AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hank Stevenson_*Sweet Dreamer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Regulus A. Black
Vampire - blood rules.

avatar
Féminin
Messages : 751
Age du joueur : 26
Localisation : En bord de mer.
Age du perso. : 32 ans.
Date d'inscription : 02/11/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année:
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Hank Stevenson_*Sweet Dreamer.   Dim 2 Nov - 23:04

/// Mon personnage est : [Prédéfini] - [Inventé] ///


I. Identité

    Nom, Prénom(s) : Stevenson, Hank.
    Date de Naissance, Age : 23 ans en apparence, 420 en réalité.
    Lieu de Résidence : Londres, quartier de Whitechapel.



II. Informations complémentaires

    Composition de la Baguette : 26,8 centimètres, bois de saule, crin de licorne.
    Camp : Neutre.
    Métier : Traducteur littéraire.
    Type de créature : Vampire.
    Don particulier : /



III. HJ - Vous

    Age : 17 ans.
    Niveau en Rp : Plutôt bon.
    Présence /7 : 3/7
    Personne sur votre avatar: Jared Leto. *Proud Echelon*
    Code du Réglement : Ok, par Stan.
    Comment nous avez-vous connus ? Partenariat avec EHE What a Face (Ui, je vous suis où que vous alliez, mwahaha.)


IV. - RP De présentation


    Nuit d’encre. Épaisse, poisseuse, lourde de non-dits gardés enfouis depuis des siècles, chargée de secrets qui le resteront à jamais. Une rafale de vent poussa les sombres nuages accrochés à cette immensité noire qui le surplombait, et il sentit ses mèches brunes se soulever sous ce souffle indomptable. La lune, pleine et éclatante, apparut enfin dans le ciel en l’éclairant de ses rayons diaphanes, illuminant plus que le soleil ne le pouvait ses yeux d’un azur presque irréel. C’était ainsi qu’il se voyait, au fond. Irréel. En dépit de l’air qui s’infiltrait dans ses poumons à chacune de ses inspirations, en dépit de sa présence discrète, presque effacée, dans ce monde depuis plus de quatre cents ans, il n’était pas humain. Pas… réel. Sa jeunesse, il la garderait éternellement. Mais son âme, son esprit, sa conscience avaient subi les assauts constants de quatre siècles lourds en changements. Hank, puisque tel était son nom, se laissa tomber souplement sur un coussin de feuilles mortes, les mains posées en arrière de son corps pour se maintenir stable, et fixa son regard sur cet orbe marmoréen accroché aux étoiles. Plus que toutes les autres, les nuits de pleine lune réveillaient en lui des souvenirs d’une netteté presque lancinante. Incrustés sous ses paupières, il lui suffisait de fermer les yeux pour les revoir. Plus que cela, les revivre.

    Souvenirs en noir et blanc. Teintés d’un rouge carmin dont la couleur ne s’usait pas au fil des ans. La musique résonnait avec une justesse surprenante dans son crâne, le son des violons qui emplissaient une modeste salle de bal d’une mélodie lente et suave. Le bruit d’une foule qui s’amuse. Des rires, des sourires, des plaisanteries échangées entre cousins. Une modeste demeure bourgeoise à dix minutes de Londres, à cheval. Il s’était souvent demandé, depuis, ce qui avait mené cette créature à la fois fascinante et redoutable jusque dans la campagne anglaise. Elle, d’une beauté telle qu’il n’en avait jamais vue du haut de ses 23 ans. Son regard perçant, ses lèvres veloutées étirées en un sourire plus charmeur que charmant, et la robe pourpre qui l’habillait avaient capté l’attention de Hank à l’instant même où elle avait passé la porte. Lui le discret, lui le timide qui préférait écouter et observer plutôt que de prendre part aux festivités, en la voyant, n’avait ressentit que l’envie pressante d’aller lui adresser la parole. Oh, comme elle semblait raffinée ! Malgré son jeune âge, elle avait l’air d’avoir déjà vu tant de choses, tant de choses qu’il voulait l’écouter lui conter. Nul doute qu’en plus de sa beauté, elle devait posséder une éloquence sans pareille.

    Nouvelle rafale de vent et, derrière lui, le bruit des feuilles qu’on écrase.

    Elle avait posé les yeux sur lui, le faisant frissonner. Et elle l’avait fixé longuement avant d’esquisser un sourire qui, avec le recul, était celui d’un prédateur qui avait trouvé sa proie. A l’époque, il n’y avait vu que l’espoir de la voir lui adresser la parole. Pour sa part, jamais il n’aurait osé aller vers elle, bien que ce fût pourtant ce qu’il aurait du faire, en tant qu’homme adulte. Se lever, aller la saluer, lui faire la conversation. Mais il n’avait jamais été doué pour ce genre de choses. Les relations sociales… Ah, elles n’avaient jamais été son fort. Il s’était toujours suffit à lui-même, habitué à se promener longuement dans les bois, avec comme seule compagne cette imagination sans bornes qu’était la sienne. Se perdre dans des mondes dont lui seul avait la clé était ce qu’il avait toujours fait de mieux. Au grand dam de ses parents et de ses frères, qui auraient voulu le voir poser plus souvent les pieds sur terre.

    Elle s’était dirigée vers lui, féline. Envoûtante, dans cette manière qu’elle avait de ne pas le quitter des yeux, comme si elle sondait son âme sans qu’il ne pût en dissimuler la moindre parcelle. Il s’était levé à son approche, comme la plupart des autres hommes, et avait pris la main qu’elle lui tendait pour y déposer galamment ses lèvres tandis qu’elle se présentait. Liliane Levallois.

    « Madame… » avait-il répondu d’une voix douce, « c’est un plaisir de vous avoir parmi nous ce soir. »

    Un coup de coude discret dans le dos l’avait sorti de cette sorte de transe dans laquelle la présence de la jeune femme l’avait plongé. Et un sifflement sorti d’entre les dents d’un de ses frères.

    « Présente-toi, idiot ! »

    Oh, oui. Naturellement. Il en oubliait ses bonnes manières.

    « Hank Stevenson, pour vous servir, Madame. »

    Étonnamment, le reste de la soirée n’était qu’une succession de sons, des lumières et de teintes auxquels il ne parvenait ni à donner un sens, ni même un ordre. Flou. Comme une Pensine qui se serait troublée, remplie de souvenirs abîmés par une mémoire défaillante. Il était incapable de se rappeler cette soirée, du moment où il s’était donc présenté courtoisement jusqu’à l’instant où elle lui avait proposé de l’accompagner au dehors. Pour prendre l’air, avait-elle dit. Elle l’avait mené dans le jardin, et ils s’étaient installés sur un banc à l’abri des regards. Il l’écoutait parler avec un intérêt et une curiosité non feints, une lueur presque candide dans ses yeux clairs. Yeux qu’il était incapable de détacher d’elle, comme si elle eût exercé sur lui une attraction dont il ne pouvait se défaire. Sa bouche, surtout. Ses lèvres pulpeuses qui déversaient un flot de paroles qui semblaient avoir été pensées pour lui. Uniquement pour lui. C’était un sentiment d’une douceur qu’il n’avait jamais connue jusqu’ici. Elle avait semblé le comprendre.

    « Croyez-vous à la magie, Hank ? » avait-elle demandé d’une voix suave.
    « Nous sommes des sorciers, comment pourrait-il en être autrement ? »

    Un rire léger s’était échappé des lèvres de la jeune femme.

    « Jusqu’à quel point y croyez-vous, tel était le sens de ma question… »

    Sa voix n’était plus qu’un souffle chaud qui s’écrasait sur la peau du jeune homme, tandis qu’elle comblait la distance qui les séparait en se penchant lascivement vers lui.

    « Je crois… » Sa gorge s’était soudainement asséchée, et ses yeux restaient fixés sur le visage de Liliane, qui se rapprochait dangereusement du sien. « Je crois que la magie n’a comme limites que celles que l’esprit lui donne. »

    La réponse de Liliane, si réponse il y eût, il ne l’entendit pas. Le monde dans lequel il était sembla éclater en mille morceaux scintillants lorsqu’il avait senti les lèvres de la jeune femme se poser sur sa nuque, et sa langue courir sur sa peau pâle. Puis tout n’était devenu qu’obscurité où se mêlaient une douleur jusque là inconnue ainsi qu’un plaisir incommensurable, lorsque deux piqûres s’étaient faites sentir à l’unisson dans son cou. Deux crocs. Deux canines. C’était à la fois délicieux et intolérable, cette sensation de perdre quelque chose. De sentir quelque chose passer de lui, à elle. Vampire. Son sang quittant peu à peu son corps pour couler dans la gorge de la créature de la nuit. Des bruits incontrôlables s’étaient échappés d’entre ses lèvres. Des cris étouffés. De faibles protestations. Et, à sa plus grande horreur, un gémissement qui tenait davantage du plaisir que de la douleur. A travers ses paupières mi-closes, son regard s’était accroché à la voûte céleste où brillait ostensiblement une lune parfaitement ronde.

    La vivacité de ce souvenir était telle que Hank ferma un instant les yeux. Il n’eut pas le loisir de se replonger dans ces réminiscences. La suite, de toute manière, était évidente. Elle lui avait fait boire son sang et avait fait de lui un être immortel, un vampire obligé de se nourrir de sang pour ne pas mourir. Une voix s’éleva derrière lui.

    « Alors, H.S, encore en train de rêvasser ? »
    « Alexander… Combien de fois devrai-je te demander de ne pas m’appeler ainsi ? »

    Il ne put cependant réprimer un sourire amusé. Ce surnom lui allait à merveille, il le savait bien. Et il avait fini par s’y habituer, au fil des décennies.

    « Au moins une fois de plus, tu le sais bien. Prêt à aller chasser ? »

    Un soupir, et une autre voix s’éleva tandis qu’une troisième silhouette s’approchait.

    « Bah ! Laisse tomber, tu sais très bien que ce soir encore, il se contentera d’animaux. Monsieur Stevenson est trop charitable pour aller croquer des sorciers quand il peut se contenter de renards. »

    Hank se contenta de sourire. Il n’essayait même plus de débattre sur le sujet avec ses deux camarades, c’était peine perdue. Tuer était un acte qui le répugnait, encore aujourd’hui, et il ne s’y livrait que lorsque c’était nécessaire. Cela lui attirait pas mal de moqueries de la part de ses semblables, mais il s’y était habitué. D’un mouvement souple, il déplia sa fine silhouette, et les trois ombres s’enfoncèrent dans la nuit pour aller se rassasier. Comme tous les soirs.
Revenir en haut Aller en bas
http://unfairy-tales.deviantart.com

Stan Rocade
{ Admin - Pas fou, juste... Crétin.

avatar
Masculin
Messages : 1566
Age du joueur : 25
Localisation : Je suis Dieu. Où crois-tu que Dieu soit actuellement ?
Age du perso. : 18 ans
Date d'inscription : 16/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Contrôleur du Magicobus
Aspiration: Romance & Amours (priorité à la chasse)
MessageSujet: Re: Hank Stevenson_*Sweet Dreamer.   Dim 2 Nov - 23:34

Bienvenue !

Ta fiche est-elle finie ? I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://eloge-folie.forumactif.ws/

Regulus A. Black
Vampire - blood rules.

avatar
Féminin
Messages : 751
Age du joueur : 26
Localisation : En bord de mer.
Age du perso. : 32 ans.
Date d'inscription : 02/11/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année:
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Hank Stevenson_*Sweet Dreamer.   Dim 2 Nov - 23:35

Merci ! :)

Oui oui, elle est terminée. ^^ (Enfin, reste à voir si vous avez des choses à me faire rajouter !)
Revenir en haut Aller en bas
http://unfairy-tales.deviantart.com

Stan Rocade
{ Admin - Pas fou, juste... Crétin.

avatar
Masculin
Messages : 1566
Age du joueur : 25
Localisation : Je suis Dieu. Où crois-tu que Dieu soit actuellement ?
Age du perso. : 18 ans
Date d'inscription : 16/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Contrôleur du Magicobus
Aspiration: Romance & Amours (priorité à la chasse)
MessageSujet: Re: Hank Stevenson_*Sweet Dreamer.   Dim 2 Nov - 23:45

Je n'ai que deux mots à dire :

MAGNIFIQUE - VALIDE.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://eloge-folie.forumactif.ws/

Regulus A. Black
Vampire - blood rules.

avatar
Féminin
Messages : 751
Age du joueur : 26
Localisation : En bord de mer.
Age du perso. : 32 ans.
Date d'inscription : 02/11/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année:
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: Re: Hank Stevenson_*Sweet Dreamer.   Dim 2 Nov - 23:49

Hu. Merci ! Twisted Evil *rougit devant ces compliments xD*
Contente que ma fiche t'aie plu. ^.^
Revenir en haut Aller en bas
http://unfairy-tales.deviantart.com

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: Hank Stevenson_*Sweet Dreamer.   Lun 3 Nov - 18:01

Fiche déjà validée certes, mais il fallait que je le dise : je suis amoureuse <3
Plus sérieusement, j'ai adoré, c'était très plaisant à lire, et j'ai hâte de te lire d'avantage !
Bienvenue plus officiellement, bien qu'on est déjà passé ce cap par mp ^^'
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hank Stevenson_*Sweet Dreamer.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hank Stevenson_*Sweet Dreamer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Eloge de la folie :: WIT-SHARPENING POTION :: Registres :: Fiches validées :: Saison 1-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Harry Potter - Poudlard