AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 { Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Erasme
{ PNJ - Master of puppets. Beware of him.

avatar
Masculin
Messages : 210
Age du joueur : 96
Date d'inscription : 01/02/2009
MessageSujet: { Contexte    Mer 1 Déc - 15:52


    { Contexte.

      Année 1993.

      « La réunion avait été décidée en urgence, hâtivement. La royauté vampirique s’inquiétait, alors naturellement on devait disposer. La vanité de ces gens-là n’avait aucun égal. Assis sur leurs petits trônes d’ivoire, le cul irrité par leurs parures dignes des momies des tombeaux égyptiens, ils nous regardaient avec leurs petits yeux perçants. Genre : « je suis capable de lire dans tes pensées. Nananère ». C’était puéril. Ils avaient mis en place une espèce d’étiquette, comme s’ils étaient des monarques tout puissants. Or, je suis sûr que si l’on se réunissait tous, nous les vaincrions. Mais nos souverains étaient agacés, donc les sujets n’en étaient que plus tendus. Beaucoup d’ailleurs avaient désertés la réunion qu’on leur avait imposée. Il faut dire qu’elles sont si rares… En décider une si hâtivement n’était forcément pas bon signe.

      Ainsi donc, les rares subordonnés qui y étaient n’osaient dire mot. Mais il était inutile de parler pour que nous lisions mutuellement la crainte de nos pairs. Nous attendions là, dans le vestibule. Puis un pauvre sorcier dégarni vint nous ouvrir. Il nous indiqua le chemin, comme si c’était nécessaire. Ce pauvre homme stupide devait ne pas s’apercevoir que nous n’étions pas comme lui. Ça ne me dérangeait pas, en fait. J’ai toujours trouvé judicieux de garder notre véritable identité secrète. Et on n’allait pas déroger à la règle. Même entre nous, nous cachions qui on était, ce que l’on faisait et surtout ce que l’on pensait. Et cette réunion allait être dure, car nous allions devoir lutter mentalement contre la fatigue, la crainte et s’employer à remplir nos devoirs. D’abord, il ne fallait jamais quitter des yeux le visage de l’orateur, histoire de laisser penser qu’on s’intéressait à ce qu’il disait. Ensuite, il ne fallait pas montrer de faiblesse physique et mentale, auquel cas on passerait pour le maillon faible de la chaîne vampirique. Et tout le monde se souvient d’Albert… Enfin, ne jamais ouvrir la bouche. Écouter, simplement. Telle était l’étiquette ridicule que nous avait imposée la famille royale. Je pense que bientôt ils nous dicteront même comment déféquer…

      Finalement, nous trahîmes tous l’étiquette. Car l’on eu tous un air stupéfait lorsque la famille royale se prononça en faveur de l’accouplement avec les sorciers humains. Avant, copuler avec autre chose qu’un vampire nous valait la peine capitale ! Mais je pense qu’ils se sont rendu compte que cette règle nous faisait courir à notre perte. Il en allait de la survie du clan vampirique britannique…


      […]

      A partir de ce jour donc, les traques pour se nourrir laissèrent place à la traque de l’amant parfait. De l’humain le plus fécond. Les pièges sanglants furent délaissés au profit des jeux de séduction. Mes pairs les vampires se révélèrent vite brillants à ce jeu, d’autant plus qu’ils y prenaient du plaisir. Moi, je me suis vite lassé des humains. Ils n’étaient pas assez endurants. Alors je m’amusais des frasques de mes amis. J’écoutais et observais. Je voyais leur instinct de chasseur muter en un instinct de séducteur. Quant aux humains, ils se targuaient d’avoir attrapé de si belles proies. Ils criaient victoire alors qu’ils étaient les pions de l’échiquier de la famille royale et des vampires au complet. Ou quand la victime est heureuse d’avoir été attrapée… Mais Ann-Lys De La Fontaine, reine des vampires, voulait asseoir son contrôle sur ses nouveaux usages. Aussi décida-t-elle que tous les naissants vampires devraient lui être présentés. S'ils étaient assez forts, ils vivraient, sinon elle les tuerait de ses propres mains. Un rapt d'enfants parcourus donc le pays, provoquant par la même occasion la terreur des mères qui n'y comprenaient rien. Car il faut avouer que tous ignoraient l'existence des vampires, alors comment auraient-ils pu soupçonner que seuls les nés vampires étaient enlevés ?

      Le pays fût parcouru d'une vague de terreur. Les parents hésitaient à laisser partir leurs enfants et le Ministère ne comprenaient rien à rien. A côté de cela, les Mangemorts en profitaient pour réactiver leurs anciennes coutumes...

      Aujourd’hui, mon monde répond donc à de nouveaux mécanismes. La séduction et la manipulation sont les maîtres-mots. Mais à ce petit jeu, qui peut se vanter d’avoir le dernier mot ? Moi, mes pairs ou les sorciers ? Difficile à dire, d’autant plus que plus rien n’a de limite aujourd’hui. De Poudlard à la plus infime bourgade en passant par le Ministère : tout est sous l’emprise de nos jeux séducteurs. Qui sait où cela nous mènera…
      »

    Extrait du journal intime de Erasme.
    Pour toutes questions : ici

    indications :
    - on rentre à poudlard à seize ans -
    - on ne joue pas les moldus -
    - harry potter est en troisième année, on ne ne suit pas l'histoire -
    - les évènements des années un et deux sont conservés -

    - pour les détails : ici -



Dernière édition par Erasme le Mar 7 Déc - 14:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Erasme
{ PNJ - Master of puppets. Beware of him.

avatar
Masculin
Messages : 210
Age du joueur : 96
Date d'inscription : 01/02/2009
MessageSujet: Re: { Contexte    Mer 1 Déc - 17:47


    Rappel ◊ complément d'intrigue n°1 :

      Citation :

      Moldus ou sorciers : connaissez-vous Charles VI, roi de France ? Pensez-vous réellement connaître son histoire ? Détrompez-vous ! Car tout ce que l’on vous a raconté à son sujet est faux... ou presque. S’il est bien né humain, fils de Charles V et Jeanne de Bourbon, il n’en est pas resté ainsi toute sa vie.

      Souvenez-vous de cette tragédie du 5 août 1392, dans la forêt du Mans, tragédie qui lui donnera le surnom de Charles le Fou. On dit, que prit d’un accès de folie, il tua quatre de ses hommes à coup de hache, hurlant à la trahison, avant de revenir lucide, quelques heures après, demandant le pardon avant de reprendre sa route. De la folie dit-on ? Non. Laissez-moi vous raconter les quelques détails que les humains n’ont pu retranscrire...

        Lorsque Charles VI, résolu de porter la guerre en Bretagne, fixant le rendez-vous de l'armée royale au Mans, il fit une sombre rencontre lors de son parcours. Traversant une forêt dense et obscure, il fut victime de ce qu’il croyait être une bête. Mais la bête avait l’aspect d’un homme sauvage. Et affamée de sang et de violence, elle sauta au cou du Roi, et le mordit, tel un chien enragé. Il semblait vouloir sa mort. Mais alors qu’il fut projeté au sol, tel un morceau de viande dont on ne voudrait plus, il réalisa qu’il était encore en vie, et que cet être ténébreux avait déjà disparu. Le pauvre Charles VI ne su pas encore qu’il était devenu le Calice de ce vampire, et que dans quelques minutes, il entrerait dans une rage incontrôlée, qui le mènera à tuer quatre de ses hommes...

        Mais le roi eu de nombreuses crises de folies, durant des semaines et des années... Elles étaient le résultat d’un manque, le manque qu’il ressentait lorsque l'espacement entre deux morsures était trop long, entraînant des crises de dépendance où les deux êtres souffraient profondément. Car oui, le vampire alla de nouveau à la rencontre du Roi. Une nuit, pour s’abreuver à la source, et scellant à jamais leur dépendance mutuelle...

        Alors que la situation politique et économique de la France était de plus en plus difficile, au centre même de Paris, la capitale du royaume de France, les nobles parisiens vivaient dans l’excès, ne s’occupant que de fêtes et de plaisirs, de jeu et de débauche. Le peuple, lui, était assiégé par la famine et par la maladie. Parmi ces derniers, quelques rebelles se voulaient justicier, pour voler aux riches, usant de violence et s’attaquant aux diligences sur les routes isolées ou pénétrant dans des maisons de campagnes pour s’emparer de quelques richesses. C’est ainsi qu’eu lieu une sinistre histoire, au sein d’une maison dont la propriété était entourée de grands arbres et dont la notoriété n’était pas uniquement due à la richesse de ses propriétaires...

        En effet, Ann-Lys & Pierre-Alexandre De La Fontaine étaient deux princes fortunés de France dont les exactes origines de leur ascendance n’était pas connue. Leur goût pour l’excentricité dans leurs jeux et autres plaisirs leur avait donné l’image d’un couple insolite, accentué par les rumeurs tournant autour de leur maison. Elle aurait été construite sur un ancien cimetière, et aurait été depuis hantée. Je vous confirme aujourd’hui, que ces rumeurs étaient des faits bien réels qui contribua à la suite de notre histoire... Alors que des rebelles avaient prit pour cible leur maison, ils se mirent à attaquer le jeune couple en pleine nuit, les tuant sauvagement avant de s’enfuir. Agonisants, un esprit prit possession de leurs deux corps morts et de leur sang, les transformant à jamais. Ils demeurent ainsi en vie, éternellement, à la condition d’absorber du sang frais régulièrement. C’est ainsi que Ann-Lys & Pierre-Alexandre, devinrent les vampires originels, le roi et la reine de tous les vampires. Car ils eurent la possibilité d'engendrer d'autres vampires en vidant des mortels presque totalement de leur sang, puis en leur faisant absorber leur propre sang possédé par l'esprit. Ce fut le début d'une lignée nouvelle, une lignée qu'ils gouverneraient...



Dernière édition par Erasme le Mer 1 Déc - 18:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Erasme
{ PNJ - Master of puppets. Beware of him.

avatar
Masculin
Messages : 210
Age du joueur : 96
Date d'inscription : 01/02/2009
MessageSujet: Re: { Contexte    Mer 1 Déc - 17:49


    Rappel ◊ complément d'intrigue n°2 :

      Citation :
      ~ De la relation vampires/sorciers ~

      Les vampires ont élu domicile à Londres. Les sorciers et Moldus qui prétendent en avoir vu sont toutefois considérés comme fous. En effet, les vampires n'ont été que légende pendant ces derniers siècles. Et même si le Monde Magique regorge de créatures, les vampires n'existent pas pour les sorciers. Ils ne sont que fabulations d'auteurs. Pourtant, quelques anciens gardent encore en tête les histoires du passée, histoires qui pourraient rétablir la vérité sur l’existence des vampires. Ces histoires restent pourtant majoritairement oubliées, mise de côté même. Cette histoire, mes chers lecteurs, ne pourrait être contée que par l’un de vos arrières grands parents, voire vos propre grands parents...

      Mais pour vous simplifier la tâche, je vais vous conter une petite partie de ces légendes...
      Il y aurait fort longtemps, en des temps révolus, les vampires et les sorciers se côtoyaient et se respectaient. Certains vampires étaient encore jeunes, aussi ne pouvant affronter les sorciers, ils préféraient se résigner à les laisser en paix et à s’en prendre aux Moldus. Quoi qu’il en soit, les deux camps se côtoyaient, s’amusaient ensemble, partageaient les mêmes écoles et les mêmes villes, il leur arrivait même de s’entraider lorsqu’il le fallait. Pourtant un évènement vint séparer les deux camps à jamais. Car s’ils étaient aussi proches, les deux races avaient toutefois pour habitude de ne jamais s’unir pour procréer ensemble.

      Et pourtant, un couple formé d’un vampire et d’une charmante sorcière, était tombé en amour et tentait de faire changer les choses, de faire accepter les couples ‘mixtes’. Dans un premier temps, on laissa courir. Mais les temps d'après furent rudes et l'on regretta d'avoir accepté cette mixité. Car le vampire était encore trop jeune. Il n’avait que deux ans de vie vampirique et possédait donc encore quelques bribes de sa vie humaine. Contrôler sa "bête’", sa rage intérieure, sa soif de sang et de violence relevait de l’impossible.

      Et c’est le jour de l’accouchement que cela se confirma. Tenant la main de son épouse pour l’aider à accoucher, comme un humain l’aurait fait, notre cher vampire ne put s’empêcher de tourner la tête, comme attiré par le sang. Il se tenait désormais devant le bébé qui sortait, aidé par les mains d’une sage-femme. Et soudainement, il devint incontrôlable. Il se passa d’affreuses choses. Choses qui unirent les sorciers face à une réalité : côtoyer les vampires était désormais impensable.

      Les deux camps conclurent alors un pacte, chacun devait vivre de son côté, ne se mêlant plus de la vie de l’autre. Le destin du jeune vampire prit fin avec cette histoire. Les sorciers après avoir tentés une multitudes de sorts interdits à son encontre, sont arrivés à le tuer d’une manière bien simple et humaine : en lui coupant la tête.Mais bien des vampires n’étaient pas d’accord avec cette "punition". Ils se sentaient comme rabaissés face aux sorciers, mais se résignèrent à suive leur chef et à s’isoler, gardant dans le coeur des rancunes...

      Cette histoire est devenue trop vieille pour les sorciers. Peu d’entre eux l’ont en mémoire. Mais pour les vampires, elle est encore fraîche et gravée dans leur esprit...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: { Contexte    

Revenir en haut Aller en bas
 

{ Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Eloge de la folie :: WIT-SHARPENING POTION :: Le Commencement-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit