AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BROOM; interchanching mind control, revolution is here.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Broom L. Harvekeys
7ème année - ASPIC in da place !

avatar
Masculin
Messages : 43
Age du joueur : 25
Date d'inscription : 21/12/2010
MessageSujet: BROOM; interchanching mind control, revolution is here.   Mar 21 Déc - 19:56

H A R V E K E Y S ; b r o o m . l y s a n d r e


muse ▬ uprising

    « they will not control us, we will be victorious. »


Dernière édition par Broom L. Harvekeys le Mar 21 Déc - 21:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Broom L. Harvekeys
7ème année - ASPIC in da place !

avatar
Masculin
Messages : 43
Age du joueur : 25
Date d'inscription : 21/12/2010
MessageSujet: Re: BROOM; interchanching mind control, revolution is here.   Mar 21 Déc - 19:56

Personnage prédéfini.


ONE; I D E N T I T Y

    Nom, prénom : HARVEKEYS est un nom de famille peu répandu, mais il ne changerait pour rien au monde. Il aime bien la sonorité dure de Harvekeys. Ses parents lui on attribués deux prénoms à sa naissance, tout les deux choisit par sa mère. Il s'agit de BROOM, qui fait penser au bruit des voitures, mais surtout aux balais. Depuis toujours il se demande si sa mère était dans un état normal lorsqu'elle lui a attribué son prénom. Son deuxième prénom est LYSANDRE et il sait très bien que ce n'est pas une référence au commandant militaire spartiate, mais bel et bien à la pièce de théâtre de Shakespeare. Ca ne sert à rien d'espérer en vain.
    Date de naissance/Âge : Il est né le 27 OCTOBRE, et est donc scorpion, un signe astrologique avec assez de tempérament. Il est âgé de 22 ANS, à lui la liberté et la maltraitance des autres haha.
    Origines : Ses parents lui ont dit qu'il était de SANG-MÊLE, ce qui pourrait expliqué le fait qu'il est le seul à avoir des pouvoirs dans sa famille.
    Lieu de résidence : Si d'abord il a vécu pendant quelques années en Australie, maintenant ses parents et lui ont emménagés à ÉDIMBOURG, en Ecosse.
    Statut : Voilà maintenant sept ans que Broom est ELEVE à Poudlard et déclaré comme tyran.
    Maison et année désirée / mêtier : Il est en SEPTIEME ANNEE, dans la maison au fier blason vert et argent: SERPENTARD.



Dernière édition par Broom L. Harvekeys le Mar 21 Déc - 21:57, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Broom L. Harvekeys
7ème année - ASPIC in da place !

avatar
Masculin
Messages : 43
Age du joueur : 25
Date d'inscription : 21/12/2010
MessageSujet: Re: BROOM; interchanching mind control, revolution is here.   Mar 21 Déc - 19:56

TWO; H I S T O R Y



CHAPTER ONE : all around me are familiar faces

    Je me souviens. Je me souviens de certaines choses, et même s’ils me disent que ce n’est pas possible ; je me souviens. Il y a ces rires tout autour de moi, ils sont joyeux et réconfortants et ce n’est pas l’ambiance qui règne maintenant au Manoir. Il y a quelque chose dans ces souvenirs qui me rendent nostalgiques, qui me font penser à un lointain souvenir. Je me souviens. On dormait empilés. Il y avait Père, Mère et… une autre personne. Une fille. Mais on me répète sans cesse que ce ne sont que des rêves. Que je suis dingue et que ce n’est pas possible. Mais moi je le sens, ça c’est passé. Et lorsque je le dis à Mère, elle me caresse simplement la joue et murmure des choses incompréhensibles. Comme : « Mon chéri, tu sais bien que ce n’est pas possible… Lorsque tu as eu neuf ans, tu es tombé dans le coma et… et tu ne te rappelles plus de ton enfance. » Alors je ne dis rien, parce qu’une maman, ça se croit. On a toujours confiance en une maman. Alors je souris et je retourne à mes jeux.

    Un coma, c’est ça ? Je ne me souviens de rien. Désespérément. En même temps, si ma mémoire a été effacée, je ne peux pas m’en souvenir c’est vrai. D’après Mère et Père, je me serais pris un cognard alors que je jouais dans la cour au Quidditch, à l’école des petits sorciers. Apparemment, on m’a laissé sans surveillance un moment et paf, c’est arrivé. Coma de six mois, et effacement total de ma mémoire. Tout ce que je sais de moi, ce sont mes parents qui me l’ont dit. J’étais déjà très casse-cou, je courrais partout pour rien au grand désarroi de la famille Harvekeys, et je m’amusais à martyriser les chats du voisin. Ce qui est plutôt étrange, parce qu’à présent, j’adore les chats et j’ai, au contraire, un peur bleue des oiseaux. Etrange, oui. Même si nous vivons en Australie, nous sommes Anglais, et nous sommes ici pour les affaires de mon Père. Si tout ce passe bien, nous devrions regagner les terres anglaises à mes quatorze ans.

    Mais rien n’y fait, j’y pense encore. Il y a cette petite fille, un sourire resplendissant sur ses lèvres et elle a l’air tellement contente. Il y a des vapeurs, de je ne sais quoi, et des odeurs qui me rappellent des choses tellement douces. Mais qui est-elle ? J’ai envie de la prendre dans mes bras et lui raconter des histoires merveilleuses. Elle a l’air pleine de vie, comme si jamais rien ne pouvait l’arrêter. J’ai envie de la connaître. J’ai envie de me souvenir. Non, je veux me rappeler. Je ne sais même pas comment elle s’appelle, d’où vient-elle… Rien. Foutu cognard.


CHAPTER TWO : you’d see that, we should never be afraid to die.

    « Je vais lui faire bouffer mon cognard à celui-là ! » Aussitôt dit, aussitôt fait, je descendais en piquet, tenant fermement ma batte, prêt à l’abattre sur la tête du Serpentard. « Enfoiré, viens ici avant que je te tue ! » Je me laissais tomber au sol, balançant mon balais au sol sans aucuns état d’âme et m’approchait de Flint. Celui-ci se tournait vers moi, un sourire goguenard aux lèvres. Il m’insupportait. Je n’avais qu’une seule envie : lui foutre mon poing dans sa face de rat. J’étais juste face à lui, nos visages se frôlant, emplis de haine tout les deux. « Eh bien, Harvekeys ça ne te plaît pas que je martyrise un peu ces premières années ? » Je ne jetais aucun regard aux premières années de je ne sais quelle maison, tremblant de peur face à leur stupidité de s’être aventuré sur le terrain de Quidditch, occupé par les Serpentards. En faite, je m’en fichais bien de ce qu’il pouvait leur arriver. C’est juste que l’attitude de Flint me dégoûte, me révolte au plus haut point, on dirait un gamin qui ne sait pas ce qui veut dans sa vie. Les autres membres de l’équipe nous regardent, effrayés et effarés. C’est la première fois qu’ils voient une dispute éclater entre Flint et moi, alors que nous sommes ce qu’on appelle des meilleurs amis. Enfin, nous étions. Je ne peux plus le suivre partout, je ne peux plus l’aider à détruire les autres maisons, en particulier les Gryffondor. Je ne peux plus. Et il ne comprend pas. Heureusement.

    « T’es qu’un pauvre conard, Flint. » Le Serpentard rit. Il rit jaune. Et j’ai envie de lui foutre mon poing dans sa gueule mais je me retiens. Il hausse un sourcil finalement et susurre : « Tu sais que tu t’adresses au Capitaine, Harvekeys, alors si tu veux pas dégager, va falloir que tu maîtrises ton langage. » C’était à mon tour de rire. Je ricanais avant de l’attraper par le col et de l’attirer brusquement à moi. Un seul coup de boule et il tombait parterre. Mais je savais que si l’idée lui traversait l’esprit à lui aussi, je finirais aussi allonger parterre. « Explique moi comment tu vas faire pour trouver un nouveau batteur aussi performant que moi à deux jours du prochain match, et tu me feras signe. » Alors Flint ne rit plus et cette fois il me fait lâcher prise, pour me repousser au loin, histoire de montrer que c’est encore lui qui domine dans l’affaire. Ses sourcils se froncent, et finalement il lâche d’un ton acerbe : « Mais qu’est ce qu’il t’arrive putain, t’as tellement changé qu’on dirait l’un de ces Gryffon. T’es devenu con ou quoi ? » C’était trop pour moi, je jetais ma batte au sol, près à lui sauter dessus, et je manquais d’assommer Bexborough au passage. Merde. « C’est à moi que tu demande ça ? Alors que t’as redoublé ta septième année. Eh, faut pas être con pour avoir ses ASPICS ! » Là, j’ai clairement abusé. Surtout que je suis pas sûr de les avoir mes ASPICS moi, la honte si je retape.

    Ca se passe très vite pour la suite. Flint se jette sur moi, m’assomme presque d’un coup de poing, alors que je réplique en tentant de lui casser le nez. Finalement je sens un truc chaud et liquide couler de ma lèvre. L’enflure, il m’a fendue la lèvre. Ca en faut assez pour me motiver et réussir à l’allonger pour me retrouver sur lui, lui donnant un coup de poing bien placé sur son nez. Un crac sonore retentit et du sang coule de son nez. J’ai gagné. Enfin, ça c’est vite dit, parce que Flint envoie valser son poing dans mon œil. Résultat ? J’aurais un œil au beurre noir. Et finalement, l’un des membres de l’équipe à la bonne idée de nous lancer un sortilège d’entrave et direction l’Infirmerie. Génial.


CHAPTER THREE : love is our resistance, and hold me, our lips must always be sealed.

    « On va les attaquer de front. » Assis à table, dans la Salle Commune des Serpentards, je fais semblant d’être plongé dans un livre sur le mucus de Veracrasse, alors que je laisse traîné une oreille discrète aux propos tenus par ces sixièmes années. Va falloir m’expliquer c’est quoi le délire d’attaquer sans cesse les autres, bordel, je suis pas un justicier non plus. Je relève un peu mon regard vers le groupe qui est milité par un blond dont l’animosité pour les Rouge et Or fait peur. « Les septièmes années sortent généralement du cours de potions du Professeur Rogue à cette heure là… Il n’y aura qu’à lâcher la caisse et ce sera bon. » La caisse ? Même pas le temps d’hésiter, à me demander d’où ça vient, que je repère Poline Paternost, la fille du grossiste de Bombabouses. Une attaque de front aux Bonbabouses… Ils sont sérieux là ? Mais quelle bande de débiles. Ca ne marchera jamais. Malheureusement, il y a un mot, petit et unique mot qui m’a quand même mit la puce à l’oreille. Septièmes années.

    Ils ont beau être complètement débiles, je ne peux pas laisser passer ça. Pour la simple et bonne raison que ce serait attaqué les personnes de mon année et… Elle. J’enfouis mon visage dans ma main tout en sachant pertinemment que je vais me retrouver dans de sales draps, comme d’habitude. Les sixièmes années, et la troisième année qu’est Poline, se lèvent et vont chercher la caisse qui contient les Bombabouses. Il la déplace avec précaution, car au moindre choque, tout risque d’exploser. Ah bah tiens. Voilà mon idée. Je me redresse alors rapidement et sors de la salle avant eux, empruntant ainsi un passage secret. Je viens à peine de sortir de l’Infirmerie –d’où le fait que je ne sois pas en cours de Potions- et me voilà déjà à cavaler après des jeunes pour empêcher une attaque. Où va le monde, bordel.

    « On peut les embusquer sinon. » Ah les voilà. Je reste cacher dans mon passage secret, sort ma baguette et attend de les voir passer près de moi. Je vise la caisse et… « Incendio. » La caisse prend alors feu, et les Bombabouses commencent à exploser. Je referme vite le passage avant d’être empester par l’odeur et me redresse pour partir. J’entends de là les cris de Poline, furieuse. « Qui est l’con qui à fait ça ! Bordel… Ca pue… » Haha, c’est vous les cons. Et je sors du passage secret qui me fait arriver au détour d’un couloir près de la Salle de Potions. L’odeur va sûrement pas tarder à arriver jusque là, et peut-être même sentir dans notre Salle Commune. Mais tant pis. Parce je La vois. Elle sort du cours de Potions et déjà son joli nez se fronce. « Putain, c’quoi cette odeur… Les Elfes de Maison on fait cramer la bouffe ou quoi ? » Je lève les yeux au ciel et attrape sa main dans la mienne, l’attirant dans mon passage. « Chut. » Alors elle me reconnait et ne dit rien, à la place un sourire dessine les lèvres de la Gryffonne. Ses mains enlacent mon cou, alors que ses lèvres capturent les miennes, et mon cœur aussi au passage. Je suis prisonnier de cette fille. Liam. J’en suis tombé dingue amoureux, et je me fiche bien de ce que les autres peuvent dire. Je ferais tout pour la protéger. Même si elle continue de détruire le Royaume des Serpents, je m’en fiche. Du moment que je peux l’avoir dans mes bras.


CHAPTER FOUR : it’s not confidential, i’ve got potential.

    Je ne devrais pas être là. Les mains enfoncées dans les poches de mon pantalon, je regarde longuement la Pensine dans le bureau de Père. Non, je ne dois pas faire ça. Mais l’envie est tellement forte. Je sais qu’il me cache tellement de choses, je le sens. Finalement, je jette un coup d’œil derrière moi pour voir si la porte est fermée, et m’approche de la Pensine. Ni une, ni deux, je me retrouve à plonger ma tête dedans, et je suis aspiré par l’eau. Lorsque je redresse ma tête, je suis toujours dans le même bureau, mais il a l’air encore plus sinistre que d’habitude. Un homme lance d’une voix puissante « Tu finiras à Serpentard, c’est indéniable. Et tu seras sûrement Mangemort. » L’espace d’un instant j’ai l’impression qu’il me parle à moi mais en me rapprochant je vois alors un garçon d’âgé à peine huit ans qui regarde son père avec intérêt. Je ne sais pas pourquoi mais tout me laisse à croire que le gosse là, c’est mon père. J’aurais jamais dû faire ça. « Si tu n’arrives pas à suivre les traces de ton père et de ton frère, c’est que tu es un réel imbécile. » « O… Oui, Père. » La scène change, encore. Cette fois je me retrouve assis à la table de la Salle à Manger, et mon père à grandit, il doit avoir dans les seize ans. Il tremble, et je me rends compte qu’il murmure quelque chose, alors je me rapproche pour mieux entendre. « La lettre… pitié… la lettre, qu’elle arrive. » J’enfonce mes mains dans mes poches. Je ne reconnais pas cette personne craintive. Et finalement son père entre dans la pièce. « Tu n’es qu’une misérable vermine. » Mon père tremble. « Ce n’est pas possible… Je refuse d’y croire ! » Des larmes coulent sur le visage de l’adolescent. « Père… Je suis déso… » « Ferme-là ! Tu n’es qu’un Cracmol, une honte pour la famille. » Putain, c’est quoi le délire.

    Et d’un coup tout change. On se retrouve dans une espèce de forêt, une famille au loin pique-nique. Quelque chose attire mon regard… Une petite fille qui court avec un sourire… que je connais. « Attention !! J’vais faire tomber les arbres Lyssou ! » Putain, c’est glauque. J’entend alors la voix de mon Père sur ma gauche et je me tourne un peu vers lui. « Regarde il est là… » « Qu’il est beau. » Mère. « Tu es sûr que c’est un sang-pur ? » « Certain… » J’observe la troisième personne avec eux et je me rends compte qu’il s’agit de mon oncle. C’est une réunion de famille ou bien ? Finalement les trois personnes se déplacent sans bruit jusqu’à un petit garçon qui regarde la fillette avec admiration. « Maybelline … Fais attention quand même. » Ils ont un sourire idiot, comme si c’était le plus beau jour de leurs vies et … ce garçon. Putain, c’est pas possible. C’est moi. « Vite, avant que ses parents ne voient. » Je me tourne rapidement vers mon oncle qui sort sa baguette et la pointe sur le garçon. Qu’est ce qu’il va faire ? Je tente de me mettre entre et crie « Non ! » Mais trop tard. « Stupéfix. » Le garçon tombe, et personne ne remarque. « Levicorpus. » Le corps arrive jusqu’à eux. Je vois Mère sourire, heureuse, et dans les yeux de mon Père brillent une excitation que je ne lui connaissais pas. Mon oncle pointe une dernière fois sa baguette sur le front du garçon. « Oubliette. » Je sens alors une main m’attraper par le col et me tirer hors du souvenir, hors de l’eau, hors de la Pensine. Et je tombe nez à nez avec mon Père. Ou je sais pas qui. « Enfoiré… » je murmure, trop choqué encore. Lorsqu’il me lâche, je suis chancelant. « C’était quoi … ça ? » « Qu’est ce que tu as vu ? » Je déglutis difficilement, mes yeux sont comme fixés sur un coin du bureau. Je n’arrive plus à bouger. J’ai envie de hurler, de frapper. « T’es un putain de Cracmol. » Je vois la colère dans les yeux de mon Père, honteux que ses secrets ont étés découverts. Il me donne un coup qui me fait légèrement trébuché. J’ai plus de forces. « Ferme la, Broom. » « Non… t’as voulu m’faire comme ton père voulais que tu sois … Putain… Serpentard, les Mangemorts, j’ai toujours été préconçue dans tes putains de plans… » Je le vois trembler. « Bravo, il t’as fallut vingt-deux ans pour t’en rendre compte. »

    J’ai envie de me laisser tomber là et de mourir, comme j’ai aussi l’envie de lui saute dessus et de le frapper jusqu’à ce qu’il crève. Le pire… Le pire, c’était cette forêt. Bordel. « C’était qui... la fillette ? » L’homme face à moi hausse ses épaules et finit par sourire… l’air mauvais. « Ta sœur. » Quoi ? Attend bordel, c’est quoi cette blague ? Je trouve la force de me redresser et de le regarder, je l’attrape par le col. Je commence à perdre le contrôle. « Qu’est ce que ça veux dire ?! » « T’es débile ou quoi ? » Je tremble, serre mes dents. Si j’ai compris. « Pourquoi ? … » « Il me fallait un sang-pur, certain de pouvoir faire ce que je n’ai pas pu. » Et directement je m’élance sur lui, commence à le frapper de mes poing. Je n’entends même pas le cri de la femme qui est censé être ma Mère. Bande de connards. Je suis aveuglé. Par mes larmes, par ma haine, par ma colère. Bordel, c’est quoi cette histoire… Mon monde s’écroule.


CHAPTER FIVE : i want to reconcile the violence in your heart.

    « Putain fais chier !! » Je jette un regard en coin à Rier et ne dit rien. Il est énervé, comme d’habitude. Enervé contre lui-même, comme si tout était tout le temps de sa faute. Je continue de le fixer, silencieusement, assis sur mon fauteuil. La Salle Commune est vide, alors il en profite. Il attrape des livres, des bibelots qu’il jette un peu partout. Je l’observe en silence, referme le livre d’Histoire de la Magie et le pose sur la table. « Connard ! » Je lève les yeux au ciel. Décidément. Je prends la parole alors, d’un ton calme et posé. « Rier, la chaise ne t’as rien fais. » « Ta gueule ! » Bon, ça c’est fait. Je me lève alors de ma chaise et m’approche de la cheminée. Je sais pas pourquoi j’ai choisis cet endroit, parce que s’il me choppe et me fou la tête dans le feu, je l’aurais bien cherché là. « Je t’ai rien fais non plus, en l’occurrence. » « Connard ! » A croire qu’il a que ces mots à la bouche. Mais moi ça m’amuse. D’ailleurs je souris, j’adore jouer. Et je sais comment faire avec Rier. Je le pousse, toujours. Jusqu’à ce qu’il craque. « Fais pas ta femmelette, Pitts. » « Mais putain qu’est ce qu’il t’arrive à toi. » Il me manque de peu. Je regarde le livre au sol et soupir de soulagement… Le livre de botanique, ça aurait fait mal.

    « T’es vraiment gay, ma parole. » C’était le mot de trop. Il m’attrape par le col avant même que j’ai le temps de dire quelque chose. Je vois son poing trembler, mais il ne me frappe pas. Il ne ferait jamais ça… Jusqu’à… « Vas-y, bordel, frappe moi Rier. » Je fais que ça. Je le cherche pour qu’il abatte son poing dans ma gueule, histoire qu’il se calme, et histoire qu’il me lave de mes pêchés. Ouais, au lieu de me pointer à l’Eglise et de me confesser, je laisse Rier me frapper dessus. Aussitôt dit, le Serpent me frappe. Partout, sauf au visage, il n’est pas dingue non plus… Enfin. Ca c’est ce que je pensais, jusqu’à ce que son poing s’abatte sur ma joue. « Putain ! » Cette fois je recule, et manque de me casser la gueule sur le fauteuil. Je reste assis, dans une position un peu idiote, Rier toujours au-dessus de moi, à me frapper. Je protège mon visage de mes bras, attendant. Je remarque une faiblesse dans ses gestes alors j’attrape ses poignets entre mes mains. « Bon. J’vois que t’es pas devenu un animal, parce que t’as quand même été surpris quand je me suis cassé la gueule. » Je sais qu’il est encore un peu énervé, mais j’y peux rien moi. Et puis j’ai pas envie d’arriver à l’infirmerie encore.

    Pour l’instant, j’ose pas encore relâcher ses poignets, alors je l’attire à moi. Doucement. Pour le caller contre mon torse. Je pose ma tête contre la sienne, gardant toujours ses poignets dans mes mains et j’attends un peu. Je le sens qui se calme, alors je libère ses mains, pour remarquer les traces de griffures que j’ai sur la main. « Mh… un vrai tigre. » Faut certainement le mettre en cage. Mais non, je ne peux pas. C’est Rier après tout. C’est le seul ami qui me reste. J’ai toujours entretenue une relation comme celle que j’avais avec Flint. Je peux donc dire que c’est mon meilleur ami. Mais lui c’est mieux, parce qu’il est gay, alors je peux l’embrasser et tout. C’est drôle. « T’es calmé là ? » « Ta gue… » « Oh ça va, oui ! » Il est incroyable ce gosse. Sans même réfléchir, je redresse doucement son visage et vient l’embrasser tendrement. Je sais que je suis dingue, parce que tellement il est sauvage il pourrait me bouffer. Mais j’ai pas peur, je suis plus fort que Chuck Norris, moi. Je romps doucement le baiser avant de le relâcher entièrement pour qu’il puisse se lever. « Enfoiré, on avait dit pas le visage. » « … Pardon. »


CHAPTER SIX : lost and insecure, you found me.

    « Du jus de citrouille, bordel… » Non, je ne suis pas du tout du matin, et ces imbéciles heureux qui trouve ça plus amusant de se jeter du pain dessus au lieu de me servir à boire… Putaaain. Faut tout faire soi-même. J’attrape alors la cruche et me sert, avant de boire à grandes gorgées histoire de me réveiller. Je commence à manger, parce que j’ai quand même faim… en même temps, j’ai toujours faim. C’est une fatalité. Je continue donc à manger, comme un ogre, et cherche quelqu’un du regard. N’importe qui, du moment que j’ai quelqu’un pour manger avec moi. En premier lieu : Rier. Que dalle, il s’est encore enfuit, je suis sûr, le vil. Je suis tellement désespéré que je demanderais même à Liam de s’assoir en face de moi, même si on nous prend pour des tarés… Je m’en fou. Pitié. Quelqu’un.

    « Broom-Broom ! » Ah oui. Tout mais pas elle. Non pitié, je retire ce que j’ai dis, je retire… Trop tard. Des mains viennent d’enlacer mon dos et je sens déjà l’odeur étrange mais familière de la jeune fille. Je lui jette un regard en coin légèrement, avant de continuer à manger comme si de rien n’était. Elle est tarée cette fille, à mon avis elle prend des trucs pas net quoi. « Mabelle. » C’est mon bonjour de Serpentard-qui-se-la-pète-à-mort. Mais ça lui fait même pas peur, pour tout vous dire ça la fait même pas flancher quoi. Balèze. « J’peux manger avec toi ? » J’peux même pas dire non qu’elle s’assoit déjà alors tant qu’à faire, je lui sers un verre de jus de citrouille. « Je t’en pries. » Et elle boit, assoiffée comme une enfant qui vient de courir partout.

    Je sais pas pourquoi ça me fait bizarre quand elle est là. C’est pas parce qu’elle est folle, sinon j’aimerais personne à Poudlard, moi le premier. J’ose même pas la regarder en faite. Et lorsque, par hasard, ma tête tourne un peu trop et que je croise ses yeux, et qu’elle se met à sourire, je repense à tout. Je repense à mon père, à ce qu’ils ont fait, à ma vraie famille et surtout à cette petite qui est censée être ma sœur. Parce que Mabelle, vous voyez, elle a le même sourire que cette gamine dans la forêt. Parce que quand elle est à côté de moi, son parfum m’est familier. Parce que même sa folie elle me paraît normal. J’ai toujours voulu lui poser une question, doucement sans que personne ne nous écoute, pour pas qu’on nous prenne pour des fous non plus… Lui demander quelque chose. Mais je n’ose pas. J’ai peur de savoir la vérité, en faite. « Broom-Broom, tu me passes un croissant ? » Et je lui donne. Parce qu’elle me charme. Dis, Mabelle, tu veux pas faire tomber les arbres avec moi ?



Dernière édition par Broom L. Harvekeys le Mer 22 Déc - 18:24, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas

Broom L. Harvekeys
7ème année - ASPIC in da place !

avatar
Masculin
Messages : 43
Age du joueur : 25
Date d'inscription : 21/12/2010
MessageSujet: Re: BROOM; interchanching mind control, revolution is here.   Mar 21 Déc - 19:57

THREE & FOUR; C H A R A C T E R & S C H O O L


    Qualités Principales : loyaux - imbécile heureux - sensible - ambitieux - passioné - rusé
    Défauts principaux : sociopathe - sarcastique - auto-destructeur - je-m'en-foutiste - joueur

    fan de musique • glandeur • peur des oiseaux • chante sous la douche • n’aime pas les dragées surprises de Bertie Crochue • dors tout nu • se plains souvent (notamment de l’humidité des cachots et de leur salle commune) • bagarreur • collectionne les boxers de super-héros • fume comme un pompier • aime les femmes, et les hommes • se dit plus adulte

    Peur : Depuis la dispute qui a éclaté entre Flint et lui, il a peur de perdre la seule personne qui compte pour lui: Rier. Et bien évidemment, il a peur pour Liam, tout le temps, pour la personne qu'il aime. C'est donc une peur pour les gens qui l'entoure, mais sa réelle peur, celle dont l'épouvantard prendrait la forme c'est... lui-même. Il a peur de lui-même. Il se sait dangereux, de part son auto-destruction, et sa tendance à tout envoyer en l'air lorsque ça le gave.
    Rêve : Le rêve de Broom est plutôt étrange, il est le seul en mesure de le savoir, même Rier n'est pas au courant. Il aimerait ce souvenir, savoir ce qu'il s'est passé durant son enfance.


    Enseignement de 3ème année :
      Divination & Soins Aux Créatures Magiques


    Notes au BUSE :

      [ / ] Arithmancie,
      [ P ] Astronomie,
      [ E ] Botanique,
      [ O ] Défense Contre les Forces du Mal,
      [ T ] Divination,
      [ / ] Etudes des Moldus,
      [ / ] Etudes des Runes,
      [ E ] Histoire de la Magie,
      [ O ] Métamorphose,
      [ O ] Potions,
      [ E ] Soins aux Créatures Magiques,
      [ A ] Sortilèges,
      [ O ] Vol sur Balai.
      T O T A L . D E . B U S E S : 8/10


    Enseignement de 6ème et 7ème année :
      Botanique, Defense Contre les Forces du Mal, Histoire de la Magie, Métamorphose, Potions, Soins aux Créatures Magiques, Sortilèges & Vol sur Balai.


    Notes au ASPIC : Com'on, c'est à la fin de l'année.


Dernière édition par Broom L. Harvekeys le Mer 22 Déc - 18:10, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

Broom L. Harvekeys
7ème année - ASPIC in da place !

avatar
Masculin
Messages : 43
Age du joueur : 25
Date d'inscription : 21/12/2010
MessageSujet: Re: BROOM; interchanching mind control, revolution is here.   Mar 21 Déc - 19:59

FIVE; B E H I N D . T H E . M I R R O R

    Prénom/pseudo : Batmaaan cat
    Âge : 18 years old.
    Niveau RP : Ca va, je pense x)
    Fréquence de connexion maximale : Ca dépend.
    Célébrité avatar : Josh Sexyiest Beech (L)
    As-tu lu le règlement ? {Hiro was here}

    Comment as-tu connu le forum ? C'est mon meilleur ami !
    Qu'en penses-tu ? Bah on se kiff pas mal, lui & moi Very Happy
    Ton élément préféré sur le forum :les prédefs affraid
    Dirais-tu que ta fiche est réussie ? Je ne dirais rien uu'
Revenir en haut Aller en bas

Broom L. Harvekeys
7ème année - ASPIC in da place !

avatar
Masculin
Messages : 43
Age du joueur : 25
Date d'inscription : 21/12/2010
MessageSujet: Re: BROOM; interchanching mind control, revolution is here.   Mer 22 Déc - 18:25

TADAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA cat
Super-Broom, pour vous servir ! Finitos (L)
Revenir en haut Aller en bas

Hiroki Lovelace
{ Admin - Infirmier roi des escargots sans sushis...

avatar
Féminin
Messages : 399
Age du joueur : 28
Localisation : Aux cuisines ... ou ailleurs
Age du perso. : 25
Date d'inscription : 02/11/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Infirmier
Aspiration: Créativité (priorité aux expériences)
MessageSujet: Re: BROOM; interchanching mind control, revolution is here.   Mer 22 Déc - 21:46

    Non sérieux c'est pas humain une fiche pareille, elle est carrément jouissive affraid
    J'aime le clin d'œil à Chuck Norris et le Broom-Broom.

    Je valide cette fiche avec plaisir et te resouhaite bienvenue.
    Pour le reste tu connais l'chemin Smile

__________________________________________________________


      本当は何一つ知らない君の事
      如何してこんあにも好きになっちゃったんだろう?

      僕は寒い夜に抱き寄せて上げる事も
      朝までずっと寄り添って上げる事も出来ないけど

      [Miyavi ~ Boku wa Shitteru]


      ©️avatar ;; loveless
      ©️gif ;; inconnu

Revenir en haut Aller en bas

Julian Halln
Vampire - il a croqué Stanouille et lui pique sa place !

avatar
Masculin
Messages : 391
Age du joueur : 25
Localisation : Clermont-Ferrand, wesh.
Age du perso. : 185 ans
Date d'inscription : 12/12/2010

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 6ème année
Aspiration: Créativité (priorité aux expériences)
MessageSujet: Re: BROOM; interchanching mind control, revolution is here.   Mer 22 Déc - 21:49

Tsseuh : tu m'as doublé ! Poops
Sinon, intégrer un club, ça te dit ? Very Happy

__________________________________________________________

Quand j'étais petit, j'étais un Jedi. Tellement nerveux que lorsqu'il pleuvait, souvent je m'électrocutais. Et j'ai rencontré une fille en forme de fée. Tellement nerveuse que lorsqu'elle griffait, mon dos, ma peau se transformaient en pyrogravure.
Revenir en haut Aller en bas
http://eloge-folie.forumactif.ws/

Broom L. Harvekeys
7ème année - ASPIC in da place !

avatar
Masculin
Messages : 43
Age du joueur : 25
Date d'inscription : 21/12/2010
MessageSujet: Re: BROOM; interchanching mind control, revolution is here.   Mer 22 Déc - 21:52

Genre affraid
merci beaucoup (L)

Julian: t'as vu mon mp dit ? Red
Ca dépend des club qu'il y a XD
Revenir en haut Aller en bas

Julian Halln
Vampire - il a croqué Stanouille et lui pique sa place !

avatar
Masculin
Messages : 391
Age du joueur : 25
Localisation : Clermont-Ferrand, wesh.
Age du perso. : 185 ans
Date d'inscription : 12/12/2010

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 6ème année
Aspiration: Créativité (priorité aux expériences)
MessageSujet: Re: BROOM; interchanching mind control, revolution is here.   Mer 22 Déc - 22:00

Va voir ce putain de sujet qui référence les clubs, merde ! Mad 3
MP ? Où ça ?

__________________________________________________________

Quand j'étais petit, j'étais un Jedi. Tellement nerveux que lorsqu'il pleuvait, souvent je m'électrocutais. Et j'ai rencontré une fille en forme de fée. Tellement nerveuse que lorsqu'elle griffait, mon dos, ma peau se transformaient en pyrogravure.
Revenir en haut Aller en bas
http://eloge-folie.forumactif.ws/

Broom L. Harvekeys
7ème année - ASPIC in da place !

avatar
Masculin
Messages : 43
Age du joueur : 25
Date d'inscription : 21/12/2010
MessageSujet: Re: BROOM; interchanching mind control, revolution is here.   Mer 22 Déc - 22:02

JE VAIS VOIR SI JE VEUX /SHBAF/
hmmm dans ta boîte de messagerie peut être ? dans tes mp èé va voir. c'trop cool.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: BROOM; interchanching mind control, revolution is here.   

Revenir en haut Aller en bas
 

BROOM; interchanching mind control, revolution is here.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Eloge de la folie :: WIT-SHARPENING POTION :: Registres :: Fiches validées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit