AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « your voice was all I heard » - Drew Prince Blackwell [Done]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: « your voice was all I heard » - Drew Prince Blackwell [Done]   Sam 8 Aoû - 0:13



/// Mon personnage est : [Prédéfini] - [Inventé] ///


I. Identité

    Nom, Prénom(s) : Drew Prince Blackwell. Prince et Blackwell ; deux noms élégants qui rappellent la noblesse à plus d’un. Bien qu’ils conviendraient parfaitement à des gens prestigieux et haut placés dans la société, les Prince et les Blackwell sont des familles de sorciers tout à fait ordinaires dont on ignore généralement le nom, à moins d’en connaître un membre personnellement. Quant à Drew, l’histoire est simple. Étant donné que Eric et June voulaient à tout prix que leur enfant portent leurs deux noms, ils ont insisté pour choisir un prénom court, histoire de ne pas faire trop long à écrire.
    Date de Naissance, Age : Drew est né au cours de la journée du 24 Novembre 1978 et a donc 16 ans.
    Lieu de Résidence : Depuis son enfance, le sorcier habite un cartier moldu qui se situe en banlieue de Londres. Issu de deux parents sorciers, sans être un sang-pur, il a toujours su qu'il en était un.


IV. Informations complémentaires

    Composition de la Baguette : Ventricule de Dragon, Bois d'if, 26,3 cm.
    Camps : À vrai dire, il s’en fiche royalement.
    Maison désirée (si entrant en 1ère année) : Je vous laisse choisir ce qui lui conviendrait le mieux. :)
    Don particulier : Rien de particulier, à part peut-être ses sautes d’humeur ? (Je précise, Drew n’est pas bipolaire. Simplement … spécial ?)



V. HJ - Vous

    Age : 16 ans aussi.
    Niveau en Rp : Aucune idée, mais je crois qu’il est suffisant pour le forum. Remarque, ça fait un an que je m’y suis pas exercée. xD
    Présence /7 : Très présente, jusqu’à ce qu’à septembre. Je serai quand même active ensuite, mais un peu moins. Faudra trouver du temps entre le travail et l’école. D:
    Personne sur votre avatar : Hmm, je vais devoir retrouver son nom, c’était un ami qui me l’avait fait sur un autre forum.
    Code du Règlement : {True Blood}
    Comment nous avez-vous connus ? Un partenariat qui est en hiatus.



Rp de Présentation



SO GIVE ME REASON TO PROVE THIS WRONG,
TO WASH THIS MEMORY CLEAN.
LET THE FLOODS CROSS THE DISTANCE IN YOUR EYES. »

Physique }

Il devait être aux alentours de minuit, à en juger par la lune qui se dressait fièrement à son plus haut point dans le ciel. Elle éclairait le paysage de ses rayons argentés, presque transparents, ce qui lui donnait une allure étrange, fantômatique. Mais c'était une belle nuit, cela allait sans dire. Les étoiles s'étaient parées de leurs accoutrements les plus brillants, resplendissant avec beauté au milieu du voile noir que constituait le ciel. Il ne faisait ni trop chaud, ni trop froid. Vous savez, le genre de température agréable avec une légère brise de vent tiède qui vous caresse la figure et qui vous donne envie de rester dehors éternellement. Pourtant, à l'instant même, un seul des nombreux bancs en chêne que contenait le parc verdoyant de Poudlard était occupé. En effet, la silhouette des deux jeunes gens assis sur ce banc se découpaient dans la pénombre, au milieu de la nuit. Un couple, peut-être ? Qui sait. Bref, il y avait cette fille, probablement une adolescente âgée d'une quinzaine d'années. À première vue, elle possèdait une peau lisse et légèrement basanée sur laquelle se dessinait un visage joli, mais tout s'arrêtait là. Elle n'avait rien de vraiment exceptionnel, rien qui savait réellement attirer l'attention d'autrui, que ce soit ses yeux en forme d'amande à l'iris paire ou bien son nez de taille et d'aspect moyens. Même ses lèvres, sur laquelle elle avait appliqué un « gloss » qui les faisait briller et paraître plus pulpeuse, n'arrivait pas à faire arrêter les regards sur elle. Elle était de grandeur tout à fait moyenne, et les courbes de son corps lui donnaient des formes bien proportionnées à sa minceur. Elle possèdait également des cheveux châtains, luisants et en santé, qui lui tombaient en cascade au milieu de son dos. Mais comme je l'ai précisé il y a peu de temps, elle était simple et belle. Rien de plus, et encore moins rien à avoir avec celles qui en font baver plus d'un. Ses mains étaient déposées sur ses minces cuisses recouvertes d'une mini-jupe, serrant de temps à autre le tissus dans lequel celle-ci était faite. Elle mordait délicatement sa lèvre inférieure et son regard se posait sans cesse sur la personne assise à côté d'elle. Un garçon, lui aussi âgé d'une quinzaine d'années. Son visage pâle donnait l'allure d'être fait de porcelaine, ou peut-être était-ce seulement les reflets blanchâtres de la lune qui le faisaient paraître ainsi. Des cheveux cuivrés coulaient sur celui-ci et dans son cou, sans pour autant cacher les traits de son visage. Ils étaient droits et décoiffés, du moins, c'est ce qu'il semblait. Sans doute était-ce voulu, car, comment dire, ils étaient décoiffés à la perfection. Son corps était grand et les vêtements posés sur celui-ci, étant légèrement ajustés, laissaient un apperçu de ses formes (et non courbes) assez envieuses. Cette nuit-là, le jeune homme était vêtu d'un chandail griffé et de jeans légèrement foncées mais qui, malgré leur simplicité, lui donnait un certain charme. Il avait un nez qui s'accordait bien à la taille des traits de son visage et, juste au-dessus de celui-ci, étaient tracés deux yeux gris au regard qui se trouvait à mi-chemin entre la nonchalance et la froideur. L'adolescent était légèrement penché, ses avant-bras accôtés sur ses cuisses, les yeux rivés vers le sol. La fille, qui continuait de lui jeter des regards en biais, semblait s'impatienter.

Misa - « C'est vraiment une belle soirée. Le ciel est ... magnifique. »

Drew - « Oui, tu as raison. »

Le garçon détacha son regard du sol pour le posé sur la fille, qui rougit instantanéement.

Drew - « Je pourrais t'y faire monter, si tu veux. »

Cette fois, le visage de la fille s'illumina, comme si ces paroles étaient celles qu'elle désirait entendre depuis le début de la soirée. Lentement, dans les secondes qui suivirent, Drew retira avec douceur la camisole qu'elle portait, lui faisant découvrir un soutien-gorge mauve à dentelle. Il s'attaqua ensuite à sa jupe. La fille, qui sembla alors au comble de l'euphorie, ne l'interromptu pas dans ses gestes, mais trouva tout de même quelque chose à dire.

Misa - « Tu ne pr-préfèrerais pas rentrer au château, avant ? Je veux dire ... On est quand même d-dehors ... »

Drew - « Justement, c'est une si belle nuit. Et de toute façon, il n'y a personne dans le parc à cette heure-ci. »

Cette fois, il avait détaché le soutien-gorge entre deux baisers. L'adolescente semblait être satisfaite de la raison qu'il lui avait donné, car elle se mit à son tour à détacher les pantalons du jeune homme, lentement, au milieu de d'autres baisers qui la faisait succomber. Lorsque les deux furent à découverts et que Drew l'embrassait passionnéement dans le cou en faisant lentement parcourir ses doigts sur son corps, la fille ajouta quelques mots, d'une voix complètement passionnée.

Misa - « Drew, je t'aime tellement. »

À ce moment-là, cette fille n'avait aucune idée de la nuit de rêves et passionnée qu'allait lui offrir le jeune homme. Elle n'avait cependant aucune idée non plus qu'elle n'était qu'une des filles parmis toutes les autres qui avaient eu droit à un moment semblable, sans se douter qu'elles auraient le coeur brisé au levé du soleil, se réveillant seules, confuses de s'être faites abandonnées après tant d'attention. Car, voyez-vous, Drew Blackwell est un garçon passionné. Passionné de les voir toutes s'offrir complètement à lui, les unes après les autres. Fébrile de voir à quel point il peut leur donner le vertige, leur fait passer un moment inoubliable. Mais Drew Blackwell ne semble jamais aimer. Il se nourrit simplement de l'amour des autres, comme pour oublier à quel point celui qu'il aimait l'a blessé. Il est émerveillé de s'appercevoir à quel point les autres s'ouvrent si facilement à lui. Cette adolescente, en d'autres mots, n'est qu'une de ces filles dont il aura volé le coeur, mais avec le plus grand des respects.

Citation :
31 août - Extrait du journal intime d'Alexandre.

« Je l’aimais tant. Tous les jours, j’attendais, posté près de son dortoir, qu’il apparaisse et me précipitai sur lui. Dans l’attente, mon cœur dépendant était serré et je tremblais, comme un drogué en manque. Mais lorsqu’il venait enfin, mon cœur s’envolait loin, très loin vers le ciel, fou de joie. Tout en Drew me plaisait, et me plait encore plus maintenant. Son sourire mystérieux, sa peau de pêche, sa noble démarche, ses geste gracieux, sa voix mélodieuse, son débit fluide, son rire argentin, son corps svelte, son nez droit, sa bouche bien dessinée, son cou fin, ses mains et ses doigts effilés, sa douce haleine, son souffle frais, ses yeux brillants… Tout. Absolument tout. Je mourrais pour lui. Je vendrais mon corps pour le satisfaire. Je me mutilerais. Tout. Je suis tout à lui. Pour la vie. Pour la mort. Le mieux – et aussi le pire – c’est lorsqu’il m’embrasse. Lorsqu’il m’accorde un de ses merveilleux baisers. Quand ses lèvres se posent sur les miennes, mon cœur s’arrête, tombe comme une pierre, puis décolle vers les nuages. Parfois, je pleure ou m’évanouis – quelques secondes – de bonheur. Notre amour n’est pourtant pas vraiment charnel. A part les baisers, on ne se touche pas. Tout n'est que pureté et sentiments profonds. C’est beau, à en crever. S’il me quitterait, je mourrais. »



* * *



HE WEARS HIS HEART SAFETY PINNED TO HIS BACKPACK,
HIS BACKPACK IS ALL THAT HE KNOWS. »

Enfance }

June et Eric Blackwell possèdaient une petite maison sur Spruise Crescent, en banlieue de la grande ville de Londres. Il s'agissait d'une demeure plutôt charmante, soit une maison blanche à deux étages avec des plattes bandes fleuries à l'avant. Sur celle-ci se dressaient plusieurs fenêtres et lucarnes, toutes ornées de volets bleus. Eric Blackwell était un grand homme à la chevelure brune bien lissée, à l'aide d'une tonne de gel, sur sa tête à la mâchoire carrée. C'était un sorcier qui travaillait pour la gazette du sorcier. Quant à son épouse, June Blackwell, c'était une femme aux longs cheveux noirs et aux yeux clairs, mince et mesurant sans doute dans les un mètre soixante-dix. Elle était une sorcière et travaillait dans un commerce plutôt connu sur le chemin de traverse, soit Fleury et Bott. Tous d'eux avaient fait leurs études à Poudlard et c'était d'ailleurs là qu'ils s'étaient recontrés. Ils s'étaient par la suite établis à Londres et avaient eu pour seul enfant un petit garçon qu'ils avaient appelés Drew. Bref. C'était donc une chaude journée d'été où June était en congé. Elle était assise dehors, son attention à moitié portée sur le livre qu'elle tenait et à moitié sur son fils, âgé de cinq ans, qui, assis en tailleur dans l'herbe fraîche, lèchait une glace. Son regard curieux d'enfant était porté sur la cour de la maison d'à côté.

Drew - « Dis, je peux aller voir Alex ? »

June détourna cette fois toute son attention de son livre et sourit. Cet été-là, alors qu'elle était partie faire quelques courses à l'épicerie, elle était tombée par hasard sur un autre enfant, très semblable au sien, qui s'était perdu dans le magasin plutôt bondé ce jour-là. Après être allée à la caisse pour faire appeler la mère de celui-ci, elle se rendit compte avec la plus grande surprise qu'il s'agissait de Lilian Durocher, une sorcière avec qui elle était allée à Poudlard. La femme, qui avait passé plusieurs années à Paris, venait à nouveau d'emménager à Londres et cette fois encore, à la plus grande surprise de Madame Blackwell, au 92 Spruise Crescent, soit à côté de chez elle. Le fils de celle-ci, prénommé Alexandre, irait également à Poudlard lorqu'il atteindrait ses onze ans. Et étant donné qu'il était du même âge que Drew, les deux enfants s'étaient entendus à merveille dès ce jour-là. C'est pourquoi à présent, Drew passait son temps chez les Durocher, et le jeune Alex passait son temps chez les Blackwell.

June - « Oui, mais soit poli et assure-toi de ne pas les dérranger. Oh, et passe le bonjour à Lilian de ma part et de celle de ton père, d'accord chéri ? »

Et c'est notamment ainsi que se déroula la grande majorité de l'enfance du jeune Blackwell. Il passa ses étés et ses années scolaires avec Alex, se faisant chérir par ses parents et obtenant la plupart des choses qu'il désirait. Que voulez-vous, c'est cela, être enfant unique. Pas d'autres jeunes pour vous casser les pieds ou réclamer leurs désirs. Il n'y a que vous. Et effectivement, comme son premier nom l'indique si bien, il n'y avait que Drew.


* * *

Les enfants grandissent au fil des années. Et six longues années s'étaient déjà écoulées depuis le jour où Alex et Drew s'étaient recontrés. Donc logiquement, les deux garçons avaient onze ans, et s'apprêtaient à entrer en première année à Poudlard dans moins d'un mois (C'était le 19 août). Les deux garçons, qui étaient devenus des meileurs amis, étaient encore ensemble, comme d'habitude, dans la chambre de Drew. Celui-ci était étendu de tout son long sur son lit tandis qu'Alex avait préféré s'asseoir en tailleurs sur le tapis d'à côté. L’autre garçon jouait négligemment avec une mèche de ses cheveux de jais tandis que Drew riait doucement. Sa voix. Alex l'aimait tellement. Jamais il n'avait entendu quelque chose d'aussi doux, d'aussi beau, comme son rire aussi. Et il ne pouvait s'empêcher de trouver Drew irrésistible lorsque ses yeux se plissaient de joie et que de légères fossettes se créaient près de ses lèvres. Il riait, il était beau. En revanche, le jeune Blackwell ne pouvait cesser d’admirer son ami. À comparé le charme de celui-ci, ou bien encore son visage qui semblait rayonner de lumière, il trouvait son propre rire bien fade et plutôt faux.


Dernière édition par Drew P. Blackwell le Sam 8 Aoû - 1:30, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: « your voice was all I heard » - Drew Prince Blackwell [Done]   Sam 8 Aoû - 0:49


Drew - « Tu veux qu'on aille marcher ? Ou autre chose, si tu préfères. »

Alex - « Va pour la marche. »

Les deux garçons se levèrent et se trouvèrent alors face à face. À part la couleur des yeux et le fait que Drew était un peu plus grand, ils se ressemblaient tout autant. Du moins, physiquement. Car question caractère, ils étaient tous deux très différents. Cependant, énumérer ou encore élaborer à propos leurs différences serait un travail beaucoup trop long et fastidieux. Ainsi donc, ce moment-là fut étrange. Ils se contemplèrent longuement, puis Drew s'approcha. Encore et encore. Il était si près, à présent, qu'Alex arrivait à percevoir tous les traits sculptés dans son visage. Il était beau. Jalousie ? Peut-être bien. Le temps semblait être suspendu et le jeune garçon n'arrivait pas à comprendre ce qui se passait. Drew se pencha un peu plus près, refermant ses cils sur ses yeux clairs et posa ses lèvres sur celles d'Alex. Un baiser, un simple petit baiser. Qui ne dura pas longtemps. Car Drew se recula subitement, comme s'il venait de prendre conscience de la gaffe qu'il venait de faire. Il adressa un sourire gêné à Alex. Celui-ci n'avait pas bougé. Il sentait encore le contact des lèvres de son ami contre les siennes. Des papillons. Il en avait dans l'estomac. Il n'avait qu'une envie, et c’était d’embrasser Alex encore. Celui-ci sourit alors timidement à son tour, et les deux garçons sortirent de la chambre. Ce fut la première fois que Drew le tua. Un seul message semblait être présent dans leur tête ; ils avaient un amoureux.


* * *




HEY, POWDERED SNOW,
IF YOU PALED ME WHITE TO THE HEART. »

Années à Poudlard }

Alex et Drew. Drew et Alex. Les deux meilleurs copains. Du moins, c'est ce qu'on disait d'eux durant leur première année à Poudlard. L'épisode du baiser de l'été passé semblait être resté entre eux, et les deux garçons n'en parlaient jamais, beaucoup trop gênés et pour que les oreilles indiscrètes n'entendent pas. C'était donc d'une certaine manière revenue comme avant, excepté qu'Alex ne pouvait oublier le contact des lèvres de son meilleur ami contre les siennes. Qui oublierait, de toute façon ? Bref, les deux jeunes sorciers furent bientôt assez populaires auprès des filles, ce qui metta Alex encore plus mal à l'aise. Refuser des rendez-vous et il n'avait aucune excuse valable. À part bien sûr celle de ressentir quelque chose pour quelqu'un d'autre, mais ça, il ne devait pas le dire. Drew semblait lui aussi de son côté refuser les nombreuses invitations des filles. Il en recevait d'ailleurs bien plus souvent qu'Alex. Sans doute que son allure froide et son côté narcissique le rendait plus attirant. Attirant. Il l'était, tellement. Donc à part apprendre des tas de choses question magie, il ne se passa pas grand chose lors de leur première année.

• • •

Rien de bien spécial ne se passa non plus lors de la deuxième année du jeune adolescent à Poudlard. Il se fit une petite amie, mais la relation ne dura pas vraiment longtemps puisque les deux sorciers ne s'entendaient pas très bien. Du coup, il oublia ce qu'il ressentait pour Drew. Encore des trucs à apprendre pour ensuite passer des examens.

• • •

Troisième année. Le rêve commence. C'était un matin de la fin décembre où la neige et le froid faisaient trembler les carreaux des fenêtres du château. En fait, c'étaient les vacances de Noël, et Drew et Alex étaient deux des rares élèves à être restés à Poudlard. N'étant pas dans la même maison, ils se rejoignaient souvent près des cuisines où ils allaient voler parfois des gâteaux et friandises, ou bien ils se voyaient dans un couloir du premier étage. Pourtant, ce jour-là, les deux adolescents se trouvaient dans un couloir sombre et froid situé dans le labyrinthe que constituait les cachots de l'école. Adossés contre le mur, ils parlaient, simplement.

Drew - « Et avec les filles ? »

Alex - « Ben, y'a rien. Aucune ne m'intéresse vraiment, pour l'instant. »

Drew - « Et Ashley, elle ? »

Alex - « C'est fini depuis l'année dernière, je me fiche d'elle, Drew. Et toi, quelqu'un en vue ? »

Silence. Drew sembla soudainement absorbé par la toile accrochée au mur d'en face. Un frisson parcourut le corps d'Alex et les minutes passèrent. Ne pouvant plus s'intéresser d'avantage au tableau, Drew tourna ses yeux gris vers son meilleur ami et se rapprocha de celui-ci. Sa voix ne devint alors qu'un murmure.

Drew - « Moi je ne pense qu'à toi. »

Un nouveau silence s'installa. Et Alex repensa à la scène qui avait eue lieu dans la chambre de Drew, presque trois ans auparavant. Drew passa un bras autour de la taille du garçon, et les papillons s'envolèrent à nouveau dans son estomac.

Drew - « Où veux-tu que je touche, que j'embrasse ? Au-delà de tes lèvres, de ton âme ? »

Un frisson parcourut encore toute la grandeur d'Alex, mais cette fois-ci ce n'était pas l'air glacial mais l'effet que Drew lui faisait. Sans attendre un moment de plus, il colla ses lèvres contre les siennes, et leurs langues s'enlacèrent pendant un bon moment. Cette fois, ils étaient vraiment devenus petits amis.

• • •

- C'est vrai qu'ils vont bien ensemble.
- Durocher et Blackwell ?
- Oui. C'est quand même dommage, ils sont si jolis.

Vers la fin de la quatrième année, tous les élèves de leurs niveaux étaient au courrant de la relation des deux garçons. Certains grimaçaient à leur vue, mais la plupart d'entre eux étaient seulement intrigués ou déçus, surtout les filles. Au début, on parla souvent d'eux. Mais aux fils des semaines, tout le monde finit par s'habituer et se faire à l'idée que "deux garçons sortaient ensemble". D'ailleurs, beaucoup furent ceux qui se mirent à appeler Drew "[b">Prince". Parce que c'était non seulement son nom de famille, mais aussi le « Prince Charmant » de tout le monde.

L'été de ses quinze ans, Alex passa deux mois en France, obligé d'aller voir de la famille. Lorsqu'il revint, il se précipita évidemment chez Drew. Celui-ci l'attendait, assis sur son lit, dans une moue apparente. Léger choc. Il avait énormément grandit pendant l'été, mais surtout embellit. Et Alex était convaincu que n'importe qui l'aurait voulu pour lui ou elle seul(e). Fort heureusement, c'est lui qui possèdait et vivait ce fantasme. Il aimait Drew, et Drew l'aimait. Il posa un regard amoureux sur celui-ci, comme pour l'analyser un peu plus ; Petit sourire énigmatique. Cheveux noirs aux reflets cuivrés qui le fit béer. La douce lueur de sa peau pâle le fit équartiller ses yeux. Ses lèvers pleines et immaculées firent battre son petit coeur noir. Et une silhouette mince, grande et élancée sur laquelle ses doigts crevaient d'envie de parcourir. En fait, mis à part le regard gris et pâle de Drew comparé aux yeux suffoquants et noirs d'Alex, c'étaient comme si les deux garçons se trouvaient chacun face à un miroir.

Prince - « Tu m'as manqué. »

Il se leva, s'approcha d'Alex et effleura la joue de celui-ci de ses longs doigts fins et blancs. Il le prit enfin par la main, pour l'entraîner sur son lit et se mit ensuite à l'embrasser jusqu'à en avoir le vertige. Après un moment, changement brusque de comportement. Drew attrapa un ciseau et fit briller la lame devant les yeux d'Alex. Il l'effleura sur sa gorge, et les yeux grisâtres du garçon se mirent à briller avec une lueur de haine. Ou de démence ? D'une main, il plaqua l'adolescent aux yeux noirs sur le lit et contre lui et leva son chandail. Il passa quelque fois la lame de ciseau contre la peau pâle du jeune homme, de façon amoureuse. Du sang coula. Puis, Blackwell lâcha le ciseau et se mit à jouer dans les cheveux d'Alex.

Prince - « Dis, t'aimerais pas mourir dans mon lit ? »

Sa voix n'était que murmure enjoué. Un murmure si beau, mais si effrayant. Des larmes coulèrent le long des joues d'Alex. Drew était-il fou ? Les coupures saignantes sur son torse lui faisaient mal. Mais il aimait Drew. Et Drew l'aimait aussi. Encore des larmes. Silencieuses, mais aussi brûlantes que les coupures.

Prince - « Car j'ai dormi là, comme toi tu meures. »

La voix de l'adolescent avait toujours ce ton enfantin, amusé. Mourir. En effet, Drew était en train de le tuer, psychologiquement.

• • •

Cinquième année. La fin du rêve.

Alex - « Tu fais quoi, Drew ? »

Drew - « Ferme-là un peu, et fais-moi confiance. »

Et Drew laissa glisser son index contre les lèvres d'Alex. Celui-ci avait les yeux voilés par un bandeau noirs que Drew avait soigneusement attaché, ce qui l'empêchait de voir.

- Qu'est-ce qu'il y a ?
- Je veux t'emmener quelque part.
- Pourquoi tu m'attaches ce bandeau ?
- Je ne veux pas que tu vois ce que j'ai à te montrer, je veux que tu le ressentes.


Voilà la briève conversation que les deux garçons avaient eu avant que Drew ne prenne son petit ami par la main et qu'il ne l'entraîne Dieu seul sait où. Tout ce qu'Alexandre avait pu constater, c'était qu'ils étaient sortis à l'extérieur du château et que le terrain sur lequel ils avançaient montaient doucement en pente. Le vent frais d'automne fouettait le visage du garçon ainsi que caressait tendrement ses cheveux de jais et il pouvait sentir un soleil timide mais réchauffant lui taper sur la nuque. Sans doute une des dernières belles journées d'automne. Il sentait aussi le contact de la main froide de Drew contre la sienne. Cette main qui serrait la sienne avec insistance, comme si il avait peur de le lâcher. Il se demandait bien ce que Drew fabriquait, mais au fond, il avait l'habitude des mystères avec lui. Ce n'était jamais clair, et il fallait toujours se poser des questions. Bref, Drew l'emmenait sûrement dans un endroit calme et paisible où les deux garçons pourraient s'embrasser à l'abris des regards. À cette pensée, il sentit des papillons lui monter dans l'estomac. Ça y est, ils s'arrêtèrent enfin, probablement près d'un arbre car on entendait les feuilles danser au rythme du vent. Silence.

Alex - « Je peux enlever le bandeau, maintenant ? »

Drew - « Non. Je ne pense pas que ça soit le bon moment. »

Il pu alors percevoir dans la voix de Drew un mélange curieux de peur et d'excitation, ce qui l'inquièta légèrement. Ça ne ressemblait pas à de l'anxiété, c'était seulement... Étrange. La main de Prince se referma encore un peu plus fort sur celle d'Alex. Mais qu'y avait-il donc, à la fin ? Alex était habitué aux sautes d'humeur du garçon, mais c'était la première fois qu'il sentait son petit ami aussi fébrile. Mais bon. Il n'enlèverait pas le bandeau. Drew serait probablement fou de rage et s'il ne voulait pas qu'il voit, c'était évidemment parce qu'il avait une bonne raison à tout ça. Ça ne pouvait être que ça. Du moins, il l'espérait.

Ah, ils recommençaient donc à marcher. Enfin, Drew l'entraînait un peu plus vers l'avant, puis il s'arrêta de nouveau. Il lâcha finalement la main d'Alex après ce qui sembla être une lutte considérable contre sa propre volonté. Le silence règna à nouveau pendant un bon moment. Une ombre se pencha sur Alex. Ah oui, c'était Drew. Il sentit aussitôt le goût des lèvres de celui-ci contre les siennes, et leur langues s'enlacèrent avec déchaînement. Il avait donc eut raison ; Drew ne voulait que passer un moment romantique avec lui, rien de plus. Mais pourquoi ses doigts tremblaient-ils lorsqu'il lui effleurait le visage ? Tiens, il s'arrêta subitement, laissant place au vent qui faisait agiter la surface de l'eau. Ils étaient donc près du lac.

Dew - « Maintenant, promets-moi que tu ne me jugeras pas pour ce que je vais faire. »

Alex - « Je ne crois pas avoir l'habitude de te juger. »

Drew - « Promets-moi, c'est tout. »

Alex - « Très bien, je te le jure. »

Et Alex laissa afficher un sourire sur sa mince et pâle figure, comme pour confirmer ses paroles. Drew était si étrange. Et qu'allait-il faire de si important pour vouloir obtenir à ce prix la promesse d'Alex ? Décidemment, il ne comprendrait jamais rien à Blackwell. Il sentit des doigts lever son chandail. Il sourit.

Ouch. Alex laissa échapper un faible gémissement. Douleur aïgue, ou plutôt brûlure, au niveau de sa hanche. Un couteau. Drew le mutilait, encore. L'objet pointu commença à décrire des courbes. Des lettres, en fait, le garçon pouvait le sentir. Un R. Le couteau se leva, pour aller glisser l'instant d'après à nouveau sur sa peau. Un I. RI ? Mais quel était donc ce mot ? Nouveau lancinement, il espèrait que se soit un mot court. Et par pitié, pas une phrase. Un P. Puis Drew cessa d'effleurer la lame sur la peau du garçon. RIP, Rest In Peace. Il fût prit de panique, et son visage devait apparement le laisser paraître puisqu'un rire argentin éclata, brisant le silence angoissant entre les deux garçons. C'était donc une plaisantrie, une simple blague. Drew rebaissa le morceau de tissus qui recouvrait le torse d'Alex, et tenta d'enlacer celui-ci. Il se fit cependant brusquement rejeté. Incrédule, Alexandre arracha le bandeau de ses yeux d'un seul coup, la figure blême de rage.

Drew - « Alors, tu ne m'en veux pas trop, tu tiens ta promesse ? »

Alex - « Fou. T'es fou, cinglé ! »

Drew - « Arrête, tu sais bien que je ne faisais que me divertir un peu. »

Mais Alex recula de quelques pas. Drew enfouit ses mains dans ses poches, dans une moue apparente. L'air sans doute amusé qu'il avait auparavant était complètement disparu de son visage, laissant place à nouveau à l'ennui.

Alex - « J'ai toujours su que quelque chose clochait chez toi, t'as toujours été bizarre, pas bien. Et ce ton, cette manie que t'as toujours eu. Arrête de jouer avec les gens, merde ! »

Drew - « Mais.. »

Alex - « SORS DE MA VIE. »

Et l'autre garçon s'en alla à pas décider, toujours tremblant de colère. Tandis que Drew resta debout, les mains toujours dans ses poches, à regarder la personne qu'il aimait s'en aller. And everytime you leave, my heart turns grey. Bien que son expression ennuyée ne changea point, il se promit de tout faire pour le récupérer. Peu importe ce que cela engendrerait.


* * *


Dernière édition par Drew P. Blackwell le Sam 8 Aoû - 2:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéInvité

avatar
MessageSujet: Re: « your voice was all I heard » - Drew Prince Blackwell [Done]   Sam 8 Aoû - 1:06

FALL IN LOVE, THEN IT ENDS.
I SWEAR : THIS IS MY LAST HEARTBREAK. »

Caractère }

C'était un jour bien attendu pour les jeunes sorciers vivant au Royaume-Uni, notamment parce qu'il s'agissait de la rentrée des classes. C'était effectivement le premier septembre, et la longue locomotive peinte d'un rouge flambloyant s'avençait vers le château, serpentant parmis de nombreux paysages. Cela faisait d'ailleurs un bon moment qu'elle était en route, le soleil étant déjà sur le point de disparaître derrière l'horizon en laissant le ciel s'empourprer. Les derniers compartiments du train étaient en général occupés par des élèves de septième, sixième ou cinquième année, tandis que ceux de l'avant étaient réservés aux préfets. C'était dans un de compartiments situés au milieu du train qu'était installé Drew Blackwell, déjà âgé de onze ans. Avec lui se trouvait évidemment Alexandre Durocher ainsi qu'une fille aux nattes brunes et qu'un garçon aux cheveux blonds. Ils étaient tous confortablement installés, dévorant à l'occasion quelques friandises. Alex avait appuyé sa tête contre la fenêtre, fixant d'un air absent les paysages se succédés sous ses yeux au fur et à mesure que le temps avançait. Drew mâchait négligemment un bout de baguette magique en réglisse d'un air tout à fait décontracté tandis que la fille aux tresses le reluquait sans cesse, les yeux brillants. Quant au blondinet, il lisait une revue de sorciers, les sourcils froncés. Ces quatres sorciers s'apprêtaient tous à entrer en première année. Le silence commençant à devenir gênant au sein du compartiment, le jeune blond décida de prendre la parole.

Rémy - « Vous savez, ma revue explique comment on est répartis dans l'une des maisons à Poudlard. Il faut mettre sur notre tête un chapeau pensant, nommé le choixpeau magique, qui nous enverra chez Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle ou Serpentard selon notre caractère et notre personnalité. La revue donne quelques caractéristiques de chaque maison pour qu'on puisse se faire une idée. Par exemple, je risque d'être à Poufsouffle. Quelqu'un veut s'essayer ? Il suffit que vous vous décrivez, puis avec ce que vous m'aurez dit sur vous, je vous direz ce que la revue vous conseille. »

Alexandre resta immobile, décidant de ne pas réagir, tandis que la fillette regardait toujours Drew d'un air intéressé. Celui-ci s'étira longuement, puis regarda le blondinet d'un air indifférent. Voyant que personne ne se décidait, il haussa les épaules.

Drew - « C'est bon, je veux bien me décrire. Contrairement à ce que les gens pensent, je n'ai pas vraiment une personnalité complexe. Je dirais même qu'elle assez simple, il suffit seulement de bien vouloir la comprendre. Je dois avouer que je possède un certain brin d'égoïsme qui s'est creusé en moi durant mon enfance, étant donné que j'ai toujours eu tout ce que je voulais. Ce n'est pas nécessairement quelque chose qui doit être mal vu, mais j'aime penser à moi. Non pas que les autres ne comptent pas, mais ceux qui ne font pas partie de ma vie ne m'intéressent pas. À vrai dire, je me fous d'eux. Sinon, avec l'expérience, j'ai appris que j'avais un certain côté froid et narcissique qui donne une certaine attirance envers moi aux autres. »

La fille détourna aussitôt son regard et Alex eût un léger sourire en coin.

Drew - « Je l'ai déjà précisé quelques secondes auparavant : Je m'aime bien. Mon côté narcissique ne fait pas de moi un sale vantard qui ne s'intéresse qu'à lui, non, j'ai également déjà précisé que les gens à qui je tiens prennent une certaine place dans ma vie. Mais il me prouve que je sais m'accepter que je ne nie pas non plus mon physique avantageux. Quant à mon côté froid, si je déteste quelqu'un, pour une raison particulière ou parce que j'en ai décidé ainsi, il peut s'attendre à tout de moi si j'en ai décidé ainsi. En d'autres mots, les gens sans intérêt feraient mieux de ne pas se frotter à moi. D'autant plus que je suis arrogant, je déteste donner raison à quelqu'un d'autre s'il a tort, et répliquer m'amuse lorsque je m'ennuie. Je n'aime pas travailler, et pour être tout à fait honnête, je crois que les cours à Poudlard ne feront que m'ennuyer. Pour mon avenir et les études, je n'ai aucune ambition. Je n'en ai pas pour grand chose d'ailleurs, à part s'il y a quelque chose ou quelqu'un que je désire vraiment. Mais cela ressemblerait sans doute plus à de la persévérance. Je m'arrangerai pour tout obtenir. Je suis également lâche. Les problèmes m'ennuient, et je n'aime pas me fouler. Autant prendre la solution facile et les fuir, les éviter. Tout cela me fait gagner beaucoup de temps, car on n'a jamais assez de temps. L'humain ne comprend pas qu'il n'a qu'une vie et que s'il y a bien quelque chose qui nous ait limité, c'est le temps. Ça je l'ai compris. Autre chose qui me dégoûte chez les gens ; ceux qui prétendent aimer mais change sans cesse de partenaire. Tout ça n'est qu'illusion. L'amour véritable me ressemble, il est passionné. On peut aimer plusieurs objets à la fois par exemple, car on aime les choses. Mais une personne, c'est différent. On n'en aime qu'une seule, dans notre vie. Pas dix, pas vingt. C'est ce qui rend l'humain stupide. L'envie et l'amour sont deux choses totalement différentes, selon moi. On peut profiter du corps des autres ou de son corps tant que l'on veut, mais ce n'est pas de l'amour. Sinon, que pourrais-je bien ajouter sur moi ? Il y a tellement de facettes de moi-même que je dois encore découvrir. Je suis parresseux, c'est vrai, et je me lasse facilement. D'ailleurs, me décrire me lasse, c'est pourquoi je crois que je vais m'arrêter. »

Le compartiment fût à nouveau plongé dans un silence particulier. Alexandre demeurait silencieux, comme toujours. La fille parraissait enchantée. Et le garçon blond avait la bouche légèrement entrouverte, impressionné.

Rémy - « Euh ... Je n'ai pas tout retenu, et je crois que je ne comprends pas bien ton caractère, parce qu'il me semble euh ... compliqué. Je ne crois pas que je pourrais t'attribuer une maison là, tout de suite ... »

Drew - « Ça ne fait rien. Tant que je sois avec Alex. »


* * *




[H.J] - VOILÀ. TERMINÉ. : D J'ESPÈRE QUE L'HISTOIRE N'EST PAS TRPO COMPLIQUÉE, SUR L'ANCIEN FORUM OÙ J'ÉTAIS, J'AVAIS UN AMI QUI JOUAIT LE RÔLE D'ALEXANDRE, ALORS C'ÉTAIT UN PEU PLUS SIMPLE À COMPRENDRE. :/ ET SI LA PARTIE DÉCRIVANT L'APPARENCE PHYSIQUE DE DREW EST CONSIDÉRÉE COMME "PORNO" ET QUE C'EST INTERDIT SUR LE FORUM, JE VEUX BIEN LA CHANGER. SEULEMENT, JE TROUVAIS QU'ELLE DÉCRIVAIT BIEN SA VÉRITABLE PERSONNALITÉ.

OH, ET DREW N'EST PAS GAY. DISONS QUE C'EST UN CAS SPÉCIAL POUR SON HISTOIRE, HAHA.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « your voice was all I heard » - Drew Prince Blackwell [Done]   

Revenir en haut Aller en bas
 

« your voice was all I heard » - Drew Prince Blackwell [Done]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Eloge de la folie :: SWELLING SOLUTION :: Saison 1-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit