt à affronter son nouveau monde. » - sa petite amie.

    Lieu de Résidence : « Milton Abbas , en angleterre. Village mi-moldu , mi-sorcier. Nous avons décidé de vivre sous le toit de mon père Eugène Mallory. La maison y est plutôt simple , mais chaleureuse. Je ne crois pas que cela suffise cependant! » - Mère de Caden

    Ascendance : « Sang pur de par sa mère et son père , qui est mon oncle , mais la lignée des Mallory comporte tout de même quelques sang-mêlés dans sa troupe! Les Robert , même scénario , quelques sorciers éloignés tachent la lignée des Robert , mais pour autant que je sache , ils sont sang purs. Nathan est un père absent , par choix personnel , il a fuit son rôle de père . Ce n'est pas que je sois daccord mais il faut avouer qu'en un an , c'est très peu pour fonder une famille..Un an c'est peu , trop peu. Et c'est dangereux» - Cousine de Caden


II. Informations Personnelles

    Caractère (Qualités/Défauts/Gouts):

    « Boarf. Vous désirez vraiment connaitre mon point de vue un peu loufoque sur tout? Très bien très bien , mais vous l'aurez cherché. Je n'aime pas beaucoup de choses. Je suis un éternel ronchonneur , un frustré de la vie , un borné. Mais s'il y a une façon de toutes les énumérer , je veux bien commencer maintenant , là tout de suite ( rires ) ? Très bien. Je vais donc commencer par ce que je n'aime pas et finir par ce que j'apprécie , parce que la liste des choses que je n'aime pas est beaucoup plus longue et beaucoup plus fatiguante à lire , à un tel point que vous n'aurez même pas envie de connaitre les choses que j'adore ( sourire narquois ) Alors , alors.. S'il y a bien une chose dans ce monde que je trouve stupide et sans aucune intelligence , ce sont les filles qui s'extasent devant moi alors que je me fiche complètement d'être apprécié ou non. Non mais , avez-vous autre chose à faire que de saliver chaque fois que je fais un pas en votre direction ? N'y a-t-il pas rien de mieux à faire que de m'observer en gloussant? Votre vie est-elle si peu palpitante qu'une petite doce de mystère vous rend complètement folles? Autre chose ; Les rumeurs. Cela m'exaspère. Arrêtez de fouiner dans ma vie privée , ça ne vous regarde pas. Vous m'avez vu main dans la main avec ELLE ? Oui? Eh bien tant mieux! Mais ce n'est pas ce que vous pensez ! Je déteste les murmures , les petits secrets. J'ai comme valeur profondément encrée de dire ce que je pense , et ce franchement , même si je ne choisis pas toujours les mots qu'il faut . Les rumeurs , les poisons ça m'énerve , il faut trouver quelque chose pour vous occuper mes amis , c'est pathétique! Ensuite , je déteste qu'on me pousse , qu'on me force à faire des choses qui ne me disent rien. Je suis un jeune adulte et je suis tout à fait libre de mes propres choix. Et j'ai choisi la solitude , outre mes quelques amis proches. Le fait qu'on me force me fâche énormément. Je suis tout à fait capable de réaliser mes gestes et de calculer ce qu'il en découlera. Aussi , j'aime pas beaucoup les Serpentard . Mais a c'est une autre histoire.

    Je sais que je suis quelque peu " mystérieux " et que j'aime pas vraiment me dévoiler , mais eux ils remportent le trophée de la méchanceté et mesquinerie , je suis incapable de les supporter. Je n'aime pas non plus ceux qui se prennent pour des chefs , nous ne sommes pas dans une meute de loup , mais bel et bien dans une école, avec des adolescents normaux ... Je veux bien croire que l'humain a cette fâcheuse habitude de vouloir être plus fort et plus puissant , mais cela m'exaspère de voir des innocents subir des injustices par ces affreux élèves. Je déteste également que l'on me coupe la parole , ou bien que l'on essaie de me défier. Je ne suis pas du genre à chercher les embrouilles , faites-en donc de même! Je n'aime pas aussi lorsque je n'ai pas raison , je sais c'est nul , mais c'est comme ça , ça m'agace , je ne peux en faire autrement. Je déteste qu'on tourne autour de ma petite amie , même si on se cache pour se fréquenter , elle m'appartient , elle est À MOI. Je suis jaloux , je l'avoue , mais je fais du mieux que je peux pour ne pas le lui montrer , alors tenez-vous loin d'elle , svp! Du moins , si vous tenez encore à votre vie. Je n'aime pas non plus que des voyous s'approchent de mes amies , je préfère savoir qui ils sont réellement avant de les laisser filer le parfait amour , je sais c'est immoral , mais je suis ainsi! Bref , il y a tant de choses que je déteste. La liste serait beaucoup trop longue pour que je vous les expose toutes une à une. Je préfère donc passer aux choses qui me sont agréables et du même coup , je soulagerai vous pauvres yeux. Prenez des notes!

    S'il y a bien une chose que j'aime depuis un an déjà , c'est ELLE. Elle signifiait tout à mes yeux.. Je ne pensais jamais que je puisse tomber amoureux , mais il s'avère que j'en suis vraiment accro. C'est pourquoi je me fais si protecteur et possessif. Je n'aime pas que l'on me vole une chose qu'il m'appartiens. J'aime son sourire et ses tendances " fofolles " , elle contraste magnifiquement avec mon caractère et fait de moi un autre homme quand je suis avec elle. C'est pourquoi je l'aime beaucoup , c'est pourquoi j'AIMERAIS qu'elle reste avec moi un bout de temps , je sais que le vrai amour , le vrai , se fait rare en si jeune âge.. Mais j'ose espérer que nos vies resteront unies un bon bout de temps. J'aime aussi mes rares amis , ils comptent réellement pour moi et je leur suis fidèle tout comme je le suis pour ELLE. Cependant , certains d'entre eux ignorent la nature de la relation qui unie cette dernière et moi-même. Pas que je ne les considère pas de confiance , juste que je n'aime pas m'afficher ouvertement. J'ai un petit faible pour les caresses réussies d'ELLE. Elle m'a fait exploré un monde que je ne connaissais pas . Et ce que j'adore le plus , c'est lorsqu'elle me murmure dans l'oreille tout en déposant un petit bisou tout plein de tendresse sur cette dernière.J'aime aussi le chocolat , j'en raffole et j'en mangerais des montagnes si cela ne causerait pas grave maux de ventre. . J'aime beaucoup les couleurs froides , tel que le bleu , ou le blanc voir même l'argent. Je porte souvent cette palette de couleur , parce que ça ranime l'éclat bleuté de mes yeux. J'aime aussi la musique classique , de Beethoven à des auteurs-compositeurs contemporains , j'aime quand on entend les instruments et que ça. Je suis pianiste à mes heures et j'aime bien créer quelques mélodies , cela permet de me défouler et pour une fois , de me laisser vraiment aller dans quelque chose. J'aime aussi ma mère , même si je ne lui montre pas toujours car elle empiette un peu trop sur ma vie. Vous allez me dire « Normal c'est ta mère » Non non et non. J'ai besoin d'espace , elle ne le respecte pas. J'ai besoin qu'on me fiche la paix , qu'elle ne me pose pas de questions , alors qu'elle sait pertinemment que je n'y répondrai pas. J'aime aussi beaucoup les bouquins , j'en raffole. Je passerais mes heures perdues à la bibliothèque si je n'avais pas eu Candce dans ma vie à un moment.. Finalement , j'aime beaucoup de trucs , ça m'étonne! Ce qui importe au final , c'est que je sois bien avec ces choix-là , après les gens s'adapteront , je ne peux changer!»
    - Caden R. Mallory , il y a quelques mois.


    Qualités Principales & défauts principaux :
    « Comment décrire le jeune Caden en quelques mots ? Un défi , un réel défi de vous décrire la complexité de son âme. Il y a des choses plus ou moins évidentes , lorsqu'on le connait bien , mais d'autres qui ne détiennent pas encore la clé de tous ses secrets. Je me contenterai donc de l'essentiel , de ce que je crois être Caden , parce qu'en réalité , je ne sais même pas qui il est , pas plus que quiquonque non plus.Pour commencer le tout , je ne pourrais vous cacher que Caden est un jeune homme tout à fait exceptionnel. Incroyablement intelligent , il a ce don de vous berner et de vous mettre à court d'arguments , ce don de vous enlever les mots de la bouche. On pourrait presque dire qu'il est intouchable , il devine tout.Ça peut être un défaut et une qualité à la fois , mais à moi , ça m'horripile , ça m'énerve. Je me souviens d'ailleurs d'un jour où il parvint à deviner ce que j'allais lui confier , j'en étais restée bouche bée , comment pouvait-il savoir? Avait-il , encore une fois , analyser chacun de mes traits pour en découvrir la réponse ou bien était-ce parce qu'il lisait dans les pensées? Je ne l'ai jamais su et encore aujourd'hui , je me demande bien de quel monde il vient.

    Parce que oui , bien sûr , il est entièrement à part des autres. Il ne parvient pas tellement à être " populaire " et ce n'est pas non plus son but , vous savez. Je ne saurais dans quelle catégorie le classer , mais si j'aurais un choix de mots à faire , j'opterais pour " L'effacé " . Non pas qu'ils ne veulent pas d'amis , je crois qu'il les sélectionne avec soin , comme il m' a " sélectionné " moi quoi! Je ne sais pas si je dois m'estimer heureuse d'être une confidente et une amie pour lui , tout ce que je puisse dire c'est qu'il choisit ses fréquentations à la loupe. J'ai dû passé au peigne fin pendant de longues semaines. Il était méfiant. Il l'est toujours dailleurs ( Avec les autres , bien sûr ) C'était comme si je lui demandais l'impossible quand je lui demandais de répondre à mes questions. Un peu plus tard , voir beaucoup plus tard , nous étions toujours amis , mais j'ai découvert , avec amertume , des facettes de sa personnalité qui me révulsaient. S'il y a bien un fait qui fut irréfutable dans ce monde ,ce fut cette chose bien précise ; Caden est un être jaloux , possessif et un peu trop... manipulateur. Et ça m'énerve royalement , je l'avoue! Dès qu'il est proche de quelqu'un , il se considère comme propriétaire de son âme et est un peu trop entreprenant quant à son côté surprotecteur. Je ne sais vraiment pas si ELLE apprécie mais à moi , ça me dérange vraiment!

    Oh ! Bien sûr , je ne dis pas que cette facette cachée de sa personnalité n'a pas ses bon côtés. Je dois avouer que cela s'avère fort agréable de se sentir protéger par un être que l'on aime. De savoir qu'en cas de problèmes majeurs ,il sera toujours à vos côtés , à vous sourire et à vous rassurer. Même si cela devient agaçant à la longue. Je vous donne un exemple ; L'autre jour , il a interrogé , comme s'il fesait partie de la brigade policière magique , un mec que j'aimais bien. Je sais bien que ce n'est pas pour me blesser , mais il devrait tout de même me laisser aller dans mes fréquentations. Il n'est ni mon frère , ni mon père , après tout! Autre défaut , il grogne sans arrêt sur tout et rien. Il faut toujours qu'il râle , qu'il soit bougon quoi. À croire que rien ne le satisfait jamais. Je me demande bien comment ELLE fait pour l'endurer. Déjà qu'en tant qu'amie , j'ai du mal à suivre ses humeurs du type " montagnes russes ". Il est perturbé et ça se voit tout à fait! Oui parce qu'il est têtu , borné et tous les synonymes possibles. Avec lui , on ne peut jamais avoir le dernier mot. Il défend trop bien son point de vue , ce n'est que mon avis. Peut-être cela peut-il plaire à quelqu'un , mais moi ça me laisse perplexe. Parce que je suis pas le genre de nana qui aime clâmer haut et fort son opinion , avec Caden , il est carrément impossible de dire quoique ce soit lorsqu'il a sa propre vision des choses. Je suis un peu comme lui aussi , c'est peut-être pour cela que j'suis encore son amie. J'aime pas trop la compagnie des gens et je préfère faire cavalier seule.

    Lui aussi aime plutôt se montrer discret , je dirais même qu'il est très mystérieux et son comportement , aussi innocent peut-il être change en une fraction de seconde. Il peut esquisser un sourire puis l'effacer tout aussitôt. Toutefois , Caden demeure un être très charismatique , quand il en a envie bien sûr. Quelque chose en lui est exquis , attirant. Je ne sais pas si c'est son physique ou tout simplement cette façon de réagir , mais il me laisse sans réponse ; il est charmant voilà tout. Même quand il lit un bouquin ( ce qu'il fait sans arrêt ) il est intriguant , je ne saurais comment le décrire ,c'est si.. flou! Il faut le fréquenter pour comprendre , car on ne peut , avec des mots , résumer le caractère très constrasté de Caden.Et quant à sa jalousie , il ne la démontre pas , il tente au mieux de ne pas se trahir. Mais les gestes qu'il commet l'incrimine sans aucun doute. Rusé , habile , fin renard .. On arrive difficilement à s'extirper de ses griffes. Toutefois , ne vous confondez point , il ne cherche jamais les embrouilles , ce sont les embrouilles qui viennent à lui . En somme , Caden est quelqu'un d'unique dont la complexité reste toujours sans réponse. Un être qui comprend ce que nous sommes , mais qui n'arrive pas à se comprendre lui-même. Mais moi , je l'aime tel qu'il est , tel que je l'ai toujours connu , cela fait tout son charme , entre autres.
    - Sa meilleure amie


Dernière édition par Caden R. Mallory le Lun 19 Jan - 22:25, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 7:26

    Peur(s) :

    « J'ai peur de beaucoup de choses. Ça me brûle l'estomac et ça me cause une insomnie des plus lugubres. La plus grande sans aucun doute est que je puisse connaitre mon père un jour. Certains me diront que voir la personne qui nous a crée de toutes pièces peut aider à soulager le vide qui m'entoure , mais moi j'appréhende la chose d'une différente façon. Et si , pour sûr , il ne m'aimait pas? Et s'il refusait de me connaitre , moi qui rêve de le rencontrer un jour et de lui parler. Malgré la haine qui coule dans mes veines , et ce , envers lui et contre lui.S'il refuse de nouveau d'affronter ses responsabilités paternelles ? Qu'il puisse me rejeter de nouveau , ça , je ne le supporterais pas. Il s'agit en fait de la plus grande de mes peurs , même si cela peut vous paraitre d'un ridicule étonnant. Car , même si je l'hais , il reste que j'ai le droit de connaitre qui il est et de connaitre , en même temps , toutes les réponses que je me pose depuis des siècles! Mais cela constitue en même temps une peur. Une peur du rejet absolu. »

    Physique:

    « Caden mesure environ 1m80 et pèse environ 70 kilos. Sa silhouette est mince , mais robuste tout à la fois. Des muscles se dessinent petit à petit sur ses bras , ses jambes. On ne peut dire qu'il a l'apparence d'un grand costaud , c'est tout le contraire. Et pourtant , ça n'empêche pas les jeunes demoiselles de glousser au passage.Parce que Caden est très attirant , malgré le fait qu'il ne soit pas le plus beau jeune homme au château. Il y a quelque chose en lui , dans ses yeux ou dans sa façon de sourire , qui charme au premier regard. Caden , lui , ne se croit pas attirant , bien au contraire. Il aime bien être celui que l'on ne remarque pas , mais c'est plutôt râté. Dabord , parce qu'il a de magnifiques yeux , qui feraient fondre un iceberg s'il y en avait à Poudlard. Ensuite , parce que la couleur de ses yeux oscillent entre le vert et le bleu , couleur d'iris qui contraste magnifiquement avec son crâne rasé de près. Parce qu'il a un de ses regards déroutant , bouleversant. Parce qu'il est vide et mystérieux , parfois il révéle une grande colère et ses sourcils , quelque peu épais se durcissent et lui donne un air vraiment effrayant. Ses cheveux auraient pu être d'un châtain foncé , s'il avait tenu à les garder d'une longueur un peu plus longue. Il m'a confié que ses derniers étaient si rebelles , si difficiles à dompter , qu'il a décidé une fois pour toute un beau matin , de se raser le crâne et d'arborer une chevelure courte , et classe. Oh à moi ça ne me déplait pas du tout , et je ne crois pas être la seule... Il est d'un charme attractif. Presque personne ne peut lui résister. Mais il n'en croit pas un mot quand je le lui dis , allez savoir pourquoi! Tout lui va si bien , à croire qu'il est fait pour être attirant! Le plus marrant dans tout ça c'est que ce look mauvais garçon lui va comme un gant. Et pourtant , il n'est pas du genre " grosse brute " ( Voir caractère ). En fait , tout lui va comme à ravir , je me demande d'ailleurs ce qu'il me trouve. Même si je suis jolie , je crois , il est irrésistiblement beau. Surtout lorsque l'on voit l'émail de ses dents. Parce que c'est un fait , Caden a un des plus beaux sourires que j'ai jamais vu. Ses dents sont alignées, droites et sans aucun défauts majeurs. Ses yeux rieurs et cette petite focette qui se creuse sur ses joues lui donnent de tant à autres un petit air niais et enfantin. Il n'en est rien bien sûr , mais il me rapelle parfois qu'il n'est pas si rigide qu'il en a l'air.»
    - sa petite amie.

    « Caden a un style vestimentaire propre à lui. En dehors de l'uniforme obligatoire de Poudlard , il s'habille élégamment mais simplement. À côté de lui , je me sens un peu comme un troll. Chaque fois qu'il passe , j'ai du mal à ne pas le regarder , j'en suis dingue en faite. J'ai eu le droit , bien souvent , à des regards noirs de la part de sa petite amie de service , la belle et unique Candice .J'vois pas du tout ce qu'il lui trouve. Mais à vrai dire , je crois que je la jalouse. Elle sort avec un des mecs les plus beaux et mystérieux de ce château maudit , je demande pourquoi c'est ELLE qu'il a choisi. Peut-être parce qu'elle est son contraire , elle rieuse et lui euh.. ténébreux? En plus , on est dans la même maison , et ça m'énerve ! Mais cessons de nous égarer et concentrons-nous plutôt sur notre sujet principal ; Caden. La raison pour laquelle plusieurs filles ( Moi y compris ) ont tous le béguin sur lui c'est sans doute par son charisme , cette démarche , cette façon de arquer ses sourcils , de sourire , de jeter des regards noirs. En fait tout sur en lui est .. intriguant! Je ne pourrais pas dire pourquoi je suis tant attirée par lui , ni pourquoi j'en ai fait une obsession , mais je le trouve vraiment très " distingué " . Il faut dire que le genre de mec qu'est Caden ne courre pas dans les rues , si seulement !»
    - Une élève de Gryffondor

    « Pouah ! Caden ! Il se prend sûrement pour un Serpentard, avec ses airs réservés et son joli minois! Il a l'air d'un gamin , d'un sale gamin. Avec cette peau trop blanche en plus , il me fait penser à un fantôme effacé , une âme égarée.Lui qui est déjà adulte. Ses traits sont fins , légers et il ne semble pas tellement mature si on le regarde de près. D'autant plus qu'il n'est pas très sportif , ni très musclé. Un rat de bibliothèque , ça pue au nez ! Je vous le dit ! Je ne vois pas non ce que toutes les jeunes demoiselles lui trouve. Parce qu'il suffit d'avoir les cheveux en pagaille avec un air " bad boy " pour faire glousser toutes ces dernières à son passage? Nan! Je suis sûr qu'il a glissé un philtre d'amour dans le réservoir de Jus de citrouille dans la cuisine et qu'il le fait régulièrement , pour flatter son égo. Mais regardez le , il fait pitié! Il a l'air d'un petit effeminé avec ses vêtements distingués et son air hautain et ses yeux vides et chagrinés! Moi je dis qu'il ne vaut pas plus que n'importe quel autre et qu'il ne mérite pas toute cette attention , dailleurs , il n'en veut même pas. Alors dites-moi pourquoi nous vole-t-il la vedette alors qu'il est déjà casé , han han ? Caden est nul , il est moche et en plus , il m'énerve. Je ne comprendrai jamais les filles , jamais. Mais bon tant pis , un bon jour elles finiront bien par se lasser de courrir après un indifférent et moi ce jour-là , j'en profiterai »
    - Élève de Serpentard

    Signe(s) particulier(s) :
    «Discretion , renfrognement. C'est les seuls mots qui conviennent à un élève de septième année qu'il est. Depuis son entrée ici , à Poudlard , j'ai cru qu'avec le temps , cette tendance à s'en tenir au mutisme presque toujours allait se dissiper. J'ai cru également qu'il allait se faire de nombreux amis. Il est tellement fascinant , tellement unique ce jeune homme. Toutefois , rien ne changea au cours des années. Il poursuivait ses vieilles habitudes telles que ; ne pas répondre en classe lorsque je posais une question , il restait bien seul dans son coin et se raidissait à chaque fois qu'il fallait travailler par équipe de deux, ou plusieurs. Les choses n'ont guère changé si ce n'est qu'il a une petite amie et quelques amis proches , sans plus. Je peux dire , avec certitude , que sa vie sociale n'est pas bien rempli. Il me semble tellement perturbé , je ne sais de quoi , mais il souffre de maux . Peut-être se tue-t-il à ne point le laisser paraitre , mais je ne suis point aveugle et je le connais assez bien , ayant été son professeur pendant 6 années. Et , à vrai dire , je ne sais même pas ce qu'il va devenir. Il est si.. sombre. Je me demande bien comment sa mère puisse être aussi patiente envers son fils aussi bien en classe , que dans la vie quotidienne... »
    - Prof de botanique

    « Ah mais vous parliez pas de mes habiletés particulières? Si? Non? Si c'est ce genre de signe particulier que vous recherchez , j'ai la peau d'une blancheur étonnante. On pourrait me croire albinos , et j'y crois aussi car le soleil , je ne le tolère pas beaucoup , même si j'aime bien passer du temps dehors l'été, en dépit de mes réticences. Ah! Et il y a aussi ce fameux tatouage , en forme de lune , que ma mère a eu la bonté de m'offrir à mes 16 ans. Ne vous en faites pas , ceci n'est qu'un tatouage " effaçable " , elle ne m'a jeté qu'un petit sort tout simple pour qu'il apparaisse sur mon omoplate gauche. Elle m'a aussi donné la formule de ce dernier , pour que je puisse le changer ou l'effacer quand je le voulais , charmante idée n'est-ce pas? »



III. Biographie

    Famille :


    Rachelle Mallory
    Médicomage
    Il s'agit de la mère de Caden. Elle est médicomage depuis quelques années déjà ,et excèle fortement dans le domaine de la santé. On ne peut dire que ces deux-là s'entendent à merveille. Mais Caden , même s'il n'est pas toujours capable de supporter le fait que sa mère soit sans cesse sur dos et un peu trop protectrice, l'aime très fort en secret. Quant à Rachel , elle a beau faire son possible pour maintenir le lien mère-fils , rien n'y fait. Son enfant est trop perturbé.



    Nathan Robert
    Métier inconnu.
    Nathan est le père de Caden. Au départ , il était censé avoir le nom de Robert , mais ce paresseux s'est défilé en s'apercevant qu'il aurait des responsabilités parternelles à fournir. Ainsi Caden ne connaissait pas son père , mais connait son existence et c'est la même chose pour Monsieur Robert. Possibilité que cette histoire de fuite de responsabilité ne soit qu'un voile qui cache quelque chose d'encore plus profond. Une chose est sûre , Nathan est toujours amoureux de Rachelle.



    Eugene Mallory
    Grand-père et ex-membre du Magenmot
    Sang pur. C'est la seule figure masculine que Caden aie eut pendant toute son enfance. Aux apparences rudes , Eugene est très aimable et attentionné avec son petit-fils qu'il chérit comme s'il était son fils. Dailleurs , il déteste Nathan et compte bien lui faire payer un jour , s'il vit jusqu'à ce moment. Il est âgé de 75 ans.

    +++
  • Autres liens familiaux
  • Quelques oncles/tantes maternelles
  • Ainsi que leurs enfants
  • Caden ne connait pas la famille Robert , Nathan a coupé les liens dès la naissance du jeune homme


    Pour l'histoire »» Next post


IV. Informations complémentaires

    Composition de la Baguette :
    Camps : Neutre influençable.
    Maison désirée : SERDAIGLE. Mais je serai en septième année , si vous le désirez bien.
    Don particulier : Aucun don , du moins pour le moment. Je préfère qu'il en soit ainsi ,étant donnée qu'il y a des règles et je me dois de les respecter.
    Matière(s) préférée(s) :
    Vol , Sortilèges & enchantement , DCFM & Potions

    « Le cours de vol est sans aucun doute mon préféré. Parce qu'il me permet de librérer mon esprit , de faire le vide. J'ai toujours adoré la sensation de voler sur un balai magique , cette vitesse , cette puissance. En apprendre le fonctionnement , c'est sans aucun doute amusant! Le cours de Sortilèges & enchantement est également très instructif et ce même s'il m'arrive parfois de le trouver ennuyant.. J'excèle incroyablement dans ce cours , alors que je devrais excéler également en métamorphose puisque c'est un cours qui se ressemble un peu. J'aime beaucoup jeter des sortilèges et en apprendre des nouveaux. Il s'avère que c'est très impressionnant de voir la quantité de formules magiques que les sorciers ont crées depuis des siècles.. DCFM; Défense contre les forces du mal. J'adore ce cours. Non seulement parce qu'il permet d'apprendre comment combattre les différentes créatures maléfiques de notre monde , mais aussi parce que j'ai dans ma tête un projet qui fleurit tout doucement de devenir Auror et qu'il me faut etre irréprochable académiquement parlant dans ce cher cours! Pour finir potions , parce que c'est chouette de fabriquer manuellement différentes potions à diverses utilités , parce qu'au moins dans ce cours , il y a beaucoup de pratique et peu de théorie. Là également , je suis plutôt doué »

    Matière(s) détestée(s) :
    Botanique , Histoire de la magie , soins aux créatures magiques & métamorphose

    « Non pas que je ne suis pas compétent dans ces domaines , mais plutôt que je ne trouve aucun plaisir à y apprendre la matière. Pour la botanique , je sais très bien qu'elle est primordiale pour la fabrication de différents philtres & potions , seulement , jouer dans les plantes ( Qui sont parfois , il faut l'avouer , un peu bruyante .. Je pense à la mandragore ) . Les arroser et tout le tralala ne m'intéresse pas. Certains aiment et d'autres non , je fais parti de la deuxième catégorie. Pour l'histoire de la magie , l'explication est fort simple ; J'ai lu tout ce qu'il me fallait savoir dans les nombreux bouquins que j'ai dévoré. Les cours d'histoire de la magie ne fait que répéter ce que je connais..déjà! Ensuite pour le cours de soins aux créatures magiques , je trouve cela exagéré. Il y a des créatures magiques qui sont excessivement dangereuses et parfois , voir même souvent , je n'ai aucune envie d'en prendre soin. Surtout que , depuis la mort de mon chat , j'arrive pas à aimer un seul animal. Puis pour finir , la métamorphose. Non pas que ce soit inintéressant , je n'excèle pas tellement dans ce domaine où ça requiert beaucoup d'imagination. C'est peut-être mon esprit qui déraille , mais je ne réussi pas souvent les essais pratiques. Toutefois pour la partie théorique.. »




V. HJ - Vous

    Age : 21 ans.
    Niveau en Rp : Plutôt bon. Je ne saurais comment me décrire. À vous de voir.
    Présence /7 : Disons ..que ça varie largement! Puisque mes quarts de travail varient toutes les semaines ( et le nombre d'heures qui m'est allouées également ) Je suis plutôt active!
    Personne sur votre avatar ? Wenworth Miller
    Code du Réglement :
    Spoiler:
     
    Comment nous avez-vous connus ? Je me souviens plus du tout T.T En parcourant des forums , je suis tombé sur celui-ci!


Dernière édition par Caden R. Mallory le Lun 19 Jan - 22:37, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 7:27

    Histoire :

    (c) Kadence
    C h a p t e r . O n e ; The born&terrible childhood

    Rachel était assise dans sa vieille camionnette orange-rouille. Un vieux taco qui avait un de ses moteurs puissants. Elle devait se concentrer sur la route , les nuages lui bloquaient la vue. Bien évidemment , elle conduisait dans les airs , comme le fesait tous les sorciers qui avaient des voitures ! Si Seulement ce ne fut que les nuages qui lui obstruait la vision. Des larmes salées et amères coulaient nonchalamment le long de ses petits yeux aigris. Il fallait tenir bon , m'avait-elle dit en frottant son ventre comme si cela allait la rassurer. Bien au contraire , ses douces larmes se transformèrent en un sanglot bruyant et déchirant. Heureusement que je n'étais qu'un foetus , je n'aurais sans doute pas su la consoler.Mais je suis presque sûr que je pouvais sentir la tristesse , comme si un lien entre la mère et son foetus était plus que miraculeux. Tout ce que je vous raconte en ce moment , c'est ma chère mère qui me l'a raconté. Elle venait de quitter le domicile en Écosse avec colère et tristesse tout à la fois ; Nathan venait de se planter. Pauvre Rachel , pourquoi fallait-il que tu sois si innocente ? L'amour que tu ressentais pour lui n'était sans doute pas réciproque comme tu le voulais! Tu filais à toute allure vers l'inconnu avec ma minuscule personne dans ton ventre . Tout ça parce qu'il avait refusé de se faire à l'idée que rien ne serait comme auparavant , tout ça parce qu'il avait refusé de devenir père.

    Pourquoi s'être entiché de lui? Pourquoi n'as-tu tout simplement pas attendu que votre relation soit de plus longue durée ? Nathan n'était pas prêt ,même si cela même ne l'excuse pas , tu lui as imposé un choix radical. Puis , soudain , tu fis demi-tour , un certain éclat de rebellion dans tes doux yeux. Tu retournais au bercail et tu affronterais Nathan. Et c'était ce que tu avais fait. Toutefois Nathan partit avant même que tu ne franchisses la porte , laissant sur ton coeur une amertume et une tristesse infinie. Dès lors , tu décidas d'élever ton enfant seule. Tu étais forte et tu l'es toujours dailleurs. Je fus donc Écossais , même si j'ai bien failli être British , mais je suis né dans un petit hôpital dans le fin fond d'un village dont la population approximative était de 1500 habitants. Je concède que ça fait peu , mais ma mère avait cette idée saugrenue dans la tête. Je ne vous cache pas que ce fut très difficile pour elle , je la vis souvent pleurer en cachette . Elle avait du mal à joindre les deux bouts. Et élever un enfant seule de nos jours était loin d'être facile. Mais vous savez quoi , elle y est parvenue. Et je dois admettre que je lui cache bien souvent cette fierté et reconnaissance de m'avoir élevé sans broncher , en étant forte et courageuse afin de ne rien détruire de ma courte vie. Et en même temps , je lui en veux d'avoir été aussi naive..

    Anglaise de nationalité , elle décida de retourner à ses racines et je n'avais qu'un an lorsqu'elle prit cette décision. Bien sûr , elle tentait de fuire son passé et cette maison , elle qui avait cru naivement que Nathan l'aimait plus que tout. Et je fus contraint à grandir sans père. Nous nous installâmes donc à Milton Abbas chez mon Grand-père Monsieur Eugene Mallory , un vieillard un peu grincheux mais très attentionné. C'est donc en lui que je vis un père et fort heureusement , je n'ai jamais manqué de rien. J'étais apprécié et aimé mais le vide de l'absence de mon père allait bientôt m'anéantir. Je ne sais pas si c'est cette déchirure de ne pas le connaitre qui a fait de moi un enfant à part , mais je sais une chose ; je n'étais pas comme les autres. Et ça , ma mère me l'a toujours dit « Caden tu es exceptionnel , tu as ton genre » Ah ? Parce que ne parler à personne et ne pas avoir d'amis alors que l'on sait que tout enfant a besoin de sociabiliser avec quelqu'un de son âge au moins une fois , ce n'est pas vraiment ce que j'apelle " avoir son genre " Mais bon. Ma mère m'aimait beaucoup et elle fesait vraiment tout pour ne pas me faire du mal. Quitte à me surprotéger , quitte à m'étouffer. Mais je vous en parlerai plus tard.. Enfin bref , j'avais environ 5 ans quand le premier incident de mon caractère difficile survint.

    J'entrais à la maternelle moldue , parce que ma mère souhaitait que je me fasse des amis bien entendu. Mais je n'arrivais pas à avoir confiance en mes camarades. Un bon jour , alors que tous les gamins , moi y compris , jouait dans la cour de l'école , j'eus droit à une petite fille qui n'arrêtait pas de me suivre partout. Oh ça se voyait qu'elle voulait être mon amie , mais je trouvais cela énervant . Mes regards noirs , projetés à profusion , ne lui suffirent pas. Elle me collait et j'en eus marre. D'un geste totalement spontané je lui envoya un sacré coup de droite. À bien y penser , j'en rigole encore , mais bon sang que j'ai dû payer de mes actes! Pour commencer , des heures de colle ; je dus récurer les sièges de toilette pendant une semaine et nettoyer les planchers de l'école tous les soirs , après les cours. L'image que j'ai en tête c'est ma personne , mesurant à peine trois pommes avec l'immense balai de consierge qui chancelait car il était trop lourd. C'était pas drôle sur le coup mais maintenant , je trouve cette anecdote tout à fait hilarante. Puis , à la maison , je devais rester dans ma chambre et sortir seulement lorsque c'était leur du repas. Ce qu'ignorait ma mère , c'est que pendant ce long mois , je trouvai cela agréable de me retrouver seul. C'est peut-être à ce moment-là que j'avais pris goût à la solitude ou peut-être que ça avait tout simplement ouvert une porte vers celle-ci! Mes heures de colle terminées , et ma punition aussi , je pris bien note que je ne devais plus frapper une jeune demoiselle sans raison.

    Les années passèrent et je grandis si vite. Étrangement , en grandissant , je tenais encore plus à ma solitude qu'à autre chose. Je me fesais distant envers tout le monde , même ma mère. La seule personne qui arrivait à me faire parler c'était mon grand-père. Il était un peu comme moi ce vieux bouc! Il adorait les moments de silence et savourait chacune de ses syllabes. Il fut un peu comme un maitre pour moi ; un maitre dans l'art de ne rien dévoiler , d'être flou , d'être imprécis. À huit ans , toutefois , je me découvris l'envie de trouver une amitié. C'est alors que dans le corridor de l'aile B de ma petite école , je trouvai la cible idéale. Elle avait de longs cheveux ondulés et de magnifiques paire de yeux. Elle m'inspira confiance de par son assurance et la sincérité de ses traits. J'avais bien beau n'être qu'un gamin , je me fis très observateur dès mon tout jeune âge. D'un pas timide , je déglutit. Il me fallait du courage pour parler à une fille sans la cogner ( rires ) et pourtant , je réussit et avec étonnemment , sans trop d'efforts. Je ne sais pas si ce fut parce que la jeune fillette était si gentille ou bien parce que je me révélais être un très beau parleur ( Je crois que ce fut un peu des deux tout de même ^^ ) Mais je trouvai qu'une connexion indescriptible apparut entre nous deux. Je lui souris alors , de mon plus beau sourire , oui... Vous savez ce sourire avec les dents de devant qui manquent !

    - Salut!
    - 'lut..
    - J'm'apelle euh.. Caden
    - Enchantée
    Puis elle se nomma avec son plus grand sourire et il me parut si sincère que je ne pus penser qu'il fut faux.
    - Tu veux bien être mon amie dit ? Je veux essayer..
    - .. Essayer?
    - Oui je n'ai jamais eu d'amies , tu serais la première , chouette non?
    Disais-je alors avec un enthousiasme qui n'avait pas coutume d'apparaitre. Puis , la jeune fillette hocha la tête tout en redressant son menton d'un air hautain.
    - Daccord mais à une seule condition , compris?
    - Laquelle..?
    - Tu ne dois plus frapper ma soeur!
    J'éclatai alors d'un rire jaune et mes joues rosirent de honte. Puis , reprenant le contrôle , je disais.
    - Marché conclu!

    Dis-je alors en souriant. Depuis ce jour , nous nous quittâmes point d'une semelle. Adorant jouer à la marelle et à toutes sortes de jeux débiles moldus , nous étions complices et inséparables. Bien sûr , je n'étais pas sans ignorer mes pouvoirs magiques , mais je les laissais simplement de côté. J'avais peur de perdre ma seule amie.Toutefois , il s'avère qu'elle était une sorcière elle aussi , quel heureux hasard ! Je le découvrai lorsque nous jouâmes à la cachette. Étrangement elle sut où je m'étais caché en déplaçant des objets pour lui faciliter la tâche. Ébahi , je m'étais extirpé de ma cachette en me précipitant vers elle et en manifestant de la surprise. Ma meilleure amie souriait. Je lui avouai donc ce jour-là que moi aussi j'étais comme elle. Ainsi , le hasard avait très bien fait les choses. Le temps filait à toute à l'allure et bientôt nos discussions s'en tint à ce fameux château magique. Poudlard , bien évidemment. Nous n'ignorons point son existence et discutâmes de notre avenir au sein de cette école magique. Ma meilleure amie en était tout excité , moi j'étais quelque peu anxieux. Je n'aimais pas me plonger dans l'inconnu. J'ai toujours été confortable ici à Milton Abbas , je n'avais aucune envie d'être séparé de ma mère ou de ce petit village. La seule chose qui me rassura , c'est qu'elle serait là lorsque j'y entrerai. Mais c'était une maigre consolation , j'avais peur de redevenir le petit gamin réservé et solitaire que j'étais avant de la connaitre. Et je n'eus pas tord.

    À mes 10 ans , ma mère m'expliqua , en s'assoyant doucement sur mon petit lit , ce qu'était Poudlard et à quel point , il était important de s'y instruire. Elle m'expliqua avec un petit sourire qu'elle serait là avec moi là-bas ou du moins , en pensées.. Je répliquai que cela était impossible , que les parents ne pouvaient vivre avec leurs enfants seulement par la pensée. Elle fit signe de négativité et exprima un petit rire amusé. Elle s'appliqua à me faire comprendre qu'elle allait m'aimer , au delà des frontières de l'âme , au delà de Poudlard. Qu'elle allait être avec moi , envers et contre tout , qu'il lui suffisait d'un hibou pour qu'elle ne débarque.. Au début , j'étais heureux mais je me rendis compte , avec les années et mon âge qui ne cessait de s'arrondir , que cela fut difficile. En fait , elle n'était même pas là quand j'avais besoin d'elle. Trop occupée par son travail , sans doute. Toutefois , dans ma tête d'un gamin de 10 ans , j'étais apaisé que ma mère ne puisse pas trop me chouchouter , elle était loin de moi. Elle travaillait pour Sainte-Mangouste et je n'aurais pas à supporter ses interrogatoires jour après jour. Avant d'en finir avec son " explication ". Elle discuta d'un homme qui avait marqué sa vie au fer blanc. Je l'écoutai avec grande attention , comme toujours. Ma mère était le genre de personne qui arrivait à captiver son public , aussi mince soit-il , comme moi. Elle me raconta son histoire , privilège que je ne m'attendais pas à recevoir , bien évidemment. Elle débuta donc son histoire.

    « J'avais 18 ans quand j'ai rencontré l'amour de ma vie à tout hasard..Je me promenais tout simplement à Pré-au-lard. Crois-tu aux coups de foudre , mon petit chéri? Non bien sûr que non. Tu es aussi fermé qu'une moule.Quand je le vis , mon coeur s'est mis à s'emballer rapidement. Et je fus presque sûre que c'était le cas de son côté. Nous nous étions aimé du premier regard. J'avais courru à sa rencontre , me présentant maladroitement. Il se nommait Nathan et il était d'une beauté à couper le souffle. J'avais du mal à croire , à l'époque , qu'un homme de son genre puisse m'adresser la parole.. et pourtant.. Tout ça pour te dire que les rencontres que tu feras à Poudlard peuvent te paraitre difficiles , mais elles te seront bénéfiques. Laisse le hasard faire les choses , tu veux bien? Prouve-moi que tu crois encore aux miracles.. »

    J'hochai la tête , hypnotisé.Et le temps se perdit , et j'arrivai presqu'à mes onze ans. Déboussolé , mes rêves ne se limitaient qu'à mon père que je ne connaissais pas. Je n'avais même pas vu son visage. J'avais beau être très jeune , j'avais un coeur et mon coeur était en larmes , je désirais le retrouver. Peut-être une discussion un peu plus approfondie avec ma mère aurait aidé , mais il n'en fut rien , je n'eus pas le courage d'en entendre plus. D'un délicieux baiser sur le front , ma mère m'encouragea à foncer sur la colonne de brique qui s'interposait entre la plateforme 9 et 10 de la gare de Londres. C'est ainsi qu'une nouvelle page de mon histoire s'inscrivait dans les anales. Je ne savais pas ce qui m'y attendait , et même accompagné , je me sentais si seul.. La peur s'inscrivit dans mon esprit lorsque je marchai vers le train Hogwarts Express en compagnie de ma mère , et de ma meilleure amie. Je fus muet durant tous le trajet menant à cette foutue gare , moi qui avait l'habitude , en leur compagnie uniquement ,de papotter amplement. J'étais figé et je ne pouvais parler. Ma mère m'adresse de tant à autres des regards inquiets. Quand nous fûmes prêt à monter dans le train , ma mère m'intercepta d'une main délicate , elle prit mon bras et me regarda sérieuse comme pas un. Elle s'apprêtait à me dire quelque chose , alors je la regardai dans les yeux , ceux-ci réflétaient une tristesse inexplicable.

    - Caden , avant de partir , je tenais à te dire que je ne pourrai embarquer dans ce train avec toi.. Tu iras avec elle et moi je prendrai la voiture. Quoiqu'il arrive je t'attendrai ici à la maison. N'oublie pas de bien respirer , le choixpeau n'est pas méchant , il scrutera ton esprit et trouvera la maison qui te conviendra le mieux , je t'aime Caden , amuse-toi bien !
    - C'est ça oui.. Parle pour toi!

    ...


Dernière édition par Caden R. Mallory le Lun 19 Jan - 22:56, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 7:27

( S U I T E )

    Poussais-je dans un murmure et ce , surenchérit d'une magnifique grimaçe. Je n'avais pas envie d'y monter. Curieusement , cet élan de nouveauté ne me plut pas du tout. J'étais plutôt conservateur , même à l'époque. Mais , avec un courage inexplicable , je m'avançai vers les escaliers menant aux compartiments de train qui me ménerait vers ma future école. Je tenais très fort la main de mon amie , à un tel point qu'elle poussa un petit cri de douleur mais sans plus , elle ne voulait pas lâcher la mienne non plus. Nous nous avançions tous les deux , recherchant désespérément un compartiment vide. Ce ne fut pas une tâche facile , la plupart des cabines étaient déjà occupés. Nous étions arrivés un peu plus tard , cinq minutes avant que le train parte. Il fut donc logique qu'il ne resta quasiment plus de places libres. À cet instant , nous comprîmes qu'il était inutile de chercher un compartiment désert. Il avait fallut qu'on se sépare et que l'on fasse le trajet seuls , à notre plus grand désarroi. Mon amie se dirigea vers le fond du train en m'adressant un dernier aurevoir , comme s'il aurait été véritablement le dernier de toute notre vie. Encore une fois , mes yeux se remplirent d'une tristesse que je n'arrivais pas à décrire même à ce moment-là. Pour ma part , avançant à tâtons , j'entrai dans une cabine où une jeune demoiselle était confortablement installée , la gazette des Sorciers à la main. Elle me sembla très concentrée dans sa lecture et je pris donc toutes les précautions possibles pour ne pas faire de bruit. J'avais peur qu'elle ne m'accorde qu'un seul regard. Je n'aimais pas la nouveauté , je n'aimais pas les gens en général. Crispée , raide comme une barre , elle me dévisagea bêtement comme si je ne devais pas être là. Je lui adressai le même regard interrogateur avant de finalement regarder le paysage , dans un silence absolu.

    Elle n'avait pas l'intention de lâcher prise. Elle regarda dabord le paysage puis m'observait scrupuleusement . Elle commença par ma tenue vestimentaire , puis mes effets personnels , pour ensuite analyser mon visage comme si je possédais un quelquonque défaut. Elle s'esclaffa , me laissant incrédule. Je me trouvais à part des autres , uniques. Mais , ce jour-là , je découvris que je n'étais pas le seul être vivant sur cette terre a possédé de bizarres faculté mentales. Je ne connaissais ni son nom , ni son origine. Mais rien qu'en la regardant , je me doutai bien qu'elle était en première année elle aussi. Pourquoi? Parce qu'elle réflétait la même innocence que moi-même , transparent et perdu , réflétait. Je ne la lâcha pas du regard. J'ai toujours eu un regard perçant et il est difficile de le soutenir , toutefois elle ne broncha pas d'un centimètre. Cela me déboussola complètement et c'est moi qui regardai ailleurs. Un rictus victorieux sur ses lèvres , je ne comprenais pas pourquoi cette situation étrange arrivait. Puis , finalement elle se nomma , mais je ne fis pas de même. Quelque chose m'exaspérait dans son attitude , quelque chose qui m'agaçait définitivement et je ne saurais dire quoi exactement. Le reste du trajet me parut comme l'éternité , j'avais hâte de revoir ma mère. Je songeai dailleurs à ce moment-là si la route s'était bien passée , elle devait être arrivée à Poudlard depuis plusieurs minutes déjà. Puis , soudain le train se freina.J'en profitai pour me lever précipitemment pour rechercher mon amie . Pour ce faire , je contournai plusieurs grandes personnes qui me fonçaient littéralement dessus. Quand je la vis enfin , je pris un peu plus d'assurance. J'avais un air complètement vidé , mon amie s'interrogea avec un de ses regards qui ne s'oubliaient pas. Je lui répliquai.

    - Ce n'est rien. Je n'ai pas apprécié le voyage , mais alors pas du tout! Et toi?
    - Moi? Bah ça va ! C'était génial , les deux garçons qui étaient avec moi s'amusait à se lancer des farces et attrapes , c'était un bon divertissement ! Oh mais..
    Je grognai à cette idée. Elle s'était bien amusée , veinarde. Son sourire s'effaça tout aussitôt. Le problème de mon amie résidait dans le fait qu'elle était incapable d'être heureuse de la situation si moi je ne l'étais pas. J'aurais pu trouver cela certes , touchant , mais bien au contraire j'étais désolée pour elle. Alors d'un sourire , je me ravisai , et par de fait même je la rassura en un regard compatissant.
    - Ça aurait pu être pire , crois-moi..
    - Si tu le dis...
    Je fourrai alors les mains dans les poches de ma cape neuve avec l'insigne de Poudlard cousu avec raffinement sur celle-ci. Et elle haussa les épaules. Elle ne voulait pas comprendre ce qui se passait dans ma tête et d'un sourire narquois je me dis qu'il valait mieux pour elle.

    Nous sortîmes du train sans trop d'accrochage et tous les deux nous regardâmes Poudlard dans toute sa splendeur. Oh bien sûr , je ne pus m'empêcher de m'exprimer ouvertement en poussant un " Oh " très sonore alors que mon amie elle se contentait de garder la bouche ouverte , elle était sans doute impressionnée de le beauté des lieux. Mais , nous n'avions pas tellement la même façon de nous exprimer alors .. Toutefois nous fûmes très veinards de pouvoir s'installer dans la même barque . J'avais de très grands soupçons sur ce lac et ce que me racontait mon amie sur le grand calamar géant qui y régnait empira la chose , je protestai tout le long que je voulais plus aller à Poudlard , mon amie soupira et leva les yeux au ciel. Et elle me demanda maintes fois de me taire mais je ne fis qu'à ma tête. Je râlais sur tout et rien , mais surtout sur le lac qui m'appeurait.


    (c) Kadence
    C h a p t e r . T w o ; The new school // Teenage part.

    P r e m i è r e A n n é e

    Alors que nos posions , enfin , enfin pieds sur le sol , je pouvais admirer le château en toute quiétude , l'immense flaque noire derrière moi. Je ne savais pas si j'étais prêt à affronter tout ce qui m'attendait et je ne savais pas si mon amie me supporterait davantage au fils du temps. C'est vrai que depuis quelques années déjà , nous partagions une très belle amitié , mais il se pouvait que mon caractère ronchonneur puisse l'agacer , c'était une éventualité à retenir. Mais , pour le moment , elle me prit la main , ressentant mon besoin de me faire rassurer. Je sentis alors que tout irait bien , que tout allait rouler , mais je me trompais bien évidemment. Mes effets personnels , ainsi que ceux de tous les élèves de Poudlard furent transporter par magie. Je pus voir des centaines de milliers de bagages virevolter ci et là à travers le grand Parc de poudlard. J'admirai le spectacle que m'offrait d'insignifiants évènements tels que ce virevoltage de bagages écoliers. Mon amie riait , elle en avait vu bien plus que moi je suppose dans sa jeunesse.. Moi , je m'étais à peine remis des courses sur le Chemin de Traverse deux semaines auparavant. Il faut spécifier que ma mère n'a pas eu la tête à m'expliquer le monde magique en détails , préférant avant tout trouver un boulot pour me nourrir et me rendre heureux. Mais bien sûr moi , j'étais un grand ignorant et ma meilleure amie , elle , une miss-je-sais-tout. Dailleurs parlant du chemin de Traverse , je vais vous raconter ce que j'ai vu ce jour-là , c'était vraiment merveilleux mais effrayant.. Laissez-moi vous guider sur ses quelques lignes.

    M O D E F L A S H B A C K O N


    Rachelle , ma mère , moi-même et ma meilleure amie avions décidé , avec l'accord des parents de cette dernière , de faire les courses pour notre entrée éventuelle à Poudlard. Pour une fois , j'étais hyper excité à l'idée de connaitre le chemin de Traverse et d'y visiter ses nombreuses boutiques. Je mis ce jour-là mon plus bel habit : un jeans troué et un t-shirt aux couleurs très voyantes. Je fesais très moldu , parce que j'avais pas tellement goûté au monde magique même si ma mère m'avais appris très jeune que j'étais à part des autres , elle n'avait pourtant pas fait un seul effort pour m'instruire. J'aurais peut-être dû écouter mon amie quand elle râlait que tout le monde nous remarquerait à cause de moi parce qu'effectivement , plusieurs yeux se retournèrent à MON passage. Ma mère et mon amie pouffèrent de rire et cela ne fit qu'empirer mon état colérique. Je ne leur adressai point un mot durant tout le trajet , du moins jusqu'à ce qu'on arrive à la grande ménagerie magique. Je ne savais pas trop pourquoi , mais les animaux m'inspiraient vraiment confiance et je les aimais beaucoup. Même si j'en avais jamais eu en ma propriété , je tirai légèrement la chemise de ma maman et lui pointa du doigt l'animalerie magique avec des yeux suppliants. Elle ne put y résister et nous y entrâmes sans plus. Moi , j'avais les yeux grands comme des gallions et je regardai partout à la fois. Ma mère m'avait dit que nous avions droit à un animal de compagnie , je ne me fis pas prier et je parcourus le magasin à la recherche de l'animal de mes rêves. C'est alors que devant moi un joli chat assez âgé se léchait les pattes avec élégance. Sa robe était d'une couleur caramel cuivrée et il semblait avoir avalé beaucoup de gâteries pour chats. Mais je l'adorai dès que je l'eus vu et implorai ma mère de bien me laisser l'acheter. Elle ne voyait pas trop ce que je trouvais à ce chat , obèse et paresseux mais comme il ne coûtait que 20 gallions et que ma mère , à ce moment-là ne venait que de commencer son poste de professeur à Poudlard , elle accepta de me le payer plutôt que de payer une chouette à 100 gallions comme le fit ma meilleure amie.

    Nos animaux bien enfermés en cage , nous continuâmes notre chemin. Il nous fallait : Une baguette , des chaudrons en étain taille 2-3-4 , des plumes , des encriers , des parchemins ( Une tonne de parchemin ) , une trousse de potions classe 1 etc etc.. Nous avions toute la journée pour effectuer les amplettes et je ne cessai de me plaindre , malgré mon épatement , durant toute cette journée. Arpentant la rue principale , nous décidions d'y acheter nos baguettes , à mon amie et à moi et pour ce faire , il n'y avait qu'un marchand digne de confiance qui puisse concevoir une baguette sur mesure pour les jeunes sorciers. Vous l'aurez deviné : Monsieur Ollivander. Même s'il fut mort , la boutique avait gardé le même nom qu'autrefois , du moins , c'était ce que me racontait ma mère. Quand nous entrâmes dans cette dernière , un jeune homme fringuant nous accueillimes avec un grand sourire. Il me pointa dabord et me fit essayer plusieurs baguettes . Après de multiples tentatives ( Et beaucoup de vases brisés , je dois dire ) , nous trouvâmes la baguette idéale pour moi.Elle fut d'une corne de licorne mâle En bois rigide , souple toutefois et malléable. Elle ne me glissait pas dans la main , elle était parfaite pour moi. Légère comme une plume , plusieurs pourraient éventuellement la sous-estimer. Assez longue pour mes mains ( Elles étaient déjà grandes et allongées à l'époque ) environ 24 centimètres et d'un diamètre de 3 cm. Elle était en bois d'if , qui signifiait la puissance et la douceur tout à la fois. Le bois était d'un clair presque couleur caramel , quelques noeuds possédaient la teinte d'acajou. Je fus épaté en tenant cette dernière entre mes mains et effectuai de test , en espérant que ce fut la bonne. Ma baguette fit jaillir un éclat d'étincelles de toutes les couleurs : elle était définitivement mienne. Comment ne pas apprécier le destin en des cas pareilles? Mon sourire s'illumina sur mon visage en une grande fente qui s'étira jusqu'à mes oreilles.Mon amie choisit la sienne et nous terminâmes nos achats . Toutefois , ma bonne humeur occasionnée par l'achat de ma baguette se dissipa tout aussitôt et je continuai de râler car j'avais peur de la foule et des sorciers en général , pauvre poule mouillée que j'étais.. Pitoyable!

    M O D E F L A S H B A C K O F F


    Nous marchâmes prudemment vers le Hall d'Entrée du château. Je trouvai cela surprenant de voir tous ses tableaux s'agiter dans tous les sens. Certains ronflaient déjà d'autres nous parlait personnellement. D'autres mangeaient comme des goinfres , je ne pus m'empêcher de garder la bouche ouverte tout le trajet jusqu'à la grande salle , ou mon estomac se nouait systématiquement. Nous marchions en file indienne vers l'avant de la grande salle et tous les yeux se tournèrent vers nous , les petits nouveaux. J'ai toujours détesté être l'objet d'attention et je me sentis vraiment très mal de me retrouver là devant tous ces gens. Ma mère était assise sur la longue table juste en face de moi , me saluant avec sa main comme une imbécile. Je me tapai alors le front , mes études à Poudlard n'allaient pas être de tout repos visiblement. J'avais très honte d'elle mais je ne manifestai aucun signe de cette émotion. Je me contentai de la saluer brièvement avant de me retourner vers le choixpeau qui commençaient à chantonner l'Hymne de Poudlard que je n'écoutai qu'à moitié. À côté de moi , mon amie me regardait , nerveuse. Peut-être allions nous être séparés , ce ne serait pas étonnant vu nos différences mais elle possédait les qualités primaires que j'avais en ma possesion moi aussi , alors ne sait-on jamais. Ce fut mon amie qui fut nommer en premier et je la regardai se glisser maladroitement sur le tabouret. Le choixpeau s'exclama alors presque systématiquement.

    « Mmmm.. Voyons voir.. Intelligente.. rusée.. Loyale..
    SERDAIGLE
    !
    »

    Mon amie sourit et moi je soupirai au moins , elle n'allait pas à Serpentard. Maison que je ne respecte pas du tout quoique mon caractère vivace pousserait peut-être choixpeau à m'y répartir. Donc , l'attente fut extrêmement pénible et tout ce temps je murmurai à moi-même que je ne voulais pas que cette maison où je serais dans les sept prochaines années fussent Serpentard , je le répétai machinalement jusqu'à ce que mon esprit s'épuise. Dès lors je portai attention à toutes les répartitions qui passèrent avant moi jusqu'à ce que l'on me nomme. Je figeai sur place , la peur dans la peau. C'était le moment de vérité , le moment que j'appréhendais et dont j'étais si effrayé. Ma meilleure avait beau m'envoyer des clins d'oeil encourageants , mon anxiété grandissait à chaque petits pas que je fesais si bien que je failli bien tomber du tabouret en tentant d'y grimper. Situation qui donna la hilarité à toutes mes camarades et même à mon amie. Je lui adressai dailleurs un bref regard noir et me promis intérieurement de me venger quand tout ça serait passé. J'inspirai donc profondément lorsqu'on me glissa enfin le choixpeau magique sur la tête. Il poussa des mmm à maintes reprises , tentant visiblement de bien cerner mon caractère , de comprendre mon esprit. Je dois avouer que moi-même je me comprenais pas alors imaginez un bout de tissu qui parle! Mais il termina par dire quelque chose et je l'écoutai attentivement et déglutit difficilement et surtout bruyamment..



Dernière édition par Caden R. Mallory le Lun 19 Jan - 23:00, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 7:27

( S U I T E )



    « Mmmm.. Râleur , fidèle , loyale , ambitieux ... Solitaire mais incroyablement intelligent , soif d'apprentissage.. Serpentard te conviendrait parfaitement mon petit , mais tu serais plus à l'aise à
    SERDAIGLE !
    »


    Je n'étais que plus heureux à ce moment-là. Pourquoi? Parce que premièrement , je n'allais pas me retrouver avec ses chiens de Serpentard , excusez-moi pour ce terme peu flatteur et aussi parce que j'allais être avec ma meilleure amie , partageant sa maison , ça me rassurait beaucoup. Parce que nous nous étions point séparés depuis notre tendre enfance. Nous étions un peu frère et soeur , elle était la soeur que j'ai jamais eu , ma famille quoi. Alors un sourire incollable sur les lèvres , je sautillai doucement de mon tabouret et accueilli avec joie la table de la maison bleu et argent qui allait être celle de mon futur et de mon présent. Mon amie se tapait dans les mains , elle aussi ne désirait pas se retrouver seule , même si elle était quelque peu plus sociable que ma propre personne à l'époque. Quand j'y repense , elle a toujours été plus enjouée que moi . Ce fut peut-être elle qui m'aidait à tenir le coup. Quoiqu'il en soit cette année-là , ma toute première année , rien de très intéressant à raconter. Je découvrais , petit à petit , Poudlard qui m'enchantait à chaque jour. Je me fesais souvent tabasser par les plus grands que moi , surtout des Serpentards. Et ma haine pour eux ne fesait que commencer à grandir , que m'attendait-il donc ensuite? Mon amie elle , s'efforçait de me défendre , chose dont j'avais très honte , mais je ne pouvais l'empêcher , elle était tout aussi têtue que moi . Mais moi je n'en voyais pas l'utilité. Je me savais plus fort qu'eux , parce que je n'avais pas besoin de la violence pour blesser et je m'amusai à apprendre à connaitre davantage mes agresseurs. La vengeance est un plat qui se mange froid , vallait mieux attendre d'en savoir suffisamment avant d'attaquer à la source , n'êtes-vous pas daccord?

    D e u x i è m e A n n é e

    À la fin de ma première année , lors des vacances , ma mère me récupéra et nous retournions chez pappy Mallory. C'était un été triste , je m'éloignais de plus en plus de ma mère. Son rôle de surprotrectice y était-il pour quoique ce soit? Peut-être. Peut-être pas. Quoiqu'il en soit , je ne pus voir mon amie de tout l'été. Elle était partie en vacances sur le bord des îles tahiti avec ses parents. Quelle chance ! Elle au moins , elle vivait la sorcellerie même pendant les vacances. Ma mère se contentait d'être très moldue à mes côtés , j'ignore pourquoi. Peut-être était-ce parce qu'elle trouvait que la sorcière en elle était fade? Peut-être était-ce plus profond aussi? Quoiqu'il en soit , cela n'arrangeait en rien notre relation. Durant la saison estivale , je lui parlai très peu , me contentant du nécessaire et encore... Il faut dire que lors des vacances , je lui étais hostile , je lui répondais sèchement lorsqu'elle m'interrogeait sur tel ou tel partie de ma vie. Bien sûr , n'étant pas folle , elle se doutait que les choses entre nous deux n'allaient plus très bien : À mes 12 ans , je sentais un vide au creu de ma personne , et je ne savais comment l'expliquer. Ce n'est que vers la fin de l'été que ma mère daigna enfin à me parler de mon père qui jusqu'ici , m'était totalement inconnu. Je ne savais même pas que j'en avais un ! Eh oui , tel un idiot de gamin j'ai cru que maman avait eu cet enfant que je suis seule , d'elle-même. Elle aborda le terme d'une façon très originale , et cela me laissa de marbre. Toutefois , mon coeur bouillait d'une rage que je n'arrivais pas à contrôler.

    MODE FLASHBACK ON


    Ma mère montait les escaliers de sa grâce démarche féminine. Même nous serions 20 à la maison , j'aurais reconnu ses pas à des kilomètres à la ronde. Je ne fus donc point surpris de l'entendre cogner à la porte de ma chambre. Je lui lancai un oui très distrait. Je n'avais pas tellement envie de me retrouver seul avec elle , ça m'angoissait même. Elle ouvrit donc la porte doucement , passant la tête par l'ouverture dabord puis se hissant maladroitement dans ma chambre en face de mon lit où j'y étais décontracté , à moitié assoupi. Je me relevai et m'assied de façon adéquate en l'affrontant du regard. Elle avait un sourire timide , comme si elle s'apprêtait à me dire quelque chose qui la bloquait , quelque chose qui l'angoissait , elle aussi. Elle me regardait sérieusement , plongeant son doux regard dans le mien. Non pas que je ne l'aimais point , il y avait quelque chose qui nous avait disons " désoudé " avec le temps. Elle avait beau faire un millier d'efforts pour me rendre heureux , j'étais et je suis toujours encore un enfant éternellement insatisfait. Plus elle fesait des efforts pour que notre relation soit comme lorsque je n'étais qu'un gamin , plus je m'éloigne d'elle. Je n'ai jamais raffolé de ce qui me parait faux , et ces tentatives me paraissent très peu naturelles. Néanmoins , quand elle m'aborda d'un ton qui se fit plutôt investigateur , je l'écoutai car après tout , ne s'agissait-il pas de ma mère , de celle qui m'avait mis au monde et qui m'avait elevé seule sans râler une seule fois? En même temps de la prendre pour une ennemie , je lui vouais un culte du respect , pour tout ce qu'elle avait fait et essayait toujours de faire aujourd'hui. C'est pourquoi je l'écoutai attentivement.

    - Je peux m'asseoir , Caden?
    - Ouais..
    - Merci , mon chéri..
    Elle s'installa donc à mes pieds , sur l'extremité de mon petit lit. Je l'observai en silence , me posant un million de questions dans ma petite cervelle.Hésitante , elle ne sut pas tellement comment aborder ce sujet si délicat sans me froisser en tant que bombe à retardement émotionnel que je fus. Toutefois , je me fis patient. Je brûlais d'envie d'en savoir un peu plus sur l'issue de cette conversation , sur le thème principal. Quand elle fut enfin prête , elle inspira un bon coup et se lança dans le vide.
    - Je dois absolument te parler de quelque chose , mon fils.. Je te sens distant et froid. Ton comportement change à mon égard , tu ressembles à une petite âme perdue.. J'aurais dû , tellement dû te parler de ça avant , mais je ne trouvais pas que tu avais la force mentale pour supporter ça..
    - T'en sais rien , tu ne me connais même pas!
    - Oh Caden , chéri.. Stp , arrête c'est déjà assez difficile comme ça , pas la peine d'en rajouter!
    - Ok. Je me la ferme , chef.
    Elle m'adressa un dernier regard noir avant de poursuivre.
    - Tu sais que tu as un père , Caden.. Tous les petits garçons du monde en ont un.
    - Un père? Un PÈRE? Moi j'ai un père?Vraiment..
    - Oui , tu as un père , comme tout le monde
    - Pourquoi il est pas là , je croyais que tu étais ma seule parenté!
    - Tu oublies Pappy , mon chéri!
    - Arrête de retourner la situation maman!
    Elle toussotta et se racla la gorge avant de continuer cette discussion dont je me serais volontairement passée.
    - Il s'apellait Nathan et c'était un très très bel homme , dailleurs tu lui ressembles beaucoup. Tu as son sourire .. et cette façon de gronder pour rien.
    - Pourquoi il est pas ici , avec nous , si tu le trouves si beau?
    - Parce qu'il nous a laissé tombé , mon chéri.
    Incrédule , je l'interrogeai des yeux afin d'en savoir un peu plus sur ce qu'elle venait d'affirmer.
    - Eh bien.. Disons que lorsqu'il a appris que je te portais dans mon ventre , il a filé tel une étoile filante dans le ciel , et je ne l'ai jamais revu depuis..
    - Es-tu en train de me dire , maman , que mon père est un lâche qui n'a même pas été capable de prendre soin de moi et de toi?
    Elle hocha la tête affirmativement , visiblement accablée de cette confidence. Bouillonnant de rage , je lâchai spontanément.
    - Je le hais sans même le connaitre alors..

    Ma mère tenta , en vain , de me caresser les cheveux. Je me retournai tout aussîtôt. La rage qui fusionnait en moi ne pouvait être calmée par ce geste si simple et innocent. Je demandai donc qu'elle me laisse seule afin de digérer cette nouvelle. Ainsi ce jour-là , à l'aube de ma deuxième année , j'appris que j'avais un père. Tout ce vide était de sa faute alors et je trouvais enfin une raison à cette dépression qui m'hantait l'esprit à chaque secondes. Désormais , je pouvais mettre tous ça sur le dos de celui qui m'a renié. Je le trouvais lâche , paresseux , immonde de m'avoir abandonné de la sorte mais en même temps , je souffrais de son absence , de ne pas avoir connu le père qu'il aurait pu être pour moi. Au lieu de ça , comme éducation paternelle j'ai droit à un vieux rabougri qui ne cesse de se plaindre sur tout et rien et qui ne possède aucun don avec l'apprentissage des choses importantes de la vie. Mais quel cruel destim m'attendait au tournant de ma vie? Cet été là , tout avait changé. Je venais d'apprendre que j'avais un père. Je venais d'apprendre que ma mère m'avait caché cela pendant des années sous prétexte que je n'étais pas assez fort. Seul dans mon lit , je me laissai aller à quelques larmes , me sentant trahi par je ne sais qui entre mon père et ma mère. Je rageais , je ne pouvais plus penser à autre chose que de le retrouver et lui faire payer ce qu'il a fait à moi ou à mon père , mais je n'avais que 12 ans après tout , je n'étais pas encore prêt à affronter cette peur qui me brûlait l'estomac à feu vif. C'est donc en pleurant doucement , que je me dis que j'aurai sans doute ma vengeance un jour. Le monde était petit , après tout..

    MODE FLASHBACK OFF


    Le retour à Poudlard fut on ne peut plus normal , sans trop de péripities à tout casser. Ma meilleure amie , avide de savoir comment j'avais passé mon été fut plutôt déçue que je n'aie rien à lui dire de très joyeux. Assis tous les deux sur un banc dans le grand parc de Poudlard , elle me racontait combien son été avait été magique. Je poussai un grognement sonore , l'enviant beaucoup qu'elle n'aie pas passé un été maussade et ennuyeux, et surtout l'enviant de ne pas avoir reçu une nouvelle qui aurait changé sa vie.. Malgré les apparences , je me réjouis pour elle lorsqu'elle me raconta qu'elle avait nagé avec les dauphins , qu'elle avait passé ses journées à la plage , à se bronzer et à se baigner et à profiter du soleil des îles. Elle m'a dit que les gens là bas étaient très dynamiques , que tout le monde souriait , que l'on sentait le soleil jusque dans le sourire des gens et leur habillement. Elle avait hébergé chez une sympathique famille de sorciers qui ne parlaient pas leur langue. Mais elle m'expliqua qu'ils arrivaient à se comprendre grâce au language corporel et sur cette affirmation , je précise , je haussai les sourcils un peu douteur. Et tandis qu'elle poursuivait son récit sur son périple dans les îles , je regardai le lac d'un air pensif. Apprendre la vérité au sujet de mon père eut été un dur coup pour moi et je n'en avais point encore glissé un mot à ma meilleure amie , à celle qui devait tout savoir en détails sur chaque infimes petites parties de ma vie. Je ne sus pas pourquoi je gardai le silence , j'avais peut-être seulement besoin de temps pour pouvoir en parler librement. Alors , je jouai la comédie du faux gosse heureux avec mon amie. Oh , certes , j'avais bien conscience que j'en paierai le prix un jour ou l'autre , mais je n'avais aucunement envie de me livrer sur le sujet.

    Les semaines s'accumulèrent , j'avais d'excellentes notes dans mes devoirs , rendant envieuse mon amie qui elle n'arrivait pas à décrocher un seul O dans tous ses devoirs. J'étais fort navré pour elle , et je l'aidais du mieux que je le pouvais lors de nos soirées en salle commune. J'avais beau tout faire pour que la matière rentre dans sa petite cervelle , elle avait un blocus au niveau de cette dernière fesant en sorte que rien ne pouvait se mémoriser à tout jamais. Je ne perdis pas espoir au sujet de mon amie , et je ne me fis pas lâche quant à son apprentissage. Je lui devais bien cela , pour tout ce qu'elle avait fait pour moi et pour ma mère. Un bon jour , je décidai de sortir de la salle commune pour me diriger à la bibliothèque , ce fut mon lieu préféré de tout Poudlard. J'aimais le silence , j'aimais le calme et surtout j'appréciais au plus haut point les bouquins en tout genre. Je passais mes journées là-bas , les seuls jours où je n'y étais pas , ce fut parce que j'étais avec ma meilleure amie au parc ou en salle commune pour l'aider dans ses difficultés académiques. Je n'étais pas très grand à l'époque et plusieurs Serpentards s'amusaient à me faire de sales coups. Je me doutais pas qu'un des leurs allaient se rendre si loin dans leurs rigolades , ah ça non. Je descendis donc de les escaliers quand un grand galet , celui qui m'harcelait sans cesse , me toisa avec un rictus aux lèvres. Je cachai ma peur du mieux que je le pouvais mais je fus presque certain qu'elle pouvait définitivement se lire dans mes prunelles. Il me fesait bien peur à l'époque , il était en sixième année et moi , seulement en deuxième. Il mesurait 1m80 , et moi je ne dépassais même pas la hauteur de ses épaules. Il n'était pas très musclé en apparence mais il avait une poigne meurtrière. Oui , j'étais tétanisé par sa personne.

    Et ses rictus ne firent qu'amplifier mon état de terreur. Pourquoi s'en prenait-il toujours à moi ? J'étais silencieux , sage , toujours dans la bibliothèque à bouquiner . Je ne parlais pas , je ne cherchais pas les embrouilles et je ne terrorisais personne moi. Alors pourquoi je méritais ce traitement plus qu'un autre? Parce que j'étais faible et parce que lui était un lâche. S'il s'aurait attaqué à un petit garçon beaucoup plus fort mentalement que moi , il n'aurait pas pris plaisir à le martyriser , alors qu'avec moi le divertissement était présent et il se prenait un bon moment chaque fois qu'il m'harcelait. Décidément , je ne comprendrai jamais ces Serpentard fous à lier. Mon agresseur me parla d'un ton hautain , révélant tout le snobisme de sa personne. J'ignorais pourquoi il tenait tant à se montrer plus fort , puisque moi je n'étais pas tellement démonstratif , je me fesais plutôt discret. Je me contentai de regarder le sol , comme si ce dernier me fournisserait de l'aide , mais il me sembla bien que cela ne fonctionna pas. Et le jeune homme de Serpentard me cracha ...



Dernière édition par Caden R. Mallory le Sam 17 Jan - 19:47, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 7:27

( S U I T E )

    - Minus , tu vas encore fouiner dans la bibliothèque
    Je ne répondis pas. À quoi bon répondre? D'autant plus que la voix se bloquait dans ma gorge , et cette dernière n'arrivait pas à sortir un seul son. Mon agresseur poursuivit.
    - Bon sang que tu es ennuyeux! Pas étonnant que tu sois une bonne victime!
    - Arrête..
    - Quoi ? j'ai pas entendu!
    - J'ai dis. ARRÊTE !
    - Monsieur sait parler maintenant ?

    Puis il pris mes bras pour me pousser vers le mur. Je ne sus pas d'où provenait toute cette force spontanée , mais je parvins à me faufiler entre ses grands bras afin de me déprendre de son emprise , de sa poigne. Avec un effort considérable , je parvins à le pousser dans les escaliers . Je ne sais pas quelle émotion me hantait le plus dans mon esprit à ce moment précis ; La douce vengeance ou le regret d'avoir posé ce geste. Je le vis débouler les escaliers un à un puis se fracasser contre le mur d'en face. Il était inerte , mais encore vivant. Curieusement , l'image de son corps inerte parvint à me faire rire aux éclats. Mais les embrouilles vinrent aussi rapidement que mon geste et je fus coller en retenue pendant toute l'année pour avoir commis cet acte de vengeance gratuite. Mais il le méritait , et ça tout le monde le savait. Ma meilleure amie prenait , évidemment , de mon côté. Quant au jeune homme que j'eus bousculé dans les escaliers , il s'en tira avec plusieurs factures , entres autres , celle de sa jambe droit et fut forcé de marcher avec des béquilles pendant un bon deux mois. Cette seule idée me fesait rire , mais je me retins bien évidemment. Chaque fois que nous nous croisions , la peur se lisait dans les yeux. Il a reçu la monnaie de sa pièce , et je n'en étais que plus heureux. J'allais enfin pouvoir souffler. Du moins , c'est ce que je croyais. Le reste de l'année se déroula dans la normalité . Mes heures de retenue me permettait de m'évader et étonnamment , elles m'étaient agréables. Oui , je sais , je fus un garçon bizarre. Mais me tenir loin des autres élèves le soir me fesait plaisir , d'autant plus qu'il m'arrivait , parfois , de devoir aller dans la forêt interdite avec le garde-chasse pour nourrir les créatures qui , aux yeux des autres , étaient effrayantes. Et ma mère dans tout ça? Eh bien disons que nos conversations se limitaient à des salutations , et c'est tout. Elle était gênée de m'adresser la parole et moi , je lui en voulais de m'avoir tout cacher. Triste était notre situation n'est-ce pas? Je regardais mon avenir brumeux avec un poids sur le coeur ..

    T r o i s i è m e A n n é e

    Je n'ai pas beaucoup de détails à fournir sur ma troisième année. Elle fut triste , morne et ennuyeuse. Je n'avais toujours pas de nouveaux amis , sauf ma meilleure amie bien sûr. Mes heures de retenues étaient du passé et je me fesais encore plus solitaire que d'habitude à un tel point que mon amie me le reprochait , elle qui en avait l'accoutume puisqu'elle était immunisée contre ma tendance à vouloir toujours être seul. Pendant près d'un mois , je ne la vis pas en salle commune. J'étais trop préoccuppé à m'occuper les pensées à la bibliothèque et je préférais ne pas parler de mon père. Je l'évitais quoi. Parce que je sentais que si je la voyais , je finirais par me confier à son sujet et je ne désirais pas que cela arrive. Mon esprit confus , et mes nuits trop courtes car je n'arrivais pas à dormir. Mes si merveilleuses prestations académiques s'estompaient petit à petit. Vous l'avez compris ; Mes notes chutaient à vue d'oeil et ma mère n'appréciait pas du tout. Elle me connaissait brillant et studieux , sauf que je me fis de plus en plus lâche et pensif. Mon objectif n'était plus d'être constant. Je ne désirais plus être ce Caden que j'étais auparavant , mais ce fut très difficile de l'exprimer , car j'en avais pas l'habitude. Aussi , je n'étais plus le martyr de mes agresseurs serpentariens ( rires ) , j'eus réussi , en mettant K.O un de leurs membres à les effrayer suffisamment pour qu'ils cessent , du moins physiquement car l'harcèlement perdurait encore , de me faire mal et de me provoquer. Pour une fois , j'approuvais ma spontanéité. Un bon jour toutefois , ma mère m'aborda en public en criant haut et fort que mes notes désastreuses ne la satisfaisait pas. Pourquoi me faire honte devant mes camarades de classe? N'avait-elle pas pensé au fait qu'elle soit là ce jour-là , plutôt que de rester sagement à la maison pour attendre mon éventuel retour suffiserait? Il me sembla bien que non , puisqu'elle était là , fulminante de rage

    - Caden , tes notes sont horribles , que t'arrive-t-il? Tu es brillant , je ne vois plus mon dew , mon Caden , mon chéri..
    - La ferme maman . Ton Caden n'est plus. Fous moi la paix.
    - Ne me parle pas sur ce ton jeune homme! Tu es très impoli...
    - Ah oui ? Eh bien tant mieux!
    - Mais qu'est-ce que tu as mangé pour être aussi méchant!
    - Tu veux vraiment savoir? J'en ai marre que tu sois ma mère , marre que tu tentes toujours de faire la bonne mère alors que tu n'en est pas une , marre que tu prétendes que la vie est belle sans lui , marre surtout de t'entendre me dire que tout ira bien.. J'en ai marre de toi et de tes belles paroles , t'es qu'une sale menteuse , tu m'offres que des faux espoirs , je te hais!

    Ma mère , déboussolée par mes affirmations , recula de quelques pas sous le choc de l'émotion. Les mots qui étaient sortis de ma bouche ce jour-là auraient pu être un peu mieux formulés , j'en eus conscience. Mais au moins , tout parut beaucoup plus clair désormais. La défiant une dernière fois du regard , je la fuis en courrant vers ma salle commune , où j'y versai quelques brèves larmes avant de m'installer auprès de la fenêtre donnant une vue sur le lac noir et mystérieux que je haissais et adorais en même temps. Depuis ce jour , ma mère ne tentait plus de faire l'éternel optimiste et elle se contentait d'être brève dans conversations. Cela me soulageait , du moins pour un temps. Ses sourires , ses petites phrases à connotation humoristique , cette douceur , tout cela me manquait terriblement. Mais bien évidemment , trop fier pour le lui dire , je préférai garder mes distances moi aussi. Mais mon coeur se serrait , c'était ma mère après tout et je l'aimais d'un amour pur. Je lui ai manqué de respect ce jour-là et , bien évidemment , je regrettais de l'avoir blessé , de lui avoir briser le coeur. En classe , elle ne m'interrogeait plus et elle évitait de me regarder en face. Quand l'année fut enfin terminée , ce fut pareil. Dans notre demeure , seul Pappy m'adressait la parole et tentait de me divertir . Ma mère , elle , garda un silence absolu en ma présence , ce qui m'horripilait car elle me ressemblait un peu trop. L'été fut long , pénible , mais au moins je pus le passer en compagnie de ma meilleure amie. Ce fut les seuls moments de bonheur de cette saison , et une autre année s'acheva.

    Q u a t r i è m e A n n é e

    Je peux affirmer , sans aucun doute , que la quatrième année fut le pivot de ma vie. En un mois seulement , je me mis à grandir étonnamment vite , mesurant presque 1m70 déjà , à mes quatorze ans. Un peu trop mince , je ressemblai à un asperge. Mes cheveux devenaient de plus en plus long et je ressemblais de plus en plus à un adolescent plutôt qu'à un petit gamin. Mon aspect physique me complexa à un tel point que je me décidai à me mettre aux sports. J'étais squelettique et pas très agréable à regarder. Je ne me mis point à m'entrainer pour plaire , mais plutôt pour que je me sente un peu mieux dans ma peau et pour que je puisse me défendre si jamais j'avais à le faire. Donc , tous les jours , après les cours , je me retirais dans un coin seul au fond du parc et je m'entrainais jusqu'à épuisement. Ce focus me permettait à la fois de me défouler , et mes notes académiques n'en furent que meilleures. Je ne vis le résultat qu'après deux mois de dur labeur. Je n'avais pas l'intention d'être monsieur costaud en personne et la silhouette que je vis dans la glace ce jour-là me plut. Je n'étais ni squelettique , ni trop musclé. J'étais juste assez musclé pour pouvoir donner une bonne raclée à quiquonque oserait s'en prendre à moi , mais pas assez fort pour déstabiliser mes adversaires , et c'était ce que je désirais , je dois dire. Si je mentionne le mot pivot , c'est que , en même temps que ma silhouette se transformait , les filles me regardaient de plus en plus , moi l'éternel solitaire , qui commençait à être apprécié par la gente féminine? Non. Impossible! Mais oui , les mois qui suivirent , j'eus droit à des chuchottements lorsque je passais devant elles. Je ne sais pas ce qui les attirait en moi , j'étais tout sauf charmeur.. Ce n'était que purement physique , et ça me dégoûtait. Les apparences , il n'y avait pas que ça dans la vie!

    Et dans mon front était gravé le mot " Seul " . Tout le monde savait qui j'étais . Je n'étais plus le fantôme de Serdaigle , j'étais devenu , en l'espace de quelques mois , un des jeunes hommes les plus prisés de tout Poudlard. Et l'idée me déplaisait vraiment. Toute ces lèches-bottes , ça m'agaçait. Moi , je n'avais aucune envie d'être en couple , j'avais tant de choses à travailler sur ma personne avant de pouvoir penser à l'être. Et puis , peut-être étais-je un beau jeune homme de 14 étés , mais mon caractère n'était pas aussi joli que mon enveloppe corporelle. Et ça , mon amie l'affirmait. Je ne pouvais dire qu'elle supportait mes états d'âme quant à cette nouvelle situation. Au contraire , cela la fit marrer , elle me chahutait chaque fois qu'elle en avait l'occasion et moi , à moi chaque fois , je lui adressais un regard noir et la boudai durant un certain temps. Quelques minutes seulement , j'avais du mal à me passer de ses rires et de sa compagnie. Elle était vraiment tout pour moi. J'espérais que ça n'allait pas changer , vu que toutes les filles s'étaient mises à me reluquer de la tête aux pieds! Finalement , ma quatrième anée se déroula normalement. Ma mère et moi nous nous étions réconciliés , en prenant toutefois garde à ne pas de nouveau faire en sorte qu'il y aie un accrochage. Elle ne m'interrogeait plus et ne me fesait plus honte et tentait de faire au mieux pour paraitre discrète. Elle était pleine de bonnes intentions et un bon jour , je la remercierai pour cet égard à ma personne. L'été fut un peu plus meilleur que le dernier.

    Pourquoi? Parce que ma mère daigna enfin à m'amener loin de notre maison de Milton Abbas et m'offra un voyage en écosse , mon pays natal. Oh , je sais ce que vous vous dites , comment pouvais-je prétendre que je fus écossais alors que je n'y ai vécu que très peu de temps , un an pour être précis. Peu importe la durée , ma mère me mit au monde à cet endroit , j'étais donc de nationalité écossaise que je le veuille ou non , cela figurait sur mes papiers. Elle m'amenait voir le village où j'avais grandi et... la maison que mon père et elle avait acheté avant qu'il n'apprenne qu'elle soit enceinte de ma personne. Elle atterrissa dans la rue d'à côté ( Oui oui je vous l'ai déjà dit , voiture volante ^^ ) et roula doucement jusqu'à la maison. Elle était pas très grande , en vieille brique grise. Le garage état juste assez grand pour que ma mère puisse y mettre la sienne , ce qu'elle fit bien évidemment , elle m'incita à sortir pour observer la maison de mon enfance. Je pus lire dans son regard que ce fut éprouvant pour elle , de vieux souvenirs ressurgissaient sans doute dans son esprit , des souvenirs de jeunesse , des souvenirs avec mon père , sans doute. Petite à ma première vue , un peu trop vieillotte à mon goût , je la trouvai tout de même pleine de charme . Nous y entrâmes sans peine , la maison n'avait pas de propriétaire puisqu'une affiche moldue d'une agence immobiliaire y était piqué dans le gazon. Je fus surpris de constater la propreté et la beauté des lieux. Tout était si chaleureux ; la couleur des murs , les briques donnant un aspect " chalet " à cette maison campagnarde. Un beau gros foyer ornait le salon majestueusement. J'étais beaucoup trop jeune pour me rapeller de cette maison , mais ma mère, elle , avait les larmes aux yeux.. Et je ne me doutai point des raisons de cette apparition de liquide salé qui coulait sur ses joues. Je me contentai d'être silencieux , parce qu'il n'y avait pas autre chose à faire. C'était la première fois que je la voyais pleurer , du moins la première fois en étant conscient.

    C'est à ce moment-là que je m'aperçus vraiment à quel point mon père lui manquait et que sa décision de nous abandonner tous les deux avait influencé la vie de ma mère. Raison de plus pour le détester encore plus amèrement. J'étais pratiquement certain , en voyant les larmes couler doucement le long de ses joues , qu'elle l'aimait encore. J'ai toujours parvenu à lire dans l'esprit des gens , du moins en apparence , je devinais les pensées de ma mère parce qu'elle semblait si .. si..Effondrée! Pas très démonstratif depuis ma naissance , il fut très difficile pour moi d'essayer de lui faire un câlin. Je m'approchai maladroitement et la serra dans mes longs bras. Curieusement , elle pleura de plus belle. Je parus appeuré , puis me repris vivement en pensant que c'était ma mère , que je devais la rassurer , la consoler. Alors je lui caressai doucement les cheveux et c'eus l'effet escompté. Je laissai le temps qu'il fallut à ma mère pour se calmer puis la regardai droit dans les yeux. Â ce moment précis , je comprenais toute l'attitude de ma mère , et en même temps je lui pardonnai d'avoir été trop idéaliste. Je lui demandai s'il lui manquait , elle hocha la tête tel un petit enfant pris au piège. Et dans un élan , je la reprochai de mon torse et la serrai un peu plus fort contre ce dernier. Je lui dis alors que tout irait bien , comme elle me l'a si souvent dis et elle hocha de nouveau la tête en silence. À ce moment ci , je comprenais que ma mère était très importante dans ma vie , plus que tout même. Et je me promis intérieurement de bien en prendre soin , même si ma vie en dépendrait. Déposant un doux baiser sur son front légèrement plissé , je lui souris et m'excusai de mes comportements antécédents. Elle apprécia bien évidemment mes excuses et me rendis la pareille en me donnant un bisou sur le front à son tour. Tout allait changer désormais..



Dernière édition par Caden R. Mallory le Sam 17 Jan - 20:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 7:28


    C i n q u i è m e A n n é e

    Une nouvelle année commençait . La routine me pesait sur le coeur. Poudlard devint de plus en plus fade , mais j'avais la certitude d'être un peu plus heureux qu'avant. La relation mère-fils s'étant amélioré , bien sûr. Toutefois rien en moi ne changea , je restai le jeune homme solitaire. J'eus grandis de plus de cinq centimètres. J'étais presqu'un géant et les filles se multipliaient pour glousser à mon passage , c'était soulant. Je ne daignais même pas en regarder une. Parce que l'idée d'avoir une petite amie ne m'attirait pas. Je me disais que je ne saurais pas comment me comporter puisque j'ai eu tant de mal avec une personne proche comme ma mère. J'étais bien seul , dans mes petites choses , et ma meilleure amie suffisait comme compagne. Et aussi je croyais que toutes les filles étaient soulantes , un peu trop émotives , un peu trop sentimentales si je puisse dire ainsi. L'idée d'en avoir une à mes côtés ne m'enchantait guère. Et je n'avais pas de temps non plus. J'étais trop occuper à bosser pour mes B.U.S.E.S . Je m'y consacrais entièrement même , passant mes journées entières à la bibliothèque , lieu que je fréquentais déjà beaucoup plus souvent que n'importe quel élève. Je devais à tout prix avoir des < Optimal > dans toutes les matières . J'avais dans l'idée de devenir auror. Ce n'est pas que je voulais suivre les traces de mon père , loin de là . Mais combattre le mal , avec le pouvoir , ça m'intéressait vraiment. D'autant plus que ce n'était pas la gloire du métier qui m'enchantait , mais plutôt les valeurs transmises. Je désirais intérieurement être un héros pour mes proches , quelqu'un dont on serait fier de vanter les mérites. Mais ce rêve , ce désir , n'allait pas se construire seul. Je devais travailler dur. Je savais pertinemment que j'en étais capable , j'étais brillant , studieux et surtout très ambitieux. C'était peut-être pour ce dernier point que le choixpeau avait largement hésité de m'envoyer à Serpentard , qui sait? Ou peut-être pour cette tendance trop prononcée à désirer être seul au monde? Je n'en savais trop rien.

    Et une bonne matinée , alors que je mangeais doucement mon petit déjeuner composer d'oeuf , de bacon et de quelques rôties , à la maison lors des vacances d'hiver , ma mère vint me rejoindre à ma table. Je regardai alors systématiquement autour de moi , pour vérifier s'il n'y avait personne puis hochai la tête et lui fit signe de venir , ce qu'elle fit bien évidemment. Elle semblait un peu gênée quand elle s'assied et moi , je lui adressai un regard avide et curieux. Qu'est-ce qu'elle allait encore me raconter? Avec elle , je ne le savais jamais , et je n'ose jamais m'imaginer l'issue de ses conversations , jamais. À mon humble avis , je croyais qu'elle allait m'annoncer qu'elle était amoureuse du garde-chasse , cela ne m'aurait pas dérangé , puisque je l'aimais bien et qu'il était vraiment spécialisé dans les créatures magiques que j'appréciais beaucoup. Ou bien soit qu'elle désirait m'arracher une confidence dont j'ignorais l'existence. Connaissant ma mère , j'optai pour la deuxième option et la toissai du regard , attendant infiniment qu'elle daigne enfin commencer à parler.

    Chose qu'elle fit après plusieurs secondes , ce qui me rendit fort impatient. Je l'écoutai donc attentivement , rejetant derechef ma colère d'avoir attendu si longtemps pour si peu. Elle m'adressait un de ses sourires timides qui voulait tout dire. Je déglutit , m'attendant à réagir au quart de tour , car qui donc puisse me connaitre mieux que je me connais moi-même , mm?

    - Cadie' , tu sais , tu as déjà 15 ans.. À ton âge , j'avais déjà un petit ami et..
    - Stop , maman , tu ne comptais pas discuter de mes relations amoureuses , si?
    Elle hocha la tête , très très embarassée.
    - Tu sais , c'est normal de regarder les filles , c'est tout à fait naturel , mais toi tu ne les regarde pas , tu ne leur parles pas et tu les ignores. À ce que j'ai entendu dire , tu avais une horde de fanatiques à tes pieds .
    - Maman..
    Grognai-je dans un soupir infini.
    - Cadie , es-tu homo?

    Je faillis recracher la bouchée de rôti que je venais de prendre. Je luttai désespérement entre l'envie colérique qui émanait de moi ou l'envie de pouffer de rire face à cette interrogation inusitée. J'optai pour la deuxième option , un peu moins blessante pour ma mère. Juste le fait de penser à embrasser un garçon me donnait systématiquement l'envie de rejeter tout mon petit déjeuner à sa figure , comment pouvait-elle penser ça ? Je n'avais pas des attitudes effeminés et je ne regardais jamais les garçons non plus. Je trouvais ceux de mon espèce un peu retardé mentalement d'autant plus , quand ceux-là se retrouvaient près d'une fille , c'était tel un morceau de viande rouge et fraiche , ils se la disputaient. Chaque fois que je me retrouvais avec des hommes , tout ce que je pouvais penser ce fut : Où était passé leur matière grise? On se serait cru à l'époque des hommes de caverne. Je ne lui en voulus pas de penser que je fus un homosexuel , je trouvai la situation un peu cocace certes ,mais je ne lui en voulus pas du tout. Pourquoi? Parce que je savais que c'était innocent et innofensif , je savais qu'elle était tout simplement curieuse , et avide de savoir ce qui se tramait dans la tête de son cher fils. Je ne lui en tins donc pas rigueur mais m'efforcai de lui répondre le plus clairement possible pour ne pas que ce genre d'interrogatoire se reproduise. D'un ton neutre , je lui soufflai

    - Non maman , c'est juste que , je les trouve énervante.
    - Ah mon chéri , dis pas ça , elles ne sont pas toutes comme ça. Il y en a des vraiment sympathiques.
    - J'ai pas envie d'être avec quelqu'un , j'aime être seul..
    - C'est comme tu veux , je voulais juste savoir.
    - Merci de te soucier de mes états d'âme m'man , mais je ne veux pas subir ce genre d'interrogatoire de nouveau.
    - Daccord . mon chéri ..
    Elle m'embrassa puis fila vers la chambre des maitres , avec moi qui avait des idées plein la tête.

    Comme si j'avais le temps de penser aux filles! De retour des vacances hivernales , Les jours passèrent et la bibliothèque me parut de plus en plus étouffante , d'autant plus qu'elle était un peu plus occupée par d'élèves bruyants qu'au quotidien , à cause des B.U.S.E.S et A.S.P.I.C qui approchaient rapidement. Un bon jour , je me lassai d'entendre un bruyant gryffondor qui s'amusait à jouer au clair de la lune avec son nez O.o et je sortis dans le brouillard du parc. Il fesait pas très chaud , nous étions au moi de mars environ , mais le lac commençait son dégel et les arbres se réveillaient petit à petit. Mains dans les poches de ma cape , je me promenai d'une démarche qui se fit gracieuse et élégante. La brume était inévitable et me coupai la délicieuse vue qui m'apparaissait chaque fois que je sortais de par le hall d'entrée du château. Un peu agacé par cette situation , je parcourus les sentiers de Poudlard. Au loin , je vis un bel arbre , un grand chêne , d'apparence assez âgé. Comme j'aimais bien grimper aux arbres et observer le comportement des élèves du château , j'étais devenu très habile. Alors comme d'habitude , je me précipitai vers ce grand chêne et y grimpai. Je choisis une branche assez grande pour supporter le poids de ma personne et me laisser aller à mes pensées tout en fixant le brouillard au loin. C'est alors qu'une jeune blonde, de très très belle apparence , passait devant mes yeux. Je ne regardais jamais les filles , jamais. Mais mes yeux d'un bleu océan ne purent s'empêcher de l'observer. Je me surpris moi-même à éprouver une certaine attirance pour elle. Je me perdis pendant un instant dans cette admiration subite , me laissant aller car j'étais caché derrière les branches. Ma mère avait peut-être raison finalement , elle me semblait très sympathique. Mais , vous devinez bien que je n'étais pas du genre à parler à la première inconnue qui passait. Je préférais le silence à la discussion , du moins à l'époque.

    Craquement sonore. Il sembla que la branche sur laquelle je venais de poser mon arrière-train ne supportait pas suffisamment mon poids et en un très très bref instant , je me retrouvai dos contre le sol. Ayant chuté d'au moins un mètre , la douleur me fit grimacer et je poussai un grognement.La jeune demoiselle que j'admirai quelques secondes auparavant perçu le bruit et en chercha la provenance. Oh ciel! J'aurais voulu mourrir à cet instant. Démasqué , je m'empourprai tout aussitôt. Elle était beaucoup plus rapide que moi et me tendis la main pour que je puisse me relever. Ma réaction fut impitoyable , je lui adressai un de ses regards noirs qui lui glaçai le sang et la repoussai doucement. Non pas parce que je n'aurais pas voulu lui parler et la remercier , mais simplement parce que j'étais égoiste , simplement parce que j'avais peur .. d'une fille. Elle sembla si innocente , si gentille. Et moi je fus indubitablement méchant et mesquin. Elle haussa les sourcils d'un air perplexe , elle ne devait pas croiser tous les jours des garçons comme moi. Mais elle ne lâcha pas prise et d'un sourire qui se fit très chaleureux , elle me demanda :

    - Ça va?

    Silence. Je n'arrivais pas à faire sortir de ma bouche un simple oui ou non. Quel imbécile! Je me contentai de balayer l'air avec ma main , en signe d'indifférence et me relevai difficilement. Mon dos brûlait. Si j'aurais été seul , j'aurais sûrement éclaté d'un rire orchestral , mais la honte d'être tombé devant l'objet de mon obsession ne put être estompée. Lui tournant le dos , je m'apprêtais à partir , loin très loin d'elle afin d'éviter de me sentir encore plus ridicule que je ne croyais l'être déjà. Je m'attendais pas du tout à ce qu'elle m'arrête. Elle tenait décidément à me tuer à petit feu , je me retournai alors , sans aucun sourire sur les lèvres et pourtant mon coeur fesait des jolis bonds dans ma poitrine. Un peu timide , elle s'avança vers moi avec son éternel sourire chaleureux. Je me sentis fondre , je me sentis petit. Si j'aurais pu me gifler , je l'aurais fait avec joie , mais cela aurait parut un peu étrange devant cette demoiselle. Il fallait me reprendre , avant que je ne bave littéralement sur elle. D'un naturel inégalable , elle se nomma , puis présenta sa main , sans doute une tentative de présentation. C'était très réussi , mais je gâcha tout par la suite. Dabord , parce que je refusai de la lui serrer et deuxièmement parce que je me fis indifférent alors que ma tête bouillonnait de mots gentils à lui offrir sur un plateau d'argent. Je sus qu'elle était un peu blessée par mon attitude dans son regard , et je me sentis un peu blasé ce comportement inexplicable. Maladroitement , elle se nomma. Elle avait du cran , je devais lui accorder. Parce qu'en rien , moi , je n'étais sympathique. En rien du tout. Je me radoucis un peu , baissant mes gardes , mon regard se fit un peu plus doux. J'étais méfiant , il faut me comprendre..

    - Candice Ashford , Gryffondor.

    Candice? Plutôt rare comme prénom mais très joli. D'origine latin ,ce prénom signifiait d'un blanc éclatant. Pas faux comme signification. Elle avait la peau presqu'aussi blanche que la mienne et sa chevelure blonde scintillait parfaitement au soleil. Elle était , comment dire , éblouissante et même moi , fidèle solitaire ne put le renier. Analyser un prénom pouvait paraitre inusité ,mais je n'étais pas capable de ne pas l'analyser. Le son de ce prénom était si doux et distingué , tout comme celle qui le portait. Je me plaisais à la regarder , dans mon silence absolu. Elle était si magnifique et éclatante. Elle était.. tout le contraire de moi. Je me perçu comme fade et inintéressant. Étrangement , je me sentis un peu plus à l'aise. Je ne sais pas si cette odeur qui me rendait fou , l'odeur de son parfum , ou bien c'était simplement parce que je me lancais un défi mais , je restai planté devant elle. Et quand je daigna enfin à répondre , je lui présentai ma main , geste pour me faire pardonner sans aucun doute. Je souris doucement et me nomma , à mon tour. Comme quoi nous sommes tous capables de changer un bref instant. Candice me fixait incrédule. Je rigola intérieurement. Elle n'allait jamais comprendre la complexité de mon âme pour sûr.

    - Caden Mallory , Serdaigle.

    Suite à cela , je serrai la main dans la mienne et la douce chaleur de sa peau me procura quelques frissons. Je ne parvenais pas à me comprendre , ni à maitriser l'effet qu'elle me fesait alors que je ne connaissais que son prénom , son nom ainsi que sa maison. Je ne voulus pas rester auprès d'elle trop longtemps. J'avais du mal à décoller mes yeux des siens. J'avais du mal à respirer normalement. Était-ce la même chose pour tous les garçons qu'elle croisait? Il n'y avait aucun doute , elle devait faire tourner la tête de plusieurs. Luttant contre mes envies , Je lui tournai alors le dos et cette fois , parti définitivement la laissant seule avec sûrement, un millier de questions . Je m'en fichais , il était important qu'elle ne soit plus dans mon champ de vision. Si seulement tout s'arrêta là. Je l'évitai les jours , les semaines et même les mois suivants. Je fus soulagé qu'elle soit en quatrième année , soit un an de moins que moi , cela évita que l'on soit dans les mêmes classes. J'étais froid , distant et j'avais très peur. Pourtant une petite partie de moi désirait la connaitre davantage. Une partie de ma personne désirait passer du temps avec elle. Mais que m'arrivait-il enfin? Quelle maladie avais-je attrapé? J'étais devenu véritablement quelqu'un d'autre en cette brève rencontre. J'étais un fugitif. Comme si Candice était dangereuse pour ma santé. Comme si Candice aurait pu me faire du mal. Malgré le fait que je l'évitais , je tenais à l'observer en cachette. Elle était admirable , très rieuse et espiègle avec ses amies. Cela me noua l'estomac.Avec le recul , je me rend compte à quel point j'ai été idiot de me retenir. Elle n'avait pas une seule once de méchanceté , je l'ai toujours su , dès que nos yeux se sont croisés. D'autant plus que sa maison était très évocatrice de sa nature humaine. Elle était courageuse et loyale. Le courage , je l'avais vu lorsqu'elle avait osé se présenter alors que je venais de lui adresser un regard franchement pas très sympathique. Elle avait ce cran , que moi , trouillard , je n'avais pas. Mais les choses ne se terminèrent pas sur ses lignes. Suite au prochain épisode ( Rires )


Dernière édition par Caden R. Mallory le Sam 17 Jan - 20:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 7:28

    S i x i è m e A n n é e

    Sixième année. 1m80. Beau garçon mais toujours célibataire. Durant tout l'été , je ne cessai de penser à ELLE , à Candice . Oui vous savez , la jeune femme à qui j'ai tourné volontaire le dos et dont je tente désespérément de fuire depuis déjà six mois.. Elle me tourmentait. Et je me disais que ce devait être ça le coup de foudre. À chaque fois que je pensais à elle , je me sentis idiot. Je repensai à tout ce que j'aurais pu lui dire , si je n'aurais pas été aussi imbécile. Ma mère remarquait que j'étais lunatique, elle s'inquiétait pour son fils , quoi de plus normal. Je lui rétorquai à chaque fois qu'elle me demandait ce à quoi je pensais pour être dans les vap's que ce n'était qu'aux cours et à mon avenir. Elle ne me croyait jamais. Fichu instinct maternel. Elle se doutait que c'était une fille , pas n'importe laquelle , une très jolie fille , je pus le lire dans ses yeux. Je ne comptais pas du tout me livrer à des confidences avec elle. Je n'étais pas une demoiselle et ce genre de conversation ne se fesait pas entre mère-fils! C'était vraiment impossible que je puisse lui confier quoique ce soit. La seule qui savait vraiment tout était ma meilleure amie. Elle connaissait Candice depuis la première année , elle. Elle était même son amie. Quand je sus ce détail , je gronda un bon coup. Ma meilleur amie ètant habituée à mes changements d'humeur se contenta de sourire.

    - T'en fais pas Dew' , je ne lui dirai rien c'est promis.

    En guise de réponse , je tirai la langue et m'accoudai sur le bord du canapé de la salle commune de Serdaigle. Mon amie m'observa en silence. Je détestais qu'elle sache tout de moi mais en même temps , cela me fit tant de bien de pouvoir dire ce que je ressentais pour cette pure inconnue sans que l'on me prenne pour un fou , ou un obsédé . Mon amie ne jugeait jamais. Elle se contentait d'écouter et de tenter de comprendre. C'était sûrement pour cette raison qu'elle fesait encore parti de ma vie. Elle était ma seule amie , ma seule vraie amie. Le lendemain de cette confidence , mon amie et moi nous nous dirigions vers le cours de Sortilèges , le cours de ma mère quoi. J'étais sûrement beaucoup trop occupé à parler avec mon amie parce que je ne vis pas du tout Candice qui s'approchait timidement de nous. Je l'avais fuis pendant tellement longtemps , je supposai qu'elle désirait des explications sur ma conduite intolérable. Quand j'entendis sa voix , je fus terrorisé de m'apercevoir que la belle blonde était en face de moi , me glissant un bonjour accompagné d'un magnifique sourire qui me rapellait les raisons pour laquelle je la fuyais. La bouche grande ouverte , comme un idiot , mon amie me poussa du coude et je poussai un " B'jour " fort maladroit. Mon amie rigolait , sans doute de moi , et prétexta qu'elle avait oublié son bouquin de sortilèges dans la salle commune. VILAINE! Elle me laissa donc seul avec elle , alors que je ne savais pas trop quoi lui dire. Mais elle , visiblement , était prête à engager la conversation malgré la petite teinte rosée de ses oreilles.

    - Caden , c'est ça?

    Oh ! Elle se souvenait de mon prénom. Pas étonnant! Je devais être le seul qui avait refusé de lui parler. Qui pouvait refuser de lui arracher un bout de conversation hormis un timbré dans mon genre , hein? Je hochai donc la tête et rentrai , par réflexe , les mains dans les poches de mon jean. Je ne savais pas trop si je pouvais me permettre de la regarder. Je me contentai donc de regarder le sol. Il était très réconfortant , il était une solution à mon désespoir de ne pas la regarder. Elle croisa les bras et me toisa. Mais je ne la vis pas , j'étais beaucoup trop intimidé pour la regarder en face. J'étais généralement comme dans toutes les facettes de ma vie. Ma mère me disait souvent que j'étais comme un oiseau , fort mais si fragile en même temps. Elle n'avait pas tord , je me sentis si faible en sa présence. Quand je relevai doucement la tête je vis ses yeux plonger dans les miens . Elle ne souriait plus , elle était visiblement sérieuse. Je déglutit difficilement , allait-elle me tuer sur place? Me cuisiner à petits feux. Tout, dans cette posture , indiquait qu'elle n'était pas très contente. Qu'allait-elle donc me dire? Ouf. J'avais réellement peur des représailles. Je me préparai même à l'éventualité de fuire à nouveau ,même si je ne m'en sentis pas capable.

    - Pourquoi m'évites-tu?
    - Euh...

    Je haussai les épaules , n'ayant pas de réponse assez intelligente pour la satisfaire.Bien sûr , j'avais bien des réponses à lui offrir. Je savais pertinemment les raisons pour lesquelles je la fuyais elle. J'aurais cru que cette attitude n'aurait fait que la repousser mais si tel était le cas , pourquoi me parlait-elle alors? Pour mettre ça au clair , une fois pour tout , je supposai. Je croisai de nouveau son regard, elle me souriait de ses dents parfaitement alignées , mortel! Ce fus bon et je m'avouai vaincu ! À quoi bon ! Cette fille ne sortait plus de mon esprit depuis déjà un bon bout. Il fallait bien trouver la raison de cette intrusion insouhaitable , si? Pour cela , il fallait dabord parler et répondre à sa question , j'avais beau cherché un moyen d'éviter de répondre franchement à ce qu'elle me demandait , je ne trouvais rien. Au bout d'un moment , elle dut se lasser de mon silence car elle poussa un soupir et partit visiblement frustrée que je ne puisse sortir qu'un " euh.. " très stupide de ma bouche. Et moi , je restai figé pendant un long moment la regardant partir , elle qui fulminait de rage. Un rictus apparut alors sur le coin de mes lèvres. Finalement , j'avais réussi à l'éloigner de moi.Je ne me croyais pas assez bon , beau et tout ce qui vous passe par la tête pour elle. Dans mes yeux , dans ma vision des choses , je n'étais que le clochard , celui du compte et elle , bien sûr la belle , la beauté irrésistible. Je ne voulais pas me faire de mal , risquer de me prendre un râteau ou bien tout simplement risquer qu'elle ne m'ignore. Alors j'avais tout fait pour l'éviter , pour ne pas que souffrance s'en suive. Jusque là , j'avais plutôt bien réussi. Mais ce désir de faire connaissance hantait toujours mes pensées. Et je repris bien vite la raison en vaquant à mes occupations.

    Je me dirigeai donc en classe de Sortilèges. Ma mère m'adressa un bref sourire quand j'entrai dans la salle spacieuse qui lui fesait office de classe. Elle et moi avions conclu un pacte ; Elle devait être la plus discrète possible au sujet de notre relation mère-fils et moi je devais être un peu plus actif en classe , ce qui incluait de lever la main quand je connaissais la réponse.Je me rappelait vaguement de cette journée où nous avions conclu ce pacte , j'avais eu pour expression une moue boudeuse. Pour sûr , je détestais être remarqué et ça ma mère le savait , alors pourquoi voulait-elle à tout prix que je participe en classe? Ensuite , le sourire de mon amie me ramena à la réalité. Elle allait sans doute me demander comment ça s'était passé avec Candice , et aurait bien évidemment mis l'emphase sur son prénom avec un petit ton mielleux qui m'agaçerait définitivement pour ensuite me gronder gravement d'avoir été trouillard à ce point. Ah , je la connaissais par coeur celle-là! Oui parce que j'eus effectivement raison. Je m'assied à côté d'elle , elle me regardait curieuse , avide , pendue à mes lèvres. On aurait dit un petit rongeur tellement elle était joyeuse , débordante d'énergie ( Ce qui était anormal , puisqu'elle était un peu paresseuse à l'habitude ) . Je crus bien que c'était parce que c'était la première fois qu'une fille m'avait tapé dans l'oeil . Qu'une fille m'attirait.Elle se montrait très intéressé , ce qui ne me plut pas du tout.C'est alors que d'un ton surexcité , elle couinait presque même , elle me demanda ;

    - Alors avec Candice ?
    - Il ne s'est rien passé , elle m'a demandé pourquoi je l'évitais et je n'ai pas su répondre...
    - Et je suppose qu'elle est partie , han?
    - Ouais , et en colère en prime..
    - Triple imbécile , elle est super sympa cette fille! Une vraie rose!
    - Raison de plus pour ne pas que je l'approche..
    - Arrête de dire des sottises , t'es le garçon le plus gentil que je connaisse.
    - Je suis le seul garçon que tu connais , imbécile
    - Roh! Toujours en train de grogner toi!!
    - On ne change pas un homme en un jour..
    - Ouais bah y'en a marre! J'essaie juste d'aider un peu.

    Je pouffai de rire et mon amie devint rouge de colère et je suis presque sûr qu'elle aurait voulu me donner une bonne gifle sur la nuque question de calmer mon fou rire. Elle me bouda pendant tout le reste du cours. Quand la sonnerie retentit dans la salle de classe et qu'elle se précipita pour sortir , je l'en empêchai. Après avoir retrouver mon sérieux , je lui demandai de me racheter. Elle n'y était pour rien . Tout ce qu'elle désirait , ce fus mon bonheur peu importe comment. Je mis pas mal de temps avant de la cuisiner bien comme il le fallait. Nous marchâmes vers notre salle commune quand elle daigna enfin m'accorder un bref regard. Dès qu'elle vit mon sourire , elle ne put s'empêcher de faire autrement et de me cogner par la suite en expriment un " roh " très sonore. Je réussissais toujours à l'amadouer , la pauvre , elle ne pouvait rien faire contre moi. Je savais me faire très persuasif , par chance.Dans la salle commune , je poursuivis mon cinéma dans le petit salon , je l'implorai même à genou ( Fort heureusement , il n'y avait personne ) , de me pardonner et elle s'esclaffa quand elle me vit faire l'idiot. Elle clama de me relever , ce que je fis avec obéissance. Je lui demandai alors ;

    - Je suis ton humble serviteur , pardonne-moi et je ferai tout ce que dame veux..
    Elle fronçai les sourcils d'un air narquois. Oh Oh..
    - Tout ce que je veux hein?
    - Oui , tout ce que tu veux..
    D'un sourire triomphal , elle hocha la tête.
    - Marché conclu , je veux... que tu invites Candice à sortir!

    J'écarquillai les yeux, je n'arrivais pas à le croire. Elle osait me demander ça! Je me renfrognai cette idée et mon amie commença à rire de plus belle. Elle avait gagné à son propre idée et c'est donc bougon que je m'installai à côté d'elle.Comme je n'étais pas du genre à me défiler losque je donnais ma parole , je n'eus d'autres choix que de commencer à réfléchir à un moyen , de l'inviter à sortir ! Même , dabord , je devais songer à me faire pardonner de ce que je lui ai fais subir , même si à mon humble avis c'était fort légitime. Je laissai le tout sur le feu et ma nuit ce jour-là me parut extrêmement longue. Je n'arrivai pas à fermer les yeux , réfléchissant sans cesse à elle et à ma façon de lui demander de sortir avec moi , le monstre que j'étais. Je me retournai à gauche , puis à droite. Mon insomnie ne fesait que commencer , les jours suivants ne furent que pire. Une nuit , je ne dormis pas du tout. Je décidai donc de me promener dans le château et ce , même si nous avions un couvre-feu. À quoi bon rester dans son lit ? Je n'arrivais pas à fermer l'oeil , valait mieux s'occuper l'esprit un peu. La nuit était ma meilleure amie. Je l'idolâtrait. Elle me rendait calme et heureux. Parce que je n'avais pas à affronter tous ces gens qui m'agaçaient le jour. Parce que la lumière du soleil m'énervait parfois et surtout parce que mon esprit se plut à vagabonder quand la lune surgissait. Je parvins sans trop de problème à me hisser hors de la salle commune. Je descendis les escaliers doucement pour ne pas réveiller certains tableaux qui ronflaient encore. Il devait approcher les trois heures du matin.Je bifurquai dans un couloir , puis dans un autre je tournai à droite. J'errais ci et là dans le château. Finalement , je décidai de sortir dans le parc malgré la fraicheur nocturne.

    M'approchant de mon arbre préféré , oui vous savez le grand chêne qui m'a fait tombé sur le dos lorsque j'étais devant elle quelques mois plus tôt , je le grimpai de nouveau. Je n'avais plus peur de tomber , mais je recherchai une branche réellement large et solide pour ne pas que la situation ne se reproduise. Par peur d'avoir mal cette fois-ci. Puis , je regardai encore une fois le lac. Ma respiration laissait derrière elle une buée qui émanait de ma bouche. Mes yeux bleu-vert parcoururent le parc , je n'étais jamais assez sûr d'être vraiment seul. Sur la branche où j'étais assis , je me recroquevillai en petite boule et observai le paysage en silence. À ce moment précis , je me questionnai , comme depuis quelque temps déjà , sur ce que me réservait mon avenir le plus proche et surtout sur le moyen de me faire pardonner auprès de Candice. C'est alors que j'entendis le craquement de l'herbe fraîche non loin de l'endroit où je me trouvais. Je me retournai alors sur la branche d'un côté , puis de l'autre , pour vérifier d'où provenait ce son qui avait interrompu mes pensées. Je vis alors une silhouette familière , élégante qui marchait discrètement dans le parc. Je l'aurais reconnu parmi plusieurs , si foule aurait été. La jeune gryffondor dont j'étais complètement obsédé marchait en direction de mon arbre avec un air grave sur le visage. Savait-elle que je me trouvais là? Cela fesait beaucoup trop de coincidences pour qu'elle ne remarque pas ma présence. J'avais vu juste , arrivée tout près du grand chêne. Elle regarda vers le ciel et il me fut alors impossible de me cacher à travers les branches. Fort heureusement , l'obscurité ne lui permit pas de voir mon visage rougir violemment de honte.

    - Caden , je t'ai vu , c'est bon , sors de là...

    Dit-elle d'un ton nonchalant. Je sautai donc , agile comme pas un , de l'arbre sur lequel j'étais si douillet . Nos peaux livides se démarquaient réellement de la pénombre. Et mes yeux ne purent quitter les siens malgré l'inconfort que son regard chaleureux me procurait.Ce n'est pas tant le fait qu'elle soit là devant moi qui me dérangeait le plus à ce moment précis , mais plutôt le fait que je ne pouvais plus repousser le moment où je devais lui proposer à sortir. Une petite voix dans ma tête me disait qu'il fallait à tout prix qu'elle refuse mon offre ( Si bien sûr j'aurais eu le courage de lui demander ) tandis qu'une autre aimerait tant que sa réponse puisse être positive. La belle Gryffondor était venue jusqu'ici pour me voir , ça j'en étais certain. Peut-être m'avait-elle suivi? Ou peut-être avait-elle remarqué que je dormais peu? Ou bien peut-être passait-elle ici souvent pour voir si je ne me cachais pas dans les branches de cet arbre ? Je n'en sus rien , mais je sus qu'elle était ici pour me parler. Signe qu'elle ne me détestait pas tant que ça finalement. Elle poursuivit d'un ton un peu plus doux que le précédent , demeurant toutefois sérieux.

    - Je voulais te parler.



Dernière édition par Caden R. Mallory le Sam 17 Jan - 20:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 7:28

( S U I T E )

    AH! Vous voyez? Je vous l'avais bien dit ! Et moi je demandai pourquoi voulait-elle me parler. Elle me répondit que c'était important , qu'il fallait mettre certaines choses au clair. J'hochai alors silencieusement la tête puisque je désirais la même chose. Un côté de moi désirait s'enfuir bien loin d'elle et l'autre désirait être gentil et apprendre à la connaître. Dur dilemme !Mais puisqu'il fallait tenir parole , je décidai de rester sagement en sa compagnie. Candice mena le bal en me demandant de nouveau pourquoi je l'avais évité pendant si longtemps qu'elle ne se rapella même plus du nombre exact de mois . Je lui répondis le plus naturellement possible que je me refusais tout bonheur dans la vie , chose qui était , malheureusement honnête. C'était un fait , et la sincérité de ma voix parut la consoler un peu. D'un ton curieux , elle me demanda à quel point elle pouvait me procurer du bonheur. Et moi je répondis ; infininiment.. Parce qu'elle ignorait l'effet qu'elle avait sur moi , même si je ne la connaissais pas. Elle m'était toxique , comme une drogue , je n'arrivais pas à décrire cet attirance pour elle. Encore une fois , elle parut soulagée d'entendre enfin la vérité. Elle parut également surprise d'entendre de si grandes confidences de ma part. Je poursuivis et lui dit doucement que je n'avais plus l'intention de fuire sa personne , que c'était difficile pour moi de chercher à être son ennemi , plutôt que d'être son ami. Elle hocha alors la tête et me sourit. Je demandai alors si elle me pardonnait mon comportement , avec une voix douce comme une brise. Elle accepta avec un sourire gratifiant et c'est ainsi qu'une histoire débuta. Nous décidâmes de nous asseoir un en face de l'autre , racontant des anecdotes de notre passé et riant sur tout et rien. Je pouvais enfin la connaitre , et mon obsession pour elle ne fit que grandir. Cette nuit-là tout changea et pour le mieux. Reste à voir si cela perdura ou au contraire , que les choses s'envenimeront...

    Dans les semaines qui suivirent , je passai mon temps avec la jeune Gryffondor , l'assaillant de questions diverses comme sa couleur préférée par exemple , qui était le bleu. Je la taquinai en disant que la couleur de ma maison était d'un beau bleu et qu'elle était influencée dans sa réponse par ma faute. Elle se contenta de rire et me poussai dans l'herbe qui avait repris toute sa verdure. Je lui demandai également ses auteurs préférés , ses artistes préférés. Je fus heureux de constater que nos goûts musicaux étaient les mêmes , malgré nos grandes différences. Plus je la connaissais , plus je me rendis compte à quel point elle me fesait de l'effet et plus ma tête me disait de ne plus faire partie de sa vie. Mais , rendu à ce stade , je ne pouvais plus faire marche arrière. D'autant plus que mon amie me poussait pour l'inviter à sortir , erreur que je n'avais pas encore commise hélas. Un bon jour , je me lancai. Le courage coulait maladroitement dans la veine. Je ne savais pas si Candice m'apprécait à ce point mais je devais respecter ma parole. Je l'attendis alors à la sortie des classes et l'invitai à me rejoindre au grand chêne quelques minutes plus tard. J'y étais dailleurs déjà perché lorsqu'elle arriva enfin. Je lui souris sincèrement , appréciant qu'elle soit venue. Mes yeux pétillaient d'une lueur qui m'était inconnue. Je tendis alors la main et dit ;

    - Allez , grimpe. La vue est formidable d'ici.

    Elle ne se fit pas prier et agrippa solidement ma main.Je la tirai du mieux que je pus sur l'arbre . Quand j'y parvins , après de grands efforts , je m'aperçus de la proximité de nos deux corps. Elle était à peine à quelques centimètres et je pouvais sentir son doux parfum ennivrant lorsque le vent soufflait en ma direction. Il avait un odeur frais , un doux mélange vanillé , réellement irrésistible. Il me fut plutôt difficile de m'éloigner à une distance considérable lorsque l'on était agrippé à un arbre. Je décidai de m'installer sur une autre branche, son odeur m'était beaucoup trop exquise. Je perçus la déception dans ses yeux et me sentis étrangement , bizarre. Il n'y avait que moi pour parvenir à lire de tels signes dans le visage des gens. Dans le silence , nous contemplâmes la vue qui était , même si j'avais l'habitude de me percher ici sur cet arbre , magnifique et imprenable. Puis , je me décidai à me rassoir sur sa branche et j'abordai différents thèmes de discussion passant de la morosité de ma vie à ma famille. À ce sujet , elle me demanda si cela m'était difficile d'avoir comme Professeur ma mère. Je lui répondis avec un léger clin d'oeil qu'au début , je haissais cette situation mais que je me fus adapté avec le temps même si j'en avais encore honte aujourd'hui . Elle sourit alors et demanda quelque chose qui eut le don d'enlever toute ma bonne humeur.

    - Et ton père? Il fait quoi?

    Un peu embarassé de cette question , je détournai mon regard vers le lac. Parler de mon père , ce lâche qui avait abandonné ma mère quand il avait appris que j'allais naitre , ne m'étais pas facile. Dailleurs , j'évitais toujours d'en parler à ma meilleure amie qui ne savait rien de mon père biologique. L'innocence et la curiosité de Candice prirent le dessus sur la raison et je lui expliquai toute l'histoire de ma vie , y compris la partie où ma mère fut rejetée. Je lui expliquai également que je ne l'avais jamais connu et que je le haissais pour avoir fait preuve de paresse. J'avouai que cela me rendait triste , que c'était peut-être pour cela que je me fesais solitaire. Elle parut accablée de ce que je venais de dire , pas étonnant! Elle me confia qu'il valait mieux d'avoir un parent comme ma mère , gentille et dévouée plutôt que d'avoir des parents méchants et irritables qui ne pensent qu'au sang de leur fille et à rien d'autre. Je compris alors qu'elle fesait allusion à ses parents , son père ou sa mère ou même les deux... La tristesse de sa situation s'empara alors de moi et je saisissai sa main d'un geste spontané. Il m'était beaucoup plus facile qu'autrefois d'apprécier des moments comme ceux-là , beaucoup plus facile. À la fin de notre discussion , le soleil se coucha et apporta , dans son sommeil un tourbillon d'orangé et de rose qui rendait le ciel magnifique et mystérieux. Je me tournai alors vers mon amie , ma nouvelle amie et lui demandai , risquant un infarctus si cela survint , si elle désirait que l'on se revoit le lendemain soir. Elle sourit , étonnée que je prenne les devants. Elle lâcha un " bien sûr ". Mon coeur fit plus d'un bond , je ne m'attendais visiblement pas à ce qu'elle accepte. Pour éviter qu'elle ne voit mon visage s'empourprer , je descendis de l'arbre et une fois calmé , je tendis la main pour qu'elle puisse descendre en toute sûreté. Tout sourire , je la raccompagnai jusqu'à la tour des Gryffondor et lui indiquai notre lieu de rendez-vous du lendemain , fixé à 19h.

    - Rendez-vous au grand chêne alors , à demain?
    - À demain , Caden..

    Me lança-t-elle souriante. Je me retournai , tentant de cacher ma joie avec une grande grâce. Je marchai dans les couloirs du château avec des pensées heureuses pour une fois , en direction de ma salle commune. Je savais que mon amie m'y attendrait , impatiente de connaitre mes péripéties sentimentales. Et encore une fois , je n'eus pas tord. Assise bien au fond du seul canapé de la salle commune , elle lisait un livre. Quand elle perçut un bruit, elle releva légèrement la tête et en me voyant son sourire s'illumina et elle sauta sur ses pieds pour me rejoindre avec dynamisme. Bien sûr , elle me demanda ce qui s'était passé entre elle et moi et je lui répondis , avec un sourire charmeur , rien de plus qu'une belle discussion sur la famille et tout le tralala. Elle parut fort déçu de mes aveux . Toutefois , lorsque je daignai enfin à lui dire que j'étais parvenu à l'inviter à sortir elle lâcha un cri victorieux et fis une danse étrange qui me valut un fou rire qui n'en finissais plus. Elle n'arrêtait pas de crier < Je le savais ! Je le savais > . Mais qu'est-ce qu'elle savait , au juste? Je m'empressai de le lui demander , elle rétorqua , une fois calmée et ce en haussant les épaules, qu'elle voyait bien que Candice me trouvait fort attirant. Mon coeur fit un autre bond , je commençais à en avoir l'habitude après tout.. Cette nuit-là , je ne dormis pas aussi paisiblement que prévu. Pas parce que je cauchemardais sur divers aspects de ma vie , parce que je réfléchissais au lendemain , j'appréhendais le moment où ce serait son tour de me fuire , parce que j'étais un idiot fini. Vers les deux heures du matin , je sombrai dans un sommeil profond , trop fatigué pour garder encore les yeux ouverts.

    9h. Fort heureusement , je n'avais classe potion qu'à cette heure-là. Il me fallait un minimum de six heures pour me sentir en pleine forme. Mais bien souvent , je n'atteignais pas ce but fixé. Je souffrais d'insomnie depuis très longtemps. Dix-neuf heures me semblait encore très loin et je poussai un long soupir en regardant ma montre à toutes les cinq minutes. En classe de potion , nous devions concocter une potion de guérison. J'avais beaucoup de mal avec le professeur et avec cette matière , je tâchais toutefois de ne pas m'attirer d'heures de colle , parce que ce soir , j'étais pris et plus que tout au monde , je ne désirais point reporter ce rendez-vous. Ma meilleure amie , elle , s'est avérée comme un excellent coach me disant que faire et quoi dire , quoi ne pas dire , comment se comporter avec une fille. Même si je trouvai cela absurde qu'elle me coache , il s'avèra que je n'avais jamais fréquenté une fille auparavant . Ses conseils me furent bénifiques car je tentai de les mémoriser tout le long de la journée. Puis vint le cours de métamorphose à 15 heures tapant. C'était le dernier de la journée et je m'empêchai de penser au soir qui approchait à grands pas mais ce fut peine perdue , l'anxiété commençait à couler doucement dans mes veines , j'étais déstabilisé. Le cours me parut interminable . Perdue dans mes pensées que je tentais en vain de chasser , mon amie me parlait à voix passe. Je ne l'écoutai pas.La sonnerie m'extirpa de mes rêveries et je me glissai vers la porte à toute vitesse , oubliant mon amie. Je me dirigeai vers la salle commune et commençai à me préparer. Me vêtir ne me causera pas de problème , j'avais une panoplie de vêtements neufs dans mes tiroirs. Et je finis par trouver ce qui conviendrait pour ce pseudo rendez-vous.

    Une chemise blanche qui s'alliait magnifiquement avec mon teint blanchâtre ainsi qu'une paire de jeans , en denim , très foncée. Je me regardai ensuite dans une glace et tentai de coiffer mes cheveux rebelles. En vain , le mieux était de simplement les passer un peu dans l'eau et de les secouer. Les gels & autres machins ne suffisèrent pas à calmer leur rebellion. Je m'adressai un dernier et bref coup d'oeil dans la glace afin de redescendre quatre à quatre les escaliers , mon amie m'attendait en bas et je faillis la faire tomber parce que je ne l'avais pas vu qu'elle était planté là , au bas des escaliers. Elle s'émerveilla et me complimenta sur ma tenue , ainsi que ma coiffure. Surexcitée , elle était. Et moi , ma nervosité allait atteindre son comble. Je dis aurevoir à mon amie car il était presque 18h et elle me souhaita bonne chanc , je ne l'écoutai même pas. Direction les cuisines , avec un panier se transportant très bien. J'arrivai alors dans les cuisines et une petite elfe m'accueillie tout sourire.Je lui spécifiai que j'avais besoin de quelques provisions , et lui refilai quelques gallions en échange de ses services très appréciés. La petite elfe devait être ravie car je la vis s'agiter dans toute la cuisine à la recherche de ci et de ça. Quand elle eut enfin terminé , elle déposa toutes les provisions dans mon panier et il me parut beaucoup plus lourd que précédemment. 18h30 , devais-je me rendre au grand chêne tout de suite? Oui , valait mieux. Je me dirigea alors vers le parc un panier à la main , une couverture de l'autre. Je me demandais comment allait-elle réagir? Trouverait-elle cela exagéré ? J'arrêtai de me poser un million de questions puisque visiblement , cela nuisait à ma concentration. La preuve , je faillis foncer dans la porte du grand Hall en tant que grand abruti que j'étais! Quand je sentis l'air sur mes joues , je regardai au loin et aperçu le grand-chêne , mon arbre préféré. Avec des pas précipités , je l'atteignis le premier , Candice n'étant pas encore arrivé.

    Je voulais être là lorsqu'elle arriverait pour l'accueillir comme un gentleman se devait de l'accueillir. L'angoisse hantait mon esprit. J'eus tellement peur d'essuyer un refus et de passer pour un abruti. Il devait approcher certainement les dix-neuf heures quand je la vis s'approcher au loin. Ses longs cheveux blonds châtains vaguant dans le vent. Je me retins de garder la bouche ouverte tant j'étais estomaqué de la voir arriver. Dans mon esprit , de multitudes scénarios avaient fait leur apparition. Une , entre autres , incluait qu'elle ne se soit présentée à notre rendez-vous même si j'ignorais si elle percevait ça comme un rendez-vous .Je fus bien évidemment consoler de la voir là , marchant en ma direction. Et un sourire fusait de mes lèvres. Mon coeur enflammait ma poitrine. Je portai la main sur ce dernier , comme si j'aurais pu sentir la chaleur se dégageant de ce dernier. Candice était arrivée juste en bas de l'arbre et me salua maladroitement en me regardant perché dans le grand chêne. Je la dévorai des yeux , j'espérai qu'elle s'en rende pas compte. Je sautai sur mes pieds , vif et rapide et me retrouvai en face d'elle. En guise de salutation , j'osai glisser un baiser sur ses joues , je m'empourprai tout aussitôt. Un peu gêné de mes actions , je débutai le sujet en lui pointant le panier plein de provisions. Elle sourit , ravie. Elle m'expliqua qu'elle n'avait pas eu le temps de manger et j'en devinai la raison. Elle s'était maquillée légèrement et ses cheveux étaient lisses. Je fus surpris de ne pas m'en être rendu compte avant. Candice était encore plus belle de cette façon , et mon coeur battait encore plus à sa vue.. Pour éviter de la regarder plus longtemps , je m'occupai à installer le drap et les provisions. C'était une soirée fraîche , une belle obscurité liait le parc à nos deux âmes. Durant le repas , nous parlâmes de tout et de rien. Notre complexité était surprenante. Elle arrivait à me détendre , avec cette douce voix qui enjolivait mes pensées et son sourire décontracté et admirable. Je m'étais épris d'elle si rapidement , c'était totalement fou. Elle avait ce don de charmer au premier regard , je fus une victime potentielle. Pourtant , une petite voix en moi me disait qu'elle n'aurait pas accepté ce rendez-vous si elle ne me trouvait pas attirant , comme l'avait dit mon amie. Et c'est cette petite voix en moi qui me défiait de me rapprocher d'elle. BAM ! D'un rire euphorique elle me balanca un morceau de tarte en pleine figure. Surpris , je lui balancai ;

    - T'a intérêt de courrir vite ..


Dernière édition par Caden R. Mallory le Sam 17 Jan - 20:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 7:29

( S U I T E )

    Elle cria de plus belle s'enfuyant de ma personne , et moi avec une pointe de tarte à la main , prêt à lui en mettre plein les cheveux. Nous riâmes aux éclats plus rien , pas même notre château ne nous empêchait de nous amuser. Je la châtouillai , nous roulâmes dans l'herbe et pourtant nous n'étions plus gamin eet j'abandonna , par de fait même , ma tpointe de tarte , m'avouant vaincu , je préférais davantage courrir après elle plutôt que de trainer ce morceau collant dans mes mains. Ce soir-là , j'étais devenu un Caden qui sommeillait doucement en moi. Un jeune homme gentil , doux , espiège et aimable.Je m'étais épris d'elle , vraiment épris d'elle. Oui. J'étais amoureux de Candice. Elle ne m'était plus tout à fait inconnu désormais , j'avais appris à la connaitre au fil de nos nombreuses conversations , j'avais mémorisé ses nombreux sourires que j'aimais tant. J'avais enregistré sa voix dans ma tête , pour qu'elle puisse être ma douce berçeuse de la nuit. Je me plaisait souvent à l'observer , de loin , sans qu'elle ne le sache.Je ne savais pas qu'aimer pouvait être si apaisant et lourd à la fois. Lourd ,parce que mon coeur n'arrivait pas à supporter tout ce flots d'émotions en moi et apaisant parce que chaque fois que je posais mon regard sur son visage , je me sentais calme et j'oubliais mes sombres pensées.Tous les deux couchés dans l'herbe fraîche , nos respirations saccadées à l'unisson , nous nous reposions tout en admirant le beau ciel étoilé qui s'offrait à nous. Je pensai à tout ce qui me plaisait chez elle et la liste était atrocement longue.Puis après quelques minutes de contemplations silencieuses, je lui expliquai que j'avais un réel intérêt pour les astres , je les trouvais mystérieux et brillant. Elle m'écouta parler sans broncher , comme toujours . Quand j'eus fini , je me retournai vers elle. Notre proximité était évidente , mais cela ne me dérangeait plus. J'en avais assez de me battre contre mes pulsions. J'en avais assez de rejeter mes sentiments alors que tout ce que je voulais c'est être près d'elle.

    Je me contentai de plonger mon regard dans le sien et à cet instant , je m'y perdis. Elle se rapprocha de moi et glissa sa tête dans mon cou. Je me raidis , ne sachant pas que faire.. Mais je trouvai cela si agréable que Je me détendis ensuite et glissa maladroite mon bras autour de sa taille. Je me sentis fiévreux et idiot de me sentir ainsi en même temps. Mais je ne pouvais pas contrôler toute cette chaleur qui m'emparait lorsqu'elle était près de moi , je ne pouvais même pas affirmer que je puisse me contrôler tout court. Dans cette position , je ne pouvais pas la regarder. Ce qui était bénéfique , je ne sais pas ce que j'aurais fait si tel était le cas. D'un geste prudent , je caressai doucement ses cheveux. Quelques minutes plus tard , elle s'endormit. Les yeux bien ouverts , j'observai le ciel alors que celle que j'aimais dormait paisiblement contre mon torse. Cette image restera gravée dans ma mémoire à tout jamais. J'étais divinement bien et elle ne pouvait savoir à quel point. Sa respiration me calmait , elle était douce , reposée.Une heure plus tard , elle se réveilla , toute souriante en me remerciant de lui avoir fait office d'oreiller. J'éclatai d'un rire gêné et lui mentionna que j'étais là pour ça ce qui sonna faux , même pour moi. À genoux , elle observait la lune d'un air distrait. Puis , se retournant elle me dit presque dans un murmure ;

    - Tu as raison , les astres sont mystérieux... tout comme toi..
    - Moi , mystérieux?
    - Oui , je ne peux jamais deviner tes pensées , tu es impassible presque tout le temps.
    - Tu exagères!
    - Mais non !
    - Prenons un exemple , devine ce à quoi je pense en ce moment , Candice..

    Elle plonga son regard meurtrier dans mes iris curieuses pendant une bonne dizaine de secondes avant d'esquisser un sourire malicieux sur le coin de ses lèvres. Elle arrivait toujours à me déstabiliser , me faire perdre le nord , même en souriant tout simplement. Elle sembla avoir trouver la réponse à ma question mais elle ne parlait toujours pas. Je lui demandai alors si elle avait réussi , elle me montra son index en signe qu'il fallait patienter. Je me renfrognai et croisai les bras. Je lui rétorquai que lire les pensées des autres , à moi , ça ne me prenait pas des heures. Elle pouffa de rire et puis rosit. Je gardai ma moue boudeuse pendant quelques secondes jusqu'à ce qu'elle m'annonce qu'elle avait quelques théories , je ne savais pas si elles étaient complètement dingues ou non toutefois.. Elle finit par cracher le morceau avant même que je ne le lui demande, ce que je m'apprêtais à faire , bien évidemment! Toujours son éternel sourire collée sur ses lèvres , elle couinait presqu'en parlant. Je lui rendis son sourire , mais je ne désirais pas qu'elle mettre le doigt sur ce que je pensais vraiment. Discrètement , je me mordis les lèvres.

    - Tu penses à me faire payer cette tarte que je t'ai jeté à la figure!
    - Absurde..
    - Tu penses que tu ne devrais pas être ici avec moi!
    - Mmm..Non , c'est pas encore ça!
    - Tu me trouves un peu idiotte..
    - ENCORE MOINS!
    - Donne-moi un indice alors !
    - Et dire que tu voulais deviner mes pensées..
    - Roh , poussais-t-elle alors dans un soupir , je ne saurai jamais le fond de tes pensées, si c'est comme ça !
    - Si.. Il suffit juste de les lire dans mes yeux.

    Je me rapprochai d'elle à un tel point où elle recula de quelques pas , surprise visiblement. Devrais-je me lancer ou attendre qu'elle ne me lance un signe? ha et puis tant pis , j'en avais marre de jouer le distant , il était tant que j'écoute enfin mon coeur. Parce que Dieu sait à quel point il était rempli de bonnes intentions et de sentiments purs à son égard.Parce que Dieu sait que ces derniers temps , j'avais tout fait pour refuser de l'écouter , ayant trop peur de me blesser. Pourtant , j'aurais du savoir que Candice était aussi douce qu'une rose , qu'elle ne voudrait jamais me blesser. Avec le temps , je m'étais rendu compte à quel point il m'était difficile de la fuire à nouveau. Si je n'apercevais pas son visage une fois dans la journée , je paniquais systématiquement. J'avais dis une drogue , peut-être que mon cas était pire , peut-être était ce une folie profonde , une obsession dangereuse. Quoiqu'il en soit , en cette soirée fraîche , je ne pouvais plus lui résister. Tendrement , je pris son visage entre mes mains , un sourire sincère s'affichant sur mes lèvres d'un rose très très pâle.. Dans un murmure , je lui parlai. D'une voix rauque , je m'exprimai.. Mes mains tremblaient doucement , trahissant ma fausse assurance.

    - Je ne pense qu'à ça..Depuis des semaines , depuis des mois et en ce moment même je ne pense qu'à ça!
    - À quoi ? Me dit-elle alors , des éclais interrogatoires dans les yeux , elle eut le teint un peu blême parce que mon ton était très, hum , haletant.
    - À ça...

    Mon ton s'était perdu , j'étais à bout de souffle.Fermant les yeux pour mieux apprécier ce moment , hésitant une dernière fois avant de commettre une erreur , j'effleurai mes lèvres contre les siennes , doucement et tendrement , comme si elle était fait de crystal. Mes doigts parcouraient sa nuque et mes caresses , aussi délicates soient-elle rendit la respiration de la belle gryffondor haletante. Je n'avais jamais , jamais tenté cette expérience avec une demoiselle de ma vie. Je m'étais dis que j'allais bien évidemment perdre mon combat. Je n'étais pas doux d'ordinaire , ni tendre. Mais avec elle tout changeait.Celle-ci me procurait des sensations inexplicables. Je frissonnai , en proie à des palpitation cardiaques hautes en couleur , elle goûtait infiniment bon et mes lèvres ne purent se décoller des siennes . Elle était magnétique , irrésistible et je l'aimais. Si seulement elle savait tout ce que mon coeur éprouvait pour elle et si seulement je savais ce que le sien cachait. Quand je n'eus plus de souffle , je me décollai doucement d'elle , lui tournant le dos , baissant la tête , complètement honteux. Elle me défia , en se posant devant moi et en me remontant le menton. Depuis ce jour-là , Candice et moi nous nous voyions en cachette.C'était mon désir , mon désir de rester inconnu et discret. Si je m'affichais avec elle , finis la discrétion , je serais l'objet de rumeurs , de potins auxquels je ne voulus pas penser. Toutefois , je peux confirmer que des oeils bien observateurs s'étaient rendu compte de notre idylle. Était-ce parce que je la regardais toujours avec une grande fascination ? Ou bien parce qu'ils m'avaient vu frôler doucement sa main avant les classes , lui adressant des regards complices ? Mes peurs qu'elle ne tienne pas à moi autant que je tenais à elle s'estompait petit à petit. Chacune de nos rencontres étaient pour moi , les plus belles heures de ma vie. Elle était un baume pour mon coeur meutri et elle parvint presque à combler le vide qui le remplissait autrefois. Des questions me torturaient l'esprit toutefois.M'aimait-elle ou était ce qu'une petite aventure dans son parcours? J'essayais définitivement de chasser cette idée de mon esprit mais en tant qu'éternel pessimiste que j'étais , il m'en fut très difficile..Parce qu'après tout , j'avais beau être quelqu'un d'autre avec elle , quand je me retrouvais seul je redevenais le bon vieux Caden d'antan.Et ce Caden là ne m'étais pas avantageux.


    (c) Kadence
    C h a p t e r . T h r e e ; The END of the fairy tale.


    M a i n t e n a n t

    Une année entière a passé aussi vite que la lumière. Une année de pure bonheur , chose que je croyais profondément enfoui au creu de mon âme. Candice Ashford en était entièrement la cause. Au fil des mois , notre relation devenait de plus en plus profonde , mais je m'obstine toujours dailleurs à ne pas lui avouer que je l'aime profondément. Elle devait bien le sentir , quand je n'avais de yeux que pour elle. Ou bien quand je l'embrassais tendrement quitte à en perdre la tête. Je suis têtu , et le resterai toujours. J'attend tout simplement le bon moment pour le lui avouer , vous savez , le moment magique où tout indique à le faire. J'ai tellement peur qu'elle ne m'aime pas en retour que je préfère attendre , attendre qu'il soit opportun. Candice a enjolivé ma vie , m'apportant de la joie à son passage , j'ai bien vite compris à quel point je tenais à elle le soir où je l'ai embrassé et qu'elle ne m'avais pas repoussé. Je ne la lâche plus d'une semelle. Je sais que quelques mecs posent les yeux sur elle , et ça m'enrage. Pour le moment , je dis bien pour le moment , je me contente de leur lancer des regards noirs . Je me fesais un peu trop protecteur et jaloux avec elle , mais j'étais et je suis carrément incapable de me contrôler. Quant à ma mère , elle est toujours professeur de Sortilèges et la relation entre Candice et moi ne lui est pas du tout inconnue. Et nous avons sa bénédiction , elle adore Candice.Ces dernières sont si complices que je me demande si elle ne se connaissait pas déjà avant. La relation entre ma mère est toujours tumultueuse , mais nous arrivons tout de même à avoir des conversations normales , dénuées de longs silences étouffants comme autrefois. Disons qu'elle apprécie l'effet qu'a Candice sur mon caractère , je suis un peu moins solitaire désormais. J'ai maintenant quelqu'un qui passe avant ma propre personne , et je fais tout pour ne pas la blesser.Et mon amie dans tout ça? Et bien disons qu'elle sait tout sur Candice et moi , pourquoi le lui cacher? Elle était heureuse que je me sois enfin trouvé une compagne , même si je la délaissais beaucoup pour passer plus de temps avec l'irrésistible gryffondor. Elle acceptait tout mon amie , elle m'était vraiment fidèle , je l'adorerai toujours.Ma vie prenait un cours on ne peut plus normal , et cela me satisfaisait. Mais cela durera pour combien de temps encore? Est-ce que mon éternel pessimisme me ménera à ma perte ? Candice sera-t-elle capable de me supporter moi , l'éternel bougon? ET SI je retrouvais mon père cette année , pourrais-je avoir l'audace de le tuer? Tant de questions qui se retrouvent sans réponses.

    Et puis tant de choses particulières sont en moi, Suis-je aussi exceptionnel que ma mère le laisse prétendre? Dit-elle la vérité en toute sincérité? Et si je ne me trouverais pas à travers cette année? Et si je n'arriverais pas à m'identifier , à me donner un but dans la vie? Comment diable pourrais-je vivre avec ça sur la conscience? Candice , ma meilleure amie , ma mère.. toutes ces personnes méritaient que je sois meilleur , que je sois plus bon , que je sois meilleur joueur , meilleur ami , meilleur amant. Or , j'avais la certitude qu'en ignorant tout de mes origines , je n'y parviendrais même pas. À suivre..

    -Caden R.Mallory , le jeune homme tout à fait.. ordinaire


Dernière édition par Caden R. Mallory le Sam 17 Jan - 22:09, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 10:09

À SUPPRIMER


Dernière édition par Caden R. Mallory le Sam 17 Jan - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Stan Rocade
{ Admin - Pas fou, juste... Crétin.

avatar
Masculin
Messages : 1566
Age du joueur : 25
Localisation : Je suis Dieu. Où crois-tu que Dieu soit actuellement ?
Age du perso. : 18 ans
Date d'inscription : 16/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Contrôleur du Magicobus
Aspiration: Romance & Amours (priorité à la chasse)
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 20:56




Bienvenue à toi et bonne chance pour ta fiche qui s'annonce excellente ! Wink

Revenir en haut Aller en bas
http://eloge-folie.forumactif.ws/

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Sam 17 Jan - 22:11

Fiche terminée =D.
Razz
Revenir en haut Aller en bas

Stan Rocade
{ Admin - Pas fou, juste... Crétin.

avatar
Masculin
Messages : 1566
Age du joueur : 25
Localisation : Je suis Dieu. Où crois-tu que Dieu soit actuellement ?
Age du perso. : 18 ans
Date d'inscription : 16/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Contrôleur du Magicobus
Aspiration: Romance & Amours (priorité à la chasse)
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Dim 18 Jan - 0:14



J'ai commencé la lecture de ta fiche.
Je ne me fait pas trop d'illusions : je sens que je n'aurai pas grand choses à te reprocher. Dommage (ou pas...) ! Rolling Eyes

Dans tous les cas, je ne pourrai pas te valider ce soir car il me reste encore beaucoup à lire. Désolé, donc. flower

Revenir en haut Aller en bas
http://eloge-folie.forumactif.ws/

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Dim 18 Jan - 0:27

Ah mais ça me va!
Je tiens que cette fiche viens d'un forum qui est en train de mourrir ou du moins , presque. Elle a été écrite par moi , bien évidemment , il y a à peine une semaine. Mais au départ , le personnage s'apellait Clyde. Si jamais vous voyez ce prénom faite-moi signe que je le change xD

Et merci =)
Revenir en haut Aller en bas

Minerva McGonagall
Prof - Vieille Animagus pincé - Directrice des lions

avatar
Masculin
Messages : 1163
Age du joueur : 23
Date d'inscription : 24/11/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Enseigne à Poudlard
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Dim 18 Jan - 14:38

Bienvenue Caden,
Je n'ai pour le moment lu que les deux premiers messages ^^
Le début est vraiment génial et je pense que ton niveau rp est meme excellent. Je voulais juste signaler que je crois malheureusement qu'il soit impossible que ton perso soit demi-vampire. C'est à vérifier avec Hank ou Violet Wink
Revenir en haut Aller en bas

Regulus A. Black
Vampire - blood rules.

avatar
Féminin
Messages : 751
Age du joueur : 26
Localisation : En bord de mer.
Age du perso. : 32 ans.
Date d'inscription : 02/11/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année:
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Dim 18 Jan - 16:04

    Bonjouuuur. x) Et bienvenue sur Éloge affraid

    J'ai moi aussi commencé la lecture de sa fiche, et je dois dire que j'adore déjà. ^^ Je viens confirmer ce qu'a dit Minette, les Damphyrs (enfant d'un vampire & d'un mortel) ne sont pas autorisés en tant qu'élèves. Les vampires non plus d'ailleurs. x) Mais pour ne pas avoir à changer trop de choses, tu pourrais très bien dire que son père a été mordu après que Caden soit né (ou ait été conçu), et que c'est la raison pour laquelle il est parti. =) Enfin, à toi de voir. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://unfairy-tales.deviantart.com

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Dim 18 Jan - 16:26

Heyyyy merciii x).
Bon , alors j'ai effacé la partie où je parlais du don.
J'avais fait exprès de ne pas mentionner ça dans mon histoire.
Pour ne pas que j'aie à l'éditer!
Alors il ne reste plus qu'une lecture de la fiche =)
Revenir en haut Aller en bas

Regulus A. Black
Vampire - blood rules.

avatar
Féminin
Messages : 751
Age du joueur : 26
Localisation : En bord de mer.
Age du perso. : 32 ans.
Date d'inscription : 02/11/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année:
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Lun 19 Jan - 22:42

    Bon ! Désolée pour le retard, mais une fiche pareille... ça se déguste ! I love you

    J'ai adoré ma lecture, comme tu dois t'en douter, et j'aurais juste deux petites choses à faire remarquer, pour chipoter. xD
    D'une part, la composition de sa baguette : ventricule de cœur de dragon ET corne de licorne, c'est un peu trop pour une baguette. Un seul de ses composants suffit largement à donner des propriétés magiques puissantes à une baguette. Wink
    Et d'autre part, une petite incohérence que j'ai pu remarquer : vers la fin du 1er post du Chapitre I, tu dis que la mère de Caden lui révèle le nom de son père et lui en parle un peu, et un peu plus tard dans ton histoire, lors de sa deuxième année, tu racontes une discussion mère-fils où elle lui apprend de nouveau le nom de son père. x) Mais à la limite ça c'est pas trop grave, vu que ta fiche est plus que complète. ^^"

    Quant à la maison, je ne l'aurais pas vu ailleurs qu'à Serdaigle, donc pas de soucis. :)

    Wala. Cette petite correction apportée, tu seras validé !
Revenir en haut Aller en bas
http://unfairy-tales.deviantart.com

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Lun 19 Jan - 23:01

Les deux détails ont été rectifiés =D

Et je me permet de vous dire merci , d'avoir lu tout tout tout.. Parce que c'est pas tout le monde qui arriverait à le faire xD.
Revenir en haut Aller en bas

Regulus A. Black
Vampire - blood rules.

avatar
Féminin
Messages : 751
Age du joueur : 26
Localisation : En bord de mer.
Age du perso. : 32 ans.
Date d'inscription : 02/11/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année:
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Lun 19 Jan - 23:08

    Ça marche ^^ Validé avec grand plaisir, et envoyé chez les Piafs !

    Bon jeu sur Éloge I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://unfairy-tales.deviantart.com

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Lun 19 Jan - 23:11

Ouaiiis Razz Merci bien ^^ * file parcourir le forum =D *
Revenir en haut Aller en bas

Stan Rocade
{ Admin - Pas fou, juste... Crétin.

avatar
Masculin
Messages : 1566
Age du joueur : 25
Localisation : Je suis Dieu. Où crois-tu que Dieu soit actuellement ?
Age du perso. : 18 ans
Date d'inscription : 16/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Contrôleur du Magicobus
Aspiration: Romance & Amours (priorité à la chasse)
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Mar 20 Jan - 0:03



Roh !
Je passe trop tard ! Rolling Eyes

En tout cas, bravo pour cette très belle fiche : j'ai adoré la lire ! Wink

Revenir en haut Aller en bas
http://eloge-folie.forumactif.ws/

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   Mar 20 Jan - 5:03

Ça fait vraiment chaud au coeur. Pas grave Stanichou , tu te rattraperas bien =D Un jour ou l'autre!
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Caden R. Mallory » FINISHED   

Revenir en haut Aller en bas
 

Caden R. Mallory » FINISHED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Eloge de la folie :: WIT-SHARPENING POTION :: Registres :: Fiches validées :: Saison 1-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit