AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ♦ give me what I want - vio'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ron Weasley
Newcomer [*] -> Pense à ta fiche =)

avatar
Masculin
Messages : 99
Age du joueur : 23
Age du perso. : inconnu.
Date d'inscription : 03/07/2009

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: 3ème année.
Aspiration: Connaissance (priorité à la culture)
MessageSujet: ♦ give me what I want - vio'   Dim 2 Aoû - 18:10

J'me suis pas foulé ni pour le rp's ni pour le titre mais je ferrai mieux au prochain promis m5

Les journées à Poudlard étaient de plus en plus longues. Les journées étaient aussi incroyablement chaudes pour un moi d’Avril. Mais Hazeyneel ne s’en plaignait pas, loin de là. Il était même très content que le temps soit au beau fixe. Il aimait à flâner au dehors ces jours-ci, sa peau touchant la brise fraîche qui pointait le bout de son nez. T64t ce qui était pluvieux et glacé ne lui plaisait guère et les longues journées de soleil étaient bien plus plaisantes que les longues journées où la température avoisinait les dix degrés. Pourtant ce matin là la brise était plus fraîche que d’habitude. Même lorsqu’il n’avait pas cours, Hazeyneel aimait à sortir tôt le matin au dehors de ses appartements pour voir si le temps était clément avec eux. En ce samedi, il n’avait pas été très clément en réalité. La pluie refaisait son apparition et ça ne plaisait pas vraiment à Hazeyneel. Il détestait franchement la pluie et le fait qu’elle repointe le bout de son nez en Avril n’était pas bon signe. Mais comme toute mauvaise nouvelle, il s’en accommoderait. Il n’aimait pas ce genre de journée mais on ne choisi pas toujours hein. Le jeune professeur regardait désormais à la fenêtre de son bureau. La pluie tombait, à torrent presque, devant son regard déçu. Il avait eût espoir que cette fois le temps relâcherait prise et que le soleil referait son apparition, en vain, visiblement. Hazeyneel détourna le regard, se demandant bien ce qu’il pouvait se passer en dehors de Poudlard. La Gazette n’annonçait rien. C’était frustrant en réalité. La Gazette, dirigée par le Ministère n’annonçait que des choses vaines, inutiles. Un journal est censé publier des choses intéressantes non ? La Gazette elle était abonnée aux articles sans intérêts. Elle n’annonçait jamais de choses qui ait rapport avec les choses qui se déroulaient au dehors. Mais elle parlait en masse de Sirius Black, l’évadé d’Azkaban. Il faisait touts les jours l’objet des gros titres. Mais rien d’autre ne se profilait à l’horizon. Black semblait s’être terré quelque part on ne sait où et c’était tant mieux pour tout le monde. Qu’il se soit échappé, c’était un fait, mais qu’on lui fiche la paix. Il n’avait rien fait jusque là pourquoi se raviserait-il ?

Le vent tournait devant la fenêtre du bureau d’Hazeyneel et il en pleurait presque. C’était déprimant, un temps comme cela. Il n’aimait pas quand le soleil ne pointait pas le bout de son nez. Et visiblement le soleil faisait tout pour l’enquiquiner. Mais Hazeyneel ne releva pas. Il regardait à présent ses feuilles à corriger. Pour un samedi après-midi c’était déprimant de corriger des copies, de la paperasse tout au plus. Se levant d’un bond, le professeur de mythologie scruta la pièce du regard. Il était seul. Bien évidemment. Les élèves devaient flâner au parc, au lac ou à tout autre endroit où ils seraient en paix avec eux-mêmes. Quoiqu’ils pourraient se masser dans la bibliothèque de Madame Pince, vu le temps orageux qui se profilait. Hazeyneel, attrapant ses clés à la volée, entreprit de partir de cette salle de classe, vide et sans personne pour lui tenir compagnie. Il trouverait bien quelconque âme charitable, prête à lui tenir cette compagnie quelque part dans ce château. Poudlard était un immense château mais pour autant qu’il le sache, il y avait toujours des personnes à chaque étages du château, prêtes à parler avec les autres. Il trouverait sans doute le professeur McGonagall ou un autre professeur prêt à parler avec lui. Peu importe qui. Sauf peut-être Severus Rogue. Lui et Hazeyneel ne s’entendaient guère et entendre Rogue vanter ses mérites ou formuler quelconque phrase serait un supplice pour le jeune professeur. Un supplice pour ses pauvres mirettes aussi ! Mais en fait il souffrit tellement de la solitude que même parler à un scrout lui serait égal. Il se fichait bien de trouver Rogue ou même un élève quelconque, tout ce qu’il voulait c’était une quelconque compagnie, même la plus détestable.

Quelques minutes plus tard, il se retrouvait devant la salle des trophées du troisième étage. Il ne savait pas vraiment pourquoi il était venu là. Mais il savait qu’il y trouverait quelqu’un, n’importe qui. Il savait qu’il y trouverait un professeur. Comment ? Il n’en savait rien lui-même. Mais de toute façon il y avait toujours quelqu’un au moins : Rusard. Il faisait des rondes fréquemment pour voir si l’on n’essayait pas de dérober les trophées gagnés au fil des ans. Il avait peur qu’on ne chipe l’un des trophées, qui avaient une valeur presque inestimable à ses yeux. Il entra dans la salle. Elle était vaste et on pouvait au moins y jouer à cache-cache à l’intérieur. Hazeyneel observa les lieux attentivement. Pas un bruit. Pas un chat non plus. Personne ne souhaitait se faire remarquer. Pourtant quelques élèves étaient là, discutant avec leurs amis. Seule une personne se différenciait du lot. Une jeune femme. Bien plus âgée que touts ces chérubins. Elle avait un squelette fin et souple, apparemment. Ses grands yeux se posaient sur une vitrine, non loin de là. Un professeur. Hazeyneel la connaissait bien puisqu’elle était professeur de médicomagie et chercheuse à St-Mangouste. Violet Thompson. D’un an plus vieille elle était l’une de ces personnes que vous cherchez à comprendre. Solitaire et taciturne visiblement la jeune femme était un complet mystère pour Hazeyneel. Il ne savait que faire pour s’attirer sa sympathie. Il ne savait pas comment se comporter. Elle était assez cynique sur les bords et n’avait pas hésitée à rembarrer le jeune professeur de mythologie plus d’une fois. Selon ses propos, la matière qu’enseignait Hazeyneel était une matière inutile et qui ne vaut pas le coup d’être apprise. Ca avait peut-être été l’une de première raclée dans la vie de professeur d’Hazeyneel. Cette jeune femme restait impassible et semblait être une femme solitaire à bien des égards. Le professeur s’avançait jusqu’à elle puis s’exclama assez fort pour que Violet l’entende, mais assez faiblement pour que les autres ne l’entendent pas.

HAZEYNEEL – « Bonjour miss Thompson. On admire les trophées ? »

Il avait prit un ton désinvolte et cynique et à ce moment la conversation pouvait être engagée…
Revenir en haut Aller en bas

Violet A. Thompson
{ Fonda - Ex Piaf un peu folle sur les bord

avatar
Féminin
Messages : 1169
Age du joueur : 28
Localisation : En dangereuse compagnie
Age du perso. : 263 ans. Juste histoire d'être comme personne.
Date d'inscription : 11/10/2008

- LEGILIMENS -
Relations:
Profession / Année: Médicomage # Travaille à Sainte-Mangouste # Donne un cours à Poudlard
Aspiration:
MessageSujet: Re: ♦ give me what I want - vio'   Lun 3 Aoû - 20:08

    Elle avait besoin de solitude. C'était une évidence. Après tout, pourquoi n'en aurait-elle pas eu besoin ? Après tout ce temps passé allongée, seule, à broyer du noir, pire que cela, à se faire harceler par ses cauchemards, il était évident qu'elle ne souhaitait pas vivre de grands bains de foule. Pourtant, être présente à Poudlard entraînait cela. Une certaine sociabilité. Mais elle désirait seulement marcher quelque part, tranquillement, là où personne ne viendrait la chercher ou la déranger. Là où personne ne s'étonnerait du fait que son pas pouvait, par moment, hésiter sur la marche à suivre, sur ce qu'elle allait faire la seconde suivante. Aussi, avant son premier cours depuis longtemps, elle avait décidé non pas de se détendre en allant faire le tour du parc - trop risqué - mais en allant contempler la salle des trophées. C'était un lieu qui n'avait jamais été familier pour elle, et rien n'était plus normal que cela. Elle aimait l'excellence d'esprit et le perfectionnisme mais détestait les médailles ou ce genre de choses, aussi, voir Rusard les astiquer avec une déférence qui n'avait que d'égal son innactractivité lui avait toujours inspiré du dégoût. Mais cela n'empêchait pas la salle d'être un havre de paix à l'intérieur du Château. Lieu commun, à partager avec les élèves ou autres où personne non personne n'osait crier, hurler, se battre ou bousculer les autres. De nombreux élèves présents jouaient aux échecs, d'autres lisaient, bénéficiant de l'étonnante clarté de la pièce et d'autres enfin, comme elle, étaient enfoncés dans un fauteuil, observant plus ou moins les yeux dans le vague les différentes récompenses qui retraçaient l'histoire de Poudlard. Cela avait quelque chose de fascinant, de captivant mais... Il y avait un certain nombre de noms qu'elle n'appréciait pas de lire et la plupart lui étaient totalement inconnus aussi... Elle avait préféré ne pas faire le tour de la salle comme n'importe quel touriste japonais moldu aurait pu le faire. Elle était simplement restée là, enfoncée dans son fauteuil, se délectant de cette paix retrouvée loin des démons qui avaient agitées les nuits et les journées passées.

    « Bonjour miss Thompson. On admire les trophées ? »

    Elle était restée stoïque quelques secondes ignorant la voix. Du moins, elle aurait préféré pouvoir l'ignorer. Anjeston. Un de ses collègues. Un énergumène du niveau de Trelawney si on voulait son avis. Enfin, certainement l'enseignant le plus câlé sur la relation complexe unissant les vampires et leur calice mais ça... Il n'avait pas besoin d'entendre ce genre de compliment. Sans qu'elle ne comprenne réellement pourquoi, le simple fait qu'il lui adresse la parole l'agaçait.

    « Anjeston. Vous êtes venu jouer avec vos petits camarades ? »

    Il n'avait qu'un an de lui mais il lui semblait qu'il en avait dix de moins. Surement une conséquence directe de sa trop fréquente et assidue fréquentation d'hommes plus âgés qu'elle et d'hommes au passé troublé ou au présent dont il ne valait mieux pas connaître l'identité. Un gosse de 27 ans donc. Elle ne savait pas précisément ce qu'il lui voulait mais une chose était sure. Son moment de calme venait de prendre fin.

__________________________________________________________

    © SKY

    Check my vital signs,
    and no I'm still alive


    [ BOULEVARD OF BROKEN DREAMS ]
Revenir en haut Aller en bas
http://eloge-folie.forumactif.ws
 

♦ give me what I want - vio'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Eloge de la folie :: SWELLING SOLUTION :: Saison 1-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit